Les États-Unis ont commencé l'installation de leur système de missiles antibalistiques Terminal High Altitude Area Defense (THAAD) en Corée du Sud, provoquant une réaction de colère de la part de la Chine, qui a averti que cela pourrait déclencher une course aux armements nucléaires dans la région. Cette démarche provocatrice va aggraver la situation déjà tendue sur la péninsule coréenne comme les États-Unis et la Corée du Sud participent à d'énormes jeux de guerre annuels.

© Inconnu
La guerre contre la Chine et la course aux armes nucléaires
Deux camions, chacun équipé d'une rampe de lancement THAAD, ont été débarqués à bord d'un avion-cargo C-17 à la base aérienne d'Osan de l'armée américaine, au sud de Séoul, lundi soir. Selon les autorités militaires sud-coréennes, plus d'équipements et de personnel arriveront dans les prochaines semaines. L'installation de la batterie THAAD sera probablement terminée dès le mois de mai ou juin.

Des responsables américains ont exploité l'essai de lancement de quatre missiles balistiques de la Corée du Nord lundi matin comme prétexte pour commencer l'installation du THAAD. Cependant, le dernier feu vert du déploiement du THAAD, approuvé par la Corée du Sud en juillet dernier, a été donné la semaine dernière lorsque le gouvernement sud-coréen a acquis le site prévu dans le cadre d'un accord d'échange de terrains avec le conglomérat Lotte.

Washington insiste également sur le fait que l'installation du THAAD est purement défensive et nécessaire pour contrer l'arsenal nucléaire de la Corée du Nord. En réalité, le système THAAD a un caractère offensif. Il s'agit d'un élément important d'un système de missiles antibalistiques américain en expansion en Asie qui vise principalement à préparer la guerre nucléaire contre la Chine, et non la Corée du Nord.


L'impérialisme américain, qui compte quelque 4.000 ogives nucléaires, n'a jamais exclu une frappe nucléaire préventive et dépense 1 billion de dollars pour moderniser ses armes nucléaires et ses systèmes de lancement. Ses systèmes de missiles antibalistiques sont conçus pour neutraliser la capacité de n'importe quel ennemi de répliquer en cas d'attaque nucléaire américaine. La Fédération des scientifiques américains estimait que la Chine avait environ 260 ogives nucléaires en 2015.

Le système THAAD est conçu pour intercepter les missiles balistiques entrants à haute altitude. Il est doté d'un puissant système de radar en bande X pour dépister les missiles à longue portée, lié à des intercepteurs montés sur camion conçus pour détruire un missile hostile en vol. En cas de guerre avec la Chine, le système THAAD ne protégerait pas seulement les principales bases militaires américaines en Corée du Sud et au Japon. Son radar en bande X pourrait détecter et suivre les lancements de missiles profondément dans le territoire chinois.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, a réitéré mardi l'opposition de Pékin au déploiement du THAAD. Geng a averti que la Chine
« prendrait les mesures nécessaires pour défendre nos intérêts de sécurité et les conséquences doivent être assumées par les États-Unis et la Corée du Sud ».
La Russie a également condamné l'installation du THAAD. Victor Ozerov, qui préside le Comité fédéral de défense et de sécurité de la Russie, a qualifié le déploiement d'« une autre provocation contre la Russie » visant, sinon à encercler la Russie, « au moins à l'assiéger de l'ouest et de l'est ».

Le gouvernement chinois a déjà pris des mesures de rétorsion contre la Corée du Sud, fermant plus de 20 magasins appartenant à Lotte en Chine sous prétexte de violations de la sécurité et a conseillé aux agents de voyages de ne pas vendre des voyages organisés en Corée du Sud aux touristes chinois. Les médias d'État ont suggéré un boycottage plus large des produits sud-coréens et même la rupture des relations diplomatiques avec Séoul.

Selon un commentaire de l'agence de presse officielle Xinhua, le déploiement du THAAD « entraînera une course aux armements dans la région ». Suggérant que la Chine élargirait son arsenal nucléaire pour contrer les systèmes de missiles antibalistiques américains, elle a déclaré:
« Plus de boucliers antimissiles d'un côté engendrent inévitablement plus de missiles nucléaires de l'autre côté qui peuvent percer ce bouclier. »
L'idée que la Chine puisse étendre son arsenal nucléaire souligne seulement le caractère réactionnaire de la réponse du régime chinois à l'escalade des menaces économiques et militaires du gouvernement Trump. Le Parti communiste chinois représente les intérêts d'une oligarchie ultra riche, pas les travailleurs chinois et les pauvres. Son renforcement militaire et son agitation du nationalisme chinois accroissent le danger de guerre et divisent la classe ouvrière.
Une course aux armements nucléaires entre la Chine et les États-Unis serait profondément déstabilisatrice en Asie et dans le monde. Une expansion de l'arsenal nucléaire chinois pourrait inciter la Corée du Sud et le Japon à développer leurs propres armes nucléaires et à encourager l'Inde à élargir son arsenal nucléaire, exacerbant ainsi les tensions dans toute l'Asie du Sud, en particulier avec le Pakistan.
Le gouvernement Trump a ciblé la Chine, menaçant des mesures de guerre commerciale, une action militaire contre les îlots contrôlés par la Chine dans la mer de Chine méridionale et suggérant qu'il pourrait abandonner la politique « d'une seule Chine » qui est le fondement des relations sino-américaines.

Trump a accusé à plusieurs reprises la Chine de ne pas avoir imposé de sanctions paralysantes à son allié, la Corée du Nord, pour la forcer à abandonner ses armes nucléaires et ses missiles. La Maison-Blanche se penche actuellement sur un examen de la stratégie américaine à l'égard de la Corée du Nord, dont certains détails ont été divulgués aux médias. Ceux-ci parlent de propositions pour des frappes militaires préventives contre la Corée du Nord et des opérations de changement de régime.

La Corée du Nord constitue un prétexte pratique pour le renforcement militaire des États-Unis en Asie du Nord-Est contre la Chine. Le New York Times a rapporté que l'une des options envisagées est le retour des armes nucléaires tactiques en Corée du Sud, qui borde non seulement la Corée du Nord, mais aussi la Chine.

Trump a déjà annoncé qu'il allait réaliser une énorme expansion de l'armée américaine et a tweeté que les États-Unis doivent « renforcer considérablement leur capacité nucléaire ». De plus, la stratégie américaine évolue d'une utilisation d'armes nucléaires en dernier recours vers la considération active d'une guerre nucléaire limitée.

La Corée du Nord devient rapidement une dangereuse poudrière mondiale. Un petit incident, soit accidentel, soit calculé, pourrait déclencher un conflit catastrophique sur la péninsule coréenne qui impliquerait des puissances dotées d'armées nucléaires comme la Chine et la Russie.

La seule force sociale capable de stopper la marche vers la guerre mondiale est la classe ouvrière internationale, en construisant un mouvement antiguerre unifié fondé sur des principes socialistes pour mettre fin au capitalisme et à son système d'États-nations dépassé qui est la source de la guerre.