Traduit de l'anglais par Égalité & Réconciliation

© Inconnu
Je commence aujourd'hui une série d'articles sur ce qui, je crois, fait partie de la crise extrêmement profonde en Europe et sur la probabilité que cette crise puisse déboucher sur des bouleversements considérables. Je vais commencer par aborder ce qui se déroule en France, qui est probablement le pays européen que je connais le mieux et qui est d'après moi celui qui a le plus grand potentiel pour provoquer une détonation d'une grande ampleur.

Je pourrais considérer la situation économique et financière de la France (catastrophique) ou bien les nombreux problèmes sociaux s'abattant sur une population déjà très insatisfaite, mais je préfère me focaliser sur un aspect spécifique de la crise française actuelle : le délire total de la majorité des élites dirigeantes, que j'illustrerai par un exemple frappant, l'hystérie grandissante de ces élites françaises concernant un brillant philosophe, Alain Soral, et un comédien humoriste, Dieudonné M'bala M'bala.

J'ai déjà écrit sur ces deux personnages notoires et je vous incite vivement à lire ces articles pour mieux vous figurer ce qui se passe à l'heure actuelle. Pour ceux qui n'ont pas envie de lire ces quelques pages, en voici une petite introduction.

© Inconnu
Dieudonné M'bala M'bala est un comédien franco-camerounais qui a été un humoriste très populaire en France jusqu'à son sketch, très bref, sur un colon religieux israélien à la télévision française. Le sketch n'était pas particulièrement drôle mais il a enragé le CRIF, équivalent de l'AIPAC américain en France, qui a alors entamé une campagne systématique de diffamation, de censure et de mise au silence de « Dieudo », tel qu'on le désigne en France. Dieudo a refusé de s'écraser et a riposté en se moquant de ceux qui l'ont persécuté, ce qui lui a valu la popularité de nombreuses personnes détestant les élites financières gouvernant la France depuis 1969. À présent, bien qu'il soit totalement évincé de tout média public, Dieudo reste le comique le plus populaire en France.

Alain Soral est un auteur et philosophe français. Dans son parcours politique, il a été membre du Parti communiste français et du Front national. Il est connu pour avoir développé le concept « gauche du travail, droite des valeurs », ce qui correspond à la promotion à la fois des idées et mesures économiques et sociales « socialistes » et des valeurs religieuses, éthiques et morales de la droite, sur les sujets culturels, éthiques et idéologiques. Il est le fondateur d'un mouvement extrêmement intéressant appelé « Égalité & Réconciliation », dont le but est de réconcilier les Français natifs (appelés « Français de souche ») avec les immigrés devenus récemment français (appelés « Français de branche »), afin de les faire co-exister dans une totale égalité. Du fait de ses nombreuses idées « politiquement incorrectes » et de ses déclarations sans retenue, Soral est haï et redouté par la classe dirigeante française. Bien qu'il ait été complètement évincé de tout média public, Soral reste immensément populaire auprès du public et ses livres sont tous des best-sellers.

Soral et Dieudo ont deux personnalités très distinctes et sont issus de milieux très différents. Il fut même un temps où ils étaient très critiques l'un vis-à-vis de l'autre. Mais lorsque les élites françaises ont décidé de les mettre au rancart, ils se sont rapprochés et sont devenus très amis, se soutenant mutuellement et ouvertement. En conséquence on obtient une combinaison atypique d'un philosophe blanc et d'un humoriste noir et ils constituent à eux deux l'« Emmanuel Goldstein à deux têtes » de la France moderne : les élites les détestent et les médias sont entrés dans le mode de folie furieuse des « deux minutes de haine » orwelliennes pour convaincre le peuple français que Soral/Dieudo sont quasiment la réincarnation d'Adolf Hitler. Inutile de dire que cette thèse est tellement stupide que Dieudo s'en moque dans ses spectacles et que Soral la ridiculise dans ses livres, l'utilisant également pour montrer que la France est dirigée par une minuscule élite de salauds [1] vicieux et arrogants.

Il faut bien admettre que les élites françaises font face à deux ennemis de taille. Dieudonné est véritablement un des comédiens les plus talentueux et Soral est sans aucun doute le philosophe français le plus original et le plus brillant depuis la Seconde Guerre mondiale. De plus, la loi française ne permet pas facilement d'interdire un spectacle ou un livre. Dieu sait pourtant combien les élites se sont acharnées et Dieudo et Soral ont comparu en justice de nombreuses fois sous prétexte de « racisme » et d'« antisémitisme ». Tous les deux ont été agressés physiquement plusieurs fois par les voyous de la LDJ (Ligue de défense juive) et ils ne cessent d'être harcelés par les autorités (par ce qui correspondrait en France à l'IRS [2] et au FBI). Pourtant cette campagne systématique de persécutions est clairement retombée sur ses auteurs en donnant à Dieudo et Soral un statut de martyrs (bien mérité). Dieudo et Soral ont finalement démontré que ce sont des utilisateurs de très haut niveau de l'Internet car leurs spectacles, conférences, entretiens, livres, commentaires des infos du mois sont devenus très populaires et sont visionnés par des millions de personnes en France et à l'étranger.

Progressivement, Soral et Dieudo ont créé un vrai mouvement politique actif à la fois sur les affaires internes et sur les questions internationales.

Comme je l'ai déjà mentionné, « Égalité & Réconciliation » - ou E&R - se bat pour une totale acceptation et intégration des musulmans immigrés dans la société française. C'est un point très important car contrairement au Front national, E&R ne plaide pas pour l'expulsion des immigrés hors du territoire français et ne considère pas qu'ils soient le vrai problème en France. Sans nier bien sûr que le chômage soit énorme en France ni qu'un grand pourcentage de crimes et de violence soient commis par des immigrés, E&R analyse ces phénomènes comme la conséquence de nombreuses erreurs politiques passées plutôt que comme les causes des problèmes en France.

E&R est très ouvertement pro-musulman. Non dans le sens véritablement religieux, car la plupart des membres de E&R ne sont pas profondément croyants, mais plutôt dans un sens culturel. E&R considère de prime abord l'islam et le catholicisme français comme deux sources de tradition, de morale et de civilisation, et que l'on soit religieux ou pas, que l'on accepte la théologie de l'un ou de l'autre, reste à l'appréciation individuelle. C'est une approche très différente du « dialogue œcuménique » stérile qui tente de trouver des enseignements communs concernant Jésus Christ et le prophète Mohammed tout en essayant désespérément d'ignorer les désaccords théologiques réels et profonds entre ces deux religions. Au lieu de cela, E&R met en avant une position commune sur la plupart des problèmes - si ce n'est tous - auxquels sont confrontés les Français musulmans et les chrétiens, et cela a bien plus de sens.

Songez-y : l'islam et le christianisme sont clairement opposés aux valeurs du capitalisme, à la maximisation du profit, à la spéculation, à l'usure, à l'immoralité sexuelle, à la destruction de la famille, à l'impérialisme, etc. Bien que les racines théologiques de l'islam et du christianisme soient différentes, la plupart de leurs enseignements philosophiques et éthiques sont très similaires. Honnêtement, le seul grand désaccord entre chrétiens et musulmans auquel je pense est le point de vue totalement divergent par rapport à la peine de mort, mais comme cette dernière a été abolie en France depuis 1981, cela a peu d'importance aujourd'hui.

Bien sûr, la chrétienté et l'islam ont leurs déviations et leurs perversions concernant les politiques ploutocratiques et génocidaires de la papauté dans le passé ou les wahhabites mangeurs de foie auxquels le monde doit faire face aujourd'hui, mais E&R n'hésite pas à les rejeter et à les condamner. Du côté chrétien, E&R préconise une religion catholique romaine populaire qui existait dans la France pré-révolutionnaire et qui a peu à voir avec les pires excès de la papauté. Du côté musulman, E&R est proche des enseignements du Sheik Imran Hosein et de Sayyed Hassan Nasrallah, ainsi que du Centre Zahra de Paris, soutenu par l'Iran.

© Inconnu
Sheikh Imran Hosein
Je dirais que les musulmans et les chrétiens attirés par E&R sont similaires : politiquement progressistes, avec un sens religieux traditionnel, consciencieux mais tolérants. Inutile de dire que le potentiel de ce mouvement totalement inédit est énorme, parce qu'il unifie la gauche et la droite, les chrétiens et les musulmans, les religieux et les laïcs (et non pas athées), les Français de souche et les immigrés, les Blancs et les Noirs, les riches et les pauvres. Mais ce qui semble vraiment provoquer la panique des élites françaises est la profonde pénétration de ce mouvement dans les célèbres « banlieues » françaises, les quartiers pauvres qui depuis des décennies sont habités par des immigrés d'Afrique et sont devenus des zones de non-droit de délinquance et de crime.

Pour comprendre ce phénomène, il est fondamental de comprendre que le terme crime en France n'est pas, et j'insiste là-dessus, le fait des récents immigrés ou des musulmans religieux, car ces derniers sont fortement enracinés dans leur culture, leurs familles et dans des styles de vie leur interdisant catégoriquement la criminalité. La pauvreté n'a rien à y voir non plus.

Personnellement j'ai vécu pendant vingt ans à côté d'une grande mosquée fréquentée par un très grand nombre de musulmans pauvres de l'Afrique subsaharienne, du Maghreb, des Balkans et du Moyen-Orient et je peux témoigner que jamais, et je suis formel, jamais aucun crime n'a été commis dans mon voisinage par les gens se rendant à cette mosquée. Au contraire, les musulmans qui s'y rendaient se comportaient très bien et étaient bien plus courtois que les habitants du quartier. En fait il était clair que ces personnes faisaient leur possible pour montrer aux habitants effrayés qu'ils n'avaient rien à craindre d'eux. Le plus grand « crime » qu'ils aient commis a été de garer leur voiture sur les trottoirs parce qu'il n'y avait pas assez de places de parking dans la rue. De plus, à la fin de chaque mois de Ramadan, les musulmans invitaient tout le voisinage à se joindre aux fêtes pour goûter les nombreux plats délicieux qu'ils offraient et pour visiter la mosquée. Dire que ces musulmans étaient de parfaits citoyens serait un euphémisme.

© Inconnu
Les soi-disant « crimes des musulmans » en France sont toujours liés aux jeunes bandes de deuxième génération, qui ont perdu leurs racines religieuses et culturelles et qui n'en connaissent peu ou rien. Ces bandes sont rejetées à la fois par la population locale et native. Comme Soral aime le dire, « personne ne sort de la mosquée pour aller dans un gang de violeurs ». C'est soit l'un soit l'autre, mais pas les deux. Soral appelle ces voyous « islamo-racailles », c'est à dire une bande dangereuse et violente sans aucun sens du bien et du mal et qui extériorise sa mise à l'écart en agressant les natifs qu'ils détestent. C'est exactement le même type que ceux qui ressentent une profonde attirance envers la brutalité sauvage du wahhabisme et qui finissent par tuer des policiers en France ou se joignent aux mangeurs de foie en Syrie. Leur « islam » n'est qu'un prétexte, une justification dévote pour leur violence de psychopathes. J'imagine que la plupart des croisés avait le même profil psychologique.

La plupart des jeunes immigrés se situent donc entre ceux qui ont reçu une éducation et sont respectueux des règles et ceux qui font partie de bandes sans foi ni loi. Pour la première fois, un mouvement politique pertinent leur propose une alternative intéressante : E&R.

E&R leur dit, en gros : « Au lieu de ne représenter ni l'un ni l'autre, soyez les deux, musulmans et français, cessez de détester les Français de souche, qui ont les mêmes oppresseurs que vous et qui sont en réalité vos meilleurs amis et alliés. Nos ennemis essayent de nous diviser pour mieux nous contrôler, donc unissons-nous et rassemblons-nous. » Ce message est totalement nouveau et original.

Dans le passé, seuls deux formations politiques ont traité ouvertement de la question de l'immigration. D'un côté, il y avait le Front national, qui militait pour la « préférence nationale » (avec des lois sociales et professionnelles améliorées pour les Français de souche), des mesures répressives sur le crime (plus de police, lois plus strictes, des prisons plus nombreuses et plus grandes) et l'expulsion de tous les immigrés (sauf éventuellement ceux possédant un passeport français, même si ce dernier point a aussi été débattu). D'un autre côté, l'organisation SOS Racisme a été créée par le parti socialiste, qui a milité ouvertement pour le rejet de la culture française par les immigrés qui, sous le slogan alléchant du « droit à la différence », ont été poussés à détester les Français de souche et ont exigé une pleine acceptation de leur culture d'origine par la société française. Depuis vingt ans cette « joute-relais » entre le Front national et SOS Racisme n'a fait qu'aggraver la question de l'immigration en France. Plus récemment, ce sujet a évolué de façon encore plus nuisible quand il a été pris en main par la nouvelle ligne politique des élites françaises.

© Inconnu
La fine équipe « antiraciste » : Bernard Kouchner, Harlem Désir et Bernard-Henri Lévy lors d’une marche SOS Racisme en 1989
Ces mêmes élites qui, vingt ans auparavant, ont créé et secrètement financé SOS Racisme - dont le slogan stupide est « Touche pas à mon pote » - ont à présent déclaré que les musulmans représentent après tout un sérieux problème. Alors que dans le passé ces élites ridiculisaient systématiquement les chrétiens, ils trouvent à présent que « l'islam n'est pas compatible avec la République ». Quant aux jeunes des banlieues, on les présente comme des terroristes potentiels ou des groupes en veille d'Al-Qaïda. En conséquence, quand les élites françaises ne légalisent pas le mariage homosexuel, elles sont occupées à interdire le hijab dans les écoles et se plaignent qu'il y ait trop de viande halal dans les magasins. Alors que les femmes musulmanes voilées ne représentent qu'un petit pourcentage en France, les élites françaises ont officiellement interdit la burqa et le niqab dans les lieux publics. Il est clair que les musulmans immigrés sont passés de « potes » à ennemis.

C'est contre ce contexte que de plus en plus de jeunes immigrés rejoignent en masse Soral, Dieudonné et E&R, dont la popularité se développe de plus en plus. Récemment, un événement incroyable s'est produit, quelque chose qui aurait été impensable il y a quelques années.

Dans un de ses sketchs, Dieudo a chanté une chanson appelée Shoananas, qui est un jeu de mots basique sur « Shoah » (de l'hébreu HaShoah ou désastre - mot que les juifs français utilisent pour faire référence à l'Holocauste) et « ananas ». Sans surprise, le CRIF, SOS Racisme et d'autres organisations ont poursuivi Dieudo en justice pour incitation à la haine. Dieudo a été condamné à 20 000 euros d'amende et a fait appel de cette condamnation. Le jour où il a dû comparaître au tribunal, quelque chose d'absolument extraordinaire est arrivé. J'ai trouvé deux vidéos sur YouTube montrant l'événement et je vous les présente toutes les deux car il est fortement probable qu'elles seront censurées (un conseil, téléchargez-les tant que vous le pouvez encore). Les voici :



Pour ceux qui ne comprennent pas le français, je vous explique ce qui se passe.

Des membres de la LDJ sont venus hurler des insultes à Dieudonné et ses supporters qui, de leur côté, crient toutes sortes d'insultes et brandissent des ananas tout en chantant Shoananas. Les policiers séparent les deux camps du mieux qu'ils peuvent, puis les supporters de Dieudo scandent « Liberté d'expression ! » et ceux de la LDJ ripostent par « Am Israel hai ! » (« Israël est vivant » en hébreu) et chantent ensuite l'hymne national israélien. Aussitôt les supporters chantent La Marseillaise avec tant de force qu'ils recouvrent totalement les voix des activistes de la LDJ. Si vous observez les gens chantant La Marseillaise, vous pourrez voir que beaucoup d'entre eux sont basanés et noirs. C'est effectivement le type de personnes que l'on voit le plus, mais ils ne font pas uniquement partie de ces fameuses banlieues ; ce pourrait être les mêmes personnes qui ont hué l'hymne national français pendant les matchs de foot de 2001 et de 2002 (ce qui avait fait un gros scandale).

La Marseillaise est avant tout une chanson révolutionnaire et quand elle est non pas chantée par des foules mais hurlée en brandissant le poing, c'est une évolution très très importante. Inutile de dire que rien de tout cela n'a été montré par les médias français, mais on peut parier sur le fait que les élites l'ont visionné et l'on peut imaginer la crainte que ces images ont pu provoquer. Coïncidence ou pas, lorsque les policiers ont entendu la foule derrière eux chantant La Marseillaise, ils ont commencé à pousser les membres de la LDJ vers le dehors. Cela n'est pas surprenant si on tient compte de l'immense popularité de Dieudo et de Soral auprès de plusieurs forces en uniforme.

Quelque chose de très important et d'inédit est en train de se passer en France. La politique traditionnelle avec les paradigmes Droite contre Gauche est en train de s'écrouler, car la droite et la gauche officielles deviennent indifférenciées. Pendant ce temps, le phénomène E&R s'élargit et s'approfondit.

De plus en plus de jeunes français reconsidèrent l'histoire de France depuis 1945 et réalisent progressivement que le pays a été dirigé par une cabale de ploutocrates arrogants qui ont renversé de Gaulle en 1968 pour remplacer ce dirigeant exceptionnel par un protégé de la famille Rothschild, Georges Pompidou, dont l'un des postes préalables était directeur de la banque Rothschild. La ploutocratie française, en accord avec la CIA, a secrètement orchestré les émeutes de Mai 68 pour un changement de régime en France et ils ont eu ensuite les mains libres pour changer radicalement la politique souverainiste de de Gaulle. Et devinez quand a commencé la stupide importation de main d'œuvre bon marché en France ? Sous Pompidou bien sûr ! À présent, grâce à E&R, les Français et les immigrés redécouvrent leur histoire commune et comprennent qu'ils ont tous été victimes des mêmes politiciens.

© Inconnu
Actuellement, le régime au pouvoir commet gaffes après gaffes. La dernière d'entre elles est à fois très drôle et très sérieuse. Il s'agit du gros scandale autour de la « quenelle ».

© Inconnu

La quenelle est d'abord un plat français, tout à fait délicieux quand elle est bien cuisinée. Voici à quoi ressemble une quenelle à base de brochet :

La forme allongée de la quenelle a contribué à lui donner un deuxième sens en argot. Disons que l'expression « te mettre une quenelle » aurait l'équivalent anglais de « Up yours ! ».

Dieudonné n'avait certainement pas réalisé les conséquences spectaculaires du terme « quenelle » lorsqu'il l'a mentionné dans ses sketchs pour se moquer du pouvoir. Pour pousser le jeu plus loin, Dieudo mime avec ses bras les différentes tailles de la quenelle que lui et ses supporters « mettent » aux élites. Les plus petites font la longueur de la main alors que les grosses, les plus célèbres, ont la longueur d'un bras entier. Voici l'image typique de Dieudo en train de faire une grande quenelle.

Ce geste s'est rapidement propagé sur l'Internet et de plus en plus de gens font ce geste signifiant « merde au système », « merde au gouvernement » ou « voilà pour vous Monsieur le Président ».

Pour empirer les choses, il devient une sorte de challenge de se rapprocher des gens célèbres et de se faire photographier avec eux tout en faisant une quenelle. Les gens ont donc fait des quenelles en tous lieux, en particulier lorsqu'ils étaient photographiés auprès des autorités du régime.

© Inconnu
Voyez cette photo du ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, un sioniste acharné qui a ouvertement encouragé la répression envers Dieudonné et Soral dans un discours officiel lors du congrès du parti socialiste.

Valls est l'idiot souriant au milieu de la photo, entouré d'un groupe de jeunes Français exhibant la quenelle. Inutile de dire que la publication de cette photo a provoqué une explosion de rire dans tout le pays, ce qui a rendu la quenelle encore plus célèbre.

Du coup, la Ligue contre le racisme et l'antisémitisme (équivalent de l'Anti-Defamation League, ADL) a déclaré que la « quenelle » était « un salut Nazi inversé signifiant la sodomisation des victimes de la Shoah ». Je ne plaisante pas ! De manière prévisible, l'Internet français a éclaté de rire. Mais le régime n'a pas trouvé ça drôle et a réagi avec la paranoïa que l'on aurait trouvée chez des dictateurs comme Staline ou Saddam Hussein : cela a littéralement déclenché une chasse aux sorcières pour essayer de détecter des quenelles plus ou moins manifestes et lorsqu'elles ont été signalées, des punitions sont tombées sur les responsables, en particulier des fonctionnaires, notamment au sein de la police et de l'armée. Naturellement, l'Internet a été submergé de photos de tous types de personnes exhibant la quenelle, comme un défi lancé à un pouvoir en rage.

Dieudo a bien sûr invité des gens portant l'uniforme à venir à son théâtre à Paris pour faire une quenelle sur scène avec lui. Il a aussi créé une page Web uniquement consacrée aux photos de gens en uniforme montrant ostensiblement le geste de la quenelle.

© Inconnu
À présent, le gouvernement ne sait plus où il en est. D'un côté il est tout simplement impossible de sanctionner toutes les personnes ayant effectué ce geste et même de mettre au pas tous ceux qui portent un uniforme. Au départ, le chef d'état-major avait exigé des « sanctions exemplaires » contre les deux premiers soldats qui avaient exhibé la quenelle (devant une synagogue qu'ils avaient l'ordre de protéger), mais il devrait maintenant punir des foules entières de soldats provocateurs, dont la plupart détestent le pouvoir politique actuel. D'un autre côté comment le gouvernement pourrait-il ignorer le fait qu'il est ouvertement défié, raillé et ridiculisé ?

Nous abordons à présent un sujet dont l'importance ne peut être sous-estimée : comment opérer un changement dans un régime démocratique qui a été acheté et payé par une ploutocratie ? C'est une question absolument cruciale pour la France, comme pour les États-Unis, le Royaume-Uni ou tout autre pays européen. La réponse à cette question essentielle semble avoir échappé à des millions d'Occidentaux, qui sont complètement dégoûtés par le pouvoir en place mais qui ne voient aucune façon réaliste de le changer.

La violence n'est clairement pas une option. Le régime a été très habile en traitant toute forme d'« action directe » comme étant du « terrorisme », tout en créant un État-​​espion monstrueux qui surpasse la Securitate de Ceausescu. Si vous essayez ne serait-ce que de toucher à un seul cheveu d'un politicien, ils feront de vous un terroriste et vous enfermeront pendant de nombreuses années.

Le jeu électoral est vain. Les ploutocrates ont le pouvoir sur les médias, qui ont des accointances avec des travaux tels que ceux d'Edward Bernays et ont appris à bourrer le crâne à la population de façon plus efficace que Hitler ou que Kim Il-Sung. En fait, comme l'a montré le vote d'hier [6/11/2013] dans l'État de Washington aux États-Unis, les élections sont achetées. Point barre. Le slogan « un homme, une voix » a été remplacé depuis longtemps par « un dollar, un vote ».

Le fait d'essayer de convaincre les gens par des campagnes d'information régulières s'est avéré également inutile. Tout au contraire, deux phénomènes ont montré que cela a été vain : le mouvement pour la vérité concernant les événements du 11 Septembre a prouvé au-delà du possible que les tours jumelles et le WTC7 ont été détruits sur ordre ET le fait que cela n'ait eu strictement aucun impact sur le processus politique aux États-Unis démontre que la plupart des gens ont été soit réduits à l'état de zombies sans retour ou bien ont perdu espoir dans un dégoût total.

© Inconnu
Et pourtant, nous, le peuple ordinaire, avons une arme formidable : nous pouvons manifester clairement notre total manque de respect pour ce régime et ses valeurs. Comme Dieudo, on peut agir par l'humour et le rire, et Dieu sait que de nos jours on a tous besoin de trouver une raison de rire ! Nous pouvons le faire en affichant notre mépris pour toutes ces institutions, que le pouvoir tente si obstinément de nous faire respecter. Avant tout, nous avons besoin de dénigrer la voix du pouvoir - la corporation des médias - ainsi que la sainte liturgie du pouvoir - les élections. Mais cela n'est qu'une première étape. Nous devons ensuite suivre le même exemple que Dieudo et Soral et utiliser chaque occasion pour exprimer ouvertement notre mépris absolu pour chaque complice dévolu à ce régime et à ses valeurs. Nous devons aussi dénoncer ces propagandistes comme des « larbins payés par le pouvoir » (ce qu'ils sont de fait). Enfin, il faut forcer le pouvoir à montrer son vrai visage en l'encourageant à agir contre nous.

L'humour joue un rôle essentiel ici - du moins pour le moment - car il n'est pas illégal. L'humour est aussi une arme formidable pour attaquer la légitimité du pouvoir. Je pense ici aux nombreux sketchs que feu George Carlin a fait par rapport au pouvoir américain, comme ci-dessous.


Carlin était brillant mais il n'a pas eu cette occasion formidable que Dieudo et Soral utilisent maintenant avec une efficacité dévastatrice, un gros pourcentage de la population qui est déjà non seulement profondément mis à l'écart par le pouvoir actuel mais qui a les racines culturelles, religieuses et historiques pour oser considérer un autre modèle : je parle ici des musulmans immigrés de France.

Les États-Unis ont certainement un leader très intéressant - Louis Farrakhan - au sein de l'organisation Nation of Islam (NOI), mais le problème est que cette organisation ne professe pas de véritable enseignement islamique, ce qui la coupe du reste du monde musulman, qui est bien plus large. De plus, depuis l'assassinat de Malcolm X par deux de leurs activistes, je présume que NOI a été minutieusement infiltré par les taupes du FBI.

En France, la communauté islamique a un lien beaucoup plus structuré avec le monde islamique, incluant des pays tels que l'Iran, qui tend vers une vision bien plus fine et approfondie sur les failles de la société moderne que les mosquées pro-régime en France et à l'étranger ou que les wahhabites.

Il est ironique de constater que pendant des années les Français ont vu l'immigration des musulmans dans leur pays comme une malédiction et qu'ils sont peu à peu amenés à réaliser que finalement, cela pourrait être une bénédiction. Je ne veux pas ici dépeindre une situation idyllique de l'islam en France : il y a une multitude de problèmes non-résolus à aborder à la fois pour les Français de souche et pour les immigrés. Certaines formes de l'islam sont probablement incompatibles avec les traditions et la culture française, et il y a un grand nombre de signes qu'une explosion sociale puisse avoir lieu un jour ou l'autre.

Mais le phénomène de Dieudo, Soral et E&R me donne l'espoir que cette explosion ne soit pas destructrice, qu'elle peut aussi être libératrice.

Ce dont je suis sûr, c'est que quelque chose se passera d'une façon ou d'une autre. Non seulement la France s'effondre économiquement, mais le pouvoir en place perd sa légitimité jour après jour. S'il y avait une confrontation, ce qui est une réelle possibilité en France, il n'est pas du tout certain que les forces de police et de sécurité continueront à rester loyales à la ploutocratie, qui, après tout, a empiré leurs conditions de travail. J'imagine un « jour férié » se transformant en un soulèvement violent ; après cela, tout pourrait arriver. Un des plus grands observateurs de la scène politique française, l'économiste et auteur Pierre Jovanovic, pense que François Hollande ne terminera pas son mandat.

Je ne m'attends pas bien sûr à ce que Dieudo ou Soral devienne Président ou Premier ministre, ni à ce que E&R devienne un grand parti politique (du reste, ses fondateurs ne l'ont pas déclaré comme un parti politique). Cela n'est pas l'enjeu. Ce que j'espère vraiment, c'est que ce mouvement provoquera une nouvelle définition de la scène politique française et créera une force assez vaillante pour s'attaquer de front au pouvoir en place, chose qui ne s'est pas produite depuis Mai 68 (le Front national, dont la montée s'est faite grâce à l'aide du parti socialiste pour diviser la droite, est depuis longtemps coopté par le système). Si l'on considère les nombreuses crises structurelles et systémiques ravageant l'Europe actuellement, la France pourrait bien prendre les devants et montrer l'exemple, car ses problèmes ne sont pas très différents de ceux de ses voisins européens.