Les Maîtres du Monde
Carte

Propaganda

Ukraine : l'assassinat de la vérité

Traduit par Résistance 71

Image
Le régime Obama et ses monstres néo-conservateurs ainsi que leurs vassaux européens ont ressuscité un gouvernement nazi et l'ont localisé en Ukraine. Lisez cette déclaration d'elena Bondarenko, députée ukrainienne:

http://slavyangrad.org/2015/04/18/statement-by-elena-bondarenko-peoples-deputy-of-verkhovna-rada-of-ukraine/

Les médias occidentaux ont créé un narratif fictif de ce qu'il s'est passé en Ukraine. Le coup organisé par le régime Obama qui a renversé le gouvernement démocratiquement élu de l'Ukraine n'est jamais mentionné ; les milices arborant des symboles nazis sont ignorées. Ces milices nazies sont la principale source de violence qui a été infligée aux populations russophones, ceci ayant eu pour résultat une sécession des républiques du Donbass. Au lieu de rapporter ce fait, les médias occidentaux corrompus jusqu'à la moelle ne font que régurgiter la propagande de Washington pour dire que la Russie a envahi et est en train d'annexer l'Ukraine de l'Est et du Sud. Les politiciens britanniques et européens répètent les mensonges de Washington comme des perroquets.

Les médias occidentaux sont les complices de bien des crimes de guerre qui ont été couverts par des mensonges, mais le tissu de fadaises tissé par les médias occidentaux au sujet de l'Ukraine est la collection la plus audacieuse de mensonges à ce jour. En réalité, la vérité a été assassinée en Occident. Il n'y a absolument aucune respect que ce soit pour la vérité dans toutes les capitales occidentales.

Vader

Centrafrique : des soldats français accusés de viols sur des enfants affamés et sans abri

Image
"Affamés et sans abri", des enfants âgés de 7 à 9 ans de Bangui (Centrafrique) auraient été violés par des soldats français. Un rapport confidentiel, sur lequel The Guardian a mis la main, a entraîné la suspension d'un membre de l'ONU qui l'avait remis aux autorités françaises.

The Guardian a pu lire ce rapport confidentiel de l'ONU. On y parle de "viols" et "sodomies" sur des très jeunes enfants. Ils auraient été commis dans le centre d'accueil à Bangui, en Centrafrique, qui accueillait les réfugiés qui fuyaient les zones de conflit.

Abusés contre de la nourriture

Détail sordide: les soldats français auraient "échangé" ces services contre de la nourriture. Cité par Le Soir, le quotidien The Guardian a raconté l'horreur en révélant les témoignages des enfants auprès de l'ONU et l'UNICEF. Les faits remontent à la période décembre 2014-juin 2014.

Chess

L'Égypte prête à envahir la Libye ?

Image
© Inconnu
Le président égyptien Abdel Fatteh Al Sissi masse actuellement les forces armées égyptiennes à la frontière libyenne en vue de l'invasion de l'Est du pays, essentiellement la Cyrénaïque, pour détruire les forces islamistes qui s'y trouvent.

L'activité dans les ports égyptiens laisse penser que la marine pourrait opérer un débarquement d'infanterie de marine dans la région de Derna (100 000 habitants), la nouvelle capitale de l'État Islamique en Libye. Le chef de l'état égyptien a été informé de l'infiltration récente, après celle du Sinaï et de la Libye, de villes égyptiennes et même d'unités de l'armée. Il entend donc détruire les bases arrières de l'État Islamique à ses frontières pour stopper ce phénomène.

L'État Islamique acheminerait dans le même temps des renforts dans l'Est libyen, depuis la Syrie, l'Irak et même le Sinaï. Al Sissi a assuré au directeur de la CIA, John Brennan, en visite le 19 avril dernier au Caire, que ses troupes ne resteraient pas en Libye. Les USA redoutent en effet que l'Égypte ne veuille contrôler directement cette partie du pays riche en pétrole. L'armée égyptienne entend écraser les djihadistes puis transmettre le pouvoir au gouvernement légal se trouvant à Tobrouk.

Le directeur de la CIA aurait insisté pour que l'Égypte agisse uniquement via les milices libyennes du gouvernement de Tobrouk, dirigées par le citoyen américain Khalifa Hifter. Le président Al Sissi préférerait régler rapidement et directement la situation, devenant ainsi l'élément central dans le règlement de la question libyenne, au détriment des USA, de la France et de l'Angleterre. Un revirement qui ne doit pas déplaire à Vladimir Poutine.

Cow Skull

Le brevetage du vivant non-modifié lui aussi autorisé

Image
Les brevets de Monsanto et Syngenta sur les plantes et les animaux mettent en péril la sécurité alimentaire du monde.

Le 25 mars dernier, l'Office européen des Brevets - qui se trouve à Munich en Allemagne - a pris une incroyable décision, qui a fait l'effet d'un coup de tonnerre dans le ciel européen. Après de longs mois, voire même des années d'attente, la sentence est tombée : il est désormais possible de breveter des variétés de tomates et de brocolis sélectionnées de manière conventionnelle, ne présentant aucune invention particulière. Il s'agit donc là d'une véritable révolution, qui vide de sa substance le droit des brevets existant. Selon le droit en question en effet, les procédés de sélection conventionnelle des plantes et des animaux ne peuvent en aucun cas faire l'objet d'un brevet, déposé, par exemple, par l'une ou l'autre géant de l'agrobusiness, tels que Syngenta ou Monsanto, lesquels sont de facto les grandes gagnants de cette décision hallucinante.

Magnify

Poutine selon ses proches : un homme de conscience

Image
A l'occasion du 15e anniversaire de l'arrivée de Vladimir Poutine au poste présidentiel, la chaîne de télévision Rossiya-1 a diffusé le 26 avril le film documentaire intitulé Président.

Affaires internationales

Evoquant les spéculations des médias occidentaux reprochant au Vladimir Poutine de chercher à restaurer l'Union soviétique par la mise en place de l'Union économique eurasienne (Russie, Biélorussie, Kazakhstan, Arménie), le président kazakh Noursoultan Nazarbaїev a qualifié ces accusations d'infondées car dans les faits c'est lui qui a avancé une telle idée.

Il se souvient également de la réaction à chaud de M.Poutine après le déclenchement du conflit sud-ossète en août 2008. Selon M.Nazarbaїev, Vladimir Poutine, qui occupait à l'époque le poste de premier ministre, avait l'expression d'un homme à qui "un grand malheur est arrivé dans sa famille".

"Je ne l'ai jamais vu dans un tel état", avoue le dirigeant kazakh.

Arrow Down

Le chaos n'est pas un accident, mais le but de la stratégie militaire des États-Unis

Image
© Inconnu
Un nombre indéterminé de migrants est mort en Méditerranée. Parfois, les vagues rapportent des corps sur les plages italiennes ou les douanes saisissent une embarcation remplie de cadavres.
Les responsables de l'Union européenne se trompent complètement sur les attentats islamistes en Europe et les migrations vers l'Union de gens fuyant les guerres. Thierry Meyssan montre ici que tout ceci n'est pas la conséquence accidentelle des conflits au Moyen-Orient élargi et en Afrique, mais un objectif stratégique des États-Unis.

Les dirigeants de l'Union européenne se trouvent soudainement confrontés à des situations inattendues. D'une part des attentats ou tentatives d'attentats perpétrées ou préparées par des individus n'appartenant pas à des groupes politiques identifiés ; d'autre part un afflux de migrants via la Méditerranée, dont plusieurs milliers meurent à leurs portes.

En l'absence d'analyse stratégique, ces deux événements sont considérés a priori comme sans relation et sont traités par des administrations différentes. Les premiers ressortent du Renseignement et de la police, les seconds des douanes et de la Défense. Ils ont pourtant une origine commune : l'instabilité politique au Levant et en Afrique.

Airplane

Les drones des « serial killer »

À Washington c'est désormais un « rituel macabre » : une fois par mois des membres du Congrès, faisant partie des commissions sur le renseignement, vont au quartier général de la CIA « visionner les enregistrements filmés de personnes qui explosent, frappées par les attaques des drones au Pakistan, et autres pays ». C'est The New York Times du 25 avril qui le rapporte, en soulignant que ce «semblant de supervision » sert à faire apparaître « un rigoureux contrôle, par le Congrès, sur le programme de meurtres ciblés ». Programme que « la Maison Blanche continue à soutenir » en promouvant aux plus hauts rangs les fonctionnaires de la Cia qui l'ont élaboré il y a dix ans, « dont certains ont aussi été à la tête des programmes pour l'utilisation de la torture dans les prisons secrètes ». Les drones killer sont désormais « intégrés dans le mode américain de faire la guerre ».
Ce compte-rendu du New York Times confirme que le président Obama, quand il a rencontré le Premier ministre Renzi, ne pouvait pas ne pas être au courant du meurtre de Lo Porto[1] par un drone Cia, advenu trois mois auparavant. Cela démontre que la « terrible douleur », qu'il a exprimée tardivement, n'implique pas de changement de politique sur l'usage des drones killer. C'est ce même Président des États-Unis (rapportions-nous dans il manifesto le 12 juin 2012 sur la base d'une enquête du NYT) qui approuve la « kill list », continuellement mise à jour, comprenant des personnes du monde entier qui, jugées nocives pour les États-Unis et leurs intérêts, sont condamnées secrètement à mort sous l'accusation de terrorisme. « L'évaluation morale finale» revient au Président, surtout quand « avec le terroriste, qui sera touché par un drone, se trouve la famille de celui-ci ». Et quand arrive la validation du Président, l'opérateur, commodément installé aux États-Unis, à 10mille Km de distance, à la console de commandement du drone, lance les missiles contre cette maison - au Pakistan ou dans un autre pays- indiquée comme refuge du terroriste.

Bad Guys

TAFTA contre le reste du monde

Traduction : Michèle Mialane

Image
© Inconnu
L'Occident se bricole une arme absolue contre les pays émergents récalcitrants et les démocraties qui renâclent à se soumettre aux marchés. Le libre-échange n'en est qu'un aspect très marginal. Là-dessus tout le monde est d'accord. Ceux qui appellent le TAFTA de leurs vœux pour conserver à l'Europe son niveau de vie élevé. Et les autres, ceux qui s'inquiètent des aliments génétiquement modifiés et des tribunaux internationaux opaques. Mais alors, quel est l'enjeu fondamental ?

Angela Merkel veut un grand débat politique, comparable à la fondation de l'UE et de la double décision de l'OTAN en 1979. « Il faut se montrer intraitable.» C'est ce qu'elle dit. Quant à Sigmar Gabriel [ministre (SPD) de l'Energie et de l'Economie], il s'exprime ainsi : « Si nous faisons une erreur là-dessus», a-t-il murmuré au Bundestag, « nos enfants ne nous le pardonneront pas. »

De bien grands mots. Mais pourquoi cette attitude théâtrale ? Comment un traité entre deux puissances économiques déjà inextricablement liées peut-il revêtir une importance à ce point historique, et ébranler le monde entier ?

Nous trouvons un indice dans une déclaration de la chambre de commerce des USA. Les porte-parole de l'économie US soulignent leur attachement à la protection des investissements financiers que prévoit le TAFTA : « Nous souhaitons moins protéger les investissements financiers aux USA et en Europe » qu'instituer le TAFTA comme « étalon-or » pour les autres accords sur les investissements.

Snakes in Suits

Europe - OGM : ceux qui n'en veulent pas ne pourront pas mettre en avant les risques pour la santé et pour l'environnement !

Image
© DR
La proposition faite par la Commission européenne le 22 avril indique que les pays membres qui voudront interdire ces importations d'OGM ne pourront pas mettre en avant les risques que peuvent présenter les OGM pour la santé et pour l'environnement.

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Est-ce afin que personne ne puisse comprendre de quoi il retourne? Voilà ce qu'on se dit en lisant les explications de la Commission européenne dans un texte rendu public le 22 avril 2015 sur la réforme de la directive 1829/2003 concernant l'importation de denrées contenant des organismes génétiquement modifiés (OGM) dans les pays membres de l'Union européenne .

Eye 1

Surveillance d'internet : « On voit tout, mais on ne vous regarde pas ! »

Image
© Inconnu
Le Projet de loi Renseignement a déjà fait briller beaucoup de pixels. Énormément de choses très justes ont déjà été écrites, mais on m'a demandé de donner mon avis sur le sujet, alors j'ai décidé de faire une sorte de synthèse et d'y ajouter mon grain de sel de doctorant en fin de thèse de sécurité informatique.

Le but annoncé de cette loi est d'élargir les compétences tout en encadrant les pratiques des services de renseignements, particulièrement en ce qui concerne la surveillance des réseaux de télécommunications. Il y a déjà tout un arsenal de lois qui permettent de surveiller ces réseaux: LPM, LCEN, LOPPSI, pour ne citer que les plus connues. Ces lois ne sont visiblement pas efficaces pour lutter contre le terrorisme. À part les stratégies (souvent ridicules) de force brute, il y a peu de choses dont le manque d'efficacité vient du fait qu'on ne les utilise pas assez. Mais admettons que ce soit le cas de la surveillance des réseaux.