Enfant de la Société
Carte


Pistol

New York : un policier sort son arme face à une bataille de boules de neige




Dans une vidéo publiée par Talk of The Sound, on peut voir un policier, arme au point, demander à un jeune homme de s'agenouiller suite à une plainte pour nuisance.


Vous allez peut-être vouloir réfléchir à deux fois avant de déclencher une bataille de boules de neige dans l'Etat de New York. Une bande d'adolescents de la ville de New Rochelle l'a appris à ses dépens lorsqu'un policier a sorti son arme pour les mettre en joue.

Appelé suite à une plainte pour tapage, le représentant des forces de l'ordre se retrouve au milieu de jeunes en pleine bataille de boules de neige. Dans la vidéo, filmée par une passante et publiée par le site The Talk of The Sound, on peut voir le policier intimer aux adolescents de s'agenouiller «Don't fucking move guys !» («ne bougez plus»), avant de fouiller l'un d'entre eux tout en pointant son arme sur un autre.
Padlock

Loi Santé : le corps du patient n'appartient plus à lui-même mais à l'État

© afp.com/Philippe Huguen
Le projet de loi santé de Marisol Touraine a déclenché plusieurs grèves chez les médecins.
Benjamin Giami, adjoint au maire UMP d'Aulnay-sous-Bois et le docteur Pierre Fouquet, tous deux membres du courant "La Droite d'avance", jugent sévèrement le projet de loi porté par Marisol Touraine.

Votée en l'état, la loi Santé portée par Marisol Touraine changera durablement le rapport de la santé avec les Français.

Là où auparavant l'État n'avait qu'un droit d'évaluation, elle consacre un droit opposable à la santé illusoire rendant incontournable la gestion étatique du risque et des conséquences de la maladie. La santé devenant une fonction régalienne de l'état, trois conséquences directes se feront jour: l'assujettissement des professionnels de santé au financeur via le Tiers-Payant Généralisé (TPG), la menace de rupture du secret médical des assurés sociaux et l'accélération de la privatisation du système de soin.

Le droit opposable à la santé imposera au patient un parcours de soin défini par les Agences régionales de santé (ARS). Il n'aura ni la possibilité du choix de son praticien, ni de son lieu d'hospitalisation (publique ou privée).
Nuke

Fukushima : mesures de radioactivité truquées

© Inconnu
Le fabriquant des dosimètres des habitants de Fukushima reconnaît qu'ils ne mesurent que 60% de la réalité.

Le 28 janvier 2015, "Chiyoda technol corporation" annonce sur son site web que leur dosimètre affiche une dose d'exposition cumulée inférieure à la dose ambiante de 30 à 40 %. Les habitants de Fukushima ont reçu des dosimètres de cette société qui est le plus grand fabriquant de "badge en verre". Les habitants portent ces dosimètres pour relever la dose cumulée d'irradiation pendant un certain temps.

Suite aux excuses publiques d'un dirigeant de l'entreprise mi-janvier lors d'un conseil municipal de la ville de Da-te, ils reconnaissent publiquement le fait sur leur site internet. Ce dosimètre compte les rayons γ seulement s'ils arrivent face au badge. Lorsque ces rayons γ proviennent de toutes les directions, il n'en prend en compte que 60 à 70 %. Le fabriquant affirme que ce n'est pas irréaliste parce que la plupart des organes radiosensibles sont sur l'avant du corps humain.

L'excuse est bidon : entre l'irradiation et le calcul de la dose absorbée par un individu, il y a des coefficients pour tenir compte de la géométrie et de la sensibilité des organes, ce n'est pas à l'instrument de mesure d'apporter des corrections. UNE HONTE DE PLUS.
Bomb

Un parent porte plainte après l'audition de son fils de 9 ans pour apologie du terrorisme

Un homme a porté plainte pour diffamation après l'audition le 15 janvier de son fils de neuf ans par la gendarmerie de Villers-Cotterêts (Aisne) parce qu'il aurait crié «Allah akbar» pendant une minute de silence en hommage à Charlie Hebdo, a-t-on appris vendredi auprès du procureur de Soissons.

Les soupçons pesant sur l'enfant «sont sur le plan de la matérialité des faits totalement infondés», a affirmé le procureur de Soissons, Jean-Baptiste Bladier.

L'enfant avait été entendu le 15 janvier par la gendarmerie de Villers-Cotterêts, en présence de son père, dans le cadre d'une enquête pour apologie du terrorisme, selon la même source. «On est dans une cantine municipale qui accueille plusieurs écoles, pendant la minute de silence il n'y a aucun témoin qui entend ce garçon de neuf ans venir dire "Allah akbar, vive le Coran"», a raconté le procureur.
Bad Guys

Seattle : une policière hystérique envoie du gaz poivre au visage d'un manifestant parce qu'il marchait trop près de son unité

Un enseignant et militant poursuit la ville de Seattle après qu'un agent de police ait pulvérisé un irritant chimique directement dans son visage alors qu'il quittait un rassemblement pacifique lors du Martin Luther King Jr. Day.

Attention

Lyon : un homme en garde à vue après la publication d'un tweet « Shoasis ananas »

L'affiche a été mise en ligne mardi sur le compte twitter de l'organisation étudiante d'extrême droite le Gud Lyon. L'auteur de ce tweet haineux «faisant l'apologie de la Shoah et de crimes contre l'humanité», selon la préfecture du Rhône, a été interpellé et placé en garde à vue ce jeudi à Lyon, sur instruction du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. «A ma demande, le préfet de la région Rhône-Alpes, préfet du Rhône, a saisi le procureur de la République de Lyon», indique le ministère ce jeudi soir, dans un communiqué transmis par la préfecture du Rhône.

L'affiche en question montre une bouteille portant l'appellation «Shoasis ananas», qui n'est pas sans rappeler une chanson inventée par Dieudonné. On peut également lire «Arbeit macht frei » ou «Teneur garantie: six millions» sur le dessin tweeté avec comme commentaire: «Joyeux anniversaire Auschwitz ! 70 ans de business, ça commence à faire!».

L'enquête de police se poursuit.
Display

Pays-Bas : un homme armé d'un faux pistolet interrompt un journal




L'homme avait brandi un pistolet et réclamé du temps d'antenne pendant le journal de la chaîne NOS.


Un homme armé a provoqué l'interruption jeudi soir des programmes de la télévision publique néerlandaise alors qu'allait débuter le journal de 20H00, exigeant de passer à l'antenne pour des motifs encore non élucidés avant d'être maitrisé par la police.

Habillé d'un costume noir, d'une chemise blanche et d'une cravate sombre, portant lunettes, l'homme avait en main ce qui ressemblait à un pistolet équipé d'un silencieux, peut-on voir dans une vidéo de près de cinq minutes mise en ligne sur le site de la télévision publique néerlandaise (NOS).

Selon la NOS, l'homme a menacé avec son arme un garde de la sécurité et demandé à être emmené sur le plateau du journal de 20H00. Le garde l'a en fait emmené sur un autre plateau, d'où la scène a été enregistrée.
Gear

11 Septembre, peurs, dissonance cognitive et conformisme (partie 6)

© Inconnu
Solomon Asch
En répondant à la question posée par le titre de cet essai, le chapitre de la semaine dernière, les parties 4 et 5 ont exploré les concepts de double pensée, de déni et de dissonance cognitive. Nous avons recours au déni afin d'éviter la dissonance cognitive, ce sentiment inconfortable et parfois inquiétant de perdre notre équilibre émotionnel lorsque nous sommes confrontés à des informations nouvelles qui défient notre vision du monde, ou lorsque nous nous accrochons à des croyances qui sont en contradiction avec les faits connus.

Dans la partie 6, nous allons continuer l'analyse de Mme Shure avec les expériences de Solomon Asch sur le conformisme et la théorie de la « spirale du silence » de Elizabeth Noelle-Neumann.

Au début des années 1950, les expériences de Solomon Asch (Swarthmore College) ont démontré de manière flagrante notre propension humaine à nous conformer à l'opinion dominante d'un groupe. Plusieurs étudiants sélectionnés avant l'expérience ont été invités à agir comme s'ils étaient des sujets de l'expérience, alors qu'en réalité, ils en étaient des complices, ou autrement dit des « plantes ». Ces complices ont tous été invités à donner la même mauvaise réponse en donnant la longueur d'une ligne sur une carte.
Vader

Texas : un Grand Jury blanchit deux policiers qui ont tabassé une femme



Un grand jury a décidé que deux anciens policiers du Texas n'auront pas à faire face à des accusations criminelles suite au passage à tabac brutal d'une femme afro-étatsunienne qui était en garde à vue.


Pourtant, il existait des preuves vidéos (par des caméras de surveillance) où l'on peut voir des officiers tirer les cheveux de Keyarika Diggles, et taper son visage sur le comptoir, pour ensuite la plaquer au sol.

Enfin, ils l'ont traînée par les pieds dans une cellule de détention.

Les policiers Cunningham et Grissom avaient arrêté Diggles le matin même chez elle, en présence de ses deux enfants, en raison d'un billet de transport qui n'avait pas été payé.
Gingerbread

Nice : un enfant de 8 ans entendu pour « apologie d'acte de terrorisme »

Un élève de CE2, qui avait affirmé en classe être « avec les terroristes », a été auditionné au commissariat de Nice pour « apologie d'acte terroriste » après une plainte déposée par son école.

school
© LP / Frédéric Dugit
ILLUSTRATION. Un écolier, élève en CE2 aurait alors affirmé « Je ne suis pas Charlie, je suis avec les terroristes » le 8 janvier lorsqu'il a été invité par son instituteur à s’exprimer sur les attentats de Paris. Ce qui lui a valu d'être entendu, ce mercredi après-midi, dans le cadre d’une audition libre au commissariat de Nice (Alpes-Maritimes).
Un mineur de 8 ans a été entendu ce mercredi après-midi dans le cadre d'une audition libre au commissariat de Nice (Alpes-Maritimes) pour « apologie d'acte de terrorisme ». Le 8 janvier dernier, l'enfant se trouvait dans sa classe de CE2 lorsqu'il a été invité par son instituteur à s'exprimer sur les attentats de Paris.

Il aurait alors affirmé : « Je ne suis pas Charlie, je suis avec les terroristes ». La direction de l'école avait déposé plainte dans la foulée, selon l'avocat de l'enfant.
Top