Bienvenue à Sott.net
ven., 12 fév. 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Changements Terrestres
Carte

Fireball 4

Les catastrophes naturelles qui menacent notre civilisation

Pas besoin d'attendre l'apocalypse pour mettre la Terre et l'humanité en danger. Si on connait déjà bien les risques infligés par l'homme à la planète, des catastrophes naturelles redoutables pourraient elles aussi venir semer la zizanie et bouleverser notre monde. Voici 6 catastrophes naturelles qui pourraient présenter, ou présentent déjà, une menace pour la planète et l'homme.
© Crédit photo: Thinkstock - Ingram Publishing

Commentaire : Dans l'état actuel des choses, la plus grande menace pour notre monde est l'homme lui-même - pas au sens où l'entend la propagande réchauffiste, qui rend l'activité humaine responsable des bouleversements climatiques (émissions de gaz à effets de serre et compagnie) - mais au sens où l'humanité, selon la façon dont elle intéragit avec son environnement et l'Univers, est susceptible de provoquer (ou au contraire d'empêcher) la survenue de catastrophes de type cosmique. Pour avoir plus d'informations sur cette dynamique interactive entre l'homme et l'Univers, et conséquemment obtenir une meilleure compréhension historique de ce qui nous attend, nous invitons le lecteur à lire le livre de Pierre Lescaudron Les changements terrestres et la connexion anthropocosmique.


Better Earth

Un séisme de 7,1 frappe le sud de l'océan Indien

Un séisme de magnitude 7,1 s'est produit dans le sud de l'océan Indien samedi, a annoncé l'Institut américain de géologie USGS, selon lequel il était peu probable qu'il y ait des victimes et des dégâts matériels.

La terre a tremblé samedi à 06H24 (22H24 GMT vendredi), à environ 1.020 km au nord-est des îles Heard-et-MacDonald, un archipel australien situé à mi-parcours entre l'Afrique et l'Australie dans l'océan Indien, selon l'USGS.

Commentaire: Voici un graphique montrant le nombre de séismes par mois au cours de la dernière année :




Bizarro Earth

Un spectaculaire «orage volcanique» lors d'une éruption de l'Etna

© Youtube/Barcroft TV
Capture d'écran d'un timelapse filmé par le photographe sicilien Marco Restivo lors de l'éruption de l'Etna, le 3 décembre 2015.
Le phénomène, qui a duré moins d'une heure, n'aurait pas fait de victimes. L'Etna, le volcan actif le plus haut d'Europe, est entré jeudi dans l'une des éruptions les plus spectaculaires depuis vingt ans, projetant de la lave à un kilomètre de haut et entraînant la fermeture d'un aéroport.

Cette éruption, la première d'importance depuis mai pour le volcan sicilien, qui culmine à 3.330m d'altitude, a été capturée par le photographe sicilien Marco Restivo, qui a crée un timelapse impressionnant.

Bizarro Earth

L'Etna entre en éruption et l'on ferme un aéroport

L'éruption du volcan sicilien Etna a provoqué jeudi la fermeture d'un aéroport situé à 70 km de là. Les vols au départ ou à destination de l'Aeroporto dello Stretto en Calabre sont déviés vers celui de Lamezia Terme, a indiqué un responsable de l'aéroport.

L'institut national de géophysique et volcanologie a enregistré une éruption "courte mais très violente" entre 2h30 et 3h10, suivi de jets de lave. Selon l'institut, il s'agit d'une des plus impressionnantes éruptions de l'Etna des 20 dernières années.

Commentaire: Voici une carte illustrant l'activité volcanique au cours de la dernière année :




Bizarro Earth

Des inondations sans précédent à Chennai, en Inde

Ce jeudi, le Premier ministre indien, Narendra Damodardas Modi, s'est rendu dans la région de Chennai, dans le sud de l'Inde, ravagée depuis deux semaines par des pluies de mousson torrentielles. Ces pluies historiques qui ont provoqué des inondations sans précédent affectent, selon les autorités, plus d'un million de personnes. Au moins 200.000 ont été évacuées de cette ville, située dans l'état du Tamil Nadu et souvent plus connue par son ancienne dénomination : Madras.
© Atul Yadav/AP/SIPA
A Chennai, les routes et les voies de chemin de fer sont coupées et l'aéroport est fermé car les pistes sont recouvertes d'eau

Dans le cadre de cette visite, et après avoir survolé les zones sinistrées, Narendra Damodardas Modi a annoncé que quelque 200 millions d'euros ont été débloqués immédiatement afin de faire face à l'urgence. Un chiffre qui parait bien faible au regard de l'estimation avancée mercredi par l'ASSOCHAM qui regroupe les chambres de commerce et d'industrie indiennes. Selon elle, les dégâts causés par les inondations approcheraient déjà le montant faramineux de 4 milliards d'euros.


Commentaire: Voir aussi :


Snowflake Cold

Fortes chutes de neige dans l'Est de la Turquie

Traduction : SOTT

Visé par un front froid se déplaçant depuis la mer Noire, la province orientale d'Erzurum a vu depuis mercredi soir d'importantes chutes de neige qui paralysent la vie quotidienne des habitants.
© Cihan
La ville de Sivas dans le centre de l'Anatolie a rapidement été recouverte d'un manteau neigeux mercredi dernier. Il a également neigé dans la capitale, Ankara.
Un certain nombre de villages ont été fermé à la circulation et les températures ont chuté à -2 degrés. Les gens avaient du mal à atteindre le centre de la ville depuis les provinces voisines. Les équipes municipales ont épandu du sel sur les routes et enlevé la neige des trottoirs.

Selon la direction de la météorologie, les chutes de neige se poursuivront encore pendant deux jours. La profondeur neigeuse a atteint 37 centimètres dans les parties supérieures de la montagne de Palandöken.


Snowflake

Record de profondeur de neige pour décembre à Reykjavik, Islande

Traduction : SOTT

Les résidents de capitale islandaise Reykjavik se sont réveillés avec 42 cm de neige ce matin - la plus haute profondeur de neige en décembre depuis le début des relevés.
© Picrail
Premières neiges à Reykjavik

Commentaire : Il s'agit de la première tempête de neige de l'année en Islande. Des vents forts et de lourdes chutes de neige se sont abattus sur Reykjavik et ses alentours provoquant des difficultés sur les routes et dans les airs. Des véhicules ont été bloqués et des vols annulés ou retardés. Par précaution, il avait été demandé aux parents de ne pas conduire leurs enfants à l'école.


Selon le Met Office islandais, le record précédent avait été établi en 2011, lorsque la profondeur de neige était de 33 cm à Reykjavik le 29 décembre de cette année-là.

La profondeur maximale de neige jamais enregistrée en à Reykjavik est de 55 cm en janvier 1937, et si la neige continue à tomber sur la ville, ce record pourrait également être pulvérisé - et bientôt.

Maintenant à 42 cm, les niveaux de neige à Reykjavik était de 32 cm il y a seulement quatre jours, samedi dernier.


Ice Cube

La baie d'Hudson déjà recouverte de glace à 50 % comparé à 0 % l'an dernier à la même époque

Traduction : SOTT

Les lacs canadiens, autre que les « Grands Lacs », ont commencé à se couvrir de glace.
© National Ice Center (NIC)
Couverture neigeuse de l'Alaska et du Canada (blanc) et surface de mer gelée (jaune) le 28 novembre 2014 (gauche) et 2015 (droite).
La couverture de neige pour l'Europe et l'Asie est également plus étendue qu'à la même période de l'an passé.
© National Ice Center (NIC).
Couverture neigeuse de l'Europe et de l'Asie (blanc) et surface de mer gelée (jaune) le 28 novembre 2014 (gauche) et 2015 (droite).
Merci à Deon Leroux pour ce link

Bizarro Earth

Le mensonge du « réchauffement climatique anthropique », une poule aux œufs d'or qui ne doit pas mourir


Commentaire : À l'occasion de la COP21, nous invitons nos lecteurs à relire cet article pour prendre le recul nécessaire à une certaine forme de compréhension des enjeux qu'elle affiche. Entre-temps nous avons appris d'après une nouvelle étude de la NASA, que l'accumulation de neige en Antarctique suffit actuellement à compenser la fonte des glaces.
En outre, « si on considère les dates mentionnées dans cet article, 177 ans avant le début de cette présente période de « sécheresse » d'ouragans il se trouve que l'on se retrouve en 1829 (2015 - 9 - 177). Retranchons encore 9 années et on arrive à l'année 1820 c'est-à-dire très exactement à la fin du deuxième cycle solaire très déficitaire du petit âge glaciaire qui sévit au début du XIXe siècle et appelé le minimum de Dalton. Or le dernier cycle d'activité solaire (24e) qui se termine en ce moment (ne figure pas dans l'illustration ci-dessous) est à peu près comparable en nombre de taches et en intensité aux deux cycles qui induisirent ce petit âge glaciaire. »

© NOAA
400 ans d'observation de tâches solaires

La dernière émission en date à débattre de l'augmentation du CO2 anthropique dans l'atmosphère, « Réchauffement climatique, y a-t-il débat ? », a été diffusée sur France 2, le 1er novembre dernier, dans la troisième partie de l'émission « Ce soir ou jamais », la seule qui permette un semblant de débat sur le PAF.
© Inconnu
À l'issue de l'émission (voir la vidéo en fin d'article), au moins deux questions se posent :

Pourquoi le « réchauffement climatique anthropique » est-il un mensonge ? Quels sont les intérêts de ceux qui présentent une telle manipulation propagandiste à l'opinion publique ?
« Tout débat est précieux, surtout lorsqu'il est mené de bonne foi. »

~ François Gervais
Mais tout d'abord, qu'est-ce que le CO2 ? Selon István E. Markó - chimiste à l'université de Louvain en Belgique - dans un article intitulé : « La fuite en avant du GIEC » publié le 3 octobre dernier :
« le CO2 est la molécule de la vie et [...] sans elle, il n'y aurait ni plantes, ni micro-organismes sur Terre. Pas d'humains, non plus. Dans des temps anciens, l'atmosphère contenait bien davantage de CO2 qu'aujourd'hui. La preuve par certaines bactéries qui ont dû mettre en place des systèmes de survie pour s'adapter à la diminution du taux de CO2. Signalons enfin que durant certaines périodes glaciales, le taux de CO2 était trois à quatre fois supérieur à celui mesuré aujourd'hui, attestant s'il le fallait encore de son effet de serre minime. Quant aux valeurs « constantes » de l'ordre de 280 ppm d'avant la révolution industrielle, elles résultent d'une sélection précise, guidée par une volonté de démontrer une théorie sur l'influence néfaste de l'utilisation des énergies fossiles. Cette attitude totalement non scientifique est chose courante dans ce domaine où le politique l'emporte sur le scientifique. [...]

Le CO2 est produit après une augmentation de la température, pas avant. Il est une conséquence de cette hausse de température et pas sa cause. [...] si l'on augmente davantage la quantité de CO2 dans l'atmosphère, cela ne changera quasiment rien à son effet de serre, celui-ci étant arrivé à son maximum. Cette constatation, basée sur les lois de la physique, corrobore ce que d'éminents climatologues ne cessent de dire et de publier : plus il y a de CO2 dans l'atmosphère, moins son effet de serre est important ! » [Les emphases sont de mon fait.]

Cow Skull

Des étoiles de mer retrouvées mortes par milliers sur une plage en Australie

Une plage de l'île Moreton, dans le Queensland, en Australie, a été découverte avec des milliers d'étoiles de mer gisant sur le sable. La pollution de la baie Moreton pourrait en être la principale responsable.

© Rhett Ericsen-Miller
Lundi 23 novembre 2015, un guide touristique a filmé une scène pour le moins inquiétante : on y voit des centaines voire des milliers d'étoiles de mer échouées sur cette plage de l'île de Moreton (ou Moreton Island), située près de la ville de Brisbane en Australie.

Interrogé par Toolito, Rhett Ericsen-Miller, le guide touristique australien qui a fait la macabre découverte, a une idée de la cause de ce phénomène. Selon lui, cela pourrait être dû "à la récente démolition de structures instables sur les épaves de Tangalooma. Une grande quantité d'oxyde de fer [rouille] a soudainement été déposée dans les eaux autour des épaves, et qui a pris plus d'une semaine à se dissiper."

Rhett affirme que personne a qui il en a parlé n'a su lui donner une explication. D'après lui, la meilleure hypothèse est peut-être une maladie. En effet, le fleuve de Brisbane se déverse directement dans la baie Moreton, la polluant, notamment après les fortes pluies qu'a connu la région. La dégradation de la qualité de l'eau, la pollution et la forte activité humaine dans la région, mettent en péril la flore et la faune.

Commentaire: Il se peut que la cause soit aussi un relâchement de méthane.