Traduction : SOTT

Enfants palestiniens tués par Tsahal
© Inconnu
Trois des milliers d'enfants palestiniens tués par les forces israéliennes au cours des vingt dernières années.
Vous devez vous demander...

Il y a un mois de cela, un gouvernement d'unité Fatah-Hamas a prêté serment. Netanyahu a prévenu/menacé le monde entier de ne pas le reconnaître car, déclara-t-il, cela « ouvrait la porte au terrorisme ». Il tenta également de menacer le Fatah en déclarant qu'il serait responsable pour toute « attaque à la roquette » de Gaza sur Israël. La véritable raison de l'aversion israélienne envers un gouvernement palestinien unifié, toutefois, est qu'Israël a durement travaillé ces quarante dernières années pour empêcher toute forme d'unité palestinienne. Un front palestinien uni et engagé dans l'accomplissement des droits palestiniens au cours d'un processus de paix rendrait beaucoup plus difficile pour les Israéliens de justifier leur état d'apartheid, construit sur des décennies d'occupation des terres palestiniennes par la force, sans mentionner les meurtres réguliers des civils palestiniens par l'armée israélienne.

La situation en Palestine est devenue plus compliquée avec l'implication probable de groupes « djihadistes » sponsorisés par l'Arabie Saoudite et d'autres États du Golfe clients étasuniens, qui voient en un Moyen-Orient divisé la meilleure façon de maintenir leurs positions de pouvoir.

En tout cas, l'avertissement de Netanyahu au monde est largement tombé dans l'oreille d'un sourd, et ce dans plusieurs pays, incluant les États-Unis, qui ont bien accueilli l'entente. La Norvège a même été jusqu'à « normaliser les relations » avec le nouveau « gouvernement palestinien par intérim ».

Une bombe israélienne explose dans une maison palestinienne – 1er juillet 2014
© Inconnu
Une bombe israélienne explose dans une maison palestinienne – 1er juillet 2014
Environ une semaine après l'accord Fatah-Hamas, pourtant trois adolescents israéliens ont été kidnappés en Cisjordanie. Personne n'en revendiqua la responsabilité, mais comme toujours, Israël pointa du doigt le Hamas. Pure coïncidence, ou pas, l'un des trois ados détenus avait la double nationalité israélo-étasunienne.

Hier, on annonça que les corps des trois adolescents avaient été trouvés, avec le sentiment dominant que, si le Hamas pouvait être relié d'une façon ou d'une autre à ces décès, même par supposition, l'embryonnaire gouvernement d'unité serait tué dans l'œuf. Bien entendu, le gouvernement israélien n'a besoin d'aucune preuve réelle pour justifier le bombardement des Palestiniens, ils savent qu'ils peuvent entièrement compter sur la manipulation émotionnelle et le racisme sur lesquels la société israélienne se développe pour tuer autant de Palestiniens qu'ils le souhaitent. Et c'est donc ainsi que hier, Netanyahu a promptement (comme sur un signal) blâmé le Hamas pour les meurtres et, qualifiant les Palestiniens « d'animaux humains », ordonna que des bombes soient lâchées sur Gaza. Pour faire bonne mesure, la presse israélienne rapporta qu'un groupe « lié à l'EIIS en Iraq » avait revendiqué la responsabilité des kidnappings.

L'épisode complet est un peu trop commode pour être crédible. Soit le gouvernement unifié est maintenant mort, comme prédit, soit Israël va utiliser les morts des trois ados pour justifier un autre round de bombardement sur la Bande de Gaza, volatilisant littéralement (une fois encore) la dernière tentative d'unité palestinienne. Dans tous les cas, Israël gagne, une fois de plus, par la tromperie. Cela n'a aussi aucun sens pour le Hamas de saborder sciemment sa propre stratégie de se joindre à un commandement unifié de la Palestine et engager un dialogue diplomatique, en tuant trois adolescents israéliens immédiatement après avoir signé l'accord. Cette approche apparemment irresponsable et auto-destructrice pour obtenir ce qu'ils veulent a toutefois été la marque de fabrique de la stratégie politique palestinienne pendant de nombreuses années. Les « attentats-suicide palestiniens » et attaques à la roquette depuis Gaza se sont produits à maintes reprises aux moments opportuns pour le gouvernement israélien et aux moments les plus inopportuns pour le peuple palestinien et son leadership. Les attaques à la bombe et à la roquette sont utilisés par les Israéliens comme des preuves que l'on ne peut pas négocier avec les Palestiniens et qu'ils sont d'invétérés « terroristes » qui haïssent le peuple juif bien plus qu'ils n'aiment leur propre délivrance de l'occupation et de l'oppression israélienne.

Au vu de ces faits, une explication bien plus plausible est qu'un élément spécial de l'appareil sécuritaire de l'État d'Israël a enlevé et assassiné les ados israéliens pour atteindre l'objectif politique israélien en cours : la prévention, à tout prix, de l'unité politique palestinienne et ainsi la fin ultime de l'état d'apartheid d'Israël tel que nous le connaissons aujourd'hui. Quand vous comprenez la mesure dans laquelle l'infiltration et l'infestation des territoires palestiniens (ou ce qu'il en reste) sont infiltrés et envahis par les Israéliens, le fait que les ados furent enlevés en Cisjordanie implique Israël dans le kidnapping bien plus qu'aucun groupe palestinien. Si les ados avaient été kidnappés en Israël, Netanyahu aurait dû donner la preuve de la culpabilité palestinienne et expliquer comment ils avaient pu entrer librement en Israël et mener une telle opération. Toutefois, étant donné que les ados ont été enlevés en Cisjordanie, aucune preuve ou explication n'est nécessaire. La méthode grâce à laquelle les agents de l'État d'Israël auraient pu avoir mené le kidnapping est expliqué par Rima Merriman, une citoyenne étasunienne d'ascendance palestinienne qui est assistant-professeur de littérature américaine à l'Arab American University de Jenin (AAUJ), en Cisjordanie occupée :
Agents terroristes de sécurité judaïco-israélo-palestiniens
© Inconnu
Agents terroristes de sécurité judaïco-israélo-palestiniens ?
« Le contrôle d'Israël et son retranchement en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza, ses tentatives continuelles pour écraser à tout prix la résistance palestinienne à son occupation, est profondément lié au renseignement récolté par Shabak, les 5 000 [agents] du puissant Service de sécurité général interne d'Israël, dont la devise est « Le défenseur qui ne doit pas être vu ».

Avec un cadre d'informateurs israéliens bien entraînés et parlant l'arabe, qui sont indiscernables physiquement de la population palestinienne, Shabak a peu de problèmes pour rassembler des renseignements sur un peuple dont chaque mouvement est régulé par des centaines de check-points et un total contrôle israéliens total à leurs frontières. Ces infiltrés exploitent l'hospitalité et l'amabilité innées des Arabes. Les Palestiniens les appellent « musta'ribeen », c-à-d., « ceux qui ont l'air d'être des Arabes ». Les Palestiniens ne sont pas surpris lorsque quelqu'un, quelque part, vient vers eux et leur dit : « Je vous ai eu ! »
Les lecteurs de Sott.net ne seront pas surpris d'entendre que, en réponse aux nouvelles des meurtres des ados, Barak Obama a exprimé ses plus profondes condoléances aux familles des adolescents et condamné cet « acte de terreur insensé ». Pendant la même période où les trois ados ont été enlevés et assassinés, six adolescents palestiniens ont été tués par l'armée israélienne, pourtant je ne me souviens d'aucune parole compatissante d'Obama pour la « peine indescriptible » des familles palestiniennes. En y repensant, je ne me souviens d'aucun président des États-Unis mentionnant le fait même que, au cours des treize dernières années, l'armée israélienne a tué, en moyenne, un enfant palestinien tous les trois jours.

Benjamin Netanyahu murderer
© Inconnu
D'une large perspective géopolitique États-Unis/Israël (qui est l'unique perspective qui concerne l'élite israélo-étasunienne) le kidnapping et le meurtre des trois ados a eu un résultat positif. Le directeur du U.S. House Foreign Relations Committee [Commission des Relations étrangères de la Chambre des Représentants des États-Unis - NdT] a dit hier, que « le meurtre brutal de ces garçons ne devrait laisser aucune illusion à l'administration [des États-Unis] qu'un gouvernement palestinien appuyé par le Hamas sera un partenaire pour la paix. Avec ces meurtres, l'intention génocidaire du Hamas a de nouveau été mise à nu. »

Trois adolescents israéliens sont morts, la diabolisation du peuple palestinien en tant que « terroriste » et la lente épuration ethnique de la Palestine continuera, et Israël reste « en sûreté ». Beau boulot.