NOUVEAU ! Disponibles en français sous format électronique (Amazon Kindle) !

L’Onde, Tome 6 – Affronter l’inconnu, de Laura KNIGHT-JADCZYK

L'histoire secrète du monde, tome 2 - Les comètes et les cornes de Moïse, de Laura KNIGHT-JADCZYK

Les Maîtres du Monde
Carte


Bad Guys

Des mil­liers de pales­ti­niens fuient le quartier de Chajaya soumis à des raids intensifs. 360 morts dont 85 enfants en 13 jours

Au moins 40 morts dans le quartier de Chajaya, quartier à l'est de la ville de Gaza, que des mil­liers de pales­ti­niens ter­ro­risés fuyait, dimanche matin. Le drame des habi­tants de ce quartier marque déjà une journée où, selon des témoins, de nom­breuses vic­times sont étendues dans la rue.

Les images dif­fusées par plu­sieurs chaînes de télé­vision de cadavres déchi­quetés dans les rues dont ceux d'enfants sont insou­te­nables. Ce qui s'est passé à Chajaya apparaît comme un saut sup­plé­men­taire dans l'escalade.

Les sur­vi­vants qui s'exprimaient sur les mêmes chaînes dont Al-​​Jazira se trouvent dans un état de sidé­ration. "C'est la nuit la plus infernale que j'ai jamais vécue" raconte une femme.
Star of David

Génocide : Israël utilise des armes non conventionnelles contre Gaza

Israël utilise des missiles DIME (Dense Inert Metal Explosive) pour bombarder Gaza. Une munition expérimentale à base d'une enveloppe en fibres de carbone contenant un explosif mélangé à un alliage de poudre de tungstène avec également du cobalt, du nickel ou du fer.

Les bombes de ce type créent des dommages très importants sur la matière vivante et les tissus mous (derme, muscles et os, constitués essentiellement d'eau) dans un rayon inférieur à 10 mètres, et peu ou pas au-delà. Les blessures provoquées sont quasiment incurables et conduisent généralement à l'amputation. Effet connexe, la contamination de l'organisme par ces métaux lourds favorise l'apparition de cancer chez les survivants.
Airplane

Les preuves continuent à émerger : l'affaire du vol MH17 est une opération sous fausse bannière

Traduit du russe à l'anglais par Gleb Bazov - Traduction et adaptation The French Saker

PARTIE I : LES ELEMENTS DE PREUVE QUI EMERGENT ICI ET LA INDIQUENT QUE L'AFFAIRE DU VOL MH17 EST UNE OPERATION UKRAINIENNE SOUS FAUX DRAPEAU

Sources combinées

17 juillet 2014 - Examen des éléments de preuve disponibles fabriqués par l'Ukraine

- Vidéo : Chopés ! PRIS LA MAIN DANS LE SAC ! L'Ukraine surprise en train de fabriquer de fausses accusations pour « mouiller la Russie » en l'accusant d'avoir descendu le vol Malaysian Airlines MH17 !


Regardons la date de création de la vidéo: 16/07/2014 à 19:10:24 (le vol MH17 a disparu des radars le 17/07/2014 à 16:10 !

La date de création ne peut être modifiée d'une quelconque manière, sauf en recréant et re-téléchargeant la vidéo à une date ultérieure. Regardons la date du ré-upload: 18/07/2014 0:09:00 (depuis, la vidéo a été supprimée : POURQUOI ? pourquoi fuir comme des lapins si l'on est sûr de son fait ?)

Le gouvernement ukrainien a donc parrainé un clip vidéo qui, affirment-ils, prouverait que la Russie est impliquée dans la destruction en vol, par les rebelles, de l'avion de la Malaysia Airlines. Outre qu'on voit évidemment mal la Russie ou les Novorossiens fabriquer des preuves contre eux-mêmes ou s'accuser l'un l'autre, cette vidéo (malencontreusement postée trop tôt, puis retirée une fois qu'il s'est avéré qu'un ré-upload ne pouvait régler le problème) montre on ne peut plus clairement que ceux qui ont préparé ce clip à l'avance savaient également à l'avance que le vol MH17 serait attaqué !
Si ce n'est pas une preuve, alors je n'ai aucune idée de ce qui peut bien compter comme preuve.

REMARQUE : la correction des timings indiqués par le fichier, en ajoutant ou en soustrayant, ainsi qu'on l'a suggéré, 14 heures, 10 heures ou 4 heures de décalage (ou n'importe quelle combinaison entre ces différences horaires) pour tenir compte, respectivement, de l'heure de la Californie, de l'heure UTC, ou de heure locale, ne résout pas le problème.

Les Ukies avaient prévu de descendre l'avion.
Source originale : Gmorder LiveJournal
Magnify

Malaysia Airlines : l'enquête n'est pas commencée mais les coupables sont déjà nommés

© REUTERS/Maxim Zmeyev
L'enquête officielle sur la catastrophe du Boeing-77 en Ukraine peine à commencer mais ce terrible accident est déjà servi à toutes les sauces à des fins de propagande.

La plupart des médias américains et européens se sont empressés de mettre en cause des miliciens à l'est de l'Ukraine et, par la même occasion, la Russie et ses dirigeants. Moins d'un jour après la catastrophe, les canards de Londres paraissaient avec des manchettes ouvertement accusatrices dans le genre « Poutine a tué mon fils ». Pourtant, il existe une longue pratique internationale s'agissant des accidents d'avions : éviter de nommer les coupables et les versions fantaisistes. Par quoi s'explique donc une telle hâte? La catastrophe actuelle est d'un genre particulier parce que le malheur s'est produit dans la zone de combats. Et comme les sympathies de l'Occident sont incontestablement du côté de l'armée ukrainienne, la tentation était trop grande de faire porter le chapeau aux soi-disant séparatistes et du même coup à la Russie. En outre, les nouveaux gouvernants de l'Ukraine ont immédiatement submergé la presse nationale et occidentale d'accusations mélodramatiques adressées à Moscou qui se laissent facilement citer. Il suffit de se rappeler la déclaration du président Porochenko : « Aujourd'hui le monde entier a vu la face véritable de l'agresseur parce que la destruction de l'avion civil est un acte de terrorisme international ». Il est évident que Porochenko colle l'épithète d'agresseur non pas à sa propre armée qui se bat à des centaines de kilomètres de Kiev dans les régions ukrainiennes de préférence russophones, mais justement aux miliciens qui lui font face.
Gear

False Flag : le gouvernement ukrainien met en ligne un enregistrement créé un jour avant le crash pour impliquer la Russie et les autodéfenses

Cette fois, ils se sont grillés tout seuls. Zero Hedge révèle que les autorités ukrainiennes ont rendu public une vidéo qui impliquerait les séparatistes. Bien évidemment, la presse atlantiste s'en délecte déjà. Les autorités ukrainiennes auraient ainsi révélé aux journalistes une version éditée des cassettes audio sur lesquels auraient été enregistrées des conversations entre les rebelles séparatistes et le renseignement militaire russe à la suite de l'accident.


Le gros problème c'est que cette vidéo, qui a été mise en ligne en premier le 18 juillet 2014 à 00h09 sur un site de partage de fichiers, a été crée...un jour avant, en l'occurrence le 16/07/2014 19:10:24 alors que le crash a eu lieu le 17/07/2014 vers 15H15: le coup classique du false flag mal ficelé en somme. C'est parfaitement impossible et montre que cet enregistrement est un faux. A partir de là, toutes leurs preuves tombent à l'eau. Ce n'est qu'une manipulation (assez grossière) de plus. Ils se sont rendu compte de leur bévue après coup, le fichier a été supprimé du site de partage mais trop tard, il avait déjà été vu 810 fois et uploadé sur Youtube.

Les ukrainiens ont probablement voulu faire comme les russes qui avaient révélé plusieurs conversations compromettantes notamment celle de Victoria Nuland qui impliquait clairement les Etats-Unis dans le conflit. En tout cas, ce nouvel élément contredit le fait que les ukrainiens aient voulu descendre l'avion présidentiel de Poutine comme cela a été évoqué car ce false flag a visiblement été préparé à l'avance pour incriminer les Russes et les rebelles. De plus les chances, pour que Poutine soit passé au dessus de la zone de conflit sont très faibles. Ce serait suicidaire de sa part car il sait très bien que l'Ukraine a les moyens d'abattre son avion. Tout porte à croire que le but de cette opération était d'impliquer définitivement la Russie comme étant une aide à ceux qu'ils considèrent comme des terroristes.
Star of David

« La mère de chaque Palestinien doit être tuée », affirme une parlementaire israélienne

Traduit par Fabio Coelho pour Croah.fr

Une politicienne et parlementaire israélienne bien connue a qualifié les Palestiniens dans leur ensemble de « terroristes », allant jusqu'à affirmer que les mères des Palestiniens devraient également être tuées au cours de l'offensive israélienne dans la bande de Gaza assiégée.


Ayelet Shaked, du parti ultra-nationaliste Jewish Home, a appelé au meurtre de toutes les mères palestiniennes qui donnent naissance à des « petits serpents ».
Elles doivent mourir, et leurs maisons doivent être détruites de telle sorte qu'elles ne puissent plus abriter de terroristes », a-t-elle affirmé, en ajoutant : « Elles sont toutes des ennemies, et leur sang devrait être sur nos mains. C'est aussi valable pour les mères des terroristes morts.
Ces commentaires sont considérés comme un appel au génocide, étant donné qu'elle déclare que tous les Palestiniens sont des ennemis d'Israël et doivent être tués.
Star of David

Psychopathie : mensonges et manipulation de Netanyahou

© Inconnu
Nous retranscrivons ici les sous-titres français d'une vidéo intitulée « Netanyahou : voilà comment j'ai cassé les accords d'Oslo avec les palestiniens ». On y voit l'actuel premier ministre, Benjamin Netanyahou, en visite dans la colonie d'Ofra en 2001 (à l'époque, il n'était plus en fonction au gouvernement). Ses propos sont édifiants : il y explique tranquillement comment il a réussi à duper tout le monde : Yasser Arafat, les palestiniens, Bill Clinton, les USA, l'ONU... Faites-vous votre propre avis.
Star of David

« Vengeance justifiée », le prétexte pour bombarder Gaza: le gouvernement Nétanyahou est-il derrière les meurtres des trois adolescents israéliens?

Traduction: Julie Lévesque pour Mondialisation.ca

La mort de trois adolescents israéliens prétendument tués par le Hamas a servi de prétexte pour bombarder et pilonner Gaza.


L'opération « Bordure protectrice » (OBP) contre la bande de Gaza n'est pas sans rappeler le tristement célèbre plan Dagan de 2001 intitulé « Opération Vengeance justifiée », dans lequel la mort d'innocents civils israéliens avait été envisagée et prévue par les stratèges militaires de Tsahal.

Les décès devaient ensuite être utilisés pour susciter l'appui de l'opinion publique israélienne et justifier une opération de contre-terrorisme, « légitime » aux yeux de la communauté internationale, contre les territoires palestiniens occupés.
Le plan Dagan (portant le nom du chef du Mossad Meir Dagan) a été conçu derrière des portes closes en juillet 2001 par Tsahal et le Mossad. Ses architectes avaient prévu qu'il soit « lancé immédiatement après le prochain attentat suicide causant de lourdes pertes, qu'il dure environ un mois et qu'il entraîne la mort de centaines d'Israéliens et de milliers de Palestiniens » (Voir Ellis Shuman, "Operation Justified Vengeance": a Secret Plan to Destroy the Palestinian Authority, Intelligence Ploy behind the "Suicide bombings", Global Research, 1er février 2004.)
L'opération « Bordure protectrice »contre la bande de Gaza a été planifiée bien avant l'enlèvement et l'assassinat des trois adolescents israéliens. Le premier ministre Nétanyahou a appelé 40 000 réservistes. Dans la foulée du pilonnage et des bombardements, une importante opération terrestre est envisagée.
Eye 1

En Grande-Bretagne, la loi sur la surveillance adoptée : les FAI obligés de conserver leurs données pendant 1 an


La Chambre des Communes britannique, en juillet 2011. | REUTERS/REUTERS TV
Comme prévu, le DRIP a été voté par le Parlement britannique, jeudi 17 juillet. DRIP, c'est l'acronyme de Data Retention and Investigatory Powers, le projet de loi sur la surveillance électronique présenté en urgence devant le Parlement, jeudi 10 juillet.

Ce texte va obliger les fournisseurs d'accès à Internet (FAI) à conserver les données de communication (le qui, le quand, le où et le comment, mais pas le contenu) jusqu'à douze mois, pour que les services de police et de renseignement puissent y avoir accès. Le texte s'applique également aux FAI étrangers.

Quatre jours plus tard, le 14 juillet, la Chambre des communes la votait à l'unanimité. Les trois principaux partis (les conservateurs, les travaillistes et les libéraux-démocrates) s'étaient mis d'accord avant même de lire le projet de loi pour le voter. Seuls 49 députés ont ainsi voté contre le texte. 436 ont voté pour.
Snakes in Suits

Sociétés financières et accaparement des terres agricoles françaises

© Urban - Wikimedia
Le vignoble de Gevrey-Chambertin, acquis par un investisseur chinois en 2012
De plus en plus de terres agricoles sont achetées par diverses entreprises n'ayant aucun lien avec l'agriculture. Une forme d'accaparement des terres qui inquiète.

Dans la Somme, Michel Ramery, entrepreneur du BTP et 369e personnalité la plus riche de France, s'associe via un montage juridique et financier à des agriculteurs pour construire la fameuse ferme des Mille vaches. Dans le Bordelais, des holdings chinoises multiplient les investissements dans les vignobles. Dans le Pas-de-Calais, deux investisseurs belges se paient 250 hectares de terres convoitées par des jeunes agriculteurs du cru. En Camargue, la famille royale danoise rachète à une mutuelle la plus grande ferme du coin.

Commentaire: On pourra aussi consulter les articles suivants, sur un sujet loin d 'être anodin :

- Accaparement des terres agricoles aux profits des multinationales
- Menace sur l'agriculture et les campagnes de France

Top