Les Maîtres du Monde
Carte

Bad Guys

Crise grecque : l'Allemagne gagne sur tous les fronts, l'euro à visage découvert

Image
© Inconnu
L'Allemagne gagne sur tous les fronts - Deutschland siegt an alle Fronten. Mais les conséquences en termes de relations entre les peuples européens menacent d'être très graves.

Négociations Grèce contre Allemagne et reste de l'eurozone - Victoire allemande par KO

Le marathon de réunions de l'Eurogroupe puis du Conseil européen, 31 heures au total du samedi 11 au lundi 13 juillet, a abouti à un résultat qui se présente comme définitif. Même si la crise grecque connaîtra à coup sûr dans les mois et les années qui viennent de nouveaux rebondissements, il est possible d'ores et déjà de tirer un bilan.

Si on résume le résultat de la séquence février - juillet 2015 du point de vue grec :
- La Grèce doit continuer la stratégie faillie appelée "austérité" c'est-à-dire dévaluation interne et libéralisation, malgré son échec catastrophique des cinq dernières années

- Elle n'a obtenu en échange aucun programme d'investissement significatif - les "35 milliards" déjà cités par Jean-Claude Juncker sont des fonds structurels et autres mesures déjà prévues

- Elle n'a obtenu en échange aucun engagement que ce soit ni en faveur d'une décote ni même en faveur d'une simple restructuration de la dette. La déclaration des créanciers comme quoi une restructuration pourrait être envisagée ultérieurement n'a aucune valeur d'engagement, une telle déclaration avait déjà été faite en 2012 sans être suivie du moindre effet

- Le vote de son peuple a été purement et simplement annulé

- La stratégie d'austérité a été encore durcie, poussée à un extrême pour raison évidemment politique, constituant une véritable punition de la Grèce pour son "mauvais" vote lors du référendum du 5 juillet
Bref, la Grèce est totalement vaincue, l'échec de la tentative de changer la stratégie économique imposée à la Grèce par la Troïka est complet.

Attention

Le Royaume-Uni gèle le compte bancaire de l'agence de presse russe Sputnik

Image
La banque britannique Barclays a gelé le compte de l'agence d'actualité russe Sputnik sans avoir donné d'avertissement officiel ni expliqué la raison. Le chef de l'agence Dmitri Kisselev a qualifié cet acte de «censure».

«Fermer le compte de l'une des agences de presse les plus importantes est de la censure, et empêche directement le travail des journalistes. Comment peut-on parler de liberté de la presse et de démocratie en Grande-Bretagne, si l'une des plus grandes agences d'information dans le monde ne peut y travailler ?», lit-on dans une déclaration officielle de Kisselev, publiée lundi.

Sputnik n'a reçu aucun avertissement officiel ou d'explication sur la décision de la banque, mais une source au sein du secteur bancaire a expliqué à l'agence que le Trésor public britannique avait ajouté le chef de l'agence à la liste des personnalités sous le coup des sanctions financières antirusses, ce qui pourrait expliquer que les comptes de Sputnik aient également été affectés.

Bad Guys

Après des années de mensonges, l'American Psychological Association s'excuse pour sa collaboration à la torture avec la CIA

Image
Les dirigeants de l'American Psychological Association ont collaboré avec les responsables du Pentagone et de la CIA pour affaiblir les directives éthiques de l'association et permettent ainsi aux psychologues de prendre part à la torture après les attentats du 11 septembre 2001, selon un nouveau rapport de l'enquêteur indépendant David Hoffman.

Le bureau d'éthique de l'association « priorisait la protection des psychologues qui pouvaient avoir un comportement contraire à l'éthique au détriment de la protection du public », estime le rapport. Deux anciens présidents de l'association étaient notamment sur un comité consultatif de la CIA, révèle le rapport. Le directeur de l'éthique de l'association, Stephen Behnke, a coordonné les déclarations politiques publiques de l'association sur les interrogatoires avec un psychologue militaire, puis a obtenu un contrat du Pentagone pour aider à former les interrogateurs alors qu'il travaillait à l'association. Le rapport décrit différents moyens mis en œuvre par Behnke pour supprimer la dissidence au sein de l'organisation (dont son implication dans des irrégularités d'un scrutin), rapporte le psychologue John M. Grohol, fondateur du site PsychCentral.

Commentaire: N'oublions que cette même association est responsable de la publication du fameux DSM, manuel qui « fait l'objet de nombreuses critiques selon lesquelles il présente des classifications arbitraires et sans fondement scientifique et sert les intérêts des laboratoires pharmaceutiques. », selon Wikipedia. A ce propos :

- DSM : quand la psychiatrie fabrique des individus performants et dociles
- Non-conformité et libre-pensée désormais considérées comme des maladies mentales
- La psychiatrie gouvernée par les normes américaines


Magnify

Supercherie des éxécutions de l'EI dévoilée : Mc Cain impliqué ?

Image
© Inconnu
Des hackers de Cyberberkut ont expliqué qu'ils avaient mis la main sur l'enregistrement d'une mise-en-scène d' « éxécution » par l'Etat islamique d'après un support électronique d'un collaborateur du sénateur américain John McCain, qu'ils auraient pu intercepter.

« Nous, le groupe CyberBerkut, avons eu à en mains un fichier dont il ne faut pas sous-estimer l'importance! Cher sénateur McCain, nous vous recommandons de ne plus prendre avec vous des documents secrets dans vos voyages à l'étranger, surtout en Ukraine ». Expliquent-ils. En effet ce sénateur s'est également fait remarquer par son implication en ukraine.

D'après la vidéo présentée, la scène se passe sur un plateau de cinéma avec plusieurs cameras, des projecteurs. Un acteur joue le rôle de prisonnier, un autre joue le rôle du bourreau. Ce dernier mime la scène de l'exécution de l'otage revêtu d'une combinaison qu'on devine orange.

Snakes in Suits

MK-Ultra et CIA : le témoignage de Karen Wetmore


Les personnes qui souffrent de maladies mentales font de bons sujets pour les expérimentations MK parce qu'elles sont souvent privées de leurs droits et qu'il est facile de les discréditer par la suite en mettant leurs témoignages sur le compte de leur maladie. Karen Wetmore est une de ces victimes du programme MK-Ultra, elle est l'auteur du livre "Surviving Evil: CIA Mind-Control Experiments in Vermont". Lors de son adolescence, au début des années 70, elle a été internée pour "schizophrénie" dans un hôpital psychiatrique du Vermont. Un long séjour dont elle n'a gardé que des souvenirs fragmentés. Ce n'est qu'à l'âge adulte qu'elle a été diagnostiquée avec un trouble dissociatif de l'identité, un trouble de la personnalité qui a très certainement été renforcé par ces expérimentations sur le contrôle mental... Les enfants ayant déjà des troubles dissociatifs étant des proies idéales pour ce genre d'expérimentations MK. D'après le psychiatre Colin Ross qui a enquêté sur le dossier de Karen Wetmore, elle aurait pu être sélectionnée parce qu'elle souffrait d'un trouble dissociatif dû à des abus sexuels répétitifs.

Propaganda

Futurs plans de propagande et de désinformation de l'Union Européenne à l'encontre de la Russie

Traduit par jj, relu par Diane pour le Saker Francophone

Image
© Inconnu
Le plan stratégique de communication de l'UE pour contrer la propagande russe en Europe n'a pas encore été publié, mais le fait même de son existence attire l'attention. À l'origine, le plan de neuf pages (déjà vu par de nombreux journalistes) devait être rendu public lors de la session du Conseil européen les 25-26 juin.

Les attentes ont été anéanties, faisant place aux controverses et aux commentaires ironiques en provenance de Russie. Le Président de la Douma Sergueï Narychkine a dit que les politiciens de Washington qui prétendent isoler la Russie sont des clowns pathétiques :
« L'isolement de la Russie est tout simplement impossible et les politiciens de haut rang à Washington qui prétendent qu'ils ont isolé la Russie ressemble à des clowns pathétiques. »
Narychkine a dit lors d'une session de la chambre basse le 3 juillet : « Cette initiative de l'UE contredit les valeurs européennes, y compris la liberté de parole. Elle limite également le droit des peuples à obtenir des informations provenant de différentes sources. En fait, cette initiative isole l'Europe », a ajouté le Président.

Pistol

« Démocratie européenne » : le scandaleux forcing du président Schulz au Parlement européen à propos du TAFTA

Traduction : Christophe pour ilFattoQuotidiano.fr


Cette fois, Martin Schulz n'y est pas allé par quatre chemins. Il ne lui a pas suffi de faire le forcing pour reporter le vote sur le TTIP (Grand Traité transatlantique, ou TAFTA) le mois dernier. Aujourd'hui, interprétant librement le règlement, le président du Parlement européen est allé jusqu'à interdire le vote d'un amendement contre la clause des tribunaux arbitraux privés proposée par le Mouvement 5 Étoiles. Le plan des grandes multinationales et des lobbies a donc réussi au sein du parlement de Bruxelles et de Strasbourg. En un mois, ils sont parvenus à convaincre la majorité des eurodéputés indécis, surtout italiens. Ceux qui, jusqu'au mois dernier, auraient voté contre la clause de la discorde. Dans cette vidéo, l'eurodéputée Tiziana Beghin, porte-parole du Mouvement 5 Étoiles, nous explique ce que signifie ce vote du 8 juillet 2015.

Propaganda

En grèce et ailleurs, les instituts de sondage ont bien sûr menti

Image
À la veille du scrutin, les instituts de sondage ont tenté en Grèce de manipuler la population. L'un, réalisé par la société Alco, donnait le oui gagnant « d'une courte tête », avec 44,8 % contre 43,4 % pour le non. Un autre, réalisé par l'Université de Macédoine, affirmait que le oui et le non étaient à peu près à égalité avec 42,5 % pour l'un et 43% pour l'autre. On appréciera le sérieux de ces « sondeurs », quand on voit que le non l'a emporté avec plus de 61 % !

Un tel écart entre les prévisions et les résultats sur une question aussi simple - répondre oui ou non à une seule question - ne peut pas s'expliquer par les aléas des sondages. Il faut y voir certainement une volonté de duper la population en cherchant à lui enlever tout espoir dans l'issue du scrutin. Mais ces sondages ne sont qu'un aspect de cette tentative du capital pour décourager la population grecque. Comme ce qui s'est passé en France lors du référendum sur le TCE (traité de fonctionnement de l'Union européenne) en 2005, toute la presse a fait une intense campagne pour le oui dès qu'elle a compris que le référendum aurait bien lieu.

Dans le cas de la Grèce, l'Union européenne a cherché à faire renoncer Tsipras dès l'annonce de la tenue du référendum par ce dernier. Il faut se souvenir qu'en 2011, le Premier ministre de l'époque, Giórgios Papandréou, avait eu lui aussi l'intention d'avoir recours à ce genre de consultation populaire mais, sous la pression des instances européennes, il y avait renoncé en à peu près 24 heures !

Commentaire: En France également, un journal comme L'Express donnait aussi, la veille, une légère avance au « oui », en employant un conditionnel de bon aloi, bien sûr...

Ah oui, et ceux-là également : le Figaro, Bfmtv, Yahoo, Francetv Info, Metronews, France Inter, etc.


Snakes in Suits

La secte de Bruxelles

Image
Il se trouve que l'UE et Bruxelles, avec ses divers satellites en très grand nombre, - mais nommons tout cela, provisoirement, "la bande à Bruxelles" à défaut d'autres expressions puisque celle-ci est promise à disparaître dans notre vocabulaire, - tout cela, donc, est devenu un phénomène fort proche du paranormal.

Une de nos sources, de longue date à l'UE et ayant échappé à l'internement psychiatrique, nous disait ceci qui ne la compromet guère, qui est du détail mais du détail qui introduit bien le sujet et, en fonction de ce qui suit, justifie de son importance :
"Il y a quelques années, la consigne parmi les officiels-dirigeants était de faire le plus discret possible, notamment au niveau des apparats de fonction, et particulièrement dans le cas des voitures de fonction, pour suivre une politique de discrétion convenant à ce que l'on pensait et devait faire savoir de l'institution. Depuis quelques petites années, depuis quelques mois, c'est un déluge extraordinaire dans l'autre sens. On dirait que les constructeurs, - particulièrement nos fameux allemands, - ne cessent de faire plus gros, plus massifs, plus blindés, leurs énormes 4x4 et SUV, etc., en charge des officiels, spécialement conçus pour les officiels, - Juncker est l'un des champions dans ce domaine ... Ils ressemblent de plus en plus à d'énormes blockhaus blindés, d'une puissance et d'un luxe inouïs, intouchables, toutes vitres teintes, s'étirant en longs convois avançant comme des chars russes envahissant l'Ukraine..."
(La dernière image, sans doute pour se rattraper des confidences qui précèdent, qui sont absolument sacrilèges on s'en doute, - quoiqu'un peu marquée d'ironie, alors...)

Commentaire: Il est bon, ainsi, de pouvoir nous éloigner des interprétations quotidiennes que nous faisons, à chaud, de l'actualité. Le recul et l'observation permettent, qui sait, d'éviter les pièges d'une implication permanente qui mobiliserait, de façon excessive, négative, nos tendances « naturelles » au calcul et à l'anticipation.

L'auteur parle de Force(s) à l'œuvre : pourquoi donc ne pas en profiter pour envisager, de façon bien concrète et réelle, l'existence des-dites Forces dont le vecteur, le médium idéal, serait, par exemple, une personne occupant une position de pouvoir, et dont la psychologie malade, pervertie, permettrait l'accomplissement de desseins n'allant pas dans le sens de ce que l'on pourrait nommer une évolution positive pour l'humanité ? Des hommes politiques, des dirigeants, pantins en réalité, absolument contrôlés, psychopathes occupant les postes clés d'un système inévitablement à l'image des Forces évoquées : n'est-ce pas à ses fruits que l'on reconnait l'arbre ?

L'évocation des « forces maléfiques » est peut-être à prendre au pied de la lettre tant le monde qui nous entoure semble pouvoir nous fournir sans fin les preuves continuelles, journalières, que, définitivement, quelque chose ne tourne pas rond.


Chess

Derrière la dette grecque

Image
© Inconnu
Joseph Retinger, ex-fasciste polonais devenu agent britannique. Dans le cadre de ses fonctions au MI6, il fonda l’European League for Economic Cooperation dont il devint le secrétaire général. À ce titre, il est le père de l’euro. Par la suite, il anima le Mouvement européen et créa le Club de Bilderberg.
Le référendum grec a donné lieu à de vifs débats dans l'Union européenne qui illustrent l'ignorance générale sur les règles du jeu. Les participants se sont déchirés pour savoir si les Grecs étaient ou non responsables de leur dette tout en veillant à ne jamais accuser leurs créanciers d'usure. Mais ils l'ont fait en ignorant l'histoire de l'euro et les motifs de sa création.

L'euro : un projet anglo-saxon de la Guerre froide

Depuis le Traité de Rome, il y a soixante-quatre ans, les instances administratives successives du « projet européen » (CECA, CEE, UE) ont dépensé des sommes colossales et sans équivalent pour financer leur propagande dans les médias. Quotidiennement des centaines d'articles, d'émissions de radio et de télévision, sont payées par Bruxelles pour nous raconter une version mensongère de son histoire et nous faire croire que le « projet européen » actuel est celui des Européens de l'entre-deux-guerres.

Les archives sont pourtant désormais accessibles à tous. Elles montrent qu'en 1946, Winston Churchill et Harry Truman décidèrent de diviser le continent européen en deux : d'un côté, leurs vassaux, de l'autre l'URSS et les siens. Pour s'assurer qu'aucun État ne s'affranchirait de leur suzeraineté, ils décidèrent de manipuler les idéaux de leur époque.