NOUVEAU ! Disponibles en français sous format électronique (Amazon Kindle) !

L’Onde, Tome 6 – Affronter l’inconnu, de Laura KNIGHT-JADCZYK

L'histoire secrète du monde, tome 2 - Les comètes et les cornes de Moïse, de Laura KNIGHT-JADCZYK


Palette

L'éradication de la beauté ou la destruction de l'art

Image de la Première Guerre mondiale. Les soldats blessés et les restes de ceux qui n'ont pas eu de « chance » partageant le même espace.
© Inconnu
Image de la Première Guerre mondiale. Les soldats blessés et les restes de ceux qui n'ont pas eu de « chance » partageant le même espace.

Ma grand-mère est une vieille dame âgée de quatre-vingt-dix-neuf ans et demie. Elle est née dans le Sud de la France en 1914 au tout début de la Première Guerre mondiale. Son père est mort au front en août 1918 ; seulement trois mois avant l'armistice.


Grand-mère était seulement l'un des six millions d'enfants français qui ont perdu leurs pères. Sa mère avait un petit atelier de couture spécialisé dans les robes de veuves, de loin le vêtement le plus populaire à l'époque.

Alors qu'elle était dans sa trentaine, ma grand-mère a aussi vécu la Seconde Guerre mondiale, et en 1945, elle est allée en Allemagne avec son mari, un militaire qui faisait partie des forces d'occupation françaises qui y étaient stationnées jusqu'aux années 1960.

Grand-mère n'aimait pas vivre avec les Allemands ; ils lui rappelaient son père perdu. Elle n'aime toujours pas beaucoup les Allemands. Je crois qu'elle n'a jamais pensé au fait que soldats allemands et français ont tous deux été utilisés comme chair à canon, manipulés dans des guerres qui ont seulement profité à des politiciens, industriels et banquiers, avides et sans cœur.

On pourrait raisonnablement soutenir que, durant sa longue vie, grand-mère, comme beaucoup de ses contemporains, a connu l'horreur du vingtième siècle et le déclin régulier de l'humanité.

J'aime ma grand-mère. C'est elle qui m'a élevé quand j'étais enfant et maintenant je suis celui qui prend soin d'elle. Je me rends fréquemment à sa maison de retraite. J'y étais il y a quelques jours et, comme sa vue baisse, je lui fais la lecture.
Bacon n Eggs

« Préparez »-vous votre alimentation ?

Traduction : SOTT

AMS Overhead Fireball Reports US only through 2013
© AMS
Rapports des boules de feu météoriques pour l'année 2013 aux États-Unis
Si vous lisez régulièrement SOTT, vous savez probablement que de nombreux domaines présentent des risques de catastrophes - des changements environnementaux aux explosions cométaires et de la montée du fascisme à l'imminence de l'effondrement économique. La bonne nouvelle, c'est qu'il n'est pas nécessaire de sélectionner l'une de ces menaces pour vous préparer[1] , vous ainsi que votre famille et votre communauté locale. Les exigences fondamentales pour se préparer s'appliquent à toutes ces catastrophes et à bien plus encore.

La communauté en ligne des preppers[2] a pris une ampleur énorme depuis dix ans. Blogs et sites de preppers et survivalistes sont légion et bon nombre d'entre eux proposent d'excellentes idées pouvant être adaptées à votre situation et à vos besoins. Pourtant, il est rare que ces sources abordent la question de l'alimentation. « Se préparer » au niveau alimentaire offre des avantages non négligeables en cas de catastrophe ou en situation de survie et devrait donc avoir un impact important sur votre stratégie de stockage alimentaire et de ce qui est indispensable lors d'une catastrophe prolongée.

La question qui se pose est dès lors la suivante : la « préparation » alimentaire offre-t-elle suffisamment d'avantages pour changer dès aujourd'hui d'alimentation ? Et si c'est le cas, quelles conséquences cela a-t-il sur le stockage alimentaire et votre plan de préparation ? La réponse à la première question est, je pense, positive. Une réponse à la deuxième question se trouve ci-dessous.
Bacon

Radio Interactive SOTT - Entretien avec Lierre Keith

Traduction : SOTT

Cover book Le Mythe végétarien
© Éditions Pilule Rouge
Cette semaine sur la radio SOTT, nous recevons l'auteure et activiste Lierre Keith, dont le livre Le Mythe végétarien - nourriture, justice, et pérennité, examine les principes de l'idéologie végétarienne depuis les perspectives alimentaires, environnementales et philosophiques.

Lierre Keith croyait en une alimentation à base de plantes et fut végétalienne pendant vingt ans. Mais elle affirme aujourd'hui que les gens ont été égarés - non pas par nos aspirations pour un monde juste et durable, mais par notre ignorance.

La vérité est que l'agriculture est un assaut implacable contre la planète, et, plus d'agriculture ne nous sauvera pas. En servant les graines annuelles, les humains ont dévasté les prairies et les forêts, contribuant à l'extinction de nombreuses espèces, modifié le climat, et détruit la couche arable - la base même de la vie. Lierre Keith affirme que si nous voulons sauver la planète, notre nourriture doit être un acte de réparation profonde et durable : il doit venir de l'intérieur des communautés de vie, et non pas s'imposer à travers elles.

En partie biographique, ABC nutritionnel et manifeste politique, Le Mythe végétarien mettra au défi tout ce que vous pensiez savoir sur les politiques alimentaires.


Ci-après la transcription :
Bizarro Earth

Résumé SOTT - Avril 2014 - Météorologies extrêmes et bouleversements planétaires

Traduction : SOTT

Quatrième volet de notre nouvelle série mensuelle, la vidéo suivante compile des images des « signes des temps » provenant du monde entier pour le mois d'avril 2014 - « changements terrestres », conditions météorologiques extrêmes et bouleversements planétaires.

Résumé Sott avril 2014  bannière
© Sott.net
Les signes des temps d'april 2014

Les faits marquants de ce mois-ci : des feux de forêt éclatent dans des lieux où il a ensuite neigé, la plus grande épidémie de tornade de la saison aux États-Unis, la mère de outes les dolines (ou était-ce un glissement de terrain ?) éventre une rue entière dans le centre-ville de Baltimore ... et une nouvelle entrée dans le livre des records : le plus grand nombre de forts tremblements de terre enregistrés dans le monde pendant un mois.

Accrochez-vous à vos sièges ! ...

Compass

Laura Knight-Jadczyk - La théorie de l'information et la création de la réalité

Voici la transcription de la partie 5 des vidéos Knowledge and Being de Laura Knight-Jadczyk dont vous trouverez la transcription anglaise complète ici. Merci à Jurian pour son aide.

Partie 5.1
Laura, Knowledge and Being part 5.1

Laura : Il a été dit que l'univers lui-même est en quelque sorte la somme totale de tout ce qui peut être connu ou est possible ; son potentiel infini d'être ou potentiel infini de ne pas être. Dans les systèmes ésotériques anciens, c'est représenté de cette façon [yin-yang]. C'est le cosmos. Le potentiel infini d'être, et dans le potentiel d'être il y a une certaine quantité de non-être parce que la matière est tout simplement la conscience qui s'est endormie et qui s'est en gros solidifiée ou figée. En elle, il y a un petit peu de conscience car rien ne peut être entièrement inexistant. Le non-être n'existe pas. Si une conscience pouvait embrasser tout cela, la conscience en dehors ou même au dedans, alors on aurait toutes les connaissances. Vous sauriez tout ce qui se passe n'importe où n'importe quand. Vous seriez dans un état vraiment supérieur d'être.

Eh bien, évidemment, aucun d'entre nous n'en est là. Cependant, l'idée est que chacun de nous a en lui, ou que nous sommes essentiellement un être doté d'une âme ou un être potentiellement doté d'une âme. Cette partie de nous dotée d'une âme, ou potentiellement dotée d'une âme, fait partie de cette plus grande conscience. On peut se relier à elle et dans un certain sens, la communication avec les Cassiopéens est de ce genre. Après avoir retiré toutes les couches de votre soi, vos propres programmes, tous les obstacles à votre conscience intérieure profonde et que vous avez accès à cette partie, celle-ci peut alors aussi se connecter avec la conscience intérieure, la conscience supérieure, la conscience cosmique ou les archives akashiques, quel que soit le terme que vous voulez employer. Si vous voulez être jungien, appelez-la « conscience archétypale ». Cette partie peut s'y connecter et accéder à l'information.

Dans l'une de mes vidéos précédentes, j'ai parlé d'une amie qui était alors en train de mourir et je me suis trompée de nom. J'ai parlé de la fusillade de Christchurch. C'était à Port Arthur, en Tasmanie, pas à Christchurch, en Nouvelle-Zélande. C'était juste au moment de la fusillade de Port Arthur, en Tasmanie, qu'elle est morte. Donc, j'avais cette conversation avec elle et c'est là qu'elle a dit « Oh non, ne tirez pas sur la petite fille! ». Je lui ai demandé ce dont elle parlait et elle a répondu « tu verras demain ». C'est alors que nous avons entendu parler de cette fusillade. Je ne pense pas avoir beaucoup parlé de l'aspect bizarre de cette réalité. Être dans cet état, où vous pouvez plus ou moins avoir une conversation avec moi, assis dans mon petit bureau à côté de ma cuisine, dans ma maison de New Port Richey, en Floride, tout en étant conscient d'une fusillade qui a lieu de l'autre côté de la planète, dans l'hémisphère opposé. C'était dans l'hémisphère sud. Quel genre de réalité bizarre est-ce là ? Je veux dire, c'est plutôt étrange. Ce n'est pas comme si elle pouvait voir visuellement à travers la planète. Il y a autre chose. C'est une des raisons pour lesquelles je continue à dire que l'exploration de ces sortes de réalités... de mon point de vue, cet incident là, parmi beaucoup d'autres, mais celui-là en particulier - qu'elle ait pu être capable de voir depuis notre situation spatio-temporelle de New Port Richey, en Floride, tel jour et à telle heure, que quelque chose se passait de l'autre côté de la planète - cela témoigne d'une réalité qui doit vraiment être explorée par des personnes qualifiées.
Bizarro Earth

L'Extraction de sable - Un enjeu environnemental et économique majeur

Les eaux claires de playa del carmen près de Cancun au Mexique.
© Patryk Kosmider - Fotolia.com
Les eaux claires de Playa del Carmen près de Cancun au Mexique

Presque personne ne peut échapper à l'attrait psychologique d'une belle plage de sable blond, symbole entre tous de détente, de bien-être, de vacances et de Soleil. Qui n'a un jour rêvé de parcourir les plages de sable fin plantées au milieu de rochers ou de palmiers, couchées sous un ciel bleu immaculé, à siroter une Margarita ? Ces paradis terrestres forment un schéma idyllique dans notre imaginaire collectif. Des Seychelles aux Maldives, des Vanuatu à l'Australie, des Philippines à la Thaïlande, des Bahamas aux Caraïbes, sans omettre les centaines d'autres sites à travers le monde qui regorgent de ces lieux « idylliques », où les plages sont plus belles les unes que les autres mais dont l'envers du décor n'est peut-être pas aussi paradisiaque qu'il n'y parait.


Le sable est partout, et c'est l'élément le plus exploité autour de la planète, devant le pétrole et après l'air et l'eau. On le retrouve aussi bien dans l'industrie de la construction (béton armé, bitume, fenêtres...) que dans les moyens de transport (avions, trains, bateaux, voitures...). On le retrouve aussi dans les bouteilles en verre, dont il constitue l'ingrédient majeur de par la présence dans le sable d'oxyde de silicium (silice SiO2). Mais ce que l'on sait moins, c'est que le sable entre également dans la composition d'une quantité impressionnante de produits de grande consommation comme les produits alimentaires, les produits cosmétiques, les détergents, mais aussi dans les produits électroniques (et notamment les puces), comme les cartes bancaires, les ordinateurs et les appareils mobiles. Le sable se révèle donc indispensable à la croissance effrénée de notre « civilisation ». Selon Wikipédia :
« [s]a composition peut révéler jusqu'à cent quatre-vingts minéraux différents (quartz, micas, feldspaths) ainsi que des débris calcaires de coquillage et de corail ».
Avec une telle richesse intrinsèque, nul doute que le sable fasse l'objet de toutes les tentations pour toute industrie qui doit se maintenir à niveau, voire augmenter ses productions. Mais surtout pour les entreprises spécialisées dans l'extraction de sable marin, à l'instar du Groupe Roullier en France.
USA

La guerre contre les faibles

Traduction : SOTT

Lors de mes recherches pour mon livre American Heart of Darkness [Le cœur ténébreux de l'Amérique, ouvrage non traduit en français - NdT], j'ai découvert les mythes persistants à propos de la croissance et du développement des États-Unis. Depuis la première colonie de Jamestown à nos jours, ces mythes dissimulent la réalité des valeurs et prérogatives qui en réalité motivent la direction nationale.
Indian Land Map
© Sanderson Associates
En blanc - Les territoires transférés des Indiens au gouvernement fédéral.
En gris - Les territoires conservés ou restitués aux Indiens.
Parmi ceux-ci, on trouve avant tout les présomptions prédominantes que la population indigène de ce qui constitue désormais l' « Amérique du Nord » était « primitive » et ne pouvait tout simplement pas « s'adapter à la modernisation ». En outre, ils ne purent résister aux maladies européennes et ce fut la principale raison de la réduction de leur population d'au moins dix-huit millions à seulement deux cent mille individus au début du vingtième siècle.

La vision du monde amérindienne était bien différente de celle des historiens anglophones (et de leur mode de pensée) qui écrivirent « notre » histoire. Ce que vécurent les amérindiens fut le massacre pur et simple de leur peuple et le vol des terres sur lesquelles, et desquelles, ils vivaient. Beaucoup, en particulier ceux des plaines, ne voyaient pas la terre comme une chose que l'on pouvait posséder. Elle était simplement là, comme le vent, pour l'usage de tous. Bien entendu, il y avait des conflits à propos de territoires de chasse ou autre, mais ce n'étaient que des jeux d'enfants comparé à ce que les Européens appelaient « guerre ».

Commentaire: Les éditeurs français vous proposent d'aller plus loin en (re)découvrant le documentaire Unrepentant dans l'article : Génocide des nations autochtones au Canada - Le cas sanglant des écoles résidentielles pour Indiens de 1850 à 1996 mis au grand jour

Cassiopaea

Résumé SOTT - Mars 2014 - Météorologies extrêmes et bouleversements planétaires

Traduction : SOTT

Troisième épisode de notre nouvelle série mensuelle, la vidéo suivante compile des images de « signes des temps » provenant du monde entier pour mars 2014, reliant les points entre les bouleversements planétaires, les bouleversements sociaux et le « temps cosmique », sous la forme d'une activité croissante de boules de feu, bolides et météores.
Résumé Sott mars 2014
© SOTT.net
Les signes des temps de mars 2014

Le mois s'ouvre sur des vagues géantes qui frappent la côte Ouest, à la fois des États-Unis, et de l'Europe, tandis qu'un enchaînement de forts tremblements de terre a « déchiré » la ceinture de feu sur toute la longueur des Amériques. Le soi-disant « vortex polaire » est revenu visiter l'Amérique du Nord et l'a de nouveau plongée dans un congélateur au cours de ce qui semblait être un hiver sans fin. Malgré les souffrances à la fois dues à la sécheresse et aux incendies de forêt de février dernier, l'État de Washington a été frappé en mars, par un déluge qui a provoqué un glissement de terrain dévastateur et enlevé vingt vies.

Plusieurs explosions graves dans des immeubles d'habitation se sont produites aux États-Unis et en Europe. Des ruptures de gazoduc sont censées en être les causes, mais officiellement, elles restent inexpliquées. Fait intéressant, l'une des nombreuses grandes dolines de l'environnement urbain du mois s'est ouverte juste devant le lieu de l'explosion de Harlem, à New York, tuant huit personnes, tandis que les enquêteurs ont trouvé des niveaux anormalement élevés de méthane naturel dans des échantillons de sol provenant de la scène, ce qui suggère qu'un dégazage localisé de méthane pourrait avoir joué un rôle dans la destruction intégrale des bâtiments.
Chess

Géopolitique de l'Empire : la théorie du Heartland de Mackinder et le confinement de la Russie

Traduction : SOTT
« Ce qui s'est passé en Crimée est une réponse à ce qui a permis l'effondrement de la démocratie en Ukraine. Il n'y a qu'une seule raison à cela : la politique antirusse des États-Unis et de certains pays européens. Ils tentent d'encercler la Russie afin de l'affaiblir et de la détruire au final.... Il existe une certaine élite transnationale qui nourrit ce rêve depuis trois cents ans. »
~ Le président vénézuélien Nicolas Maduro, 19 mars 2014
« L'histoire ne se répète pas, mais elle rime. »
~ attribué à Mark Twain
Russia wants War
© Inconnu
LA RUSSIE VEUT LA GUERRE – regardez à quel point ils rapprochent leur pays de nos bases militaires
Ce qui vient récemment de se produire en Ukraine n'a guère de sens en dehors de contextes géopolitique et historique plus larges, aussi dans ma quête d'une compréhension plus solide des événements, j'ai consulté les livres d'histoire. En premier lieu, il est nécessaire de préciser que l'Ukraine fait historiquement partie de la Russie. C'est une « nation-état indépendante » de nom depuis 1991 mais qui dépend entièrement d'un soutien externe depuis lors. Et la plupart de ce « soutien » n'a pas été dans ses meilleurs intérêts, c'est le moins que l'on puisse dire.

La réponse courte pour expliquer pourquoi les États-Unis ont échafaudé le plan insensé de renverser Ianoukovytch en novembre dernier est que leur réelle cible était la Russie, qui fait obstacle aux plans de domination mondiale d'une élite de banquiers dont l'empire se concentre aux États-Unis. La réponse longue est plus complexe mais tandis que nous travaillons à y répondre, nous découvrons un précédent historique étonnant à tout ce qui a cours aujourd'hui, jusqu'aux raisons mêmes que les politiciens donnent quant à leurs agissements.
USA

Hybris impériale : le « changement de régime » de l'Ukraine trop loin pour l'Empire étasunien

Traduction SOTT


Ne faites pas attention à l'homme derrière le rideau. C’est le grand et puissant OZ !
Tous les anti-impérialistes qui ont secrètement eu le désir du jour où le dernier grand empire de notre ère « moderne » irait enfin faire ce que tous les « meilleurs » Empires ont fait - s'éparpiller à la fois à toute portée géographique et avec une prétention démesurée afin que tous voient et que cela ouvre la voie à son effondrement - devraient se pencher sur la situation en Ukraine avec espoir et attente.

Eh bien, peut-être que je m'emporte là, mais la débâcle États-Unis/Ukraine/Russie semble être la présentation de « nous le peuple » avec une rare occasion de voir le grand Empire étasunien comme l'édifice monolithique, composé en grande partie de mensonges, de propagande, de rhétorique, de peur et de crédulité publique quelle qu'elle soit. C'est peut-être la chance de voir que l'empereur est vraiment nu, et que nos suzerains dissipés et leur « plus grande démocratie sur Terre » existent et persistent seulement parce que nous croyons tous leurs mensonges soigneusement élaborés et qui nous sont servis dans le journalisme jaune du quatrième pouvoir de l'Empire, les médias traditionnels.

Comme l'empire disparaît et que cependant l'orgueil de ses dirigeants augmente, il semble même que les mensonges soigneusement élaborés n'aient pas l'effet désiré. Cette semaine, Obama et John Kerry ont exposé les mérites vantés de « l'exceptionnalisme » étasunien comme étant basés sur la malhonnêteté exceptionnelle quand ils ont fait des déclarations au sujet de l'intervention russe en Ukraine. Le plus drôle c'est qu'à la fois Obama et Kerry ont effectivement essayé de faire le contraire - se présenter comme des parangons de vertu. Apparemment, les néo-conservateurs auprès desquels ils prennent leurs ordres ont omis de mentionner à ces deux porte-paroles de l'Empire que « chutzpah » ne doit jamais être poussée trop loin, de peur d'exposer votre impudence et effronterie absolue que le monde entier peut voir.
Top