Les Maîtres du Monde
Carte


Snakes in Suits

TAFTA : la commission européenne balaye aussi l'avis de la consultation publique

© Inconnu
Faisant face à une vive opposition à l'inclusion de droits spécifiques pour les investisseurs dans le traité EU-États-Unis (TAFTA), la Commission européenne a conduit une consultation publique sur le sujet durant l'été 2014.

Près de 150 000 personnes y ont contribué - le nombre le plus élevé de réponses jamais reçues lors d'une consultation publique de l'UE. Une écrasante majorité (plus de 97 %) a rejeté la perspective d'un mécanisme de règlement des différends dans l'accord transatlantique [1] comme dans ceux déjà conclus, tels que l'accord UE-Canada.

Publiée ce 13 janvier, la réponse de la Commission à cette consultation suggère que ces voix seront ignorées et que de nouvelles consultations se tiendront jusqu'au printemps, avant reprise des négociations.

Le collectif Stop TAFTA dénonce le mépris de la Commission face à la mobilisation des populations européennes pour dénoncer les privilèges accordés aux investisseurs dans le projet d'accord UE-États-Unis. Censée répondre à leurs inquiétudes, la consultation n'aura finalement été qu'une parodie supplémentaire de démocratie visant à dérouler le tapis rouge aux multinationales et à légitimer leurs demandes.
Stock Down

BNS et future crise monétaire ?

© Inconnu
C'est assez drôle, pour ne pas dire inquiétant, que les commentateurs économiques aient considéré la décision de la Banque Nationale Suisse de ne plus être accrochée à l'euro comme une erreur stratégique. C'est à la suite de la votation refusant la parité entre le franc suisse et l'or que l'urgence de réagir est apparue aux yeux de la BNS, qui s'est délestée au cours des trois dernières années de la moitié de ses stocks d'or pour justement rester collée à l'euro, de finalement ne plus se sentir « solidaire » de l'euro.

Les conséquences vont être incalculables pour l'Europe malgré le fait que la Suisse soit un petit pays. Déjà en Pologne, en Slovénie, en Autriche et même en France, tous les prêts adossés au taux de change euro/franc suisse vont devenir insupportables, estimations (optimistes) des analystes de Wall Street : 850 milliards d'euros ! Ce n'est pas tout, les hedge funds qui spéculaient sur une évolution négative du franc suisse ont perdu en une seule journée 8 milliards de dollars et ce n'est que le début de la vague déferlante qui va atteindre la BCE. L'euro va donc poursuivre sa chute avec une surchauffe de la planche à billets adossée sur des moulins à vent ...

Les politiciens qui finalement souhaitaient une quasi parité euro/dollar pour revigorer l'économie de l'Europe feraient bien de reconsidérer la situation. Les gains de quelques bourses européennes de ce jeudi 15 janvier ne sont que le résultat de transferts d'ordres depuis Zürich mais la situation ne pourra que se dégrader dans les jours à venir. Ce signal est avant-coureur d'une prochaine immense crise monétaire.
Propaganda

Uniformisation des médias occidentaux, vers la pensée unique et obligatoire

© Inconnu
Un exemple révélateur de l'uniformisation des médias occidentaux, et singulièrement francophones, nous est encore donné ce jour. « Libération, L'Express et la chaîne israélienne i24news bientôt réunis » annonce l'AFP.

Le journal Libération, la chaîne d'information israélienne i24news et le magazine L'Express (on comprend mieux ainsi certaines positions ...) vont être réunis « au sein d'un nouveau groupe plurimédias "Mag&NewsCo , détenu par le patron de Numéricable et SFR Patrick Drahi, coactionnaire de Libération, et son associé Marc Laufer, ont-ils annoncé mercredi ». Presse écrite, magazines, TV, radio, distribution Bouquet TV, location de films, publicité (et donc contrôle médiatique), téléphonie mobile : une concentration au profit de de i24news ...

« Mag&NewsCo, groupe média diversifié, intégrera la télévision, la radio, la presse écrite, le numérique et le mobile », indiquent les deux hommes d'affaires, qui sont en train de racheter au groupe belge Roularta les magazines L'Express et L'Expansion, et 8 autres titres. « Marc Laufer et Patrick Drahi seront les deux seuls actionnaires du groupe. Le management opérationnel sera effectué par Marc Laufer », précisent-ils. Pour l'instant, Libération est détenu à 50% par Patrick Drahi et Marc Laufer, et 50% par l'homme d'affaires Bruno Ledoux et ses associés.
Family

Cas d'école : Bhopal, trente ans après, la tragédie continue

Traduction : Françoise Vella

© Giles Clarke et Bhopal Medical Appeal CC
En décembre 1984, la ville indienne de Bhopal était le théâtre d'une des plus importantes catastrophes industrielles de l'histoire, dont les terribles conséquences humaines et environnementales se font encore sentir aujourd'hui. Bhopal apparaît aussi comme un cas d'école de la difficulté pour les victimes d'obtenir justice face aux entreprises multinationales et à leurs dirigeants, particulièrement lorsqu'il s'agit de populations pauvres d'un pays du Sud de la planète. Bilan en trois parties du trentième anniversaire de Bhopal, par Sunita Narain et Chandra Bhushan du Center for Science and Environment de New Delhi.

C'est dans la nuit du 2 décembre 1984 que Bhopal est morte un million de fois. Le produit chimique, l'isocyanate de méthyle (MIC), qui s'est déversé depuis une usine de pesticides d'Union Carbide India Ltd (UCIL) a transformé la ville en une vaste chambre à gaz. Prise de vomissements, la population s'enfuyait dans les rues et mourait. La ville s'est trouvé à court d'incinérateurs. Ce fut la première (et jusqu'à présent, la seule) catastrophe industrielle majeure qu'ait connu l'Inde. Auparavant, les gouvernements successifs avaient dû faire face à des inondations, à des cyclones et même à des tremblements de terre, mais ils ne savaient absolument pas comment réagir face à un tel événement. La société multinationale américaine Union Carbide Corporation (UCC), propriétaire de l'usine par l'intermédiaire de sa filiale UCIL, n'a pratiquement rien fait pour aider l'Inde à faire face à cette tragédie humaine. Trente ans plus tard, la tragédie continue. Non pas à cause de ce qui s'est passé durant cette nuit fatidique, mais à cause de l'incompétence et de l'indifférence qui ont suivi.

Commentaire: Ce qui ressort de tout cela, bien plus qu'une histoire de conflit entre institutions, c'est la vulnérabilité totale d'une population inconsciente des dangers qui la guette, quels qu'ils soient. Et n'est-ce pas là toujours la même histoire ? Un manque de connaissance entrainant une fragilité que d'autres forces ne manqueront pas d'exploiter ? En y réfléchissant, le problème ne vient pas tant de la puissance supposée, et quelque fois avérée, du camp opposé, des ennemis de la vie en quelque sorte, mais bien bien plutôt des faiblesses qui permettent à ces opposants-la d'avoir une emprise, une accroche, fatale, au bout du compte.

Et ceci est transposable à n'importe quelles situations, pour n'importe quels pays, dans n'importe quelles conditions. A l'abri en France ? Mais pas du tout...

- Uranium Le scandale de la France contaminée
- Scandale sanitaire : raffinerie d'uranium à ciel ouvert... en France
- De l'uranium déversé dans les champs

USA

Les USA : une mythologie revisitée au service du fascisme

À ce jour, le gouvernement des États-Unis s'est associé à beaucoup de fascistes et autres néonazis. En Ukraine, un gang portant l'emblème du svastika (croix gammée) et se faisant appeler Pravyï Sektor (Secteur droit) a été la première force engagée dans la campagne de violence de rue et de terreur qui amena la chute du gouvernement élu. Le Pravyï Sektor est seulement l'un des nombreux groupes d'ultranationalistes ukrainiens qui admirent ouvertement la figure d'Hitler. De nombreuses personnalités du régime de Kiev, soutenu par les USA (vu qu'il menace la Russie), ont publiquement loué Adolphe Hitler. Le régime de Kiev dépend de ces fanatiques cinglés et violemment anti-russes, alors qu'il lutte contre sa propre population, dans l'Est du pays.

En Syrie, les USA se sont associés avec des extrémistes takfiristes. Il s'agit de groupes islamistes qui appellent à l'extermination de ceux qui ont des croyances religieuses jugées inacceptables. Les takfiristes sont connus pour torturer, recruter des enfants soldats et commettre d'autres crimes aussi abominables contre le genre humain. Ils décapitent sommairement des gens, au motif d'une simple appartenance ethnique ou religieuse. Le gouvernement US et ses alliés ont financé ces groupes dans l'espoir de renverser la République arabe syrienne.

En Bolivie, au Venezuela, en Équateur et en d'autres pays bolivariens, l'opposition soutenue par les USA rassemble beaucoup de personnes qui admirent des dictateurs fascistes, comme Francisco Franco et Augusto Pinochet. La minorité anti-bolivarienne en Amérique latine parle ouvertement de lancer une campagne de violence terroriste, pour renverser les gouvernements élus, tous pro-socialistes. Le politicien vénézuélien Robert Serra a déjà été assassiné par ces extrémistes, et leur campagne de violence est sur le point de s'intensifier, à mesure que ces gouvernements populaires et anti-capitalistes se renforcent.

Même sur le sol étasunien, il y a une recrudescence du sentiment fasciste et néonazi.
Gear

La malédiction de la mauvaise action

© Inconnu
Peu de temps avant son décès, Peter Scholl-Latour a écrit un nouveau livre paru en automne 2014. C'est le 33e livre dans une longue série d'ouvrages extraordinaires formant un fil rouge à travers l'histoire des derniers 70 ans. Son livre sur l'Indochine « Der Tod im Reisfeld » [La mort dans la rizière], paru en 1980, a été le livre de non-fiction le plus vendu en Allemagne depuis 1945. Dans « Der Weg in den neuen kalten Krieg » (2008) [La voie vers la nouvelle guerre froide], il a analysé les années de 2001 à 2008, notamment les conséquences du 11-Septembre, sur la politique mondiale. Et maintenant, en dernier, est paru « Das Scheitern des Westens im Orient » [L'échec de l'Occident en Orient] avec des analyses actuelles des champs de bataille en Orient et en Ukraine. C'est le testament d'un double citoyen allemand-français, d'un grand Européen, d'un amoureux de la diversité des êtres humains, des paysages du Levant jusqu'au Golfe et au-delà. Peter Scholl-Latour était un vrai citoyen du monde.

Notes bibliographiques

Peter Scholl-Latour est né le 8 mars 1924 à Bochum de parents originaires d'Alsace-Lorraine. A cause de sa mère juive Mathilde Nussbaum, il a été classé d'après la loi de Nuremberg sur les races comme métis de premier degré. Le frère de la mère, Robert Nussbaum a été assassiné au camp de concentration de Sachsenhausen. Peter Scholl-Latour a été baptisé selon la foi catholique et a fréquenté de 1936 à 1940 le collège jésuite de Saint Michel à Fribourg en Suisse. Puis, il a dû retourner en Allemagne et a passé son examen de maturité à Kassel en 1943. En 1944, il a voulu servir comme volontaire dans l'armée française pour combattre les Allemands. Cette tentative ayant échoué, il a essayé de se joindre aux partisans de Tito. Déjà arrêté dans la Steiermark , il y restera jusqu'en 1945 prisonnier de la Gestapo à Graz, Vienne et Prague. Après sa libération, Peter Scholl-Latour a servi dans l'unité parachutiste française Commando Ponchardier.

Commentaire: On réalise qu'il est vraiment impossible de comprendre la signification réelle d'un évènement en faisant fi de la mise en perspective historique. La bonne nouvelle, c'est qu'un créneau de 150 ans, d'aujourd'hui à hier, est déjà suffisant pour nous donner l'occasion d'y piocher tout ce qu'il faut. Les manipulations à grande échelle, les manœuvres retorses et la propagande, tout est là : ouvrons les glorieux livres d'histoire des 19 et 20e siècle.

Beaker

Autorisation des cultures d'OGM facilitée par le Parlement européen : les entreprises gagnent

© Flickr
Les députés européens ont adopté mercredi une directive facilitant les autorisations de cultures transgéniques. Elles ne seront plus décidées au niveau communautaire, mais par chaque État. Et les entreprises pourront attaquer les interdictions.

C'en est fini de la directive 2001/18 qui présidait depuis quatorze ans à l'autorisation de tout nouvel organisme génétiquement modifié (OGM) et dont les difficultés d'application bloquaient de facto les cultures transgéniques en Europe - le seul OGM cultivé dans l'Union est le maïs MON 810, autorisé en 1998 dans le cadre d'un précédent texte européen. Les députés européens ont en effet voté mercredi 13 janvier à Strasbourg à une très large majorité (480 voix contre 159) une nouvelle directive dont on peut craindre qu'elle soit beaucoup plus favorable aux OGMs.

Commentaire: Les derniers remparts sont abattus. Et si l'on parle de liberté, c'est bien de celle des entreprises de l'agro-chimie dont il est question. La notre, enfin, ce qui l'en reste, se situe en aval, en choisissant avec soin et avec l'aide d'une loupe, ce que nous décidons de manger.

- Les dangers d'une alimentation aux OGM soulignée par une étude égyptienne

Stormtrooper

Le Pentagone rase les localités en Syrie et en Irak...

Jet
Les chasseurs de la coalition ont frappé à 18 reprises les positions de Daech ces dernières 24 heures !

Douze frappes ont eu lieu contre l'Irak et ses infrastructures rasées sous prétexte de frapper Daech tandis que six autres ont visé Kobani et ses environs quasi vidés de Daech. les raids aériens de la coalition détruisent essentiellement les infrastructures de l'Irak et de la Syrie sans porter réellement atteinte aux terroristes
Stock Down

Les intérêts étasuniens en Arctique mis à mal par les sanctions anti-russes

Les États-Unis ont perdu l'excellente possibilité de continuer à coopérer avec la Russie en Arctique qui cherche désormais de nouveaux partenaires dans la cadre de projets régionaux, alors que les sociétés américaines subissent des pertes considérables à cause des sanctions anti-russes, écrit The National Interest.
Arctique
© © University of Hamburg, Germany
De nombreuses grandes sociétés européennes et américaines comme BP, Total, Shell, Statoil et ExxonMobil, qui coopéraient avec des sociétés russes sur le plateau continental de l'Arctique, ont suspendu ou considérablement réduit le nombre de leurs projets en perdant des millions de dollars. Aussi, ExxonMobil avait suspendu la coopération avec Rosneft sur un projet en mer de Kara d'un coût de 700 millions de dollars, rappelle le magazine.

La signature des accords début décembre à Delhi entre les leaders russe et indien Vladimir Poutine et Narendra Modi, signifie que la Russie est résolue à remplacer les sociétés étasuniennes. Les États-Unis doivent désormais se préparer au fait que cela aura un impact négatif sur les activités et les bénéfices des grandes sociétés occidentales en Russie.

Commentaire: Nous pouvons nous demander si les États-Unis ont vraiment intérêt à ce que les grandes sociétés occidentales (Europe) conservent leurs activités et bénéfices en Russie, sans omettre que ces sociétés sont en passe d'être assujettis à la loi étasunienne à travers l'accord TTIP (Tansatlantic Trade and Investment Partnership).

Megaphone

Le son comme arme




Commentaire : La partie sur les infrasons est très interessante. On peut très bien imaginer que les armes infrasons soient utilisées à grande échelle pour modifier l'état émotionnel des populations, notamment lors d'un événement traumatisant pour finir de les irriter et finalement les amener à sur-réagir accepter ce qu'elles n'auraient pas accepté dans un état moins stressé.


Tu traînes tes guêtres dans les manifs et sur
Article XI, alors on n'a sans doute plus grand chose à t'apprendre sur la matraque, les lacrymos, le canon à eau, le tazer et le flash-ball. Mais on s'est dit qu'on allait te familiariser avant que tu n'y goûtes avec une nouvelle catégorie d'armes dites « non-létales » : les armes soniques. Et on s'intéresse plus généralement aux usages militaires et policiers du son.

Un grand merci à Solenn Moreau, Claude Ollivier, Alexandra et aux lecteurs d'Article XI pour leurs relectures avisées.

Pour amorcer cette nouvelle série d'articles, sur les usages politiques et sociaux du son, on s'intéresse à de nouvelles armes, dites soniques ou acoustiques, qui équipent les polices, les armées, les commerces et même les particuliers de divers pays. Tour d'horizon de la panoplie existante, depuis les armes infrasoniques, en passant par les fréquences moyennes & la musique et jusqu'aux très hautes fréquences et aux ultrasons, majoritairement employées dans le domaine sécuritaire. Et premières ébauches d'une résistance sonore.





« Les oreilles n'ont pas de paupières »2 : aspects techniques de l'audition

Illustration_Le contrôle par le son comme arme

Dessin de Tristan¹
Considérée d'un point de vue guerrier, l'oreille est une cible vulnérable : on ne peut pas la fermer, on ne choisit pas ce qu'elle entend, et les sons qui lui arrivent peuvent modifier profondément notre état psychologique ou physique. Les premières recherches militaires et scientifiques sur l'impact du son sur l'organisme remontent à la Seconde Guerre mondiale, à une époque où les États-Unis s'inquiètent de l'avance de l'URSS dans le domaine du lavage de cerveau3, et de l'inventivité nazie dans celui de l'armement4. La CIA, conjointement avec les services secrets canadiens et britanniques, se lance alors dans de savantes expérimentations sur les manipulations sensorielles, notamment auditives5. C'est surtout à partir des années 1960 que la recherche se structure - et dans les années 1970, les Russes développent des techniques de « psychocorrection », autrement dit de manipulation mentale, qui s'appuient sur les propriétés de l'audition afin de contrôler les dissidents, de les démoraliser, et de briser les émeutes. Dans les années 1990, les premières armes deviennent publiques, puis certaines d'entre elles, notamment dans les années 2000, trouvent une application dans le domaine civil.
Top