Les Maîtres du Monde
Carte


Bad Guys

Quelques éléments provisoires sur le putsch raté au Venezuela

Pour commencer, toute la situation est encore confuse et vague. En partie parce que quelques complices sont encore recherchés, en partie parce que le gouvernement, naturellement, ne publie pas tout, et en partie encore parce que la nature même de toute cette histoire est vraiment confuse. L'affaire elle-même est facile à décrire dans ses grandes lignes.

Il y a de nouveau eu un plan pour tenter de renverser et attaquer le gouvernement, mais il a été déjoué juste à temps. Quelques officiers de l'Armée de l'air avaient projeté d'attaquer, avec un avion militaire, quelques bâtiments importants de l'État, par exemple le palais présidentiel et des institutions proches de l'État, notamment une chaîne de télévision. Juste après - ou peut-être juste avant; les descriptions à ce propos varient encore - un célèbre général devait expliquer au public que l'armée vénézuélienne s'était dressée contre le mauvais gouvernement et avait pris le pouvoir.


Ce message devait à son tour être immédiatement diffusé dans le monde entier par les agences de presse internationales, d'une part pour donner une impression fausse sur les faits et d'autre part pour jeter le peuple dans le trouble. Le plan a été découvert par quelques jeunes officiers qui, comme toujours, en avaient eu connaissance. (Il faut partir du principe que cette information a un caractère plutôt rhétorique.) La situation actuelle est que certains participants à la tentative de putsch ont été arrêtés et qu'ils ont déjà livré quelques informations lors de leurs auditions. En outre, de nombreux éléments concrets de preuve ont été trouvés lors des arrestations et des perquisitions. Jusque là, c'est assez ennuyeux, d'autant que ce n'était pas du tout la première tentative de putsch et que celui-ci a été précédé depuis des mois par des préparations évidentes et sans ambiguïté. Mais l'affaire devient intéressante lorsqu'on regarde de plus près le contexte et les antécédents du coup.
Bomb

Ukraine : encore un autre échec monumental pour la junte


Debaltsevo, 17 février 2015-20:10. En bleu les forces ukrainiennes, en rouge et jaune les forces novorusses
Toutes mes sources confirment que Debaltsevo est principalement aux mains des Novorusses et que les forces de la junte sont en pleine retraite vers le sud de la poche. Tous les gradés novorusses étaient là, avec Kononov, Motorola, Givi, Mozgovoi et Zakharchenko, ainsi que plusieurs dizaines de prisonniers ukrainiens. Il semble que les forces de la junte ont été incapables d'opposer le genre de résistance qu'elles avaient montrée à Peski, et que, dans un sens, c'est dû au fait qu'à Peski, elles n'étaient pas encerclées et qu'elles bénéficiaient du soutien du feu des forces ukrainiennes, juste au nord et à l'ouest. Cette fois, le chaudron est trop profond et le couvercle trop solide. Voyez vous-mêmes.

Vous pouvez voir que le couvercle du chaudron est maintenant fermé à Debaltsevo depuis le nord et que les forces de la junte sont en train d'abandonner et de fuir vers le sud, où elles n'ont littéralement rien à faire, sinon attendre jusqu'à ce qu'elles manquent de nourriture et de munitions.

Résultat: c'est fini pour les forces ukies dans le chaudron de Debaltsevo.
People 2

La France honore les études du genre

La philosophe Judith Butler a été décorée chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres, le 26 janvier 2015, par le consul général de France à San Francisco, Pauline Carmona.

Judith Butler est la créatrice des études du genre selon lesquelles, les identités sexuelles ne sont pas biologiquement déterminées, mais socialement construites. L'ancienne présidente de l'International Gay and Lesbian Human Rights Commission a été vivement critiquée par des mouvement traditionalistes pour qui, au contraire, la Nature nous a fait homme ou femme.

En 1992, le Projet Ornicar, alors présidé par Thierry Meyssan, contestait ces deux visions en faisant remarquer qu'il existe plusieurs manière de définir le genre qui donnent toutes des résultats différents : par la présence des organes sexuels, par la production hormonale ou par la génétique. Ainsi, contrairement à une idée reçue, dans un cas sur 700, les personnes ayant des organes génitaux féminins ne pas sont porteuses de chromosomes XX mais XXY, dans un cas sur 20 000, elles sont porteuses de chromosomes XY pourtant réputés masculins. Par conséquent, les notions de genre qui fonctionnent pour la très grande majorité des humains ne peuvent s'appliquer à certains d'entre eux.

Commentaire: À lire aussi :

FOCUS SOTT sur le sujet : Maman, pourquoi papa porte-t-il une robe ? Papa, pourquoi maman a-t-elle une moustache ?
Les enfants pourraient souffrir de la théorie du Genre selon les psys
La théorie du genre : symptôme d'une société narcissique, manipulée et fascisante ?
Décryptage - 11 documents gouvernementaux qui prouvent que la Théorie du Genre existe

Snakes in Suits

Un docteur en physique nucléaire à la tête du pentagone...

© REUTERS/ Jonathan Ernst/Files
Ashton Carter, expert nucléaire auteur d'articles aux titres terrifiants, prend la tête du Pentagone. Il remplace le contesté Chuck Hagel qui n'a pas réussi à faire ses preuves au Pentagone.

Barack Obama a nommé un nouveau chef du Pentagone. Ashton Carter arrive à la tête du plus imposant appareil militaire de l'histoire de l'humanité avec un profil singulier: un doctorat en physique nucléaire. Jamais des spécialistes possédant un tel profil ne se retrouvent à un tel poste, relève Le Journal de Montréal.

M.Carter s'est fait la main depuis 20 ans dans les couloirs du Pentagone et il a développé une vision apocalyptique de ce que les ennemis des Etats-Unis peuvent leur faire subir. Au milieu des années 2000, par exemple, il a publié une analyse au titre terrifiant : "Le lendemain: actions à prendre à la suite d'une explosion nucléai¬re dans une ville américaine".

Il y proposait, par exemple, de fermer les autoroutes aux survivants paniqués pour faciliter la circulation des véhicules d'urgence. Il envisageait l'évacuation massive des grandes villes, s'attendant à ce que d'autres explosions surviennent si la première avait réussi.

Walter Pincus, journaliste du Washington Post qui décortique les textes gouvernementaux les plus obscurs, a constaté que Barack Obama avait demandé au Congrès 8,8 milliards de dollars pour l'armement nucléaire du pays pour 2015-2016: ceci représente une hausse de plus de 10% par rapport à l'année dernière.

M.Pincus conclut que ces demandes budgétaires donnent le sentiment que les Etats-Unis se préparent, en fait, à une guerre atomique.
Propaganda

Télé irréalité et zone euro

© Inconnu
France 5 va diffuser, mardi 17 février, un soi-disant « documentaire » (en réalité une « docu-fiction ») sur une sortie de l'Euro [1]. J'ai été interviewé dans la préparation de ce « document ». Ce que j'en ai vu ne plaide pas en sa faveur. Ce n'est pas l'Euro à la télévision mais la télévision qui se saisit, et dans le plus mauvais sens du terme, de l'Euro. Passons sur le fait que les personnes doutant de l'Euro, ou les partisans d'une dissolution de la zone Euro ne sont que très faiblement représentées. Le plus grave est la volonté consciente et délibérée des réalisateurs de provoquer une inquiétude, voire une panique, dans l'opinion. On détaillera ici les principales remarques.

1. L'hypothèse présentée (une crise des banques en Italie) est absurde. Aucun pays ne sortira de l'Euro en raison d'une crise bancaire. Nous en avons connu par le passé et il ne fut jamais question d'une sortie de l'Euro. Une crise de liquidité peut être gérée par la BCE ou par la Banque Centrale du pays considéré. Les seules raisons qui peuvent provoquer une sortie de l'Euro sont la question des dettes souveraines et des difficultés économiques de compétitivité insurmontables rendant impératives une dépréciation de la monnaie.

2. Le ton de cette « docu-fiction » est volontairement alarmiste et même catastrophiste. On sent la volonté délibérée d'affoler la personne qui regarde. C'est une attitude indigne et honteuse de la part de France 5.
Bell

Chine - Russie : Nouvel ADN pour l'humanité ? (Partie 1)

Traduction : Jacques B. et Richard S., relu par jj et Diane pour le Saker Francophone

© Inconnu
Vladimir Poutine l'a dit clairement : « La Russie et la Chine vont avoir une incidence importante sur l'ensemble des relations internationales. Leur relation sera un facteur de taille sur le plan de la politique mondiale et influera sur l'architecture contemporaine des relations internationales.» (...) Afin de préciser ce que signifie cette relation comme changement d'ordre géopolitique, le président Poutine a ajouté: « La Russie et la Chine n'ont jamais auparavant joui de telles relations de confiance dans le domaine militaire. Les exercices militaires ont donné lieu à des jeux de guerre conjoints sur mer comme sur terre tant en Russie qu'en Chine

Les méga-accords commerciaux et les exercices militaires survenus cette année vont au-delà des activités commerciales ou de coopération frontalières normales entre voisins ou partenaires. Cette relation a des répercussions sur l'ordre mondial. Les deux nations sont en train de former un front de résistance contre la déstabilisation et contre les armes de chaos d'un monde unipolaire.

La Russie et la Chine travaillent de concert à la stabilisation du commerce, de la diplomatie et des équilibres militaires internationaux; mais, ironiquement, cela entraîne des perturbations.
Snakes in Suits

Terrorisme d'État : 42 exemples d'attaques sous fausse bannière admises par leurs auteurs

Traduction : Fawkes News

© Anthony Freda
Cette liste est loin d'être exhaustive. Elle ne représente que quelques exemples d'attaques qui sont aujourd'hui documentées comme étant sous fausse bannière. La liste réelle serait bien trop longue tant cette "culture du false flag" est solidement ancrée dans nos gouvernements "démocratiques". Voilà pourquoi chaque attentat terroriste fortement médiatisé en Europe de nos jours a tendance à être soupçonné d'être un attentat sous faux drapeau: l'histoire nous montre que nos soupçons sont fondés.

Cet article n'aborde pas les attentats en France mais nous aurions tort de penser que notre gouvernement est blanc comme neige. Cette pratique, quoique fortement popularisée par les américains, est comme nous allons le voir, extrêmement répandue dans les gouvernements de par le monde. Il s'agit tantôt d'attaques réelles de terroristes soutenus par des états, tantôt des attaques réalisées par des services de renseignements, parfois des attaques simulées que l'on nous vend comme réelles. En gros, nos gouvernements considèrent que tout leur est permis tant que cela permet d'entretenir la peur dans la population et faire avancer leur agenda politique. Fawkes.
Gear

Photos truquées de militaires russes en Ukraine : un sénateur US furieux

Les médias américains publient des faux censés prouver la participation des troupes russes aux combats dans le sud-est de l'Ukraine.

Le sénateur républicain de l'Oklahoma James Inhofe a laissé éclater sa colère en apprenant que les photos "attestant" l'implication de troupes russes dans le conflit ukrainien, qu'il avait reçues puis fait publier dans les médias, étaient des faux.

"Les représentants du parlement ukrainien nous ont remis ces photos comme tout à fait récentes. Ils nous ont joué un mauvais tour! Nous avons estimé pouvoir les publier, les images correspondant aux reportages depuis la région. J'ai été furieux, en apprenant que l'une des photos avait été truquée en utilisant une photo d'Associated Press prise en 2008", a déclaré M.Inhofe.

Le sénateur a affirmé s'être vu remettre les photos en question par des députés ukrainiens en décembre. Après une vérification plutôt sommaire, ces "preuves à charge" ont été publiées par le journal en ligne conservateur Washington Free Beacon. Peu après, les lecteurs ont prouvé que ces photos avaient été faites dans d'autres "points chauds" plusieurs années auparavant.
Bizarro Earth

De Minsk à Bruxelles, c'est l'Allemagne qui compte

Traduit par Daniel

L'Allemagne est dépositaire de la clé de l'avenir en Europe. On est peut-être parvenu à un accord fragile en Ukraine, mais rien n'est joué en Grèce. Dans les deux cas, il ne faut toutefois pas se fier aux apparences.


Commençons par les négociations éprouvantes de l'Eurogroupe à Bruxelles concernant la dette grecque.

Les représentants de la Grèce jurent n'avoir jamais reçu le brouillon d'un accord possible que des bureaucrates de l'Eurogroupe ont laissé fuiter au Financial Times. Cette ébauche parlait d'une entente modifiant, prolongeant et menant à bonne fin le plan de sauvetage en cours axé sur l'austérité.

Le ministre des Finances de l'Allemagne, Wolfgang Schaeuble, a fait sauter le terme modifiant. C'est l'ébauche qui a fait l'objet de la fuite. Puis le ministre des Finances de la Grèce, Yanis Varoufakis, a appelé le premier ministre Tsipras et la déclaration, qui n'était pas encore signée, a été rejetée. C'était donc une décision en haut lieu de Tsipras.
Snakes in Suits

Les États-Unis ont déjà fourni l'Ukraine en armes dès le début du conflit

Traduction/Relecture : Jefke/ jj et Diane

© REUTERS/ GARY CAMERON
Barack Obama et Angela Merkel à la Maison Blanche à Washington le 9 février 2015
Le président Obama envisage toujours d'armer l'Ukraine dans le cas où le dernier cessez-le-feu serait violé et où le conflit s'intensifie; mais l'analyste politique Stephen Lendman a dit à Spoutnik dans une interview exclusive que le dirigeant des États-Unis ment et qu'ils ont fourni des armes à Kiev depuis le début de l'opération militaire.

Le cessez-le-feu entre des forces de Kiev et les partisans de l'indépendance de Donetsk et de Lugansk est, en gros, respecté. Les bombardements du Donbass se sont arrêtés lorsque la trêve est entrée en vigueur à minuit, selon un porte-parole du siège social d'opérations spéciales de Kiev ce dimanche.

Mais le jour précédent, le président ukrainien Petro Porochenko et le président américain Barack Obama, pendant une réunion par téléphone, ont convenu une nouvelle coordination d'efforts dans le cas d'une violation du cessez-le-feu et une intensification du conflit ukrainien. Stephen Lendman, un chercheur associé au le Centre de la recherche sur la mondialisation explique à Spoutnik, dans une interview exclusive sur les développements récents en Ukraine, que Washington à menti tout le temps - des armes ont été fournies à Kiev depuis le début de l'opération militaire.
Top