Les Maîtres du Monde
Carte

Dollar

Dédollarisation : la France, l'Allemagne et l'Italie rejoignent Banque asiatique d'investissement (AIIB)

Image
ENORME ! C'est donc bien Jim Willie qui avait raison, depuis des années ! Quel changement de paradigme quant à la Dé-dollarisation qui prend une autre ampleur, imaginez un peu l'impact géopolitique, et ce que ça signifie !

La France, l'Allemagne et l'Italie ont décidé de suivre l'exemple de la Grande-Bretagne et de rejoindre la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures (AIIB) gérée par la Chine.

La décision des quatre pays de devenir membres de l'AIIB a porté un nouveau coup aux efforts américains visant à maintenir les pays occidentaux à l'écart de cette nouvelle institution, a écrit le Financial Times se référant à des officiels européens.

La Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures a été lancée à Pékin en 2014. Elle vise à stimuler l'investissement en Asie dans le domaine des transports, de l'énergie, des télécommunications et d'autres infrastructures. Considéré comme une rivale de la Banque mondiale, dominée par l'Occident, et de la Banque asiatique de développement.

La Chine avait déclaré un peu plus tôt cette année qu'au total, 26 pays étaient membres fondateurs, venant pour la plupart d'Asie et du Moyen-Orient.

Handcuffs

Internet et lois antiterroristes liberticides

Image
© Inconnu
Le front des libertés publiques est l'un des rares domaines où le gouvernement ne chôme pas. L'encre du dernier décret concernant les sites faisant l'apologie du terrorisme est à peine sèche qu'une première victime est déjà tombée : le site islamic-news, réputé pro-djihad. Et celui-ci ne devrait être que le premier d'une (très) longue liste car au moins une cinquantaine de plateformes sont d'ores et déjà dans le collimateur du gouvernement.

Prenant acte d'une individualisation des parcours terroristes, la loi du 13 novembre 2014 renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme est dirigée contre les « loups solitaires » se radicalisant sur Internet. Mais gares aux victimes collatérales... La tentation est évidemment grande de s'en servir aussi contre des sites contestataires non liés à la mouvance islamique mais prônant l'activisme militant ou le soutien aux mouvements de libération nationale. En réalité, tout est dans la manière de définir le « terrorisme », notion éminemment élastique...

Eye 1

France : toujours plus de surveillance

Image
© ABO / Science Photo Library
Accès en temps réel aux données informatiques d'internautes, détection des comportements « suspects » en ligne... Un nouveau projet de loi augmente largement l'accès des services de renseignement aux données personnelles des internautes. Ceci, « pour les seuls besoins de la prévention du terrorisme », précise le texte que Le Monde et Le Figaro se sont procurés avant sa présentation devant le conseil des ministres jeudi.

Entre autres mesures, les services de renseignement auraient notamment accès en temps réel à certaines données informatiques, comme les conversations privées sur Skype, Facebook, Twitter.

Le Premier ministre pourrait désormais exiger des entreprises gérant réseaux sociaux et moteurs de recherche à « détecter, par un traitement automatique, une succession suspecte de données de connexion » et à signaler toute dérive aux services, précise Le Monde.

Snakes in Suits

Le nouveau capitalisme criminel

Image
© Inconnu
L'analyse de l'occidentisme, appuyée sur l'observation de la réalité, ce n'est pas du tout fréquent. On voit, dans cet ouvrage, que des hommes d'affaires sont laissés sans surveillance, que la finance est abandonnée à des groupes mondiaux, qu'il n'y a pas d'autres règles que celles dont ils décident eux-mêmes. Le résultat ? Une gigantesque potentialité criminelle, avec passage à l'acte. Les preuves sont présentées en détail.

La finance globalitaire présente cinq caractéristiques

1. Il n'existe aucun lien entre les activités productives qui nécessitent des échanges monétaires et les volumes de monnaie de singe et de titres ronflants que l'on trafique dans cette sphère.

2. Tout est fait pour que personne - sauf les initiés - ne puisse savoir ce qui se trame. Comme dans les sociétés primitives, la divinité doit rester mystérieuse et les miracles de la multiplication des gains demeurer opaques.

3. Il est impossible de surveiller les canailleries des financiers et personne n'est en mesure de les réguler correctement. A l'image d'une caste sacerdotale - dont ils n'ont toutefois pas les devoirs - ils ne rendent de compte à personne.

Commentaire: On pourra lire le dernier article de Joe Quinn afin de réaliser, encore une fois, que le « facteur psychopathie » doit être pris en compte pour tenter de comprendre le fonctionnement global du Système :

- L'insolvabilité de l'impasse É.-U.-Russie : le problème du psychopathe avec les faits russes


Vader

L'insolvabilité de l'impasse É.-U.-Russie : le problème du psychopathe avec les faits russes

© Metro (UK)
« Des milliers mis en danger par une attaque nucléaire de Poutine » /
Ce qui passe pour de « l’information objective » dans les médias occidentaux
Au cas où vous ne l'auriez pas remarqué, une guerre a fait rage autour de vous durant les douze derniers mois. Pas une guerre « chaude », mais une guerre écrasante de propagande du genre qui précède habituellement un tel acte militaire.

Le spectre complet de l'offensive de désinformation É.-U. contre la Russie commença sérieusement en 2006 avec la mort par empoisonnement au polonium du militant anti-Poutine, Alexander Litvinenko. Malgré le fait que, avant Litvinenko, les seuls assassins avec la manière précédente de mort au polonium étaient ceux responsables de l'assassinat de Yasser Arafat, les médias occidentaux ont immédiatement et obstinément pointé du doigt Poutine comme coupable dans l'assassinat de Litvinenko.

Plus tôt cette année, une enquête du gouvernement du R.-U. sur sa mort a débuté et les mêmes allégations, basées sur l'école de l'a priori du « quiconque sait que Poutine est un voyou », privé d'évidence, l'argumentation juridique a été fabriquée. Un petit bout d'information révélée par l'enquête qui a totalement minimisé l'affirmation que Poutine n'avait rien à voir avec la mort de Litvinenko fut, cependant, consciencieusement ignoré par les médias occidentaux.

Propaganda

Grèce : petit guide contre la propagande médiatique

Image
© Inconnu
Malgré l'ingérence et la pression des dirigeants de l'Union Européenne, le peuple grec a décidé de prendre courageusement son destin en main et d'en finir avec les politiques d'austérité qui ont plongé le pays dans la misère et la récession. Dans les pays victimes de la Troïka, mais aussi dans de nombreux autres pays européens, cette victoire est perçue comme un formidable encouragement à lutter pour mettre un terme à des politiques profitables aux marchés financiers et désastreuses pour les populations.

Mais déjà les grands médias relaient l'idée absurde selon laquelle l'annulation de la dette grecque « coûterait 600 euros à chaque contribuable français ». À mesure que les négociations vont se durcir entre la Grèce et la Troïka, la propagande va s'intensifier et notre travail d'éducation populaire sur la question de la dette publique va devenir de plus en plus décisif. Ces réponses aux idées reçues sur la dette grecque ont vocation à y contribuer. [Version PDF / Version ODT]

Magnify

La « disparition » de Poutine

Image
© Inconnu
Pouvons-nous vivre normalement sans Poutine ? Il semble que non, aux dernières nouvelles ; et il semble même que Poutine soit pour le Système une voie sans fin d'exploitation de ce complotisme que ce même Système reproche tant, jusqu'à l'excommunication, à ceux qui eurent l'audace insensée de développer des thèses, voire des constats de complot à propos de 9/11 à l'origine, - puis, depuis, à propos de la majorité des entreprises du Système. Ainsi ne craignons-nous pas, - nous parlons ici pour "ceux du Système", - de faire exactement ce que nous reprochons aux dissidents de faire, et nous-mêmes (nous, le Système) pas dans la dentelle du tout. Durant l'épisode du 5-15 mars (disparition-réapparition de Poutine), le Système a fait preuve d'un "déchaînement de complotisme" qu'on pourrait définir symboliquement selon les normes du "déchaînement de la Matière".

Il faut d'ailleurs noter que la réapparition de Poutine, ou la résurrection si vous voulez puisqu'il semble s'agir d'un homme hors du commun, a permis de compléter le carnet des thèses et hypothèses à ce propos. Son porte-parole Pechkov interrogeait hier les journalistes : « Comment, vous n'avez pas vu Poutine paralysé et capturé par les généraux révoltés parmi lesquels se cachait un médecin étranger ? Il vient juste d'arriver en Suisse où il doit livrer quelques nouveau-nés, comme vous le savez », tandis que de nouvelles investigations concluaient que Poutine aurait bien pu être le deuxième tireur inconnu de l'assassinat de John Kennedy. Comme on voit, il ne faut jamais perdre espoir car la vérité finit toujours par éclater...

Chess

Ukraine, Russie, OTAN, USA : vue d'ensemble de la situation actuelle

Image
© Inconnu
Les États-unis et la Grande Bretagne veulent-ils vraiment une guerre totale ? Il est très difficile de faire la part des choses tant les élites de ces pays semblent divisées en leur sein sur cette question. Au delà de la propagande anti-russe unanime et de la diabolisation de Vladimir Poutine, que d'aucuns qualifieront de bonne guerre, plusieurs groupes d'influences semblent pousser à l'embrasement du conflit. L'option d'une Ukraine neutralisée (finlandisée), pont entre l'Europe de l'Ouest vassalisée et la Russie, telle que la voudrait Zbigniew Brzezinski semble perdre du terrain. Nul doute qu'à Washington certains Think Tanks, animés par le désir de plaire à Wall Street et la City (1), pourraient se résoudre au conflit.

Pour ce faire une idée du genre d'oiseaux qu'on y trouve, il suffit d'ailleurs d'écouter le général US à la retraite, Bob Scales, déclarer sur Fox news que la solution au problème ukrainien serait de tuer le plus de Russes possible (2). L'erreur du vieux dingo, à qui l'on a promptement demandé de la mettre en veilleuse, est probablement d'avoir dit tout haut ce que d'autres pensent bien fort.

Eye 1

Big brother : en Angleterre, bientôt des caméras absolument partout ?

Traduction/Relecture : JJ/Diane

Image
© Inconnu
Les citoyens du Royaume-Uni constituent probablement la population la plus surveillée de l'histoire de l'humanité. Oubliez la mainmise toujours plus grande de la NSA sur toutes les formes de communications possibles. Nous parlons de caméras... partout.

La ville de Londres est équipée de milliers de caméras, comme Manchester, Liverpool, Birmingham et, comme je l'ai dit, elles sont partout. Pour une nation de 64 millions d'habitants, le Royaume-uni compte une caméra de vidéo surveillance pour 11 personnes.

La British Security Industry Authority (BSIA) [L'Autorité britannique sur la sécurité industrielle NdT] estime qu'il y a près de 5,9 millions de caméras de télévisions en circuit fermé, dispersées à l'intérieur du Royaume-Uni, dont 750.000 sont situées dans des zones sensibles comme les écoles, les hôpitaux et les maisons de retraite. Cette statistique date de 2013, mais pensez-vous qu'ils aient décidé d'arrêter un seul instant l'expansion de leur État orwellien durant ces deux dernières années? Il est plus probable que ces chiffres se soient accrus de façon exponentielle depuis deux ans.

USA

La CIA dépassée par le soutien de civils à Daesh

Image

John Brennan, directeur de la CIA, ne comprend pas pourquoi des civils soutiennent ses mercenaires de l’État islamique, malgré leurs crimes.
Dépassée par le développement foudroyant de l'Émirat islamique qu'elle a elle-même créée, l'Agence centrale de Renseignement (CIA) sera profondément réorganisée. Mais le problème qu'elle rencontre est sans précédent : une rhétorique qu'elle avait imaginée pour signer des communiqués de revendication d'actes terroristes sous faux drapeaux s'est transformée en une puissante idéologie au contact d'une population dont elle ignorait jusqu'à l'existence. Pour Thierry Meyssan, la réforme de la CIA sera inefficace : elle ne lui permettra pas de gérer le cataclysme qu'elle a provoqué au Levant.

La CIA est apparue, en novembre dernier, dans l'incapacité d'évaluer la situation en Syrie. Perdue dans ses mensonges, l'Agence ne parvenait plus à identifier les motivations de ses « révolutionnaires ». Pire, elle était incapable de dénombrer les soutiens à la « rébellion » et ceux à la République. Cet échec n'a fait qu'empirer comme l'a montré, fin février 2015, l'effondrement du Mouvement de la Fermeté (Harakat Hazm), l'armée officielle de l'Agence en Syrie [1]. Bien sûr, la vie continue et la CIA a déjà regroupé ses forces au sein d'une nouvelle formation, le Front du Levant (Shamiyat Front).

En créant al-Qaïda, puis Daesh, la CIA pensait engager des mercenaires pour réaliser des missions ponctuelles qu'elle ne pouvait pas revendiquer. Elle n'avait jamais envisagé que des civils puissent prendre au sérieux la phraséologie à quatre sous qu'elle avait imaginée pour rédiger des communiqués de revendication. De fait, personne n'a accordé d'importance au charabia d'Oussama Ben Laden selon qui la présence de militaires non-musulmans de l'Otan, lors de « Tempête du désert », sur le territoire saoudien était un sacrilège qui exigeait réparation. Nulle part on ne trouvera dans le Coran de justification de cette malédiction. Les mercenaires d'al-Qaïda n'ont donc eu aucune difficulté à se battre aux côtés de l'Otan en Bosnie-Herzégovine et au Kosovo. Il ne semblait pas y avoir de raison de croire qu'il en serait autrement aujourd'hui.