NOUVEAU ! Disponibles en français sous format électronique (Amazon Kindle) !

L’Onde, Tome 6 – Affronter l’inconnu, de Laura KNIGHT-JADCZYK

L'histoire secrète du monde, tome 2 - Les comètes et les cornes de Moïse, de Laura KNIGHT-JADCZYK

Changements Terrestres
Carte


Solar Flares

Moscou : record de chaleur battu

Un record de douceur a été battu pour le mois de mars à Moscou ce mardi.

19,2°C ce mardi 25 mars, c'est la température record enregistrée à Moscou en Russie. Une température qui dépasse celle d'hier, déjà très élevée, avec 18,8°C. L'ancien record pour le mois était de 17,5°C le 30 mars 2007. Cet afflux de douceur provient de la même masse d'air qui avait concerné la France la semaine dernière : les perturbations qui arrivent sur l'ouest de l'Europe poussent cet air doux vers l'est, en direction de la Russie.

Retour à des températures hivernales en fin de semaine

Ce flux de sud ne va pas durer longtemps, puisque la température maximale va retomber à 11°C dès mercredi. Des perturbations vont concerner le nord et l'est de la Russie en fin de semaine, faisant chuter les températures de 16°C entre ce mardi et vendredi.
Solar Flares

Colombie: forte sécheresse dans le Nord-Est, des milliers d'animaux ont succombé



Le département du nord-est colombien, le Casanare, affronte depuis plusieurs mois maintenant de très fortes températures ainsi qu'une importante sécheresse. Cette zone marquée par la végétation typique des llanos du bassin de l'Orénoque au cœur des plaines colombiennes subit les conséquences directes de la météo, mais aussi des transformations humaines.


Des milliers d'animaux ont déjà succombé au phénomène. La mort rôde sur ce territoire qui représente 17,55 % de l'Orinoquía (Orénoquie) colombienne.

Près de 20 000 animaux, principalement des capybaras, des cerfs, des renards, mais aussi des poissons, tortues, reptiles et autres bovins n'ont pas faire face à cet épisode de chaleur et à la raréfaction de l'eau. La plus grande mortalité frappe le capybara (Hydrochoerus hydrochaeris), ce rongeur emblématique d'Amérique du Sud considéré à ce jour comme le plus gros représentant de son espèce (il pèse entre 35 et 65 kilos), il est en fait un mammifère semi-aquatique qui pâtit directement du manque d'eau.
Snowflake

USA et Canada : nouveau blizzard avant le redoux ?

Alors que les températures sont actuellement glaciales entre le nord-est des États-Unis et l'est du Canada, une nouvelle bombe dépressionnaire va apporter beaucoup de neige ainsi que du vent (formant un blizzard) entre la Nouvelle-Angleterre et les provinces maritimes du Canada.

Lundi matin, le mercure est tombé très bas au Québec, avec par exemple -34°C à l'aéroport Valcartier juste au nord de la ville de Québec. Dans le même temps, le mercure était aussi au plus bas sur Montréal (-16°C) ou encore sur les Etats-Unis (-7°C à Chicago, -6°C à New-York par exemple). Ces valeurs sont très inférieures aux normales de saison dans cette région du monde.

Nouveau blizzard en vue

L'hiver n'en finit pas sur le nord-est du continent américain. Une nouvelle tempête de neige est attendue entre aujourd'hui et demain sur la région allant de Boston aux provinces maritimes du Canada (Nouvelle-Ecosse notamment). La vallée du Saint-Laurent (Québec, Montréal) devrait en revanche échapper à cette forte dégradation, alors qu'il neige déjà faiblement du coté de New York. Lié à une profonde dépression (960 hPa) remontant le long des côtes atlantiques, des conditions dignes du blizzard seront de mise (rafales proches de 120 km/h), notamment en Nouvelle-Écosse (Canada), près de la ville d'Halifax. Dans cette région, les conditions sont réunies pour que la tempête laisse plus d'un demi-mètre de neige fraîche, ce qui serait quasi historique dans cette région et pour cette période de l'année. Aux États-Unis, c'est la ville de Boston qui sera la plus touchée, avec entre 10 et 15 cm de neige à attendre, et des vents la aussi très puissants. New York, ou encore Washington voient aussi la neige tomber mais en moindre importance. A noter que le territoire Français de Saint Pierre et Miquelon sera lui aussi impacté par cette dégradation.
Cloud Grey

Gigantesque tempête de sable à Phoenix



La ville de Phoenix, en Arizona, a été quasiment plongée dans le noir sous le passage d'une gigantesque tempête de sable.


Les « haboobs » (terme du Sahara utilisé pour décrire les tempêtes de sable) ne sont pas rares dans les régions désertiques des Etats-Unis. Mais celle de ce mardi 25 mars survenue à 18h est, à ce jour, la plus grande enregistrée depuis le début de l'année 2014. En avançant à 35 km/h en moyenne, avec des vents soufflant à 70 km/h en son sein, la tempête de sable a provoqué plusieurs carambolages en série. Ce mercredi, toute la zone entourant la ville de Tucson est encore placée en alerte rouge (circulation limitée, barbecues interdits...). Les mêmes conditions météo resteront présentes aujourd'hui, en particulier au cours de l'après-midi.

Un phénomène de « basse-couche »

La formation de cette tempête de sable est bien différente de celles survenues à plusieurs reprises ces dernières semaines : les précédentes étaient poussées par un front remontant du Mexique. Celle de ce mardi à Phoenix a été causée par un phénomène de basse-couche. La pluie était présente à haute altitude et s'est évaporée en tombant sur un air très sec. Cela a créé de l'instabilité qui a engendré des vents puissants soulevant la poussière au sol.
Snowflake Cold

Suisse : 50 centimètres de neige sont tombés dans les Grisons

Le retour du froid et de la pluie observé depuis samedi en Suisse a évolué en chutes de neige sur diverses régions dimanche, indique MétéoSuisse. Surtout l'est du pays est concerné.

Les chutes de neige annoncées se sont abattues sur diverses régions du pays dimanche. La limite pluie-neige s'est fixée entre 500 et 800 mètres avec parfois de la pluie mêlée de grésil ou de neige jusqu'en plaine, a indiqué MétéoSuisse.

La Suisse romande a été nettement moins touchée, mais une couche de poudre a recouvert les hauteurs du Jura et les Alpes. Jusqu'à 50 centimètres de neige sont tombés dans les Grisons, contre une vingtaines dans le Val d'Illiez (VS) et à Château-d'Oex (VD).

MétéoSuisse avait émis une alerte de niveau 3 sur 5 pour les Grisons, ce qui équivaut à un danger marqué. Le niveau a été réduit à 2 pour le Tessin et reste aussi à 2 pour le reste des Alpes suisses. Le danger d'avalanches est toutefois marqué dans ces régions.
Bizarro Earth

USA : 18 disparus après un glissement de terrain qui a fait au moins 4 morts

Au moins dix-huit personnes étaient portées disparues dimanche après un gigantesque glissement de terrain dans l'Etat de Washington (nord-ouest), qui a déjà fait au moins quatre morts, ont annoncé les autorités locales, rapporte l'AFP.

Les secours tentaient d'atteindre d'éventuels survivants, se frayant un passage à travers arbres déracinés, pierres, débris et boue, charriés par la lame qui a détruit samedi soir six maisons dans la communauté rurale d'Oso, au nord-est de Seattle, ont indiqué la police et les pompiers.

Sur le terrain, les recherches étaient extrêmement délicates à cause de l'instabilité du terrain boueux, faisant craindre un nouvel éboulement.

Huit personnes ont été évacuées et admises dans les hôpitaux des alentours. Parmi les blessés, se trouvent un petit bébé de six mois, a indiqué sur Twitter la porte-parole du comté de Snohomish, Shari Ireton.
Info

Le volcan Karymski projette une colonne de cendres de 3 km de haut

Le volcan Karymski dans le Kamtchatka a projeté une colonne de cendres de 3 km de haut. Une traînée de cendres s'étire à 180 km au sud-est du volcan sans toucher des localités.

Le volcan est entré en éruption le 2 janvier 1996 et son activité ne cesse pas depuis avec une intensité différente.

En 1996, la projection des matières brûlantes se produisait depuis deux centres : le cratère et le fond du lac Karymski situé à 6 km du volcan.

L'éruption dans la partie nord du lac a duré environ 24 heures ayant tué toute la vie. Depuis le lac Karymski reste un lac mort.
Info

Séisme de magnitude 6,1 face à la côte du Chili

Un séisme de magnitude 6,1 s'est produit dimanche en mer à une faible profondeur face à la côte nord-est du Chili, sans toutefois provoquer de tsunami, a indiqué l'Institut d'études géologiques des États-Unis (USGS), rapporte l'AFP.

Le tremblement de terre a eu lieu en mer à une profondeur de six kilomètres et son épicentre était situé à une centaine de kilomètres au nord-est de Iquique, sur la côte chilienne, a précisé l'USGS dans un communiqué.

Le centre d'alerte au tsunami du Pacifique qui a son siège à Hawai n'a pas émis d'alerte au tsunami.
Cloud Precipitation

Impressionnante tornade en Italie ce dimanche




Une tornade a traversé la région de Trévise en Italie ce dimanche soir. Regardez le phénomène dans notre vidéo d'illustration.

Au cœur d'une violente dégradation orageuse (occasionnée par la présence d'un système dépressionnaire localisé au-dessus de l'Italie), une tornade s'est formée dimanche en fin d'après-midi, autour de Trévise. Même si le phénomène était particulièrement impressionnant, aucune victime n'est à déplorer. Le tourbillon a tout de même détruit un hangar et une maison sur son passage. La toiture du bâtiment, d'une longueur de 50 mètres, a été propulsée par les vents à plus de 300 mètres de là.

Italie : référence européenne des tornades

La formation de tornades n'est pas un fait exceptionnel en Italie. Il s'agit du pays le plus touché par le phénomène avec la Pologne et l'Allemagne. Et le phénomène ne date pas d'hier : le 24 juillet 1930, une violente tornade avait dévasté la même région (Trévise), provoquant la mort de 23 personnes. Estimée EF5, cette tornade aurait généré des vents à 500 km/h. Celle de dimanche dernier, qui mérite une étude approfondie avant d'être classée sur l'échelle de Fujita, ne devrait, à priori, pas excéder la catégorie EF2 (vents moyens à 200 km/h).
Snowflake Cold

USA - Québec : nouvel assaut du froid et de la neige

Nouvelle accentuation du froid ce week-end et en début de semaine prochaine aux États-Unis avec une possible grosse offensive neigeuse prévue de mardi à jeudi prochain entre la région des Grands Lacs, le Kansas en se dirigeant vers la côte Est . Etats-Unis. La région de New-York pourrait même être à nouveau impactée.

Avec le maintien d'une masse d'air arctique depuis début décembre, la douceur n'arrive vraiment pas à s'imposer longtemps. Après le léger redoux de jeudi et vendredi dernier, les températures baissent à nouveau ce week-end, plongeant sous les -15 à -20°C entre Québec et Montréal et jusqu'à -10°C dans la région de Chicago. Un hiver décidemment interminable pour les villes citées. Des températures très largement inférieures aux normales.

Ainsi, dimanche et lundi, sur des sols encore enneigés en raison des chutes de neige survenues ce samedi, et à la faveur d'une nuit étoilée, la barre des -20°C pourrait donc une nouvelle fois être atteinte au Québec et en Ontario, dans les villes d'Ottawa et de Montréal. On se situera alors de 10 à 15°C en-dessous des normales de saison, proches des records de froid pour cette époque de l'année.
Top