Histoire Secrète
Carte


Document

La psychopathe Thatcher voulait envoyer l'armée à la mine

Le Guardian publie en ce début d'année 2014 des documents d'archives secrets du gouvernement britannique rendus publics, trente ans après leur publication.

Le quotidien y dévoile plusieurs anecdotes dans les coulisses de la vie politique et diplomatique britannique alors dirigée par la Dame de fer. Le Guardian révèle ainsi que Thatcher n'avait pas œuvré officiellement à la libération de Mandela, contrairement à ce qu'affirmaient certains de ses partisans à la mort du leader sud-africain.

Mais les archives révèlent surtout l'état d'esprit du gouvernement à certains moments de son histoire, notamment pendant les grandes grèves des mineurs de 1984-1985.

Selon des documents du gouvernement, Margaret Thatcher avait mis sur pied un plan prévoyant de mobiliser l'armée pour remplacer les grévistes, notamment pour déplacer le charbon des mines vers les centrales électriques afin d'éviter les pénuries. La même technique avait été envisagée au cas où les dockers se seraient mis en grève.
Crusader

Le sionisme et le régime nazi : un texte important de Klaus Polkehn enfin disponible en français

J'ignore pourquoi les articles de Klaus Polkehn sur le sionisme n'ont jamais été traduits intégralement en français.

Merkel & Netanyahou
© Inconnu
Cette lacune est maintenant en partie réparée puisque, après l'article sur les relations entre le mouvement sioniste et l'impérialisme, notamment allemand, dont je vous ai déjà livré la traduction, je vous propose un autre article qui tombe à point nommé en ce jour où les sionistes redoublent de condamnations morales, en attendant parfois des mesures plus pratiques, contre ceux qui selon eux ne prendraient pas assez au sérieux ce qu'ils appellent « holocauste » ou « shoah. »

« Ne pas prendre au sérieux cet « holocauste » c'est par exemple contester le chiffre officiel de 6 millions de Juifs tués pendant la deuxième guerre mondiale ou nier l'existence des chambres à gaz.

Mais c'est aussi situer le malheur des Juifs à l'époque dans une histoire commune des malheurs qui ont accablé et continuent à accabler l'humanité. C'et précisément l'erreur commise par le député Anglais David Ward qui provoque un tollé chez les sionistes parce que, adepte convaincu de la religion de l'holocauste, il pense être autorisé, au nom de principes universels, à critiquer les Juifs qui spolient et martyrisent le peuple palestinien. Les Juifs en question sont bien entendu les sionistes et personne d'autre.

Mais il est interdit de critiquer l'entité sioniste parce que c'est le plus souvent une expression voilée d'antisémitisme et que comparer peu ou prou ses agissements à ceux du nazisme relève du sacrilège.

Pourtant, s'il est des gens qui devraient faire profil bas quand on parle du nazisme, ce sont bel et bien les sionistes ainsi qu'on peut le constater en lisant le texte qui suit de Klaus Polkehn. Ce dernier présente de manière détaillée la somme des relations connues entre la clique sioniste et le régime nazi dès l'arrivée au pouvoir d'Hitler, une clique sioniste qui aurait dû être jugée à Nuremberg avec le reste de la bande.

Et contrairement aux apparences, la politique prosioniste des puissances européennes, de l'Allemagne tout particulièrement, loin de s'inscrire en rupture avec celle du fascisme hitlérien, se situe en fait dans une étonnante continuité. Une continuité dont la perception est cependant rendue très difficile par tout le brouillard émotionnel entretenu sur la première moitié du 20ème siècle et une guerre qu'on a voulue inanalysable par l'opinion publique.

L'article sur lequel j'ai basé ma traduction est en anglais (l'article original de Klaus Polkehn est écrit en allemand). Je n'ai pas reproduit l'important appareil de notes de l'auteur qui renvoie aux documents sur lesquels il s'est appuyé. Vous trouverez toutes ces références dans l'article en anglais disponible en format pdf (lien ci-dessous)

TheSecretContacts-ZionismAndNaziGermany1933-1941 - journal-of-palestine-studies - polkehn-klaus-vol-5-no-3-4-1976-pp-54-82_text (1).
Brick Wall

Des siècles avant la Grande Muraille de Chine, il y en avait une autre

Traduction-SFH-01-2014

La Grande Muraille de Chine, construite il y a plus de 2000 ans, se présente comme l'un des exploits monumentaux du génie antique. S'étendant sur des milliers de kilomètres, elle a protégé le pays nouvellement unifié contre les envahisseurs étrangers.

Mais avant la Grande Muraille, les dynasties chinoises en guerre ont construit beaucoup d'autres murs de protection. Un archéologue américain a récemment commencé l'arpentage un des plus grands d'entre eux.

Gary Feinman, qui est avec le Field Museum de Chicago, ne cherche pas à excaver ce qu'il appelle maintenant " la première Grande Muraille ". Il était allé tout simplement marcher autour de la province de Shandong à l'est de la Chine, pour regarder le sol comme tout bon archéologue, à la recherche de minuscules morceaux de poteries.

Mais il y a deux ans, il est tombé sur un mur de terre. A certains endroits, il avait 15 pieds de haut. Les gens savaient qu'il y avait un grand mur ancien à Shandong, datant d'environ 500 avant JC - Construit des siècles avant la Grande Muraille. Ce que Feinman a découvert semblait être une partie de cet ancien mur. " En arpentant cette zone... nous avons vu comment il avait été bien conçu, " dit-il. " Il va vraiment le long de la crête, au-dessus des plus élevées de ces montagnes très escarpées de l'est de Shandong. Dans la partie supérieure de sa ligne, il a été étonnamment bien conservé. "
USA

La CIA a aidé de manière clandestine la Colombie dans sa campagne contre les FARC

CIA Colombie FARC carte
© Inconnu
Depuis 2010, la CIA a donné un contrôle total des munitions à guidage de précision étasuniennes à la Colombie
Le
Washington Post révèle, suite à une longue enquête, l'opération clandestine que la CIA a menée pour aider le gouvernement colombien à tuer plus d'une vingtaine de leaders des FARC.

L'enquête du Washington Post permet d'expliquer la récente perte d'influence des FARC en Colombie, alors qu'ils étaient considérés comme une des insurrections les mieux organisées et puissantes il y a quelques années. À la demande du gouvernement colombien, la CIA et la NSA ont fourni à la Colombie les outils nécessaires pour frapper les FARC en plein cœur, en ciblant ses leaders et généraux. Cette aide a été fournie pour un budget de 2 milliards de dollars qui n'apparaît pas au budget public de la CIA pour l'aide à la Colombie, elle a donc été fournie à travers une opération couverte.

Celle ci a principalement pris la forme d'un partage d'informations, de données d'écoute recueillies par la NSA, et de méthodes GPS permettant de transformer les bombardements de l'armée colombienne en "bombes intelligentes" à même d'atteindre leur cible avec une précision diabolique.

Pour éviter que les bombes fournies soient mal utilisées, la CIA disposait seule des clés permettant d'activer le système GPS de pointe et les autorités colombiennes devaient demander l'autorisation à la CIA pour lancer les opérations.
Wine

Et si la Civilisation s'était bâtie sur l'alcool ?

Certains scientifiques comme Patrick McGovern de l'université de Pennsylvanie pensent que l'origine de la Civilisation, directement produite par les effets de l'agriculture et donc de la sédentarisation il y a environ 100 siècles de cela, n'est pas due à la production de céréales per se. C'est en réalité l'alcool qui aurait été la première motivation (la bière) des humains qui avaient été jusque-là des chasseurs cueilleurs nomades.

L'alcool de la bière était vu comme un psychotrope assez puissant pour l'époque. Il est possible que cela fût aussi vu comme une sorte de médicament. On aurait utilisé l'alcool dans des cérémonies de nature religieuse en particulier.

A priori, il se pourrait que la bière fût bien plus facile à produire que le pain (le traitement du blé pour le rendre comestible). C'est en réalité un certain Robert Braidwood de l'université de Chicago qui avait avancé ce concept dans les années 50. Ce chercheur avait relevé des éléments intéressants lors de fouilles archéologiques concernant les Natufiants, qui auraient vécu entre 19 000 et 13 000 avant notre ère au niveau du croissant fertile (Syrie, Jordanie, Israël...).
Comet

Un morceau de la comète Halley a pu percuter la Terre en 536, amenant la Peste Noire

Traduction par SFH


Cette photographie de la comète de Halley a été prise le 13 Janvier 1986 par James W. Young, astronome résident de Table Mountain Observatoire du JPL dans les montagnes de San Bernardino, à l'aide du télescope de réflexion de 24 pouces.
Credit: NASA/JPL
Il semblerait que les Anciens avaient de bonnes raisons de voir les comètes comme des précurseurs de malheur...


Un morceau de la célèbre comète de Halley a probablement percuté la Terre en l'an 536, l'explosion a créé tellement de poussière dans l'atmosphère que la planète s'est refroidie considérablement, suggère une nouvelle étude. Ce changement climatique dramatique est lié à la sécheresse et la famine dans le monde, ce qui peut avoir eu par conséquence que l'humanité ait été plus sensible aux «pestes de Justinien» dans les années 541-542 - la première apparition enregistrée de la peste noire en Europe.

Les nouveaux résultats proviennent d'une analyse de la glace du Groenland qui a été établi entre l'an 533 et 540. Les carottes de glace ont enregistré de grandes quantités de poussières atmosphériques au cours de cette période de sept ans, pas toutes originaires de la Terre.

" J'ai tout ce matériel extraterrestre dans ma carotte de glace ", a déclaré le responsable de l'étude de Dallas Abbott, du Lamont-Doherty Earth Observatory de l'Université de Columbia, à LiveScience la semaine dernière lors de la réunion annuelle de l'American Geophysical Union.
Cult

Quand les défenseurs de la cause pédophile font une carrière politique

En Angleterre, les médias reviennent sur le "Paedophile Information Exchange" (PIE), un lobby pédophile dont de nombreux membres ont fini en prison dans les années 80, pour avoir commis des actes pédophiles. Si on en reparle, c'est parce qu'outre les protections évidentes dont a bénéficié le PIE, on apprend aujourd'hui qu'il a carrément reçu des fonds publics. Et on cherche à comprendre pourquoi tant de déférence envers un groupe qui réclamait l'abaissement de la majorité sexuelle à l'âge de 4 ans.

Le Paedophile Information Echange regroupait notamment quelques politiciens de droite, mais on apprend cette semaine que la « gauche » a aussi contribué au financement de ce groupe de pédophiles, ainsi qu'à celui de sa publication, le Magpie. En effet, un département du Home Office (affaires intérieures), la Volontary Services Unit, a versé des subventions au PIE. Ainsi qu'à un autre organisme, le Paedophile Action for Liberation, qui a ensuite été absorbé par le PIE.

Apparemment, les pédophiles pouvaient carrément passer des petites annonces via le Magpie. C'est d'ailleurs ce qui a contribué à intriguer la justice au sujet du PIE. Qui, il faut le dire, a démarré ses activités publiques avec une conférence du sénateur pédophile hollandais Edward Brongersma[1]. Selon lui, les viols d'enfants sont "bénéfiques" aux victimes quand le pédophile montre de "l'affection", et Brongersma a propagé cette théorie dans le Magpie également.
Eiffel Tower

Attentats anti-basques des années 80 : un policier espagnol accuse la France

Interviewé pour la première fois en France, Jose Amedo Fouce, ancien commissaire de police espagnol, lève le voile sur l'action décisive des fonctionnaires français au sein des Groupes antiterroristes de libération (GAL) qui ont fait 27 morts et 30 blessés au Pays basque entre 1983 et 1987. Un policier aurait supervisé, sur le terrain, les attaques les plus meurtrières de ce contre-terrorisme d'État en réponse aux attentats du mouvement indépendantiste basque ETA.

La parole de José Amedo n'est en rien nouvelle. L'ancien commissaire de police espagnol a pris l'habitude de s'exprimer par le biais d'interviews (rémunérées) ou dans ses livres. Dans un entretien accordé au site d'information Mediapart, celui qui a coordonné le GAL apporte cette fois-ci de nouveaux éléments sur le rôle joué par les fonctionnaires français dans la vague d'attentats au Pays Basque Nord.

Les GAL n'auraient jamais pu agir sans l'aide d'une structure clandestine française. C'est avec cette première affirmation que José Amedo Fouce lève (en partie) le voile sur l'implication de policiers français. Et de poursuivre : "Tout aurait été beaucoup plus compliqué. Parce que dans une zone aussi petite, agir en s'appuyant sur une structure composée de professionnels français, qui savent où se trouvent les membres d'ETA, qui suivent leurs mouvements, connaissent leurs points faibles, simplifie la feuille de route. Il y avait des opérations que l'on organisait d'un jour à l'autre, et cela précisément grâce à la participation de fonctionnaires français, qui rendaient les GAL beaucoup plus opérationnels."
Map

Chasseurs-cueilleurs et agriculteurs ont vécu côte à côte pendant 2 000 ans en Europe Centrale !

Une étude réalisée par l'Institut d'anthropologie à l'Université Johannes Gutenberg de Mayence (JGU) et publiée dans la revue Science, montre que les chasseurs-cueilleurs indigènes du mésolithique et les agriculteurs immigrants du néolithiques ont vécu côte à côte pendant plus de 2 000 années en Europe centrale !

 Fouilles dans la grotte de Blätterhöhle en Westphalie
© Historisches Zentrum Hagen/L. Orschiedt
Fouilles dans la grotte de Blätterhöhle en Westphalie
Comprendre la nature du premier contact

L'anthropologue professeur Joachim Burger, de Mayence, a dirigé l'équipe qui a examiné les restes humains de la grotte Blätterhöhle près de Hagen en Allemagne, où des chasseurs-cueilleurs et des agriculteurs ont été trouvés enterrés.

Ils ont utilisé des isotopes stables pour déterminer le régime alimentaire, l'ADN pour étudier la façon dont les individus étaient liés et le radiocarbone pour établir l'âge des restes.
Bad Guys

Guerre de Corée - Influence majeure d'un agent de la CIA à partir de 1951 et mensonges sur la guerre chimique (documents)

Guerre Corée
© Inconnu

Une énorme quantité de documents déclassifiés (récents ou moins récents) permet de mieux appréhender les enjeux de la guerre de Corée (1950-1953) et notamment le rôle de la CIA, ce qu'il en ressort est impressionnant : L'influence des États-Unis en Corée par le biais d'un agent sous couverture à proximité du président sud-coréen, des mensonges publics sur la guerre chimique menée. Plus de 60 ans après la fin de la guerre on commence à en apprendre de belles...


Je retiens de manière totalement subjective (oui j'ai dit subjective) ces 2 éléments portés récemment à ma connaissance qui témoignent des techniques employées (sans doute des deux côtés bien sûr, mais qui remettent comme toujours bien en cause l'histoire officielle et le traditionnel manichéisme).

Commentaire: Corée du nord ou États-Unis : qui est une menace pour la sécurité mondiale ?

Top