NOUVEAU ! Disponibles en français sous format électronique (Amazon Kindle) !

L’Onde, Tome 6 – Affronter l’inconnu, de Laura KNIGHT-JADCZYK

L'histoire secrète du monde, tome 2 - Les comètes et les cornes de Moïse, de Laura KNIGHT-JADCZYK

Santé et Bien-être
Carte


Red Flag

Etats-Unis: un pesticide jugé dangereux pour le développement cérébral des enfants

WASHINGTON - Les femmes enceintes confrontées à des niveaux même modérés d'un pesticide communément utilisé exposent leurs enfants à des modifications durables de leur cerveau induisant des retards dans leur développement, montre une étude américaine diffusée lundi.

L'étude parue dans les Proceedings of the National Academy of Sciences se penche sur des New-Yorkaises enceintes qui ont été exposées au chlorpyriphos-éthyl, un pesticide largement utilisé dans les champs et les parcs.

Les chercheurs ont constaté des "anormalités importantes" chez 20 enfants âgés de 5 à 11 ans dont les mères ont montré des niveaux élevés de chlorpyriphos-éthyl en les comparant à 20 enfants dont les mères avaient été aussi exposées à ce pesticide mais à des niveaux moindres.
Pills

Le traitement du cancer des hommes est inefficace : La médecine factuelle est une imposture

Traduction copyleft de Pétrus Lombard


L’étude ne montre aucun bénéfice de la chirurgie pour le cancer de la prostate
Une fois encore, la médecine fondée sur des preuves se révèle être une imposture. Dans ce cas, le traitement standard du cancer de la prostate, la chirurgie radicale, bien qu'elle mutile systématiquement, n'apporte aucun bienfait.


Nous pouvons planter un autre clou dans le cercueil de la prétention de la médecine traditionnelle à être scientifique et factuelle. Le traitement standard du cancer de la prostate est à l'ablation chirurgicale rapide et drastique de la prostate. Elle est pratiquée depuis des années sur la présomption que l'ablation élimine le cancer. Il n'y a pourtant jamais eu la moindre preuve documentant quelque peu la réalité de son efficacité, mais les chirurgiens sortent leur scalpel sans scrupule, laissant derrière eux des foules d'hommes impuissants et incontinents.

Maintenant, pourtant, il existe des preuves. Mais elles ne montrent aucunement ce que tous ces toubibs veulent entendre. Au lieu de cela, elles montrent le contraire : Dans la plupart des cas, la prostatectomie radicale pour cancer de la prostate ne présente aucun intérêt !

Tout comme s'avère souvent fausse l'affirmation selon laquelle la détection du cancer précoce sauve des vies, les traitements de routine s'avèrent inutiles, à moins, naturellement, que vous soyez le médecin qui empoche d'importants honoraires grâce à la chirurgie et à chaque visite à son cabinet qui en résulte.
Bomb

La « Prison » atomique vue par Paolo Scampa

Le professeur Paolo Scampa, président de l'Association Internationale pour la Protection contre la Rayons Ionisants (AIPRI), vient de publier un ouvrage sur les conséquences environnementales dramatiques des « essais atomiques » aériens intitulé "La chambre à gaz atomique". C'est un traité de physique sur la contribution des essais nucléaires à la contamination finale de l'atmosphère.

Extrait :

Au commencement était le chaos... puis les physiciens et les mathématiciens vinrent tout mettre en ordre... munis de modèles parfaits et d'axiomes idéaux pour décrire la composition de la matière et écrire la table définitive des lois de la nature... stigmatisant au passage comme « pseudo-science » tout doute méthodique, toute explication alternative ou toute théorie concurrente qui ose venir heurter leurs convictions, leurs préjugés.

Nous pourrions débattre des semaines durant sur cet état de fait... si actuel et si pressant. Le présent ouvrage sur les « essais atomiques » rédigé avec soin par le professeur Paolo Scampa expose de manière directe et détaillée certains des effets délétères des radiations ionisantes sur l'environnement et sur l'homme.

C'est un livre peu commun qui sait aborder une matière aussi ardue que la « physique nucléaire » dans une langue fluide aisément compréhensible au profane même. Fruits d'une mûre réflexion capable d'alléger quelque peu la complexité du thème en question, les nombreux tableaux techniques comme les développements consacrés aux différents radioéléments qui sont part intégrante de l'ouvrage sont eux également simples à entendre par la faveur d'une disposition schématique aussi personnalisée que réussie. La bibliographie, enfin, particulièrement détaillée et « ciblée » valide les données avancées et couronne une étude qui nous semble unique en son genre dans le panorama actuel.
Health

Des doses élevées de vitamine C réduisent l'hypertension

Des doses élevées de vitamine C pourraient être efficaces pour diminuer l'hypertension artérielle, selon une étude publiée dans l'American Journal of Clinical Nutrition.

Edgar Pete R. Miller de l'Université Johns Hopkins et ses collègues ont analysé les données de 29 essais cliniques impliquant un total de 1 400 personnes âgées de 22 à 74 ans. Elles prenaient une dose médiane (la moitié en prenant plus et l'autre en prenant moins) de 500 mg pendant 8 semaines, ce qui représente environ 6 fois la dose actuellement recommandée.

Chez les personnes ayant une tension artérielle élevée, la pression systolique (premier chiffre de la mesure) a baissé de près de 5 points et la pression diastolique (chiffre du bas) de 1,7 points. Cette diminution relativement modeste, commentent les chercheurs, peut représenter la prévention de plusieurs d'accidents vasculaires cérébraux (AVC) au niveau de la population.
Health

Les 10 produits chimiques en lien avec l'autisme et les troubles neurologiques

Des chercheurs viennent de dresser la liste des produits chimiques impliqués dans la survenue de l'autisme et des troubles neurologiques.

Des chercheurs Américains appellent à mieux identifier les facteurs environnementaux qui interviennent dans la survenue de l'autisme, du trouble déficitaire de l'attention ou d'autres maladies neurologiques et psychiatriques. En effet, si des composantes génétiques ont été identifiées les facteurs de risques externes sont encore mal connus, un véritable problème car il semble que la prévalence de l'autisme soit en constante augmentation.

Pour tenter de faire avancer cette question les chercheurs ont passé en revue la littérature médicale et ont répertorié les 10 candidats les plus susceptibles d'influer le risque de ces maladies. Ces produits chimiques sont présents dans notre environnement et dans des produits de consommation courante, en particulier alimentaires :
Ambulance

Premier cas d'overdose mortelle au Coca-Cola ?

Une jeune femme de 30 ans, qui buvait huit à dix litres de Coca-Cola par jour, est décédée prématurément d'une crise cardiaque en février 2010. Peut-on parler d'une overdose de Coca-Cola ? Selon le rapport médical, c'est la consommation excessive de cette boisson gazeuse qui aurait « probablement » entraîné sa mort.

Natasha Harris, une australienne de 30 ans vivant en Nouvelle-Zélande, avait une passion déraisonnée pour le Coca-Cola. Cette mère de huit enfants en consommait tout le temps, du matin au soir. Et la quantité absorbée allait de huit à dix litres par jour. Son compagnon, Chris Hodgkinson, est là pour le confirmer : « Elle était accro au Coca-Cola. La première chose qu'elle faisait en se levant, c'était de boire un verre de Coca dans son lit et la dernière chose qu'elle faisait avant de se coucher, c'était d'en boire un. Elle était très fatiguée dans les mois qui ont précédé son décès. Elle souffrait de pression artérielle ». Cette folie a connu un dénouement tragique : la jeune femme a succombé à une crise cardiaque à son domicile en février 2010.

Ce décès prématuré a conduit à l'ouverture d'une enquête, dont les conclusions sont tombées le 19 avril dernier. Bien que Natasha Harris ait eu une mauvaise hygiène de vie générale -dormant peu, mangeant peu et fumant 30 cigarettes par jour-, le docteur Dan Mornin a conclu que la jeune femme a été victime d'hypokaliémie, traduisant une concentration plasmatique de potassium trop faible. Et ce, comme le rapporte The Guardian, « en raison d'une consommation excessive de Coca-Cola qui s'est faite au détriment d'une alimentation normale »... conduisant ainsi à de nombreuses carences.
Heart - Black

Les antidépresseurs font plus de mal que de bien, estiment des chercheurs

Les antidépresseurs semblent faire plus de mal que de bien, selon les auteurs d'une étude canadienne publiée dans la revue Frontiers in Psychology qui examine l'impact de ces médicaments sur l'organisme dans son ensemble.

"Nous devrions être beaucoup plus prudents en ce qui concerne l'utilisation répandue de ces médicaments", dit le biologiste évolutionniste Paul Andrews de l'Université McMaster (Hamilton, Ontario).

Les antidépresseurs visent à soulager les symptômes de la dépression en augmentant les niveaux du neurotransmetteur sérotonine dans le cerveau où il régule l'humeur. Mais, soulignent les chercheurs, la plus grande proportion de sérotonine produite par l'organisme est utilisée à d'autres fins, dont la digestion, la formation de caillots sanguins dans les sites des plaies, la reproduction et le développement.
Health

La vitamine D protègerait de la maladie d'Alzheimer

Avoir de bons apports en vitamine D pourrait protéger de la maladie d'Alzheimer.

De plus en plus de recherches mettent en évidence un lien entre la consommation de poisson et le risque de développer la maladie d'Alzheimer. L'explication de ce lien pourrait être l'apport en oméga-3, aux nombreuses vertus, en particulier sur le cerveau. Mais il pourrait également s'agir de la vitamine D, bien présentes dans les poissons gras. Pour répondre à cette question des chercheurs de l'université d'Angers, en France, ont décidé d'examiner le lien entre l'apport alimentaire en vitamine D et le risque de développer la maladie d'Alzheimer.

Dans une étude Toulousaine intitulée EPIDOS, des femmes âgées de 79,8 ans en moyenne ont été suivies pendant 7 ans. Leurs habitudes alimentaires et leur état de santé ont été observés et les données repertoriées. Les habitudes d'expositions au soleil ont également été prises en compte.

Les résultats révèlent que les personnes qui ont les plus gros apports en vitamine D ont 4 fois moins de risque de développer la maladie d'Alzheimer que les autres. Un lien renforcé chez les personnes qui s'exposent régulièrement au soleil à la mi-journée avec un risque de développer la maladie diminué de moitié. En revanche, ni la vitamine D d'origine alimentaire ni l'exposition au soleil ne semblent influencer le risque de démence sénile.
Arrow Up

Royaume-Uni : La pollution de l'air tue prématurément des milliers de personnes par an


Cathédrale de Saint-Paul surplombant le nuage de pollution, Londres, Avril 2011 © AFP PHOTO / LEON NEAL
Ce sont 13,000 personnes qui meurent chaque année à cause de la pollution de l'air au Royaume-Uni, selon une étude du Massachusetts Institute of Technology. Une majeure partie de cette pollution est domestique puisqu'environ 60% de l'air pollué provient d'activités qui prennent place au Royaume-Uni.

Cette étude, rapportée par The Guardian, a permis aussi de situer les lieux les plus touchés : 2,200 morts par an dans le Grand Londres, 630 à la fois dans les Midlands de l'Ouest et dans le Grand Manchester et plus de 1,000 morts à travers le Yorkshire et l'Humberside.

Cette étude est embarrassante pour le gouvernement qui est sur le devant de la scène internationale à l'approche des jeux olympiques. A Londres, la pollution de l'air a atteint des records durant la vague de chaleur.
Health

Une boisson sucrée par jour augmente de 20 % le risque d'infarctus

Il a été montré que la consommation de boissons sucrées (BS) est associée à une prise de poids et un risque accru de diabète de type 2. Peu d'études ont exploré l'association des BS avec les maladies coronariennes (MC). Le rôle des boissons « light » (BL) reste aussi à clarifier dans ce domaine.

L'objectif de cette étude de cohorte prospective incluant 42 883 hommes (Health Professionals Follow-up study ) sans antécédents coronariens est d'évaluer l'association entre consommation de BS ou de BL et incidence des accidents coronariens (AC). Une BS (ou BL) équivaut à une canette de 350 ml.

Sur les 22 ans de suivi, 3 683 accidents coronariens ont été enregistrés. Après ajustement aux différentes variables (âge, tabac, activité physique, IMC...), les participants consommant plus de 4,5 BS/semaine avaient une augmentation de 20 % du risque d'AC par rapport à ceux qui n'en consommaient aucune (RR [Risque relatif] = 1,20 ; p < 0,01). La consommation des BL par contre n'est pas significativement associée aux AC (RR = 1,02 ; p = 0,28)
Top