Enfant de la Société
Carte


Che Guevara

Cuba, une île bio et efficiente... par nécessité

© Inconnu
Les écologistes du monde en entier en rêvent, les Cubains l'ont réalisé. Depuis plus de vingt ans, l'île s'est convertie à l'agriculture biologique. Nécessité, possibilité et volonté ont été les clés de cette success story !

1989. Chute du Mur de Berlin. Deux ans plus tard, effondrement du bloc soviétique. Cuba perd alors son principal fournisseur de pétrole, de matériel agricole, d'engrais chimiques et autres pesticides. Avec la disparition de l'URSS et des anciens pays de l'Est, qui achetaient ses produits à prix constants, l'île perd aussi des marchés juteux, notamment celui du sucre, dont elle exportait 85% de sa production. Tous les ingrédients sont réunis pour que le pays plonge dans le chaos. D'autant que le blocus américain se resserre. Pour Cuba, c'est le début d'une nouvelle ère, de cette « période spéciale en temps de paix » annoncée en 1992 par Fidel Castro et qui durera cinq ans, autrement dit une période de grave crise économique : le produit intérieur brut (PIB) chute de 35 %, le commerce extérieur de 75%, le pouvoir d'achat de 50% et la population souffre de malnutrition.

Commentaire: Quelques clés pour comprendre l'agriculture différemment :

- Comprendre l'agriculture passée, présente... à venir?
- « Oui, l'agriculture biologique peut nourrir le monde »
- Musique et agriculture travaillent de concert
- La difficile évolution vers une agriculture respectueuse de l'environnement

Family

La démographie russe : hiver ou printemps, selon qu'on l'analyse depuis l'Occident ou depuis la Russie elle-même


Photo prise en 1997 à la gare d'une petite ville au sud-ouest de Moscou, Aprelevka.
Le 2 septembre 2014, Masha Gessen [1], militante des droits des minorités sexuelles, a publié dans la revue de référence New York Review of Books (NYR) un article au titre provocateur, Les Russes qui se meurent (The Dying Russians) [2], illustré par une photo hivernale lugubre, prise en 1997 à la gare d'une petite ville au sud-ouest de Moscou, Aprelevka, où l'on voit des personnes de dos, courbées, traversant la voie ferrée. Outre cette image très orientée négativement, les raisonnements développés dans cet article sont si outrageusement biaisés dans le seul but de dénigrer la politique de Poutine, que cela met surtout en évidence à quel point les opposants libéraux à la gouvernance russe actuelle sont à court d'arguments et d'idées. Pour tenter de contrer le printemps russe, certains experts démographiques occidentaux en sont purement et simplement réduits à mentir.

Le déclin démographique des années 90

Entre 1991 et 1999, la natalité russe s'est effondrée, et, parallèlement, la mortalité a explosé, si bien que la population du pays s'est réduite de façon importante, jusqu'à presque 1 million d'habitants par an. La Russie était alors entre les mains d'une élite décidée à laisser s'effondrer le pays, dans ce qui était présenté comme une transition économique, que personne ne contrôlait, du moins à l'intérieur des frontières russes. Durant cette période, l'effondrement de la population fut sans équivalent historique, même supérieur à celui que le pays a connu en temps de guerre. Cette dégringolade démographique apparaissait alors sans issue et la Russie semblait vouée à disparaitre.
Hiliter

La dégradation programmée des conditions d'enseignement

En France, en 2014, les conditions d'enseignement (dans l'école publique) ont atteint un niveau désastreux, jamais égalé auparavant (dans des sens que nous allons préciser). Quasiment tous les cycles sont touchés, de l'école maternelle à l'université ainsi que toutes les disciplines. Ce désastre s'orchestre de façon combinée, en allant des programmes appauvris, inadaptés voire nuisibles à des examens totalement faussés en passant par des effectifs de classes toujours plus élevés et incompatibles avec la nature du public toujours de plus en plus hétérogène et de moins en moins impliqué. Seuls quelques établissements privilégiés (protégés ?) dans les centres des grandes villes sont épargnés...

Ce sabotage commence en général dès les plus jeunes âges avec, pour ne prendre qu'un seul exemple parmi bien d'autres, l'apprentissage de la lecture où l'on a vu (et vécu) l'abandon de plus en plus généralisé de la méthode syllabique au profit de la méthode globale. Pourtant, les acteurs sur le terrain (à l'opposé des pédagogues « de bureau ») ainsi que les neuropsychologues sont formels ; la méthode syllabique reste plus efficace que la globale :
Star of David

Des juifs ultra-orthodoxes font tourner un vol New York-Tel-Aviv au cauchemar en refusant de s'asseoir à côté de femmes

Des passagers juifs ultra-orthodoxes d'un vol New York-Tel-Aviv refusant de prendre place à côté de femmes ont transformé le voyage en cauchemar pour le reste des passagers, a rapporté vendredi la presse israélienne.

Les passagers du vol de la compagnie israélienne El Al en provenance de New York, qui se rendaient en Israël pour passer le Nouvel An juif ont atterri mercredi à l'aéroport Ben Gourion après "onze heures de cauchemar", a témoigné l'une des passagères citée par le site Internet d'information israélien Ynet.

Avant le décollage, voyant qu'ils devaient s'asseoir à côté de femmes, plusieurs passagers ultra-orthodoxes ont demandé à leurs voisines de changer de place, allant même jusqu'à proposer de l'argent à celles qui étaient réfractaires à l'idée. Sans arrangement possible, ces hommes strictement religieux ont donc refusé de s'asseoir et sont restés debout dans l'allée centrale, causant un important retard, puisque le commandant de bord a refusé de décoller tant que les passagers ne seraient pas assis, rapporte Ynet.
Bad Guys

Intervention télévisée coup de poing de l'ancien marine américain et vétéran, Ken O'Keefe

Traduit par Sylvie C. Buisson

People

Liberté pour la Palestine ! Et la Papouasie ! Et le Congo !

Le combat est partout, hélas. L'urgence, la dénonciation, l'information, devraient l'être aussi. Mais il est des situations oubliées, des injustices et des souffrances dont les médias ne parlent pas. André Vltchek les rappellent utilement à notre mémoire.

The French Saker
Voici un texte qu'il ne m'est pas facile d'écrire. J'ai repoussé sa rédaction pendant plusieurs semaines. Mais j'ai de nombreux lecteurs tout autour du monde qui m'accordent leur confiance, et ils m'ont encouragé à présenter la vérité, telle que je la perçois. Et je dois continuer à le faire pour eux, même lorsque le sujet est complexe et, dans un sens, inconfortable.

Laissez-moi commencer par dire que je suis complètement en faveur de la libération de la Palestine ; je souhaite que les Palestiniens aient leur propre état, et que leur fierté et leur dignité soient restaurées. Pas « bientôt », mais maintenant, et même « maintenant » est bien trop tard !

Je condamne Israël, pour être le chien de garde de l'Occident au Moyen-Orient, pour son comportement belliqueux dans la région, pour sa brutalité à l'encontre du peuple palestinien, et pour sa malhonnêteté pathologique.

Je me suis tenu au coté du peuple palestinien en plusieurs occasions : à Gaza et en Cisjordanie, à Hébron et Bethléem, et au camp de réfugiés de Rafah. Je me suis tenu à leur côté en personne, pas seulement d'une façon abstraite, en combattant, au moins verbalement, avec les patrouilles de garde-frontières israéliens, à entendre les balles en caoutchouc voler autour de moi, filant dans la plus complète illégalité de Jérusalem vers Bethléem, entouré de mes amis israéliens, activistes et marxistes.
Books

Vallaud-Belkacem : le triomphe de l'allégé

© Étienne Laurent/AFP
"L'une des choses qui pèsent le plus sur les enseignants, c'est d'avoir des programmes trop lourds..." croit savoir Najat Vallaud-Belkacem.
Alors qu'en 40 ans un élève de CP a perdu 6 heures de français, Najat Vallaud-Belkacem veut alléger les programmes scolaires. Brighelli s'en esbaudit fort.

Nous vivons le triomphe du light. Camemberts à 0 %, blanquette pauvre accordée à notre sédentarisme, et, désormais, programmes scolaires allégés, nous promet Mme Vallaud-Belkacem dans une fracassante interview sur France info.

Merveilleuses promesses. Notre tour de taille va se désépaissir, et le cerveau des enfants, menacé d'explosion par la faute des méchants pédagogues dans mon genre qui y entassent des savoirs inutiles, reprendra le format adéquat à la consommation de TF1 et de Coca-Cola. L'Eden, c'est à nouveau demain.

32 semaines maigres

Que dit exactement le ministre (8 minutes 50 après le début de l'interview) ? "On va cette année quand même rénover les programmes. Lorsque vous interrogez les enseignants, l'une des choses qui pèsent le plus sur leur quotidien d'enseignants, c'est d'avoir des programmes trop lourds, qu'ils n'ont pas le temps de finir dans l'année..." Diable !

Allégeons ! Taillons par exemple dans les programmes d'histoire - de nombreux profs d'histoire de gauche sont favorables à cet allègement. On gardera la décolonisation, on virera à nouveau Louis XIV et Napoléon. Taillons dans les programmes de maths. On étalera à nouveau l'apprentissage des quatre opérations de base sur quatre ans. Taillons dans les programmes de Français. L'usage des tablettes numériques, que l'on achètera en masse de façon à faire perdre du temps aux enseignants et gagner de l'argent aux fournisseurs chinois, permettra bientôt à chacun d'arriver à la Méconnaissance absolue, ce nirvana des pédagogies modernes. L'Ignorance, c'est la Force !

Au passage, cela permettra d'anéantir des milliers de postes, comme au cours des années 1980-2010, sans se faire remarquer. Régis Soubrouillard, dans Marianne, rappelle qu'il y a quarante ans, un élève de CP bénéficiait de 15 heures de français contre 9 en 2002 - en attendant que Najat Vallaud-Belkacem allège encore les programmes.
Play

Nouvelle vidéo-quenelle : Dieudonné et les cadeaux fiscaux

USA

Tout le sud des USA veut faire sécession, 1/4 de la population

Selon un nouveau sondage, au milieu de la colère grandissante envers Washington, près d'un quart des Etatsuniens veut que leurs Etats fassent sécession d'avec les États-Unis et deviennent un pays indépendant.

Les résultats d'un sondage Reuters / Ipsos publié vendredi montrent que 24 pour cent des Etatsuniens soutiennent fortement ou ont tendance à soutenir l'idée que leur Etat fasse sécession de l'union.

L'enquête, réalisée du 23 août au 16 septembre, indique que 53,3% des 8952 répondants sont fortement opposés ou ont tendance à s'opposer aux idées sécessionnistes.

L'insatisfaction face à l'enlisement politique chronique à Washington et la colère face à la manipulation du président Barack Obama sur des questions allant de la réforme des soins de santé à la hausse du terrorisme de l'Etat islamique a incité de nombreux Etatuniens à se demander si leurs Etats ne feraient pas mieux de prendre leur propre envol...

"Le Texas a tout ce qu'il faut. Nous avons les entreprises, nous avons le pétrole, et nous n'avons pas besoin d'eux", a déclaré Denny...

Selon un sondage du New York Times / CBS News publié mardi, une majorité d'Etatsuniens désapprouve désormais le travail de Barack Obama en tant que président.

Selon ce sondage, le taux d'approbation de la gestion par Obama de la politique étrangère est tombé à 34%, un record particulièrement faible pour lui. En outre, la cote de popularité du président sur le terrorisme était de 41%, ce qui est non seulement son pire score personnel, mais qui reste nettement plus faible que le président George W. Bush en 2006.
2 + 2 = 4

Pédagogies modernes: La méthode syllabique d'apprentissage marchait trop bien!

lecture enfants
Lundi 15 septembre, Davis Pujadas présentait au journal de 20 heures, sur France 2, un reportage intitulé : « Quelle méthode pour apprendre à lire à l'école ? » (voir ci-dessous).

Pendant deux ans, tous les deux mois, des enfants en situation d'apprentissage de la lecture se sont rendus au Commissariat à l'énergie atomique de Saclay pour expérimenter - grâce à l'imagerie par résonance magnétique (IRM) - les deux méthodes : la syllabique et la globale. Les résultats sont sans appel et confirment ce que les neurosciences, depuis une quinzaine d'années, permettent d'évaluer : à savoir l'indubitable efficacité de la méthode syllabique. Celle-là même qui fut utilisée pendant un siècle par des bataillons d'enfants, lesquels, entre 11 et 13, avec un certificat d'études, savaient lire, écrire et compter.
Top