Image

ISON le 15 novembre – Photo télescope TRAPPIST à l’Observatoire de La Silla
Hausse d'activité de la comète ISON photographiée par le télescope TRAPPIST à l'Observatoire de La Silla (ESO).

Situé au Chili, dans l'enceinte du grand Observatoire de La Silla (ESO), le télescope de 60 centimètres de diamètre TRAPPIST (TRAnsiting Planets and PlanetesImals Small Telescope) piloté à distance par groupe « Origines Cosmologiques et Astrophysiques » (Belgique), livre un portrait de la comète ISON capturé le 15 novembre soit deux jours après une hausse soudaine et significative de son activité.

Filant à une vitesse supérieure à 200 000 km/h. (presque 60 km/s.), la très attendue comète C/2012 S1 (ISON) a connue depuis le 1er novembre deux explosions qui ont littéralement décuplé sa luminosité. Depuis la seconde hausse, le 13 novembre, son activité a été multipliée par un facteur 10 ! Nul ne sait encore ce qui est à l'origine de ces explosions ni si le noyau est en péril. A l'approche du Soleil, la glace se sublime de plus en plus, la comète se délite, libérant gaz et poussières qu'elle renferme depuis des milliards d'années. Il n'est donc pas impossible que son noyau se fragmente et se disloque. Pour l'instant, le cortège semble se maintenir et une longue de plus de 16 millions de kilomètres s'étend dans son sillage, à l'opposé du rayonnement solaire.

Actuellement (18 novembre) distant d'un peu plus de 75 millions de kilomètres du Soleil, l'astre chevelu s'aventura dans 10 jours à seulement 1,1 million de kilomètres de la surface de notre étoile ! Un rendez-vous très périlleux pour la comète, car selon, la taille et la densité de son noyau (mal connue), elle pourrait ne pas résister aux températures élevées et la forte pression du vent solaire. Toutefois, si elle survit à l'instar de la comète Lovejoy en 2011, le spectacle s'annonce extraordinaire les jours suivants, à l'aube.