Santé et Bien-être
Carte


Heart - Black

Les 5 mythes les plus rabâchés sur la santé que les médecins n'ont aucune intention d'abandonner

Traduit par Hélios

Il y a aujourd'hui plus de mythes de santé propagés par les médias et la médecine conventionnelle qu'il n'y en a eu tout au long de l'histoire. Cela est dû en grande partie au manque d'éducation du public et à l'élargissement du pouvoir des sociétés qui font la promotion de ces mythes pour atteindre des buts particuliers et malveillants, tous au nom du profit.

Mythe n° 1
La médecine conventionnelle et le système des soins de santé aident les malades.

Peut-être le plus grand mythe aujourd'hui est-il la fausse idée que se font les gens sur la médecine dominante et le système des soins de santé qui aideraient les malades. Rien ne pourrait être aussi éloigné de la vérité.

La liberté des gens à choisir des soins naturels, une médecine alternative et des méthodes de prévention pourrait bientôt être menacée par les lobbys corporatifs qui feront n'importe quoi pour protéger leur richesse aux dépens de votre santé.

Les incitateurs à la médecine conventionnelle prétendent que toutes les études sur les médicaments, les autorisations de mise sur le marché, les traitements chirurgicaux, sont basées sur une preuve scientifique. Mais est-ce réellement une science ? Ce qui passe pour de la ''science'' aujourd'hui est une collection de mythes de santé, de demi-vérités, de malhonnêtetés intellectuelles et de rapports frauduleux qui servent d'autres intérêts. La science n'est plus vraiment de la science. 90 % de toutes les maladies (cancer, diabète, dépression, maladies cardiaques, etc.) sont facilement évitables par une hygiène alimentaire, un régime, l'exposition au soleil et l'exercice. Aucune de ces solutions n'est jamais mise en avant par la médecine conventionnelle parce qu'elles ne rapportent pas d'argent.
Health

Ebola : 30 nouveaux cas en deux semaines et 14 morts au Congo

© Inconnu
Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le virus Ebola a provoqué trente nouveaux cas de fièvre hémoraggique qui ont fait 14 morts en deux semaines dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC). C'est trois fois plus de cas qu'à la mi-août.

Commentaire: Lire également:

Congo: Le virus Ebola tue à nouveau

Arrow Down

Du riz OGM américain testé sur des enfants chinois

L' American Journal of Clinical Nutrition révélait au mois d'août que du riz génétiquement modifié (GM) "Golden Rice" ou "riz doré" a été testé sur un groupe d'enfants âgés de 6 à 8 ans de la province chinoise du Hunan, dans le cadre d'une étude soutenue par le US Department of Agriculture (USDA).
De 2008 à aujourd'hui ... rien n'a changé !

Fin juin 2008, Greenpeace avait découvert que l'institut national américain de la santé (NIH) avait approuvé des tests menés par l'université américaine de Tufts.

Ce riz, baptisé "riz doré" à cause de sa couleur jaune, est un riz génétiquement modifié pour augmenter sa teneur en béta carotène, précurseur de la vitamine A, dont la carence chez de nombreux habitants des pays pauvres est responsable de cécité chez des millions de personnes. Mais l'importation ou la consommation de ce riz ne sont autorisées dans aucun pays du monde. Si, selon ses promoteurs, il permettrait d'augmenter les apports en vitamine A, son innocuité, comme celle de nombreux OGM, n'est absolument pas démontrée.
Health

Les haltères réduisent le risque de diabète


C'est la première fois que l'on démontre l'utilité de simples exercices de résistance, alors que cela est prouvé depuis longtemps pour des efforts d'endurance.
De simples efforts de musculation sont efficaces pour tenter d'éviter la maladie, selon une étude américaine.

Les petits haltères, une arme de poids pour réduire son risque de devenir diabétique. Une étude américaine vient de montrer que faire deux heures et demie d'haltères chaque semaine réduisait d'un tiers le risque de développer un diabète de type 2 (non insulinodépendant).

C'est la première fois que l'on démontre un tel bénéfice avec de simples efforts de résistance (musculation), alors que cela est prouvé depuis plusieurs années pour des efforts d'endurance (aérobie) tels que la marche à pied, le jogging, la natation, le cyclisme ou le golf. Des activités souvent jugées trop contraignantes sur la durée.
Cheeseburger

La maladie d'Alzheimer serait un dérivé du diabète de type 2

La « junk food » ne fait pas seulement grossir, elle pourrait aussi provoquer la maladie d'Alzheimer, selon l'étude publiée dans le New scientist magazine, paru cette semaine. Des résultats qui pourraient accélérer la recherche de nouveaux traitements.

Si on savait déjà qu'une mauvaise alimentation était mauvaise pour le cerveau à cause d'une pression sanguine plus forte et de la présence trop importante de cholestérol, qui diminue l'irrigation du cerveau, on ignorait en revanche qu'elle pouvait provoquer la maladie d'Alzeihmer. C'est en effet ce que révèle une étude parue dans le New scientist magazine cette semaine.
Key

Pourquoi les cancers se développent-ils ?

Traductrice: Carla Lavaste

Mina Bissell est venue partager ses 35 ans recherche sur le cancer, 35 années de travail autour d'une même question : qu'est-ce qui fait que les cancers se développent ? Sa réponse : leurs interactions avec leur micro-environnement. Elle n'a pas été la première à en avoir l'intuition mais la première à le prouver. A la conférence TEDGlobal, elle a raconté son expérimentation.

D'une cellule unique, nous nous développons pour en former entre 10 et 70 milliards, « chacune avec la même information génétique ». La théorie dominante en cancérologie veut qu' « il suffit d'un oncogène (gène mutant, cancérigène) dans une seule cellule pour déclencher un cancer ». Selon Mina Bissel, cette explication n'a jamais tenu debout. Si c'était exact, chaque cellule maligne de notre corps se transformerait en tumeur et « nous serions tous de gros amas cancéreux ».

Pour sa démonstration, Mina Bissel est partie d'une tumeur maligne affectant les poulets. Les chercheurs tracent son origine à un seul gène, transmis par le premier virus à avoir été identifié comme oncogène, en 1911. Les scientifiques de son laboratoire ont marqué ce gène et constaté que lorsqu'il était injecté dans des poulets sains, ceux-ci développaient un cancer, mais s'il était injecté dans des embryons, le cancer ne se développait pas. Pourquoi cette différence ? Pour Mina Bissell, cette découverte prouve que « le micro-environnement dans lequel se développe le cancer domine le gène cancérigène lui-même ».
Dollar

Lutter contre le cancer, c'est rentable

horn
© inconnu
Au congrès de Montréal, la rentabilité des investissements de la lutte contre le cancer est mise sur la table.

Les organismes de lutte contre le cancer sont actuellement en congrès à Montréal et les arguments évoqués pour encourager la recherche dans la lutte contre le cancer ne relèvent pas que des objectifs de santé publique.

Plusieurs responsables ont ainsi expliqué au cours d'une conférence de presse que la lutte contre le cancer pouvait aussi s'avérer être un investissement très rentable sur le plan économique.
Bomb

Les vaccins se vendent comme la lessive, en affirmant n'importe quoi

Après le scandale du Vioxx que la plupart des gens se sont empressés d'oublier alors que le laboratoire Merck a été condamné pour mensonge aggravé, malgré le scandale occulté du Gardasil® dont on ne connaît à peu près rien de ses « vertus », si ce n'est que les effets secondaires répertoriés par le VAERS s'élevaient déjà en mai 2011 à - 22 194 - alors qu'il est de notoriété publique que seulement un minimum de 1 à 10 % est déclaré.

Parmi ces effets, ont pouvaient comptabiliser 97 décès, 732 handicapés, 135 dysplasies cervicales (lésions précancéreuses du col de l'utérus qui peuvent évoluer vers un cancer après quelques années) et 41 cancers cervicaux, ceux-là mêmes que ce vaccin est censé éviter. D'autant que dans la plupart des accidents, les « experts » refusent de faire le rapport de cause à effet, même lorsque la simultanéité est reconnue et indéniable.
Pills

Une nouvelle molécule contre le cancer

Une nouvelle molécule aux propriétés anticancéreuses et anti-métastatiques vient d'être découverte par des équipes du CNRS, du CEA, de l'Institut Curie et de l'Inserm, en collaboration avec des chercheurs australiens et anglais. Cet anticancéreux agit sur les cellules résistantes aux chimiothérapies conventionnelles grâce à un mécanisme d'action entièrement nouveau. Celui-ci cible non seulement la multiplication des cellules mais également leur mobilité et empêcherait ainsi la formation de métastases. Publiés dans Cancer Research, les résultats obtenus in vitro et chez l'animal pourraient, à moyen terme, aboutir au développement de traitements anticancéreux alternatifs.

Liminib stabilise les microtubules. Les microtubules sont des structures filamenteuses. Grâce à des anticorps spécifiques il est possible de les visualiser. Ainsi, dans une même cellule, on peut marquer les microtubules totaux en rouge et les microtubules stabilisés en vert. Contrairement aux cellules contrôles, on observe de nombreux microtubules verts, stabilisés, dans les cellules traitées par Liminib. La barre d'échelle (en blanc, photo en bas à droite) représente 10 µM.
Crédit: © Lafanechère/CNRS

Commentaire: Entre faux espoirs et "nouvelles" molécules mises sur le marché pour faire de l'argent il faut rester prudent. Wait & See.

Health

Alerte au virus mortel dans un parc touristique californien

© AFP/David McNew
Le Centre fédéral de contrôle et de prévention des maladies américain (CDC) a averti vendredi que 10 000 personnes sont susceptibles d'avoir été en contact avec un virus mortel lors de leur séjour dans le Parc national de Yosemite (Californie, ouest) cet été.
Dix mille personnes sont susceptibles d'avoir été en contact avec un virus mortel lors de leur séjour cet été dans le Parc national de Yosemite (Californie, ouest), selon le Centre fédéral de contrôle et de prévention des maladies américain (CDC). Au moins six cas de syndrome pulmonaire à hantavirus (SPH), une maladie véhiculée par la salive ou l'urine d'animaux, notamment des souris, ont été détectés et d'autres cas potentiels sont surveillés.

Deux des personnes infectées sont mortes. Toutes avaient en commun d'avoir séjourné dans le «Curry Village», une plaque tournante pour les visiteurs du spectaculaire Parc de Yosemite.

Le Service des parcs nationaux (SPN) a essayé de prendre contact avec les 2 900 personnes qui avaient réservé pour séjourner dans ce camping entre le 10 juin et le 24 août. Le CDC estime qu'au total 10 000 personnes y ont séjourné : les 2 900 ayant réservé, ainsi que les membres de leurs familles ou les amis qui les accompagnaient.
Top