NOUVEAU ! Disponibles en français sous format électronique (Amazon Kindle) !

L’Onde, Tome 6 – Affronter l’inconnu, de Laura KNIGHT-JADCZYK

L'histoire secrète du monde, tome 2 - Les comètes et les cornes de Moïse, de Laura KNIGHT-JADCZYK

Les Maîtres du Monde
Carte


Headphones

Interview - Dr Colin Ross : Mind-Control, Greenbaum, Paperclip, MK-Ultra, Psychotronique...

Dans son livre The CIA Doctors, le Dr Ross apporte la preuve, sur la base de 15 000 pages de documents obtenues de la CIA grâce à la Loi sur la Liberté de l'Information, que des psychiatres américains ont procédé à des violations généralisées, systématiques, des Droits de l'Homme ces 65 dernières années. Il prouve également que le « super espion » du Candidat Mandchou est un fait, pas de la fiction. Il décrit les expériences réalisées par des psychiatres pour créer de l'amnésie, de nouvelles identités, des codes d'accès hypnotiques et de nouveaux souvenirs dans les esprits des sujets d'expérimentation.

dr Colin Ross - Interview Sott
© sott.net
Dans The Great Psychiatry Scam, le Dr Ross apporte des preuves que la psychiatrie moderne est en réalité une pseudo-science dont nombre des principales thèses acceptées sur les causes des maladies mentales humaines sont en fait réfutées par les expériences et les recherches en psychiatrie.

Commentaire: Voir aussi pour la retranscription complète la Radio Interactive SOTT - Interview du Dr Colin Ross : les médecins de la CIA et l'escroquerie de la psychiatrie et Colin Ross sur les personnalités multiples des stars

Star of David

Scandales - Le monstre de la colline

© Flash90/File
Sheldon Adelson
Il n'y a rien de mieux qu'un scandale chaque semaine. Un scandale un peu épicé pas­sionne les gens, mobilise les médias, dis­trait nos esprits de ques­tions comme la guerre et la paix, l'occupation et l'apartheid. C'est comme "panem et cir­censes" (du pain et des jeux) dans la Rome antique.

Cette semaine plu­sieurs scan­dales nous ont occupés. Ehoud Olmert, ancien Premier ministre, a été reconnu cou­pable d'avoir reçu d'énormes pots-​​de-​​vin lorsqu'il était maire de Jéru­salem. Il a été payé pour donner son accord à un mons­trueux com­plexe immo­bilier sur la plus haute colline de Jérusalem-​​ouest, visible de très loin.

Comme si cela ne suf­fisait pas, Sylvan Shalom, ministre du gou­ver­nement cou­vrant une demi-​​douzaine de fonc­tions, fut sus­pecté d'agressions sexuelles. Une ancienne secré­taire s'est rappelé qu'il y a quinze ans il l'avait agressée dans sa chambre d'hôtel.
USA

Impérialisme - 2014 s'annonce comme une année de vérité pour les États-Unis

Traduit de l'anglais par Avic pour Réseau International

dollar, cours de l'or
© Inconnu
Deux pressions sont en train de se mettre en place sur le dollar américain. L'une vient de la baisse de la capacité de la Réserve fédérale à truquer le prix de l'or, parce que les approvisionnements en or occidentaux se ratatinent et que les marchés connaissent de plus en plus ces manipulations illégales des prix par la Fed. La preuve de la sous-évaluation des énormes quantités de transactions à découvert sur le marché à terme de l'or papier, à certains moments de la journée où la négociation est mince, est sans équivoque. Il est devenu évident que le prix de l'or est truqué sur le marché des contrats à terme afin de protéger la valeur du dollar contre le QE (NDT : Quantitative easing - l'assouplissement quantitatif, ou la planche à billets).

L'autre pression résulte des menaces insensées de sanctions du régime Obama contre la Russie. D'autres pays ne sont plus disposés à tolérer les abus de Washington de l'étalon mondial du dollar. Washington utilise le système de paiement international basé sur le dollar pour infliger des dégâts aux économies des pays qui résistent à son hégémonie politique.

La Russie et la Chine en ont assez. Comme je l'ai signalé et comme le rapporte Peter Koenig ici http://www.informationclearinghouse.info/article38165.htm, la Russie et la Chine sont en train de déconnecter leur commerce international du dollar. Désormais, la Russie va effectuer ses échanges, y compris la vente de pétrole et de gaz naturel vers l'Europe, en roubles et dans les monnaies de ses partenaires du BRICS.
Stop

Le Conseil de l'Europe barre la volonté de la France d'exporter son modèle « antisecte »

Le rapport controversé du député français Rudy Salles sur "la Protection des mineurs contre les excès de sectes" a été rejeté le 10 avril 2014 par l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE).

> Texte de la résolution adoptée.

> Le rapport repoussé de Rudy Salles.

L'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) a profondément modifié la résolution attachée au projet de rapport de Rudy Salles et a rejeté son projet de recommandation. Ainsi, le projet français de créer un « Observatoire européen sur les sectes » et de forger un «consensus européen» sur la question a échoué.
Snakes in Suits

Hausse de la délinquance, baisse des libertés... le vrai bilan de Manuel Valls

Aucun ministre de l'Intérieur, en seulement deux ans d'exercice, n'aura contribué à faire reculer à ce point la démocratie et les libertés publiques dans notre pays. Il est vrai que l'autoritarisme étatique est une tendance lourde des politiques occidentales depuis les attentats du 11 septembre mais Manuel Valls a déployé un zèle particulier dans ce domaine, au détriment de la vraie protection des citoyens qui était pourtant sa mission première. Dissolution de groupes contestataires, censure de twitter, atteintes à la liberté d'expression publique, répressions musclées des manifestants, surveillance du Net, multiplication des radars routiers,... ses exploits en matière de contrôle des citoyens contrastent singulièrement avec les résultats médiocres de son bilan de sécurité publique. De là à penser que sa vraie priorité n'est pas la lutte contre la délinquance mais la répression des oppositions à la politique menée par le gouvernement, il n'y a qu'un pas... que l'on peut aisément franchir.

Hausse des vols et des agressions contre les personnes

Les dernières statistiques de délinquance montrent une hausse des agressions constatées par la police et la gendarmerie contres les personnes et les biens : violences sexuelles : + 10,5 % entre 2012 et 2013, atteintes à l'intégrité physique : + 2,9 %, grande criminalité : + 5,2 %, vols à main armée contre des commerces : + 8,4 %, règlements de compte : + 10 %, cambriolages : + 9,3 %. Toutes les familles d'infraction évoluent dans le rouge... à l'exception notable des entrées et séjours illégaux constatés sur le territoire français qui voient leur nombre divisé par deux au cours de la période. Il est vrai que des changements administratifs peuvent expliquer une partie de la baisse observée : la décision de la cour de cassation de juillet 2012 qui réduit fortement l'usage de la garde à vue en cas de séjour irrégulier a pour effet de dépénaliser un certain nombre de procédures d'éloignement. Elle a évidemment un impact très lourd sur la statistique des délits du droit au séjour comme le souligne le communiqué du Ministère. Pour ce qui est de l'ensemble des crimes et délits, l'Observatoire National de la Délinquance et des Réponses Pénales (ONDRP) invoque la mise en place d'un nouvel outil pour recueillir les faits constatés qui fausse les dernières statistiques (en ouvrant des champs d'enregistrement supplémentaires) et qui empêche toute comparaison fiable avec les chiffres antérieurs. Là encore on peut penser que la modernisation des logiciels de saisie explique une partie de la hausse constatée, peu vraisemblablement la totalité.
Light Sabers

Shulamit Aloni, ministre israélienne : l'holocauste est utilisé comme un prétexte

Shulamit Aloni explique de l'intérieur les manœuvres du lobby sioniste.

Shulamit Aloni

Shulamit Aloni
Attention

La déchirure ukrainienne

Initié en novembre 2013, le mouvement de contestation (EuroMaïdan) qui a secoué l'Ukraine a abouti en Février 2014 au renversement de son président, Viktor Ianoukovitch. Préférant se rapprocher de Moscou, c'est son refus de signer l'accord de libre échange avec Bruxelles qui a mis le feu aux poudres ...

L'Ukraine, un pivot géostratégique

Dans son livre "le grand échiquier", le stratège Etasunien Zbignew Brzezinski écrit en 1997 : "Si Moscou récupère le contrôle de l'Ukraine, avec ses 52 millions d'habitants et ses immenses ressources [énergétiques], la Russie contrôlera à nouveau la Mer noire et ce faisant, retrouvera automatiquement les moyens de redevenir un État impérial [...] Il est impératif qu'aucune puissance Eurasienne concurrente capable de dominer l'Eurasie ne puisse émerger et ainsi contester l'Amérique". Cependant, sans menace directe, les coûts d'un interventionnisme militaire à grande échelle risquent d'être difficilement acceptés par l'opinion publique : "l'abnégation économique (c'est-à-dire les dépenses militaires), et le sacrifice humain (les pertes même parmi les soldats professionnels) qui sont nécessaires à l'effort sont peu agréables pour les instincts démocratiques". Il s'agit donc plutôt d'entretenir la vassalité des pays étrangers ("identifier les Etats géopolitiquement dynamiques qui ont le potentiel de créer un basculement important en terme de distribution internationale du pouvoir [...] mettre en oeuvre des politiques US pour les compenser, coopter, et/ou contrôler") et d'user de propagande en cas de conflit ("cet exercice requiert un haut degré de motivation doctrinale, d'engagement intellectuel, et de gratification patriotique.").
Smiley

Les États-Unis lancent de nouvelles sanctions contre la Crimée

Le département américain du Trésor a lancé un nouveau train de sanctions, cette fois-ci contre un groupe de hauts fonctionnaires criméens et la société Chernomorneftegaz basée sur la péninsule.

Les autorités américaines soulignent que les sanctions s'appliquent uniquement à l'entreprise opérant à Simferopol et non au siège de la société en Ukraine.

Les sanctions frappent également sept responsables criméens, dont le maire de Sébastopol Alexeï Tchaly.

La « liste noire » comprend en outre le premier vice-Premier ministre de la péninsule, les présidents des commissions électorales centrales de Crimée et de Sébastopol, le conseiller du président du parlement de Crimée, l'ex-chef de l'antenne criméenne du Service de sécurité ukrainien (SBU) et le sénateur russe représentant la Crimée au Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe).

Le département américain du Trésor gèle toutes les opérations financières de ces personnes et sociétés et interdit aux citoyens américains de traiter des affaires avec les intéressés.

En mars dernier, Washington avait déjà infligé des sanctions à l'encontre du président du parlement de Crimée Vladimir Konstantinov et le Premier ministre de la presqu'île Sergueï Aksenov.

La Crimée, dont la population est en majorité russophone, s'est rattachée à la Russie suite à un référendum tenu le 16 mars. Plus de 96 % des participants au scrutin ont voté pour l'entrée de la péninsule dans la Fédération de Russie. Les autorités de Kiev soutenues par les États-Unis et l'Union européenne ont qualifié ce résultat d'« annexion ».
Question

Israël et l'Ukraine : une ambiguïté extrême

Il faut savoir, pour insister là-dessus, qu'il y a eu ce fait d'une importance indéniable et très spécifique, lors du vote de l'Assemblée Générale de l'ONU sur la résolution condamnant la sécession par référendum de la Crimée (voir le 28 mars 2014) : la position d'Israël. Dans le "bloc" de 58 pays s'étant abstenus, considérés d'une façon générale plus comme étant du côté de la Russie que du côté du bloc BAO, on compte en effet Israël, ce que nous n'avions pas signalé et qui constitue pourtant un fait d'un réel intérêt. Un article de The Times of Israel du 11 avril 2014 commente : «Israel abstained from a March 27 United Nations General Assembly vote condemning a March 16 referendum in Crimea in favor of joining Russia; it was virtually alone among American allies in not voting for the resolution.»

Cet article est intéressant parce qu'il est publié dans un journal/un site mis en place pour assurer les liens entre Israël et les USA et renforcer l'influence des neocons à Washington dans leur travail d'influence et de lobbying auprès des dirigeants US et du Congrès. L'article entend donc mettre en évidence qu'une certaine divergence entre Israël et les USA sur l'Ukraine ne porte pas trop à conséquence, tout en laissant voir la vérité de la situation qui est, au travers de divers signes et diverses positions, que cette divergence est tout de même conséquente. Cette ambiguïté apparaît dans les premiers paragraphes de l'article :
Snakes in Suits

Lettre de Vladimir Poutine aux dirigeants européens sur le règlement de la dette gazière de l'Ukraine

Voici notre version française de la lettre adressée par le président russe à 18 dirigeants européens, dans et hors de l'UE, telle qu'elle a été publiée en russe et en anglais par l'agence ITAR- TASS le 10 avril 2014. - Tlaxcala

L'économie de l'Ukraine dans ces derniers mois a été en chute libre. Ses secteurs industriels et de la construction ont également été en fort déclin. Son déficit budgétaire monte. L'état de son système monétaire est de plus en plus déplorable. La balance commerciale négative s'accompagne d'une fuite de capitaux hors du pays. L'économie de l'Ukraine se dirige résolument dirige vers un défaut de paiement, un arrêt de la production et une montée en flèche du chômage.

La Russie et les États membres de l'UE sont les principaux partenaires commerciaux de l'Ukraine. Partant de cela, lors du sommet Russie-UE fin janvier, nous sommes parvenus à un accord avec nos partenaires européens de tenir des consultations au sujet du développement de l'économie de l'Ukraine, en tenant compte des intérêts de l'Ukraine et de nos pays tout en formant des alliances d'intégration avec la participation de l'Ukraine. Cependant, toutes les tentatives de la part de la Russie de commencer de véritables consultations n'ont abouti à aucun résultat.
Top