Enfant de la Société
Carte

Nuke

Toujours plus de fissures dans les centrales nucléaires

Image
© Inconnu
Les fissures découvertes en 2012 dans deux réacteurs nucléaires en Belgique, actuellement à l'arrêt, sont à la fois plus nombreuses et plus grandes que ce qu'avaient révélé les premières études, ont annoncé mercredi les autorités. Les deux centrales, Doel 3 (nord) et Tihange 2 (sud-est), sont à l'arrêt depuis le 25 mars 2014 afin de réaliser des tests supplémentaires sur leurs cuves, après la découverte de fissures à l'été 2012. Ces centrales du groupe Electrabel, filiale de GDF Suez, avaient déjà été stoppées pendant un an, de juin 2012 à juin 2013.

Les fissures sont dues à l'action de l'hydrogène au moment de la fabrication des cuves en acier il y a plus de trente ans, affirment Electrabel et l'Autorité fédérale de contrôle nucléaire (AFCN). Une vingtaine de centrales nucléaires sur les quelque 430 qui fonctionnent dans le monde sont équipées des mêmes cuves. De nouvelles études, et notamment une nouvelle inspection par ultrasons plus fine, ont récemment révélé un nombre bien plus élevé de fissures dans les deux centrales belges.

Celle de Doel en compte environ 13.000 (contre 8.000 selon les précédentes estimations) et la centrale de Tihange 3.150 (contre 2.000), selon Electrabel. Par ailleurs, le groupe a dû revoir à la hausse la taille des fissures, qui pour les plus grandes atteignent 18 centimètres (contre un maximum de 9 cm en 2012) à Doel 3, et 15,5 cm (contre 6 cm au plus en 2012) pour Tihange 2.

Gear

11 Septembre, peurs, dissonance cognitive, théories de la gestion de la terreur et de la justification des systèmes (partie 9)

Image
© Inconnu
Théorie de la gestion de la terreur

La théorie de la gestion de la terreur postule que chaque fois que nous sommes confrontés à une information qui nous rappelle la mort - comme tout simplement la mention du 11 Septembre - notre anxiété augmente, puisque cela évoque notre inévitable propre mort. Cette anxiété est appelée « projection de la mort ». Des études montrent que notre comportement devient immédiatement plus défensif quand nous pensons à la mort. À notre tour, nous devenons de plus en plus inquiets. Cela nous amène généralement à afficher une préférence accrue en faveur des membres de notre propre groupe (le « in-group » ou « groupe soudé »), contre ceux qui n'en font pas partie (le « out-group ») ; à montrer davantage de « tendance au consensus », ou de favoritisme envers ceux qui ont des convictions semblables aux nôtres ; et à développer une « conviction compensatoire », une foi exagérée dans notre vision du monde personnelle, comme un penchant envers notre propre pays et notre propre religion.

Che Guevara

Gaz de schiste : l'exemple algérien

Image
© Chloé Rondeleux
« Halte à l'exploitation immédiate du gaz de schiste », peut-on lire dans les rues d'Alger le 24 février. Mais aussi dans d'autres grandes villes comme Oran, Tamanrasset, Boumerdès, Batna et Bouira. « La honte ! La honte ! Le gouvernement a cédé le Sahara pour quelques dollars ! » Cette mobilisation nationale contre les gaz de schiste coïncide avec le 44e anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures en Algérie. L'initiative, organisée par plusieurs formations de l'opposition, a été lancée en signe de solidarité avec les populations des provinces sahariennes qui s'opposent à l'exploration et à l'exploitation des gaz de schiste.

A In Salah, la ville la plus proche des lieux de forage, des manifestations pacifiques et des blocages de routes ont lieu sans discontinuer depuis deux mois pour exiger l'arrêt des explorations (notre précédent article). Le mouvement citoyen d'opposition pointe en particulier les risques de pollution des eaux et de l'air liés à l'usage de la fracturation hydraulique. La semaine dernière, la société civile d'In Salah a déposé à la présidence, à Alger, une demande de moratoire. Le collectif souligne que « les populations du Sud qui ont, par le passé, connu les affres des essais nucléaires et d'armes chimiques, en sont traumatisées ». Et précise que « l'avenir énergétique de l'Algérie n'est pas dans les schistes mais dans l'optimisation de nos ressources conventionnelles, le développement des énergies renouvelables, dans le mixte énergétique et dans les économies d'énergies ».

Attention

Un basketteur pro licencié pour son anti-charlisme

Image

Akin Akingbal, le basketteur de Rouen (ProA) licencié pour avoir retweeté un message sur l'attentat de Charlie Hebdo | AFP
Le pivot nigérian de Rouen Akin Akingbala a été licencié pour faute grave par son club après avoir partagé sur son compte Twitter un message évoquant l'attentat de Charlie Hebdo, a-t-on appris mercredi 25 février auprès de sources concordantes.

"Je ne suis pas Charlie, je suis Ahmed, le policier mort. Charlie a ridiculisé ma foi et je suis mort en défendant son droit de le faire": le basketteur avait retweeté en anglais ce message de Dyab Abou Jahjah, activiste belge fondateur de la Ligue arabe européenne, publié le 9 janvier, au surlendemain de la tuerie dans les locaux du journal satirique.

C'est ce message qui a valu au basketteur de 31 ans d'être renvoyé du SPO Rouen, actuel quatorzième de la ProA, l'élite du basket français. "Le club estime qu'il a porté atteinte à son image en partageant ce tweet", explique l'avocat d'Akingbala, Romuald Palao, qui a porté l'affaire devant le conseil des prud'hommes de Rouen.

Propaganda

Trou d'ozone, CFC et propagande climatique

Image
© Inconnu
L'histoire du « trou d'ozone » qui agita les méninges de milliers de scientifiques et de fonctionnaires des Nations-Unies jusqu'en 1987 puis les années suivantes finit par aboutir au fameux et fumeux Protocole de Montréal régulant la production de CFCs, ces composés utilisés notamment comme fluides caloporteurs dans les machines frigorifiques. Ce qui est rétrospectivement stupéfiant dans cette histoire rocambolesque de nocivité des chlorocarbones pour l'ozone tient au fait très simple, mais que jamais personne n'a osé relever ouvertement, qu'avant les années 80 il n'y avait jamais eu d'observations par satellite de ce fameux trou d'ozone supposé exister au dessus de l'Antarctique et dans une moindre mesure au dessus de l'Arctique. L'ingéniosité des activistes de l'époque soucieux de l'environnement - on ne parlait pas encore de réchauffement climatique mais ça n'allait pas tarder - fut que ce simple petit détail passa sciemment aux oubliettes. Comment créer une peur planétaire au sujet de ce « trou » si on avait dit ouvertement qu'avant les satellites d'observations il n'y avait pas de trou d'ozone ou encore, en d'autres termes si l'on veut, que ce trou avait peut-être toujours existé pour des raisons inexpliquées mais qu'on ignorait son existence. L'argument aurait été vraiment difficile à digérer lors de ce grand raout québécois qui finit par accoucher du fameux Protocole avec un P majuscule.

Nuke

Fukushima : fuite d'eau hautement radioactive s'écoulant vers l'océan

Image
© Recoquillé-Bression / IRSN
Le 22 février, une fuite d'eau hautement radioactive s'écoulant vers la mer a été découverte à Fukushima. Selon la Tokyo Electric Power Company, qui gère le site, les réservoirs dans lesquels est stockée l'eau contaminée en provenance notamment des systèmes de refroidissement des réacteurs ne sont pas en cause.

Une fuite d'eau fortement radioactive a été détectée le 22 février sur le site de la centrale nucléaire de Fukushima qui avait été victime d'un accident nucléaire majeur le 11 mars 2011 suite au tremblement de terre et au Tsunami qui s'étaient abattus sur l'Est du Japon. Des instruments de mesure installés sur une conduite d'évacuation des eaux de pluies et des eaux souterraines ont enregistré des taux de radioactivité très élevés. Ils étaient jusqu'à 70 fois supérieurs aux valeurs - déjà importantes - relevées habituellement à cet endroit, a annoncé Tokyo Electric Power Company (Tepco), qui exploitait la centrale.

Commentaire: Et bien sûr, dans nos médias traditionnels, pas de mise en garde particulière concernant la consommation des produits de la mer issus d'un océan qui reçoit, depuis des années maintenant, sa dose régulière de haute radioactivité.


Handcuffs

La liberté de la presse aux États-Unis et en Europe...

Image
© Inconnu
Récemment, Reporters sans frontières a publié son Classement de la liberté de la presse 2015. Le rapport documente une montée de la censure, de la répression et des attaques contre la liberté de la presse. Le rapport, qui classe plus de 180 pays en fonction de leur adhésion aux standards internationaux de la liberté de presse, déclare « la liberté de la presse régresse sur les cinq continents ».

Le rapport place les États-Unis au 49e rang, derrière des pays tels que le Burkina Faso, le Nigeria et El Salvador. Les É.-U. ont reculé de trois places depuis l'an dernier et de 32 depuis 2002, alors qu'ils se plaçaient au 17e rang en terme de liberté de la presse.

Le rapport cite le journaliste d'enquête James Risen du New York Times qui a résisté aux tentatives du gouvernement de lui faire révéler ses sources journalistiques, disant que le gouvernement des États-Unis est « un État orwellien qui prétend être le plus transparent ».

Alors qu'ils brandissent avec hypocrisie le drapeau «des droits de la personne» pour poursuivre leurs objectifs en matière de politique étrangère, les États-Unis se dirigent ouvertement vers des formes dictatoriales de gouvernement. Le rapport fait référence à l'acharnement de l'administration Obama dans sa «guerre à l'information» illustrée dans un nombre record de poursuites contre des journalistes et des lanceurs d'alerte, incluant le soldat Bradley (Chelsea) Manning, l'ancien employé de la NSA, Edward Snowden et le groupe WikiLeaks.

Propaganda

50 nuances de Grey, un gros tas de "merde glamour"

Image
© Inconnu
Je fais partie de ces personnes complètement insensibles à tout le tintouin entourant depuis quelques années les 50 nuances de Grey. Le peu que j'en ai entendu, y compris de la part des personnes qui disent avoir aimé, m'a fait fuir. Toutes ces histoires de romances glamour sado-maso plus de 30 ans après histoire d'O, ça commence à me courir sérieux !

Suite à la sortie du film et à l'afflux massif de gens se précipitant pour voir une "oeuvre" qui a toute l'apparence d' un gros tas de " M... glamour", une amie psychiatre m' a envoyé une lettre destinée aux jeunes, écrite par Miriam Grossman qui est une autre psychiatre, et que je vous fais partager. En fait je dois préciser par honnêteté intellectuelle que je n'ai pas lu le bouquin, ni vu le film, car tous les commentaires des personnes qui me sont proches et qui l'ont fait confirment le contenu de cette lettre que voici :

Commentaire: A propos du bouquin :

- Cinquante nuances de Grey : 50 nuances d'abus, soulignent des chercheuses

De la femme, dans la société :

- L'archétype de la putain « toute puissante », destructeur de la féminité
- La corruption du Féminin


Airplane

Un prof muté pour ses doutes sur la version officielle du 11 septembre

Un professeur contractuel d'un lycée de Chartres a été muté après avoir, au lendemain de l'attentat contre Charlie Hebdo, montré à ses élèves une vidéo accréditant des thèses complotistes en rapport avec les attentats du 11 septembre aux Etats-Unis, a-t-on appris aujourd'hui de source syndicale.

Cette mutation dans un autre établissement de l'académie d'Orléans-Tours fait suite au courrier d'un parent d'élève mécontent, a-t-on précisé de même source, confirmant une information de L'Écho Républicain.

Ses collègues ont participé hier à un mouvement de grève au lycée et demandé sa réintégration. L'inspection académique d'Eure-et-Loir a justifié devant la presse sa décision de muter ce professeur en expliquant qu'il s'agissait d'un fait grave et d'un défaut pédagogique. Le mouvement de grève avait cessé ce vendredi.

Bad Guys

Rassemblement contre la violence policière à Toulouse, les manifestants dispersés par la force




Des milliers de manifestants sont descendus dans les rues de Nantes et Toulouse samedi en signe de protestation contre la violence policière qui emporté la vie du militant écologiste Rémi Fraisse en octobre dernier
.

Environ 800 manifestants ont battu le pavé nantais samedi. Un mot d'ordre sur les bannière et dans les slogans : «Contre les violences policières, sociales et économiques... Résistance».

Des émeutiers masqués ont jeté des pierres sur la police à la fin de la manifestation, les forces de l'ordre ont répondu par des canons à eau et des grenades lacrymogènes pour disperser la foule. Un policier a été blessé et transporté à l'hôpital. Au moins 10 manifestants ont été arrêtés dans le chef-lieu de Loire-Atlantique dont un pour port d'armes et un autre pour lancer de projectiles.