Enfant de la Société
Carte

Bad Guys

La guerre du Vietnam s'achevait il y a 40 ans : bilan

Image
© Pham Khac / AFP
Les hommes des Forces nationales de libération pénètrent en vainqueurs dans Saigon le 30 avril 1975.
Quarante ans après la chute de Saïgon, la guerre du Vietnam laisse le souvenir d'un conflit dévastateur pour les deux camps. Humiliés, les États-Unis ont perdu à la fois militairement et moralement. Quant au Vietnam, l'arrêt des combats n'a pas débouché sur la réconciliation escomptée. Bilan d'une « sale guerre ».

Quarante ans après, le sujet demeure brûlant. La meilleure preuve ? Selon que vous vous situiez dans un camp, dans l'autre, ou dans aucun des deux, ce 30 avril 1975 dont on célèbre aujourd'hui le 40e anniversaire, ne porte pas le même qualificatif. Pour les gens neutres, ce 30 avril représente tout simplement la date anniversaire de « la fin de la guerre du Vietnam ».

Pour ceux du Nord en revanche, le camp des vainqueurs, le 30 avril célèbre en réalité « la libération et la réunification du pays » alors que pour ceux du Sud, le camp des vaincus, cette date marque plutôt « la perte de la patrie ». « On sait tout de suite de quel côté vous êtes, suivant la manière dont vous qualifiez cet événement », précisent des Vietnamiens de France à qui l'on pose la question.

Commentaire: Et l'on comprend mieux la déclaration jeudi dernier du premier ministre vietnamien Nguyen Tan Dung lors des célébrations du 40e anniversaire de la réunification du pays.

"Néanmoins, les impérialistes américains et leurs acolytes se sont mis à promouvoir un régime néocolonial afin de faire du Sud-Vietnam une base militaire des Etats-Unis. Ils ont écrasé la révolution dans le Sud et déclenché une guerre ruineuse dans le Nord (...). Ils ont commis d'innombrables crimes, infligé un dommage énorme et une grande douleur à nos gens et à notre pays. Mais le peuple du Vietnam n'a pas eu peur, car il n'y a rien de plus précieux que l'indépendance et la liberté"


Eye 1

Loi sur le renseignement : Moi non plus, je n'ai rien à cacher !

Image
© Inconnu
Comme beaucoup d'entre vous, je n'ai rien à cacher. Enfin ... si, mais rien qui ne menace la vie de mon voisin. Ainsi, lorsqu'on nous promet un peu moins de liberté pour un peu plus de sécurité, la conclusion semble logique car, finalement, qui ira faire grand cas de mes messages si banals ou de mes photos de vacances. Pourtant, cette question mérite que nous nous y attardions plus longuement.

Si vous n'étiez pas au courant, nos députés devront se prononcer le 5 mai prochain sur un projet de loi concernant le renseignement. Les idées que je souhaite développer ici viendront sûrement s'ajouter au brouhaha de ces derniers jours, mais je reste persuadé que cela est nécessaire et je m'en expliquerai. Pour ma part, je ne suis pas juriste et je m'en tiendrai uniquement à ce qui se trouve dans le texte et vous devriez faire de même sans écouter les interprétations et les grandes promesses, surtout lorsqu'on vous dira que des amendements changent ces dispositions. Ils apportent éventuellement des nuances sur la forme mais ne changent rien sur le fond. En revanche, étant très impliqué dans le numérique, et notamment dans les systèmes en réseaux, je suis en mesure de saisir toute la portée de ce texte dans ce qu'il permettra de faire aujourd'hui mais aussi demain.

Che Guevara

L'Autriche, bientôt sortie de l'Union Européenne ?

Image
© Inconnu
L'Autriche espère surtout que le fait de quitter l'Union européenne lui permettra d'échapper aux sinistres accords transatlantiques de libre-échange avec les États-Unis (TTIP) er le Canada (CETA).

Les Autrichiens estiment, preuves à l'appui, que leur appartenance à l'Union européenne depuis vingt années ne leur a rien apporté de positif, bien au contraire. A contrario de la Grèce, ils espèrent en sortir volontairement et non par obligation. Tout comme Marino Rajoy vient de le préciser pour l'Espagne : le soutien financier de la Grèce n'est plus supportable. Les Autrichiens économiseront ainsi leurs paiements annuels aux divers fonds de sauvetage pour l'euro. Ils supprimeront les obligations de dépôts de quelques milliards pour le MES (Mécanisme européen de stabilité) et les énormes garanties pour le FESF (Fonds européen de stabilité financière).

Leur adhésion à l'Union européenne leur a fait perdre dans tous les domaines : chômage, surendettement, pouvoir d'achat, criminalité en augmentation, petites exploitations agricoles qui disparaissent et politique de paix mise en danger par les décisions prises par l'Union européenne. Notamment la participation forcée aux sanctions économiques contre la Russie, incompatible avec la neutralité ancrée dans leur législation.

Eye 1

Société en délire : ADN et portraits-robots des pollueurs affichés

Image
© Inconnu
À Hong Kong, 16 000 tonnes de détritus sont jetées chaque jour dans les rues par des passants qui pensent naïvement qu'ils resteront anonymes. Pour la Journée de la Terre, des organisations ont récupéré l'ADN des pollueurs pour afficher leurs portraits-robots dans les rues. Pourquoi ? Culpabiliser les pollueurs.

Les organisations Hong-Kong Clean Up, Ecozine, The Nature Conservancy et l'agence de communication Ogilvy & Mather ont lancé une campagne, The Face of Litter, pour sensibiliser les passants à la pollution. Dans les zones les plus polluées de la ville, les déchets, comme des mégots, des chewing-gums ou des papiers, sont récupérés par des équipes envoyées sur place.

Ces déchets sont envoyés à des centres d'analyses. Les traces d'ADN laissées sur le détritus par le pollueur sont ensuite analysées. La mémoire génétique, le type de déchet et les données géographiques et sociologiques du lieu où il gisait sont pris en compte pour établir un profil. Les portraits-robots réalisés à partir de ces données sont ensuite affichés par les organisations sur des panneaux publicitaires, sur les réseaux sociaux ou dans les journaux locaux. Cette initiative permettrait dans l'idéal de « faire peur » aux pollueurs, en les humiliant publiquement, afin qu'ils soient plus éco-responsables.

Lisa Christensen, fondatrice de Hong Kong Cleanup, déclare : « Nous souffrons d'une mentalité « ramasse à ma place », et nous devons en changer » .

Commentaire: Alors oui, on pourrait se dire alors qu'il s'agit, à première vue, d'une bonne chose : qui pourrait souhaiter vivre dans environnement pollué ?

Pourtant, les moyens employés sont tout bonnement détestables et la logique du propos bien hypocrite. Pourquoi se servir d'un tel levier psychologique,celui de la culpabilité, qui ne génère que mal-être et ressentiment ? Comment croire que celui qui ne jette pas « correctement » modifiera son comportement, non pour avoir pris conscience de son geste, mais bien plutôt pour éviter l'humiliation publique ? Pourquoi ne pas remonter la chaine des responsabilités ?

Pour tous ces industriels pollueurs tout aussi coupables de générer quantité de désirs artificiels et inutiles, et ces politiciens malades, qui ne se soucient pas des besoins réels des populations qui composent leur société. Surveillance et répression, que l'on tenterait en plus de nous faire accepter comme étant les conséquences normales et naturelles de la vie en communauté ? Le centre de rééducation sera t-il bientôt au bout du chemin pour celui qui jette ce qu'il ne faut pas dans la mauvaise poubelle, qui fume dans la rue ou qui n'arrive pas à perdre de poids pour cause de malbouffe ? Cela semble en prendre le chemin.


Bomb

Baltimore, ou quand le chaos peut s'installer n'importe où aux États-Unis

Image
© The Baltimore Sun
Le silence de nos médias sur ce qui se passe aux USA s'est prolongé pendant plusieurs jours, eux qui sont pourtant si enclins à relayer la moindre actualité du barycentre occidental que constituent les Etats-Unis. Les médias ont en effet ignoré une information de taille : une grande ville américaine, Baltimore, vit actuellement des heures de tension extrême après le énième épisode de violence policière, à savoir l'assassinat de Freddy Gray, un jeune homme de 25 ans pas assez blanc pour les standards de la police d'outre-Atlantique. Nos journaux, qui ne pistent les violences policières qu'à l'Est, font mine de ne pas s'apercevoir de ce qui se passe à l'Ouest, et ne mettent pas en avant les véritables explosions de rage qu'une foule en colère a adressées aux autorités à tous les niveaux, en réponse à cette nouvelle goutte de sang qui a fait déborder le vase américain.

Le journal La Repubblica a, par exemple, atténué considérablement la nouvelle en pointant sur une vidéo plutôt comique montrant une « big Mama » énergique gifler son adolescent de fils qui participait aux manifestations. Résultat : le lecteur n'en sait pas plus sur le soulèvement et se noie dans la mélasse de la « nouvelle icône sociale de la révolte », sans même se rendre sur le véritable hashtag authentiquement social du moment, #BaltimoreRiots.

Play

Laurent Louis donne sa version des faits sur Dieudonné et l'ananassurance


Laurent Louis donne sa version des faits concernant son conflit qui l'oppose à Dieudonné concernant l'ananassurance.

L'ex-député belge qui était en charge du projet explique l'état de ses relations avec l'humoriste.

Le projet ananassurance est passé au crible dans cette entrevue.

Un reportage de la rédaction Meta TV

Meta Contrib : Flo / Mika / Al / Tepa

Star of David

Le lobby pro-israélien accuse la revue « The lancet » de propagande haineuse

La revue médicale britannique The Lancet injustement accusée de « propagande extrémiste haineuse » pour sa couverture du conflit israélo-palestinien

L'une des revues médicales les plus anciennes et les plus vénérables au monde fait l'objet d'une attaque de la part d'un groupe international de plus de 500 médecins pour sa couverture du désastre humanitaire provoqué par le conflit israélo-palestinien.

The Lancet et son rédacteur en chef, Richard Horton, ont été ciblés pour ce que le groupe affirme être « la mauvaise utilisation grossièrement irresponsable [de la revue] à des fins politiques. » C'est un article considéré comme critique de la conduite d'Israël à Gaza qui a déclenché la controverse.

Image

Propaganda

Propagande climatique : Citius, Altius, Fabius

Image
© Inconnu
Jusqu'où iront-ils ? Alors qu'il reste encore sept mois avant la conférence Paris Climat 2015, les compétiteurs du climathon semblent déjà lancés sur un rythme de sprint. La foule des prétendants à un accessit se fait toujours plus nombreuse, avec des réalisations de propagande climatique de plus en plus débridées.

Le jury a tout d'abord la joie de constater que le magazine Le Point, loin de se reposer sur ses lauriers de la semaine dernière, continue au contraire sur sa lancée propagandiste en informant ses lecteurs d'une millionième milliardième nouvelle initiative intéressante et originale, celle de la toute nouvelle « Ligue pour la Terre », qui proclame de façon novatrice que « 2015 est une année critique pour l'humanité », que la conférence de Paris en décembre est celle « de la dernière chance » et encore que ses « études montrent qu'on peut y arriver, pour un coût modeste, et avec une amélioration significative de la qualité de la vie ». Ultime espoir pour la Terre, demain on rasera gratis... un bien beau revival des meilleurs sketchs plus belles propositions qu'on avait presque oubliées depuis le désastre les efforts courageux menés lors de la conférence climat de Copenhague. C'était en 2009. Le temps passe, les bonnes vieilles ficelles demeurent.

Handcuffs

Société en délire : fichage ADN des déjections canines...

Image
© THOMAS WIRTH
Une personne effectue, le 28 septembre 2002, à Strasbourg, une démonstration de ramassage d'excrément canin lors d'un stage de sensibilisation à la nécessité de ramasser les crottes des chiens, organisé par la Communauté urbaine de Strasbourg
Une commune britannique expérimentera dès cet été une méthode originale pour traquer les propriétaires s'abstenant de ramasser les déjections de leur animal. Pour accéder aux parcs de la ville, ces derniers devront être répertoriés dans un fichier ADN.

C'est a priori une première en Europe. Une ville du grand Londres au nom prédestiné de Barking (aboyer, en anglais) a décidé de créer une base de données ADN des chiens, pour mieux traquer les propriétaires indélicats qui omettraient de ramasser leurs déjections dans les parcs et autres lieux publics.

Bizarro Earth

Des milliers de morts dans le séisme au Népal, pays devenu le centre de rivalités géopolitiques croissantes

Plus de 4000 personnes sont mortes et plus de 7500 blessées suite à un séisme majeur qui a frappé le Népal samedi dernier, juste avant midi, heure locale. Le nombre de morts est susceptible d'augmenter encore fortement à mesure que des corps sont extraits des décombres et que les équipes de secours commencent à atteindre les villages reculés actuellement coupés du monde. Des dizaines de milliers de personnes sont sans abri et la plupart des gens vivent dehors par crainte de nouvelles répliques. 30 des 75 districts du pays ont été touchés.

Le séisme a atteint une magnitude de 7,8 sur l'échelle de Richter et son épicentre était situé à environ 80 kilomètres à l'ouest de la capitale népalaise Katmandou. Douze répliques se sont produites pendant la seule journée de samedi ainsi qu'un autre séisme important de magnitude 6,7 dimanche.

Le séisme a été ressenti jusque dans la capitale indienne New Delhi et a fortement touché les Etats du Bihar et de l'Uttar Pradesh dans le nord de l'Inde où 58 personnes sont mortes. Au Bangladesh, deux personnes ont été tuées dans la capitale Dhaka et dans le district de Pabna dans le nord-ouest du pays. L'onde de choc a également été ressentie au Pakistan et dans les régions avoisinantes de la Chine.