Les Maîtres du Monde
Carte

Pistol

Grèce-Israël : des accords militaires sans précédent

Traduction : A l'encontre

Image
© Inconnu
Moshe Ya’alon, ministre israélien de la Défense, et son homologue, Panagiotis Kammenos, le 19 juillet, au ministère de la Défense d’Israël
Les forces armées grecques, ainsi que celles de l'Italie s'entraîneront bientôt en Israël.

C'est le dernier indicateur de l'approfondissement de l'alliance militaire forgée entre Israël et le gouvernement grec, sous direction du parti de gauche Syriza. Le mois dernier, des pilotes d'hélicoptères israéliens ont réalisé des exercices de combat sans précédent de 11 jours près du Mont Olympe, en Grèce [1]. En mai [2] puis en juillet 2015, le gouvernement dirigé par Syriza a également signé un accord militaire avec Israël, qui n'a d'égal que celui, similaire, qui existe entre Israël et les Etats-Unis: garantissant des immunités légales à chaque personnel militaire lors d'un entraînement dans un autre territoire [3].

L'accord militaire a été signé au nom du gouvernement par Panagiotis Kammenos, le ministre de la Défense, membre des Grecs indépendants [ANEL], le junior partner du gouvernement de coalition. Mais il n'y a pas de doute que Syriza donne son soutien: en juillet [le 6 juillet], Nikos Kotzias, le ministre des Affaires étrangères nommé par Syriza [4], a voyagé à Jérusalem pour des discussions au sommet avec le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou afin de « renforcer les liens bilatéraux entre les deux pays ». Plus tôt cette année, des avions de guerre israéliens ont réalisé des missions d'entraînement intensives en Grèce, une expérience qui sera sans aucun doute utilisée pour attaquer la bande de Gaza lors de futurs assauts militaires israéliens.

Bad Guys

Les guerres de basse intensité du 21ème siècle

Image
« L'ancien monde est déjà disparu, le nouveau monde n'est pas encore là, et dans cet entre-deux les monstres apparaissent ». Antonio Gramsci.

Depuis toujours, l'homme se bat avec son prochain, et à plusieurs reprises au cours de l'histoire, des guerres particulièrement meurtrières ont eu lieu, faisant plusieurs millions de victimes. Il est connu que le monde actuel va mal et que la fin du XXe siècle et ce XXIe siècle devaient nous amener à la sérénité, maintenant que la Guerre froide appartient au passé. Après le démantèlement de l'Urss, l'Occident promettait « Un Nouvel Ordre » une « Fin de l'histoire » et une « paix pour mille ans ». Les guerres se sont multipliées en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie centrale ; principalement visés les pays arabes et musulmans.

Il est primordial de dresser un bilan des guerres qui affligent plusieurs régions dans le monde afin de développer une conscience profonde d'indignation devant cette situation intolérable qui perdure et qui s'avère la poursuite d'un siècle marqué par plus de 200 guerres. Depuis le début du millénaire on compte jusqu'à ce jour 55 guerres, conflits armés, opérations militaires ou révoltes, cette période ayant été désignée par l'ONU comme un temps fort pour le développement avec les Objectifs du Millénaire. Mieux encore, il semble qu'il n'y ait que 11 pays qui ne soient pas en guerre dans le monde. On y retrouve la Suisse, le Brésil, le Vietnam et curieusement le Qatar dont on sait qu'il est un exportateur net de la violence grâce à sa diplomatie du chéquier.

Dollar

Hydre Mondiale, oligopole bancaire

Traduit du français par : Estelle et Carlos Debiasi

Image
Les banques « systémiques » jouent un rôle néfaste dans les sociétés du monde à un moment où elles ont fait de la démocratie un otage de leurs intérêts privés. Pour la première fois la relation de forces entre le public et le privé on en a fait un tour.

Le monde, la politique, la démocratie et les finances sont dominés par une hydre mondiale composée par 28 grandes banques internationales dont les politiques fixent non seulement le cours des finances mais aussi de la démocratie parlementaire. C'est l'argument implacable et sévèrement démontré par l'économiste français François Morin dans son livre qui vient d'apparaître en France : « L'Hydre Mondiale, l'Oligopole Bancaire » (Lux Editeur). Professeur émérite de sciences économiques à l'Université de Toulouse, François Morin a été membre du conseil général de la Banque de France et du Conseil d'analyse économique. « L'hydre mondiale » est un conglomérat de 28 banques coordonnées entre elles - « interconnectées » - qui gèrent le marché des changes, les taux d'intérêt, créent les produits toxiques pour lesquels ensuite les États, ou bien, les citoyens paient, qui influent sur les économiques politiques et modèlent la démocratie à leur guise.

Magnify

Protestations, résistance et tentatives de confinement ou d'isolement des USA

Image
© Inconnu
Le cœur du système capitaliste mondialisé se trouve dans les États-Unis d'Amérique. Il se développe et assure son expansion grâce à des interventions directes et indirectes dans l'ensemble mondial. Ce système exerce sur tous les peuples un contrôle de leur existence et de leur destinée. Il accable l'état d'être de milliards d'habitants et ce dans toutes les régions du monde. Est-il possible, dans ce contexte, de concevoir, dans le but de contrer ce processus, un mouvement mondial en faveur du confinement des États-Unis ? Que faudrait-il faire pour que cette entreprise prenne forme de façon concertée à l'échelle planétaire ?

Il semble que jusqu'à maintenant il ait été difficile de penser qu'il soit possible de neutraliser la puissance des Étasuniens en raison de leur présence militaire hégémonique sur tous les continents et les océans . En outre, la grande puissance de l'OTAN sur laquelle se fondent désormais leurs projets d'intervention s'avère un obstacle quasi insurmontable. Le contrôle des communications et de l'information qu'ils exercent constitue un autre rempart devant toute tentative d'isolement de cet État de même qu'il est difficile de contrer les efforts qu'ils déploient pour contraindre les peuples à faire la guerre les uns contre les autres, ce qui leur permet de s'assurer d'un marché mondial lucratif pour leurs armements.

Bad Guys

Crise migratoire et Système-zombie

Image
© Inconnu
On dit que l'enfer est pavé de bonnes intentions, et c'est là toute l'histoire de la modernité occidentale et de son libéralisme triomphant. Ainsi, le Marché et le Droit étaient censés venir à bout de l'Histoire et de ses guerres par l'avènement d'une humanité nouvelle sans autre aspiration que la réalisation des désirs particuliers de chacun. L'échec est total. Non seulement la modernité occidentale à la sauce libérale conduit le monde à la ruine ; non seulement elle organise méthodiquement la guerre de tous contre tous dans une tentative désespérée de faire cohabiter tous les égoïsmes concurrents ; non seulement elle réussit le tour de force de multiplier les conflits locaux ou régionaux et de paver la voie au retour des grandes guerres qu'elle prétendait éviter ; mais elle exige aussi d'être adorée et considérée comme un modèle de vertu indépassable, glissant dès lors inexorablement vers ce totalitarisme dont elle se croyait également l'antidote.

La faillite est donc complète, parfaite et pour tout dire exemplaire. Pourtant, cette modernité pervertie, cet empire libéral mondialisé devenu « Système », aligne une puissance de feu telle désormais qu'il ne peut même plus s'effondrer naturellement. Reste dès lors une sorte d'empire déjà mort mais incapable de mourir tout à fait en même temps, un Système-zombie en somme, croulant sous le poids des crises qu'il engendre, qu'elles soient écologique, géopolitique, économique ou, comme aujourd'hui, migratoire.

Bad Guys

L'État profond américain

Image
Avec son aimable autorisation, j'ai traduit cet article de Philip Giraldi, un ancien officier de la CIA devenu un commentateur dissident de la politique étrangère états-unienne. Cette analyse m'a semblé intéressante au regard de l'actualité. En effet, le concept d'« État profond » est en train de se populariser : aux États-Unis, il désigne un système de gouvernance informel, occulte et démocracide dont Wall Street est l'épicentre. J'ai moi-même tenté d'appliquer ce concept à la France, dans un article publié par DeDefensa.org et influencé par Peter Dale Scott, dont je suis le traducteur. Philip Giraldi m'a indiqué ne pas connaître cet auteur ; néanmoins, sa définition de l'État profond américain est proche de celle du Dr. Scott.

Dans cet article, M. Giraldi explique d'abord ce qu'est l'État profond turc, montrant dans quelle mesure le patriotisme peut devenir un prétexte pour subvertir la démocratie et satisfaire des intérêts particuliers. Il décrit ensuite l'État profond américain, en déplorant le fait que ses acteurs soient attirés par le profit au détriment de l'intérêt général, de la démocratie et de la sécurité collective. Ainsi, il dénonce notamment la surveillance de masse, la dérégulation financière, la corruption politique et la guerre globale contre le terrorisme. Il est donc intéressant de connaître l'opinion d'un ancien officier de la CIA sur l'actuel système de gouvernance aux États-Unis, car son constat est aussi sévère qu'alarmant. Maxime Chaix.

Eye 1

Chine et surveillance : des policiers directement déployés dans les sociétés du web...

Image
© CC BY-SA Mitya Ku
Afin de lutter contre la propagation des "rumeurs" sur le net, les autorités chinoises vont déployer des policiers directement dans les principales sociétés du web.

C'est un cap majeur que la Chine s'apprête à franchir en matière de surveillance. En plus des mesures déjà en place pour supprimer les informations qui ne plaisent pas au pouvoir central, Pékin va prochainement déployer des policiers dans les locaux des principales sociétés du web pour empêcher plus rapidement la propagation des contenus illicites sur la toile mais aussi pour augmenter la pression sur ces entreprises afin qu'elles mettent davantage de cœur à l'ouvrage dans la censure.

On ne sait pas encore quelles seront les firmes qui devront accueillir ces "commissariats décentralisés", selon l'expression de Pierre Haski de Rue89, mais Alibaba, qui est le spécialiste du e-commerce en Chine, a d'ores et déjà fait part de sa volonté (a-t-il le choix ?) de coopérer avec les autorités. L'on imagine que des groupes chinois comme Baidu (moteur de recherche), Sina (portail web) et Tencent (réseautage social) vont suivre rapidement le mouvement.

Propaganda

Apple News : pour une info aseptisée et un meilleur contrôle des foules ?

Image
© Inconnu
La multinationale au logo de pomme se prépare à lancer Apple News pour concurrencer Google News.

Le démarrage se fera aux États-Unis, en Australie et en Grande-Bretagne, les nations gendarmes du nouvel ordre mondial. Apple a déjà signé des accords avec différents médias tels que The New York Times, The Economist, Time, Vanity Fair,... Ceux-ci fourniront aux services d'Apple News des articles mais c'est Apple qui sélectionnera ce qui sera publié sur Apple News et choisira les titres. L'application francophone d'Apple News ne fera son apparition qu'après le rodage de la version anglo-saxonne.

Mais il est à craindre que cette nouvelle emprise d'Apple sur l'information diffusée sur internet vienne ajouter à l'aseptisation de la grille de lecture de l'actualité. En effet, il existe déjà un indice inquiétant à ce sujet : la charte qu'Apple fait signer à la presse française pour « mériter » de publier une publicité d'Apple - chèrement payée - en dos de couverture. Pour bénéficier de ce budget publicitaire, les médias français doivent s'engager à ne pas aborder certains sujets en couverture. Les thèmes interdits sont la cigarette, le sexe, la violence, mais aussi... la guerre et le terrorisme.

Si Apple News conserve la même politique que cette charte publicitaire d'Apple, le traitement de l'actualité pourrait bien ressembler à un concert de banalités positives destinées à assurer le formatage d'une société consumériste. Pas un mot sur les guerres ou le terrorisme téléguidés par l'Empire du Nouvel Ordre Mondial, juste des conseils pour continuer à sagement consommer les produits dont Apple se chargera par ailleurs de vous faire la publicité.

Pour mémoire, ci-dessous, une vidéo de Steve Jobs, fondateur d'Apple, datant de 1983. Avec culot, il y était question de s'opposer à la dictature de la pensée unique décrite par George Orwell dans son roman d'anticipation 1984.


Vader

Les forces spéciales du SAS britannique déguisés en rebelles de l'EIIL combattent Assad en Syrie

Traduit par Résistance 71

Image
© Inconnu
Le 2 Août, le journal britannique du Sunday Express titrait "Le SAS se déguise en combattants de l'EI dans la guerre secrète contre les djihadistes":


"Plus de 120 membres appartenant au régiment d'élite se trouvent actuellement dans le pays ravagé par la guerre, secrètement déguisés en noir et faisant flotter les drapeaux de l'EIIL", ils sont engagés dans ce qui est appelé l'Operation Shader: attaquer des cibles syriennes sous le prétexte de combattre l'EIIL.

Il se peut que des forces commandos américaines et des éléments de la CIA soient impliqués de la même manière. Pendant la guerre d'Obama en Libye, la Grande-Bretagne a déployé des centaines de ses membres des Special Forces Support Group (SFSG) parachutistes, tirés de ses personnels du SAS (Special Air Service) et du SBS (Special Boat Service).

Environ 800 Royal Marines et 4000 Marine américains se tenaient en renfort, prêts à intervenir le cas échéant.

Cette dernière révélation intervient deux semaines après avoir appris que le premier ministre David Cameron avait approuvé l'an dernier que les avions britanniques rejoignent ceux des Etats-Unis pour bombarder la Syrie malgré le rejet du parlement britannique en Août 2013.

Propaganda

La propagande américaine, fausse et stupide

Traduit par jj, relu par Diane pour le Saker Francophone

Image
© Inconnu
La propagande US est tellement ridicule qu'aucune personne intelligente et éclairée ne lui donnerait la moindre considération sérieuse. Elle insulte l'intelligence du public.

Voici un exemple typique de ce ridicule : le 16 juillet, le Département d'État américain a publié un « Voyage en Ukraine Avertissement » qui dit :

« Le Département d'État des États-Unis conseille à ses citoyens de reporter tout voyage en Crimée et dans les régions orientales de Donetsk et Louhansk, et recommande à ceux qui vivent actuellement là-bas ou y sont en visite de les quitter... Les séparatistes soutenus par la Russie continuent de contrôler les zones dans les oblasts de Donetsk et Louhansk. Malgré la signature d'un accord de cessez-le feu par les représentants de l'Ukraine, de la Russie et de l'OSCE, de violents affrontements entre les forces séparatistes russes combinées et les forces ukrainiennes continuent dans certaines parties de ces régions orientales de l'Ukraine, provoquant des milliers de blessés et de morts. L'accord de cessez-le feu a créé une ligne de démarcation de facto entre les zones ukrainiennes contrôlées par le gouvernement et celles tenues par les séparatistes en Ukraine, avec de nombreux points de contrôle tenus par les uns ou les autres. Des individus, y compris des citoyens américains, ont été menacés, détenus ou enlevés pendant des heures ou des jours après avoir été arrêté aux points de contrôles séparatistes ...

Le Département d'État des États-Unis conseille également à ses citoyens de reporter tout voyage dans la péninsule de Crimée, qui est occupée par la Russie. La Fédération de Russie est susceptible de prendre d'autres mesures en Crimée pendant le reste de l'année 2015 suite à son annexion illégale et à son occupation de cette partie de l'Ukraine. La communauté internationale, y compris les États-Unis et l'Ukraine, ne reconnaissent pas cette prétendue annexion. La Fédération de Russie maintient une présence militaire en Crimée et le long de la frontière orientale de l'Ukraine... »