La Russie a livré à Alep plus de 100 tonnes de produits de première nécessité, tandis que les États-Unis n'ont fourni aux Syriens « aucune miette de pain », a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov. Ce commentaire a suivi la déclaration du porte-parole du département d'État américain John Kirby, selon laquelle, les résidents d'Alep ne ressentent pas les avantages des pauses humanitaires introduites par la Russie.
Syrie
© Google
Igor Konachenkov
« La Russie a livré aux résidents d'Alep de la nourriture, des médicaments, des (produits, ndlr) de nécessité quotidienne. Le département d'État (américain, ndlr) n'a fourni durant tout ce temps aux Syriens, dont il affirme se soucier, aucune miette de pain », a lancé M. Konachenkov.

Selon lui, ces déclarations montrent que Moscou et Washington ont une compréhension différente de « l'utilisation » des pauses humanitaires. La Russie considère les pauses humanitaires comme une possibilité de fournir de l'aide aux personnes dans les zones ravagées par les combats.
Ainsi, durant toute l'opération antiterroriste en Syrie, Moscou accorde une attention particulière à la réconciliation des parties au conflit et à la livraison d'une aide humanitaire aux Syriens, a conclu M. Konachenkov.
Une nouvelle pause humanitaire a eu lieu à Alep le 4 novembre de 8 heures du matin à 19 heures. Cette mesure, ordonnée par le président russe Vladimir Poutine et coordonnée avec les autorités syriennes, visait à éviter les victimes parmi les civils et « appeler les combattants à la raison ».

Selon le ministère russe de la Défense, les groupes armés ont eu la possibilité de quitter la ville, d'évacuer les malades et les blessés, ainsi que de libérer les civils qui souhaitaient quitter les quartiers est d'Alep. Pendant ces 10 heures, les troupes et équipements gouvernementaux ont été retirés des couloirs humanitaires, conçus pour que les groupes armés puissent quitter Alep en toute sécurité. Des autobus et ambulances ont été déployées pour l'évacuation immédiate des blessés et malades.