NOUVEAU ! Disponibles en français sous format électronique (Amazon Kindle) !

L’Onde, Tome 6 – Affronter l’inconnu, de Laura KNIGHT-JADCZYK

L'histoire secrète du monde, tome 2 - Les comètes et les cornes de Moïse, de Laura KNIGHT-JADCZYK

Santé et Bien-être
Carte


Family

La maltraitance dans l'enfance laisse des traces génétiques

Des Genevois montrent que les traumatismes infantiles peuvent être à l'origine des troubles psychiatriques chez l'adulte

Un traumatisme psychologique dans l'enfance peut laisser une cicatrice génétique chez l'adulte. C'est ce qu'ont découvert une équipe de chercheurs genevois en examinant l'ADN d'adultes souffrants de troubles psychiatriques.

Le groupe de recherche du professeur Alain Malafosse, du Département de psychiatrie de l'UNIGE, en collaboration avec le Département de génétique et de développement, a ainsi démontré que l'association entre maltraitance infantile et certaines pathologies adultes résultait d'une modification des mécanismes de régulation des gènes. Leurs travaux sont publiés dans la revue Transnational Psychiatrie.

Ont participé à l'étude 101 sujets adultes souffrant d'un trouble de la personnalité borderline, caractérisé notamment par une instabilité dans les relations interpersonnelles, les émotions et l'impulsivité. En examinant leur ADN, issu d'une simple prise de sang, les chercheurs ont observé des modifications épi génétiques, c'est-à-dire dans les mécanismes de régulation des gènes, chez les participants ayant été maltraités durant leur enfance (abus physique, sexuel et émotionnel, carences affectives...).
Info

La Médecine Pharmaceutique est-elle devenue une Forme de Sacrifice Humain ?

US Constitution
© GreenMedInfo
« À moins que nous n'incluions la liberté thérapeutique dans notre Constitution, le temps viendra où la médecine s'organisera d'elle-même en une dictature clandestine. Restreindre l'art de guérir aux seuls médecins, et dénier des privilèges équivalents aux autres, constituera la Bastille de la science médicale. Toutes lois d'une telle nature sont antiaméricaines et despotiques. »

- Attribué au Dr Benjamin Rush,

Signataire de la Déclaration d'Indépendance
Benjamin Rush a prédit avec justesse une sérieuse éventualité à laquelle les Américains font face de nos jours, à savoir que l'art et la science de guérir soient restreints à une élite de médecins allopathes qui ont le droit exclusif de recommander et d'administrer des médicaments, et dont la pharmacopée exclut - par principe - tous les aliments, vitamines et herbes thérapeutiques qui ont été utilisés en toute sécurité et efficacement depuis d'innombrables millénaires dans la prévention et le traitement des maladies.

Nous sommes entrés dans une ère où la médecine ne ressemble absolument plus à l'art et la science de guérir. Le docteur ne facilite plus les capacités innées d'auto-guérison du corps avec du temps, des soins, une bonne alimentation et l'aide spéciale de nos plantes alliées. Au contraire, la médecine s'est métamorphosée en une entreprise commerciale fondée sur les principes nihilistes inhérents à un pur capitalisme débridé, avec une estimation de 786 000 Américains par an qui décèdent de cause médicinale ou iatrogène.
USA

OGM : Wikileaks révèle les détails d'une offensive US visant l'Europe

De nouveaux câbles diplomatiques américains publiés par Wikileaks révèlent une offensive concertée - en lien étroit avec le gouvernement espagnol - allant jusqu'à des représailles, pour obtenir que l'UE revienne sur ses décisions concernant les OGM. Au premier rang des « coupables » la France était tout particulièrement ciblée. Les USA ont également déployé de nombreux efforts en direction du Vatican, espérant obtenir du Pape une déclaration publique en faveur des OGM. On découvre aussi dans ces documents que diplomates, gouvernement et dirigeants de Monsanto travaillaient main dans la main sur cet dossier jugé comme « stratégique » pour les USA.

Par John Vidal, Guardian, 3 janvier 2012 (extraits)

L'ambassade américaine à Paris a recommandé à Washington de déclencher une offensive de guerre commerciale contre tout pays de l'Union Européenne s'opposant à l'introduction des organismes génétiquement modifiés (OGM), révèlent de nouveaux câbles diplomatiques publiés par Wikileaks.

En réponse à la décision de la France d'interdire une variété de maïs OGM de Monsanto, fin 2007, l'ambassadeur, Craig Stapleton, ami et partenaire en affaires de l'ancien président américain George Bush, a demandé à Washington de pénaliser l'Union européenne et en particulier les pays qui n'approuvent pas l'utilisation des cultures OGM.
Health

En prévention, l'aspirine à petites doses procure plus de mal que de bien

Selon une récente étude britannique, de faibles doses d'aspirine prises chaque jour par des personnes sans maladie cardiovasculaire présenteraient davantage de risques que de bénéfices, en terme de prévention d'un accident cardiaque.

Si les bienfaits de l'aspirine pris en prévention font aujourd'hui l'objet de nombreuses recherches, il semblerait que ce médicament fasse, même à petites doses, plus de mal que de bien chez les patients en bonne santé. C'est du moins ce que suggère une récente étude menée par des chercheurs britanniques et publiée mardi dans la revue spécialisée Archives of Internal Medecine. Selon ces travaux, la prise régulière d'aspirine à faible dose entrainerait ainsi davantage de risques que de bénéfices chez les patients sans pathologie cardiaque détectée.

En effet, l'aspirine, qui prévient la formation de caillots, est régulièrement administrée aux patients souffrant d'une maladie cardiovasculaire. Mais des médecins ont également commencé à prescrire la prise de faibles doses d'aspirine de façon préventive, sans pathologie connue. D'où l'importance de connaitre les risques associées à cette "prévention". Pour conduire leurs recherches, les scientifiques de l'Université de Londres ont examiné les données portant sur 100.000 participants à neuf essais cliniques.
Pills

Manger du poulet industriel peut-il provoquer des maladies graves ?

Une étude de l'association environnementale allemande Bund (la branche locale des Amis de la Terre) vient encore de montrer les problèmes sanitaires qui apparaissent dans la filière industrielle de la volaille. L'organisation a fait analyser en laboratoire 20 échantillons de poulet frais achetés en décembre dans cinq supermarchés et discounters (dont Lidl) de Berlin, Hambourg, Cologne, Nuremberg et de la région de Stuttgart. Les pièces de poulets provenaient des plus grands groupes d'élevage industriel du pays. Les résultats sont inquiétants : plus de la moitié des échantillons contiennent de sympathiques germes résistants aux antibiotiques, comme les staphylocoques dorés ou des bactéries intestinales pathogènes (de type E.coli).
Red Flag

Comment le yoga peut bousiller votre corps

C'est un article du New York Times qui a déclenché la controverse. Son titre? "Comment le yoga peut bousiller votre corps". William J. Broad y explique les nombreux risques pour la santé de la discipline et pointe du doigt les postures beaucoup trop complexes pour la plupart des adeptes.

Lui-même a eu recours au yoga pour soulager sa douleur après une hernie discale. Une méthode qui lui a fait finalement plus de mal que de bien, puisqu'il s'est méchamment blessé le dos en tentant de reproduire la "posture de l'angle ouvert sur le côté".

William J. Broad n'est pas le seul à souffrir à cause du yoga. Il cite des études scientifiques qui ont démontré de multiples problèmes de santé. Pour le bas du dos dans la majorité des cas, mais aussi les hanches ou le pied. Plusieurs facteurs peuvent expliquer ces dérives. Selon Broad, les adeptes citadins n'ont pas la même forme physique que les professeurs indiens originels et enchaîner les figures toujours plus complexes malgré leur manque de souplesse n'est pas idéal.
Cheeseburger

Comment le mercure se retrouve dans la chaîne alimentaire

© AFP PHOTO / MUSTAFA OZER
En ce temps d'hiver qui tourne à la pluie, durant lequel nous absorbons allègrement des molécules de dioxyde de carbone, d'oxyde d'azote ou encore de dioxyde de soufre, un autre polluant vient jouer les trouble-fêtes : le mercure. Moins connue, cette particule s'est en réalité fait une place tenace dans l'atmosphère et sa concentration ne cesse d'augmenter. De sorte que la Terre est constamment douchée de ce métal empoisonné, qui peut atterrir n'importe où et notamment entrer dans la chaîne alimentaire.

A l'origine, cette molécule s'est retrouvée dans l'atmosphère du fait des activités humaines, et en particulier des centrales au charbon, des usines d'incinération, de l'industrie cimentière et de l'extraction de l'or. Près de 385 000 tonnes de mercure ont été de la sorte rejetées dans l'atmosphère au cours des 5 000 dernières années, selon une étude publiée par la revue Environmental Science and Technology, jeudi 15 décembre, que cite Le Figaro. Le record d'émissions, autour de 2 600 tonnes par an, a été atteint entre 1860 et 1910, au moment de la ruée vers l'or aux Etats-Unis (durant laquelle le mercure était utilisé pour amalgamer le métal précieux).

Aujourd'hui, la situation n'est guère meilleure. Après un ralentissement au début du XXe siècle, on assiste en effet à de nouveaux pics, autour de 2 000 tonnes par an, soit quatre fois la quantité émise par les phénomènes naturels tels que les éruptions volcaniques ou l'érosion. En cause : la combustion massive de charbon par les pays asiatiques, au premier rang desquels la Chine, pour alimenter leurs centrales et produire de l'énergie.
Syringe

Argentine - GSK reçoit une amende pour des expériences vaccinales illégales qui ont tué 14 bébés

© inconnu
Le géant des vaccins et des médicaments, GlaxoSmithKline (GSK) ; a reçu une amende de 400.000 pesos (environ l'équivalent de 93.000 $) par un juge argentin pour avoir tué 14 bébés durant des essais illégaux de vaccins en laboratoire qui ont été menés entre 2007 et 2008.

En plus d'avoir tué les enfants et d'avoir fait des expériences sur des êtres humains, le juge a affirme que la multinationale avait en falsifie des autorisations parentales de sorte que les bébés puissent participer (à ces expériences) sans autorisation parentale légitime.

Le juge Marcelo Aguinsky a pris cette décision après qu'un rapport ait été publié sur le sujet par l'administration nationale de la médecine, de l'alimentation et de la technologie (Anmat, en espagnol). Depuis 2007, 15.000 enfants de moins d'un an et provenant de Mendoza, de San Juan et de Santiago del Estero ont participé à ces recherches illégales. Ces bébés ont été recrutés par GSK à partir de familles pauvres qui étaient présentes dans des hôpitaux publics. On a découvert que sur les 14 décès de ces bébés, sept sont morts à Santiago del Estero, 5 à Mendoza, et 2 à San Juan.
Pills

Médicaments : entre 13 000 et 34 000 morts chaque année en France

La nouvelle loi sur la sécurité du médicament permettra l'indemnisation des victimes du Mediator. Mais toujours pas des victimes, bien plus nombreuses, des effets secondaires des autres molécules. Pas assez médiatiques, sans doute... On ne cherche d'ailleurs pas à savoir avec exactitude combien de morts sont causées chaque année par les effets indésirables des médicaments.

© liberta-revolutiona.org
L'Assemblée nationale a voté le 19 décembre 2011 le projet de loi relatif à la sécurité sanitaire du médicament. Celui-ci renforce la lutte contre les conflits d'intérêt et modifie le système de pharmacovigilance. Enfin, il crée l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) qui remplace l'Afssaps.

Or le texte ne comporte aucune disposition pour les victimes d'effets secondaires graves des médicaments, hormis celles du Mediator. Il ne peut donc pleinement atteindre son objectif annoncé, celui de « restaurer la confiance des citoyens dans le médicament ».

Pourtant, ces victimes, qui crient à l'injustice et à la discrimination, sont autrement plus nombreuses que celles du Mediator...

Dans le rapport déposé par la commission des affaires sociales de l´Assemblée en conclusion des travaux de la mission sur le Mediator et la pharmacovigilance, le député Roland Muzeau indique : « On estime dans notre pays à 150 000 le nombre d'hospitalisations annuelles liées à des accidents médicamenteux et de 13 à 18 000 le nombre de morts provoquées par des médicaments ».
Gear

Corruption de la science : Des scientifiques laissent de côté les données et pondent des conclusions bidons

Traduction copyleft de Pétrus Lombard pour Alter Info

L'essai clinique des médicaments et des autres traitements médicaux est soigneusement réalisé et est même l'étalon-or de l'évidence scientifique, pas vrai ? Selon un examen approfondi de cette question venant d'être publié dans le British Medical Journal (BMJ), la réponse est non. En fait, le BMJ avertit que les données communiquées par les scientifiques sont trop souvent fausses - car les chercheurs omettent les faits gênants. La conséquence d'oublier des faits pourrait bien nuire aux patients, doper le coût des soins de santé par la vente de traitements médicaux basés sur de fausses conclusions, et menacer l'intégrité même de la médecine.

Ces avertissements viennent de multiples articles publiés par le BMJ. Les auteurs de ces articles jetant l'alarme ont examiné l'étendue, les causes, les conséquences des faits cachés, les chiffres, et d'autres données découvertes par des scientifiques lors d'essais sur l'homme. Il s'avère aussi que ce genre de problème n'arrive pas « de temps en temps. » Le BMJ affirme qu'une « grande proportion de preuves issues d'essais sur l'homme ne sont pas déclarées, et beaucoup de ce qui est rapporté l'est fait d'une manière très inadéquate. »

Dans un éditorial, le Dr Richard Lehman, de l'université d'Oxford et rédacteur en chef pour l'épidémiologie clinique du BMJ, et le Dr Elizabeth Loder, exposent l'état actuel de la recherche médicale comme une « culture de publications choisies à l'aveuglette et de divulgations de données incomplètes. » Ils exigent l'accès complet aux données brutes des essais pour permettre une meilleure compréhension des avantages et des inconvénients de nombreux traitements.
Top