Santé et Bien-être
Carte


Ambulance

OGM : l'étude qui relance la polémique


Les réactions se multiplient après la publication de travaux français établissant un lien entre la consommation de maïs génétiquement modifié NK 603 tolérant à l'herbicide Roundup et l'apparition de tumeurs chez le rat.

L'étude conduite par le professeur Gilles-Eric Séralini (Université de Caen) publiée jeudi dans la revue américaine Food and Chemical Technology continue de déclencher une tempête médiatique.

Hier, Paris et Bruxelles ont saisi leurs autorités sanitaires respectives afin qu'elles donnent leur avis sur ces travaux. Plusieurs scientifiques ont émis des doutes quant à la fiabilité de cette étude,la première à établir le lien entre la consommation d'un maïs génétiquement modifié - le NK 603 de la société américaine Monsanto - associé ou non au Roundup (l'herbicide auquel il est devenu tolérant) et l'apparition de tumeurs mammaires et de troubles rénaux et hépatiques.
Syringe

Le Dalaï-Lama se mêle de vacciner les bébés

Voilà à présent que le Dalaï-Lama se mêle de vacciner les bébés indiens au mépris des Principes du Bouddhisme

Le 6 septembre 2012, Sayer Ji, directeur de la Nutrition au Centre de naissance de Naples et fondateur de GreenMedInfo, nous annonçait cette surprenante nouvelle. (http://www.greenmedinfo.com)

Je suis entièrement d'accord avec ses propos que je vous livre :

Le Dalaï-Lama administre un vaccin polio à un nourrisson

« Sur la photo ci-dessus on peut voir le Dalaï-Lama administrer le vaccin polio oral bivalent (bOPV) à un nourrisson dans le complexe du temple Mahabodhi (Etat Indien du Bihar) - le site sacré où l'on pense que le Bouddha a reçu l'illumination il y a environ 2500 ans.

« Au cours de cet événement télévisé et hautement symbolique, le Dalaï-Lama a, dans un geste de compassion, vacciné deux enfants, comme aussi manifesté son soutien à la Journée Nationale Indienne d'Immunisation et à l'Initiative Mondiale d'Eradication de la Polio dont les échecs et les duplicités ont été exposées dans d'autres articles.
Cow

Corruption de la science : damage control : l'étude sur les OGM « fortement contestée »


Le type de rats testés par les Français a une forte prédisposition au développement de tumeurs, ce qui pourrait fausser les résultats.
De nombreux scientifiques mettent en avant des problèmes méthodologiques et statistiques dans l'étude affirmant la toxicité des OGM sur des rats.


Commentaire : Suivre le lien pour lire l'article en question.


Echantillons non representatifs, souche de rats fortement prédisposée au développement de tumeurs, manque d'informations sur le dispositif expérimental: l'étude française qui a défrayé la chronique mercredi en montrant une hausse du nombre de cancers et de la mortalité des rats nourris avec un maïs génétiquement modifié de Monsanto est aujourd'hui sous le feu des critiques tant en France qu'à l'étranger.

Ce décalage de 24 heures provient du fait que la communauté scientifique n'a pu avoir accès à l'étude à paraître dans la revue Food and Chemical Toxicology que mercredi à 15 heures. Soit bien après les médias, comme le Nouvel Observateur, qui ont révélé ce «scoop» moyennant «la signature d'une clause de confidentialité». C'est du moins, ce qu'expliquait le matin même au Figaro, l'assistante de Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l'université de Caen et principal auteur de l'étude. Résultat: des images chocs de rats déformés par des tumeurs monstrueuses, et des propos définitifs sur la dangerosité des OGM, «enfin avérée», ont circulé toute la journée sans qu'il soit possible pour d'autres scientifiques d'apporter la moindre contradiction.

Commentaire: Les enjeux et implications économiques étant si grands, nous devions nous attendre à ce qu'une étude montrant les effets néfastes des OGM soit rapidement critiquée.

Pills

Dépression: les médicaments mal prescrits par les médecins français

© Inconnu
Les médecins généralistes français sont nombreux à ne pas suivre les recommandations en vigueur, notamment celles de la Haute Autorité de Santé (HAS), en ce qui a trait à la prescription de médicaments pour le traitement de la dépression, selon une étude réalisée par la Drees à la demande du ministère de la Santé.
Pills

Des migraines dues à une prise trop importante d'antimigraineux

© Inconnu
Vous en êtes à votre troisième cachet d'aspirine de la journée et le marteau-piqueur qui ravage l'intérieur de votre crâne ne semble toujours pas décidé à s'arrêter ? Votre migraine persistante n'est peut-être que la conséquence d'un excès de médicaments. C'est en tout cas ce qu'affirment des scientifiques de l'Institut britannique pour la santé et l'excellence clinique (NICE), dont les recherches sont analysées par le Guardian mercredi 19 septembre.
Attention

Les antidouleurs peuvent faire perdre l'ouïe

La prise régulière d'antidouleurs comme l'ibuprofène et le paracétamol peut rendre sourd en fin de vie.

C'est ce que révèle une étude parue dans l'American Journal of Epidemiology. La prise régulière de ces médicaments peut augmenter les risques de surdité de 34 % chez les femmes en fin de vie.

Maintenant, il reste à savoir si les résultats seront les mêmes chez les hommes. Des études sont prévues à ce sujet.

Les trois ans de recherche chez les femmes démontrent que l'usage des antidouleurs de deux à trois fois par semaine peut faire perdre de l'audition plus tard.

Les pertes auditives peuvent être 13% plus élevées avec l'ibuprofène et aller jusqu'au 24% si l'usage est de six fois ou plus par semaine.
Attention

Les OGM sont de véritables poisons selon une étude financée par Auchan et Carrefour

Des chercheurs français ont étudié secrètement, pendant deux ans, 200 rats nourris au maïs transgénique. Tumeurs, pathologies lourdes... une hécatombe. Et une bombe pour l'industrie OGM.C'est une véritable bombe que lance, ce 19 septembre à 15 heures, la très sérieuse revue américaine "Food and Chemical Toxicology" - une référence en matière de toxicologie alimentaire - en publiant les résultats de l'expérimentation menée par l'équipe du français Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l'université de Caen. Une bombe à fragmentation : scientifique, sanitaire, politique et industrielle. Elle pulvérise en effet une vérité officielle : l'innocuité du maïs génétiquement modifié.

Même à faible dose, l'OGM étudié se révèle lourdement toxique et souvent mortel pour des rats. A tel point que, s'il s'agissait d'un médicament, il devrait être suspendu séance tenante dans l'attente de nouvelles investigations. Car c'est ce même OGM que l'on retrouve dans nos assiettes, à travers la viande, les œufs ou le lait.

En 2006, c'est comme un véritable thriller que commence cette recherche, dont le maître d'œuvre, Gilles-Eric Séralini, divulgue lui-même les conclusions dans un ouvrage à paraître la semaine prochaine ("Tous cobayes !", Flammarion, en librairie le 26 septembre).
Pills

Perte auditive liée à l'ibuprofène (Advil) et au paracétamol (acétaminophène)

© Inconnu
L'utilisation régulière des médicaments antidouleur ibuprofène (Advil) et paracétamol ou acétaminophène (Tylénol) est liée à un risque accru de perte auditive, selon une étude américaine publiée dans l'American Journal of Epidemiology.
Attention

Le BPA relié à l'obésité des enfants et adolescents

«Les enfants qui affichaient le taux de BPA le plus élevé ont plus de deux fois plus de chances d'être obèses», a assuré le Dr Trasande, le chercheur principal de l'étude, à l'Agence QMI.

Parmi les enfants qui affichaient un faible taux de BPA, seulement 10,3 % d'entre eux étaient obèses, tandis que 22,3 % des enfants ayant le taux de BPA le plus élevé étaient obèses. Cette différence est considérée comme significative.

Le médecin souligne qu'il faudrait donc élargir les recherches sur l'épidémie d'obésité, qui frappe les États-Unis et qui débute au Canada, au-delà de la traditionnelle association avec l'alimentation et le manque d'exercice.
Gear

Cargill et d'autres acteurs à l'origine d'une étude anti-bio intitulée « StanfordStudy »

Traduit par Résistance 71

Ladite "étude" anti-bio n'est pas de l'information, mais plutôt une campagne de propagande organisée.


Harry Wallop du London Telegraph termine son éditorial contre l'alimentation bio par la phrase suivante:
"Demain, bébé recevra une autre bonne cuillerée de carottes arrosées de pesticides."
Que H. Wallop ait l'esprit aussi embrouillé qu'il en a l'air ou pas, le but de son éditorial est d'encourager une attitude similaire chez les lecteurs du Telegraph, en essayant de manipuler la perception du public à la suite d'une "étude" récente conduite par l'Université de Stanford sur les aliments biologiques.

Conflit d’intérêts? Étrange que l’Université de Stanford travaille en partenariat avec le géant agricole Cargill, et qu’elle vienne juste de publier une étude suggérant que les produits bios ne sont pas meilleurs que leurs concurrents issus de l’agriculture industrielle. Selon l’Université de Stanford, Cargill aurait fait don à cette dernière d’au moins 5 millions de dollars destinés à la création d’un Centre pour la Sécurité alimentaire et pour l’Environnement (N.d.T. “Center on Food Security and the Environment”ou “FSE” en anglais). Le site Web de Cargill contient une page qui décrit son partenariat avec Stanford, et qui peut être consultée ici.Dans son Rapport annuel de 2011, l’Université de Stanford cite comme donateurs Cargill et bien d’autres (page 38, .pdf).
Top