NOUVEAU ! Disponibles en français sous format électronique (Amazon Kindle) !

L’Onde, Tome 6 – Affronter l’inconnu, de Laura KNIGHT-JADCZYK

L'histoire secrète du monde, tome 2 - Les comètes et les cornes de Moïse, de Laura KNIGHT-JADCZYK

Histoire Secrète
Carte


Hardhat

Des tombes de l'Âge du fer découvertes en Écosse

© Inconnu
Selon le DailyMail, les violentes tempêtes qui ont frappé en décembre les îles Shetland (Écosse) ont eu un impact sur plusieurs sites archéologiques locaux, mettant même au jour des squelettes datant de l'Âge de Fer.
Magnify

Il y a 4 000 ans, des Indiens auraient migré vers l'Australie

Selon une analyse génétique, une importante vague d'immigration aurait eu lieu de l'Inde vers l'Australie il y a quelque 4.000 ans. Un évènement qui aurait permis d'apporter certains outils de pierre sur l'île mais aussi le dingo, chien sauvage d'Australie.

Depuis de nombreuses années, les scientifiques pensaient que l'Australie était restait isolée entre l'arrivée des premiers humains il y a 40.000 et celle des Européens venus coloniser les terres au XIXe siècle. Mais il n'en serait rien, si l'on en croit une nouvelle étude publiée il y a deux jours dans les Annales de l'Académie américaine des sciences (PNAS). Menées par des scientifiques du Max Planck Institute en Allemagne, celles-ci suggèrent qu'une grande vague d'immigration en provenance de l'Inde a eu lieu il y a 4.000 ans.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont mené une analyse génétique poussée ainsi que des datations de restes fossilisés. Ils ont ainsi découvert que les immigrants avaient aussi apporté certains microlithes (outils de pierre de petite taille) ainsi que le dingo, un chien sauvage découvert en Australie. Plus précisément, ces résultats reposent sur la comparaison de certaines variations génétiques des aborigènes d'Australie avec celles des populations de Nouvelle Guinée, d'Asie du Sud-Est et d'Inde. "Les résultats laissent penser à un flux substantiel de gènes d'Inde vers l'Australie il y a 4.230 ans, bien avant les premiers contacts avec les Européens", explique le principal auteur de la recherche, Irina Pugach.
Map

Des cultures en terrasses découvertes à Petra

Il y a quelques semaines, à environ 15km de Petra, un ancien réseau hydraulique avait été découvert dans le Sud de la Jordanie par des archéologues hollandais...

A Petra cette fois, une autre équipe, internationale, a mené de nouvelles recherches archéologiques. Cela a permis de dater l'âge d'or de la culture en terrasses dans l'ancienne ville du désert: Pétra, située dans l'actuelle Jordanie.

Cette inovation avait conduit à une explosion de l'activité agricole, et avait augmenté l'importance stratégique de la ville: une récompense militaire pour l'Empire romain.

Mur de soutènement d'une terrasse à flanc de coteau utilisé pour l'agriculture à l'extérieur de Petra.
© Inconnu
Mur de soutènement d'une terrasse à flanc de coteau utilisé pour l'agriculture à l'extérieur de Petra.
Magnify

Les Teotihuacans exhumaient et maquillaient leurs morts

En collaboration avec l'Université nationale du Mexique, une équipe de chercheurs espagnols a analysé pour la première fois des restes de cosmétiques dans les tombes des civilisations pré-hispaniques du continent américain.

Dans le cas des Teotihuacans, ces cosmétiques étaient utilisés lors d'un rituel après la mort afin d'honorer les personnes les plus importantes de leur ville.

Une équipe de chercheurs, de l'Université Polytechnique de Valence et de l'Université de Valence, a étudié divers échantillons funéraires trouvés dans des urnes sur le site archéologique de Teotihuacan au Mexique. Ils sont datés entre 200 et 500 après JC.
Health

Les plus anciens comprimés au monde soignaient les maladies des yeux

Traduit de l'anglais par Helios pour BBB

Archéologie, comprimés découverts, -140 av JC
© Erika Ribechini/PNAS

Dans la Rome antique, les médecins soignaient les maladies des yeux avec les mêmes ingrédients actifs qu'aujourd'hui. C'est ce que suggère l'analyse des comprimés découverts sur le Relitto del Pozzino, un navire-cargo qui s'est échoué au large de la côte italienne aux environs de 140 avt JC.

« À notre connaissance, ce sont les plus anciens cachets médicamenteux jamais analysés, » dit Erika Ribechini de l'université de Pise en Italie, chef de l'équipe qui fait l'analyse des vestiges. Elle pense que les comprimés en forme de disque, de 4 centimètres de diamètre et d'un centimètre d'épaisseur, étaient plongés dans de l'eau et appliqués directement sur les yeux.
Colosseum

Des restes de fresques en couleur retrouvés au Colisée

Colisée à Rome
© AFP Archives

Des restes de fresques ont été récemment retrouvés au Colisée lors de travaux dans une galerie interdite au public, a indiqué jeudi la directrice de ce monument.

« Nous avons retrouvés des traces de décorations avec du bleu, du rouge et du vert », a déclaré Mme Rossella Rea.

Ces traces ont été retrouvées dans une galerie entre le deuxième et le troisième niveau du Colisée, a précisé la responsable. Ces restes de décoration picturale « semble être à la gloire du monde des gladiateurs avec des palmes, des flèches, des couronnes de laurier et même des scènes érotiques », a écrit La Repubblica.
Comet 2

Comètes, épidémies, tabac et origine de la vie sur terre

Traduit de l'anglais par Helios pour BBB - corrections SOTT

Comète & Earth
© Inconnu
Il existe des preuves scientifiques solides que la vie sur terre a été, au moins en partie, le résultat d'organismes déposés par des comètes.

Il existe aussi une preuve scientifique plausible que quelques-unes parmi les nombreuses catastrophes et épidémies (y compris les relativement récentes) infligées à notre planète et à ses habitants furent le résultat du passage de comètes porteuses de maladies, qui se sont approchées et/ou ont impacté la terre. Celle que l'on a appelée la « Mort Noire » (peste noire, il y a 660 ans) est très probablement une telle épidémie, mais ce n'en est qu'une parmi d'autres au cours de l'histoire humaine. La « Mort Noire » a été vraiment le point de départ d'une pandémie de 400 ans d'épidémies intermittentes qui ont balayé l'Europe et qui ne se sont achevées qu'en 1750, juste au démarrage de la révolution industrielle.

Ces dernières années, mon attention s'est portée sur le grand nombre de films qui ont été tournés (principalement par Hollywood) avec pour thème le déclenchement de maladies. Je ne vais pas vous présenter de théorie conspirationniste élaborée sur la façon dont les films hollywoodiens sur le déclenchement de maladies et les épidémies apportées par des comètes sont reliés, parce que je ne pense pas qu'ils le soient, sauf pour l'importance que les films hollywoodiens peuvent ou non refléter (ou être informés par) les capacités prédictives hypothétiques de la conscience humaine.
Map

Gergovie, une hypothèse surprenante

Google map
© Google map

Je vous présente aujourd'hui une nouvelle hypothèse sur la localisation de Gergovie. Je laisse la plume à l'un de ses auteurs, Baptiste Granjon, pour vous la présenter...

Quatre gamins en 1940, Marcel Ravidat, Jean Clauzel, Maurice Queyroi, Louis Perrier.
Trois spéléologues Ardéchois, Jean Marie Chauvet, Christian Hillaire, Eliette Brunel.
Un plongeur, Henry Cosquer.

Une liste de noms insignifiants pour une grande majorité d'entre nous. Pourtant sans eux, notre connaissance de l'histoire n'en serait pas au point où elle en est aujourd'hui. En effet, ce sont respectivement les inventeurs des grottes de Lascaux en Dordogne, Chauvet en Ardèche et Cosquer à Cassis.
Ils ont deux points communs : avoir fait des découvertes archéologiques impressionnantes et surtout, ce ne sont pas des chercheurs professionnels.

Avec beaucoup plus de modestie, c'est un peu pour Jean Paul Jouen et moi-même Baptiste Granjon, l'histoire que nous avons l'impression de vivre avec une hypothèse surprenante sur Gergovie.
Footprints

Désert du Nevada : on a enfin identifié le monstre des mers apparu il y a 244 millions d'années

Des scientifiques ont identifié le fossile découvert en 1997 dans le désert du Nevada comme celui d'un Thalattoarchon saurophagis.

Un monstre des mers dans le désert du Nevada. Le fossile découvert en 1997 dans les montagnes Augusta dans le Nevada a enfin été identifié : il s'agit des restes d'un monstre des mers de plus de 9 mètres de long baptisé Thalattoarchon saurophagis (du grec « lézard mangeur souverain de la mer ») et qui dominait les autres espèces marines il y a près de 244 millions d'années. Les dents de l'animal suggèrent en effet qu'il se trouvait en haut de la chaîne alimentaire à l'époque et que son ascension fut extrêmement rapide.

Archéologie, squelette, Thalattoarchon saurophagis
© WikiCommons/Fritz Geller-Grimm
Le fossile découvert en 1997 dans le Nevada a enfin été identifié : il s'agit des restes d'un monstre des mers de plus de 9 mètres de long, le Thalattoarchon saurophagis
Magnify

La femme de Jésus : nouveau rebondissement dans le débat sur le mariage du Christ par la Harvard Review

Jésus avait-il une épouse? Il faudra encore patienter pour avoir la réponse. La découverte d'un fragment d'évangile du IVe siècle relance ce vieux débat de plus de 2000 ans. Sur cet ancien papyrus, de la taille d'une carte de crédit (3,8 cm sur 7,6 cm) sont écrits en copte les mots suivant: "Jésus leur a dit, ma femme". C'est un professeur de l'université américaine de Harvard, Karen King, qui en a révélé l'existence lors du 10e congres international des études coptes qui se tient actuellement à Rome depuis le 17 septembre, rapporte la Harvard Gazette. En septembre 2012, l'agence d'information Reuters annonçait que le fragment appartenait à un collectionneur privé qui avait contacté Karen King afin qu'elle l'aide à le traduire et l'analyser. Il aurait été découvert en Égypte ou peut-être en Syrie.

L'authenticité du papyrus semblait être confirmée par plusieurs professeurs de Harvard mais il restait des tests à faire, "notamment sur la composition de l'encre", précise Karen King. Il faudra finalement encore patienter pour savoir si ce morceau de papyrus est ou non apocryphe, d'après les dernières déclarations de la Harvard Theological Review. L'article rédigé par le professeur Karen King, prévu au départ dans leur numéro de janvier de la prestigieuse revue, a en effet été reporté. En cause: de nouvelle questions soulevées à propos du fameux document.
Top