Les Maîtres du Monde
Carte


Safe

Pourquoi des sanctions contre la Russie?

obama poutine
Que les États-Unis en aient contre Poutine, ce Président courtois, intelligent, mais également ferme et déterminé face à l'arrogance de ces derniers, ça se comprend, mais que le Canada et la majorité des pays de l'Europe le suivent comme de petits caniches, laissent songeur.

Comment peut-on expliquer et comprendre cette vague de sanctions contre Poutine et la Russie ? Les punir de quoi ? Ont-ils envahi des pays, menacé des peuples, encouragé le terrorisme un peu partout dans le monde ? À ce jour, la Russie de Poutine a plutôt un profil de promoteur de paix en favorisant en tout la voie du dialogue et de la diplomatie pour résoudre les problèmes. Nous n'en sommes pas à une Russie conquérante, déployant des armes pour s'assujettir des peuples et s'emparer de leurs richesses. La Russie d'aujourd'hui agit dans le cadre du droit international et développe une diplomatie dans le respect et l'égalité des droits de chaque peuple.
Megaphone

L'appel russe à l'Allemagne

Mon nom est Egor Prosvirnin, je suis le rédacteur en chef du site russe sputnikipogrom.com qui défend des valeurs européennes. J'ai souvent entendu dire que l'un des aspects de la vie que chérissent les Européens, et en particulier les Allemands, c'est l'histoire. Si l'on devait évoquer l'histoire récente, il faudrait se rappeler qu'une immense armée de 300.000 Soviétiques, assistés de 5.000 tanks, de 1.500 avions et de 10.000 pièces d'artillerie (incluant des armes nucléaires tactiques), a simplement quitté l'Allemagne nouvellement réunifiée sans tirer le moindre coup de feu.

Ce fut une opération sans précédent par son ampleur et sa rapidité que cette armée soviétique complète se retirant littéralement à travers champs. Obéissant aux ordres du commandement suprême, des dizaines de milliers d'officiers soviétiques quittèrent leurs baraquements chauffés pour aller vivre dans de simples tentes moisies montées au milieu de champs détrempés et couverts de neige. Souvent avec leur famille.

Pour quoi ?
Newspaper

Émeutes aux États-Unis : on en veut pas de journalistes à Ferguson !

À Fergusson, dans le Missouri, la répression continue contre les manifestants. La police continue à utiliser du gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc y compris sur des journalistes. Elle démonte carrément leur matériel, comme le montre la vidéo ci-dessous. Deux d'entre eux ont été arrêtés.
Bad Guys

Ukraine : Entre « révolution » et déstabilisation, l'erreur occidentale

À la disparition de l'Union soviétique, en décembre 1991, l'Ukraine nouvellement indépendante - mais qui reste organiquement liée à la Russie - est devenue l'enjeu d'une âpre lutte d'influence entre les deux anciens ennemis de la guerre froide. Ainsi, sa transition postcommuniste est marquée par les tentatives successives de l'Occident sous leadership américain d'y d'étendre son influence, avec des moyens frôlant parfois l'illégalité - comme la « révolution orange » de 2004, qui place un dirigeant pro-américain, Victor Youchenko, à la tête de l'État ukrainien.

De son côté, Moscou s'efforce de garder un droit de regard sur l'Ukraine, par le biais de la « diplomatie gazière » et de l'intégration de son ex-république à la Communauté des États indépendants (CEI), sous leadership russe. Quand elle est revenue en toute légalité dans le giron russe en 2010, avec l'élection du président Victor Ianoukovitch, on pensait alors l'Occident définitivement hors jeu. Or, l'inconsistance et les revirements multiples du nouveau président prorusse sur l'accord d'association et de libre-échange - faussement interprétés comme un rejet de l'Europe - ont donné au bloc occidental sous verrou américain l'occasion inespérée de « revenir dans le jeu » en alimentant la contestation populaire contre un « pouvoir corrompu, aux soldes de Moscou ».

Un air de « déjà-vu », dans la logique des révolutions néolibérales - dites « de couleur » - ayant frappé l'espace post soviétique dans la décennie 2000, sous l'impulsion d'ONG à financement anglo-saxon, d'opposants et de relais locaux, sponsorisés par la manne dollarisée des « droits de l'homme ». Un nouveau « soft power », dénoncé par Vladimir Poutine.

Pourtant, dans la mesure où ce coup d'État touchait ses intérêts nationaux, affaiblissait son projet d'Union eurasiatique et mettait en cause sa sécurité, la réaction de l'État russe a été, cette fois, d'une tout autre ampleur.
Dénonçant l'illégalité du processus politique, catalysé par l'ingérence de forces extérieures et centré sur l'élimination du président Ianoukovitch, Moscou ne pouvait reconnaître le nouveau pouvoir pro-occidental de transition. D'autant plus que ce dernier, sous la pression de groupes nationalistes et extrémistes d'inspiration néofasciste, a très vite imposé des mesures antirusses, dont celles sur le droit des minorités et sur le statut de la langue russe.
Boat

Pont vers la Crimée : une société chinoise veut s'associer au projet (Moscou)

La société China Communications Constructions Company Ltd. (CCCC) a réaffirmé son désir de prendre part à la construction d'un pont enjambant le détroit de Kertch pour relier la Crimée à la péninsule de Taman (sud de la Russie), a annoncé vendredi aux journalistes le ministre russe des Transports Maxim Sokolov.

Sotchi a accueilli vendredi la 18e réunion de la sous-commission pour les transports de la commission russo-chinoise chargée de préparer les rencontres régulières entre les chefs de gouvernement des deux pays. Lors de cette réunion, les responsables russes se sont entretenus avec les dirigeants de CCCC, un des acteurs les plus importants sur le marché mondial du bâtiment. Les Chinois ont exprimé leur désir de réaliser des projets sur le territoire russe, y compris de s'associer au projet prévoyant la construction d'un pont qui traversera le détroit de Kertch. Une décision à ce sujet sera adoptée au niveau du gouvernement russe.
Bad Guys

Etats-Unis : un Etat militaro-policier à Ferguson


Des hommes casqués, lourdement armés, circulent dans des véhicules blindés et bloquent des rues. La scène ne se passe pas dans un pays en guerre, mais à Ferguson, en banlieue de Saint Louis (Missouri), où des incidents ont eu lieu depuis la mort, samedi 9 août, d'un adolescent noir. Michael Brown, 18 ans, a été tué par un policier dans des circonstances qui restent à éclaircir.

Dans cette ville de 21 000 habitants où deux tiers de la population est afro-américaine mais où seuls trois policiers sur les 53 en fonction sont noirs, les forces de l'ordre ont refusé de révéler l'identité de l'officier qui a fait feu. Le FBI a pris en main l'enquête pour ôter tout soupçon. Mais le silence de la police locale contribue aux suspicions de bavure policière et attise la colère.

Les heurts entre policiers et manifestants se sont poursuivis mercredi soir, dans un climat qui ne s'apaise pas. La police lourdement armée a tiré des gaz lacrymogènes et plusieurs personnes, dont des journalistes, ont été arrêtées. Le tout se déroule quasiment en direct sur les réseaux sociaux, qui offrent une caisse de résonance et soulignent notamment la disproportion des moyens policiers mis en place.
Snakes in Suits

OGM : les dessous de la guerre alimentaire

© FLKR
Monsanto et ses acolytes, l'industrie de la biotechnologie, ses lobbyistes et ses relais médiatiques qu'elle paye continuent de pousser à la roue pour le monopole du contrôle sur la nourriture dans le monde, à travers la fourniture de semences.

"L'empire" se construit sur des prémisses fallacieuses. A savoir que Monsanto est le créateur/inventeur de la vie et peut donc posséder les semences grâce à des revenus et que la vie peut être agencée et paramétrée comme un I-Phone.

Commentaire: Quelques articles supplémentaires concernant Monsanto :

- Monsanto, histoire d'un monstre
- Monsanto pour les nuls
- Air et eaux de pluies positifs au Roundup de Monsanto

Et de façon plus générale :

- OGM et la guerre contre les agriculteurs
- Qu'est ce que les OGM ?
- La fin du bluff des OGM
- OGM et le mythe de la lutte contre la faim

Airplane

Le vol MH-17 abattu par un avion de chasse ukrainien ?

Valentin Vasilescu

Valentin Vasilescu
Le point de vue qui suit est celui de Valentin Vasilescu, un ancien pilote de l'armée roumaine. Il sait donc de quoi il parle. Et son texte recèle quelques surprises...

***
J'ai expliqué en détail dans plusieurs articles précédents que le missile présumé sol-air Buk-1M invoqué par l'Amérique et l'Ukraine n'a pas été pu être lancé et donc abattre le vol MH-17.

http://reseauinternational.net/interet-ce-quil-ny-ait-pas-enquete-objective-les-causes-du-crash-malaysia-airlines-mh-17/

Il n'a été détectée aucune émission d'un faisceau électromagnétique de guidage portant l'empreinte caractéristique d'un complexe, Buk-1M, ni aucune trainée de condensation abondante de couleur blanche, généralement d'une longueur de 10 à 35 km à partir du sol, et qui persiste quelques minutes après le lancement d'une fusée.

http://reseauinternational.net/quy-t-il-vrai-les-declarations-du-president-piotr-porochenko/
Pistol

Poutine : l'armée russe sera dotée d'armes inédites

Vladimir Poutine
© Getty ImagesFotobank.ru
L'armée russe sera équipée d'armes défensives et offensives modernes, dont les autres armées du monde ne disposent pas encore, a déclaré jeudi le président russe Vladimir Poutine lors d'une réunion à Ialta, en Crimée, avec les fractions politiques à la Douma (chambre basse du parlement russe).

« Il s'agit d'armements les plus modernes, de systèmes défensifs et offensifs, dont les autres armées du monde ne disposent pas encore », a précisé le chef de l'Etat.

« Certaines choses sont déjà connues en matière d'armements offensifs stratégiques, notamment dans le domaine des forces de dissuasion nucléaire. Pour le moment, nous ne dévoilons pas tout, mais nous en parlerons plus tard », a-t-il promis.
USA

Que reste-t-il du Watergate ?

watergate
Si, en quittant la présidence au terme de son second mandat, Richard Nixon avait voulu réécouter toutes les conversations qu'il avait décidé d'enregistrer pendant ses années à la Maison Blanche, l'exercice lui aurait pris 9 000 heures. Mais, on le sait, Nixon n'acheva pas le mandat auquel il fut réélu triomphalement en novembre 1972, remportant alors quarante-neuf Etats sur cinquante contre le démocrate George Mc Govern, puisque, le 9 août 1974, il dut démissionner. Motifs : sa paranoïa, les écoutes téléphoniques, le scandale du Watergate.

A l'époque, Ronald Reagan plaisanta : « Les démocrates devraient être heureux que quelqu'un ait encore envie de les écouter. » Quarante ans plus tard, le scandale conserve un petit cachet nostalgique, mais les battements de cymbales qu'on entendit alors ont acquis une sonorité plus grinçante.. Après le Watergate, rien ne serait plus comme avant, avait-on promis. Ce serait la victoire définitive de la démocratie américaine, le triomphe du contre-pouvoir de la presse, la fin des mensonges officiels, de la présidence impériale, enfin le retour de l'innocence... Or que reste-t-il du Watergate ?


Commentaire : « Après le Watergate, rien ne serait plus comme avant, avait-on promis. » Sur cela, ils ont bien tenu leur promesse mais à l'opposé du « Ce serait la victoire définitive de la démocratie américaine, le triomphe du contre-pouvoir de la presse, la fin des mensonges officiels, de la présidence impériale, enfin le retour de l'innocence... »

Top