L'opposant pro-américain Juan Guaido s'est autoproclamé « président par intérim » du Venezuela. Donald Trump lui a apporté son soutien, suivi par d'autres. Nicolas Maduro a annoncé que le pays rompait ses relations avec Washington.
juan
© Inconnu
Juan Guaido

  • Jeudi 24 janvier
  • 19h19 CET Les Etats-Unis réclament une réunion du Conseil de sécurité le 26 janvier.
  • 18h36 CET Selon Alessandro Gisotti, directeur par intérim du Bureau de presse du Saint-Siège, le pape François, actuellement au Panama pour participer aux Journées mondiales de la jeunesse, a déclaré suivre « de près l'évolution de la situation et prie pour les victimes et pour tous les Vénézuéliens ». Le Vatican « appuie tous les efforts visant à éviter que d'autres souffrances ne soient infligées à la population. »
  • 17h41 CET Vladimir Poutine a exprimé son « soutien » à Nicolas Maduro dans un entretien téléphonique « dans les conditions de l'aggravation d'une crise politique, provoquée de l'extérieur ».
  • 17h40 CET Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a appelé l'Organisation des Etats américains (OEA) à reconnaître Juan Guaido comme « président par intérim du Venezuela », comme les Etats-Unis et plusieurs pays membres de cette institution l'ont déjà fait la veille.Il a également mis en garde le « régime illégitime » de Nicolas Maduro contre « toute décision d'utiliser la violence pour réprimer la transition démocratique pacifique », demandant aux forces de sécurité vénézuéliennes de «protéger» Juan Guaido.



Commentaire : Il semble que ce discours de Pompeo nous l'avons déjà entendu quelque part plusieurs fois : à propos de la Libye, la Syrie, Irak... avant l'invasion.


  • 17h26 CET Pour le secrétaire d'Etat britannique des Affaires étrangères Jeremy Hunt, Nicolas Maduro « n'est pas le dirigeant légitime du Venezuela », au lendemain de la décision des États-Unis, suivie par plusieurs pays, de reconnaître l'opposant Juan Guaido comme président..« Nous sommes très inquiets de la situation au Venezuela, mais il est évident que Nicolas Maduro n'est pas le dirigeant légitime du Venezuela », a déclaré Jeremy Hunt dans un communiqué. Il a estimé que les élections du 20 mai 2018, qui avaient porté Nicolas Maduro au pouvoir, étaient « profondément biaisées ».
  • 16h45 CET Le ministre de la Défense du Venezuela, le général Vladimir Padrino, a déclaré que l'autoproclamation du chef du Parlement, Juan Guaido, comme « président par interim » était un « coup d'Etat ». «J 'alerte le peuple du Venezuela qu'un coup d'Etat est perpétré contre les institutions, contre la démocratie, contre notre Constitution, contre le président Nicolas Maduro, notre président légitime », a affirmé le ministre de la Défense lors d'une conférence de presse, entouré par les membres du haut commandement militaire.
  • 15h27 CET Le Parti communiste français (PCF) a dénoncé ce 24 janvier le soutien « scandaleux » d'Emmanuel Macron à la « tentative de coup d'Etat » qu'est selon lui l'auto-proclamation du président de l'Assemblée nationale du Venezuela, Juan Guaido, comme « président en exercice par intérim ».Ce qui se passe au Venezuela jette « de l'huile sur le feu » et aggrave « le risque d'une escalade dangereuse où une partie du peuple vénézuélien s'élève contre l'autre », écrit le PCF dans un communiqué, invitant la France à ne pas « participer à cette opération de déstabilisation du Venezuela, et encore moins s'aligner sur les choix dangereux des présidents [américain] Trump et [brésilien] Bolsonaro ».« La France doit agir de concert avec les membres du Conseil de sécurité pour la mise en place d'une médiation internationale sous l'égide de l'ONU pour poser le cadre d'un dialogue national et d'un retour à la paix », ajoute le PCF.



Commentaire : L'ONU ne devrait-elle pas tout simplement dénoncer cette tentative de coup d'état ? Le fera-t-elle ? On en doute.


  • 15h05 CET Commentant la situation au Venezuela, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a expliqué que la Chine était « opposée aux ingérences extérieures », expliquant avoir « toujours appliqué » ce principe « dans les affaires intérieures d'autres pays ». Hua Chunying a appelé les différentes parties à « rester rationnelles et calmes » et à trouver « une solution politique » à la crise.Interrogée sur le fait de savoir si la Chine reconnaissait toujours Nicolas Maduro comme le président légitime, la porte-parole a souligné que Pékin avait envoyé un représentant à sa cérémonie d'investiture le 10 janvier.Pékin est l'un des principaux alliés et le premier créancier de Caracas. Le président vénézuélien a effectué une visite en Chine en septembre 2018, au cours de laquelle il a signé plusieurs accords énergétiques et miniers destinés à soutenir l'économie vénézuélienne.
  • 14h57 CET Le président du Mexique, un des pays qui reconnaît Nicolas Maduro comme président légitime du Venezuela a, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, invité « les deux parties » à tenir « des discussions pour éviter une escalade de la violence ».
  • 14h42 CET Le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, s'est entretenu par téléphone avec le président de l'Assemblée nationale vénézuélienne, Juan Guaido, autoproclamé la veille président par intérim, et lui a exprimé sa « reconnaissance pour le courage dont il fait preuve dans cette situation ».
  • 14h17 CET Le groupe de Lima, composé de 14 pays - Argentine, Brésil, Canada, Chili, Colombie, Costa Rica, Guatemala, Honduras, Mexique, Panama, Paraguay, Pérou, Guyana et Sainte-Lucie - a apporté son soutien à Juan Guaido, qui s'est auto-proclamé président du Venezuela.


Commentaire : Comment est-ce possible que des chefs-d'Etat soient d'accord sur cette tentative de coup d'état ? Surement ils croient que cela leur rapportera un bénéfice. Mais ils ont l'air d'oublier que : faire affaire avec un scorpion est dangereux car tôt ou tard le scorpion finira par piquer. C'est la raison d'être du scorpion. Jouer avec le diable peut vous entraîner en enfer.


13h43 CET

« Le peuple vénézuélien s'engage courageusement pour un futur libre » : telle est la réaction du porte-parole gouvernemental allemand concernant la tentative de renversement du président vénézuélien Nicolas Maduro. Dans un tweet, Steffen Seibert a également estimé : « Cela nécessite un processus politique conduisant à des élections libres et crédibles. L'Assemblée nationale élue démocratiquement a un rôle particulier à jouer.


Commentaire : Encore le même discours qu'en Syrie avant l'invasion.


  • 13h29 CET Le porte-parole de la Commission européenne a annoncé soutenir «l'Assemblée nationale» vénézuélienne et les «forces démocratiques», sans faire explicitement référence à Juan Guaido, tout en appelant à un «processus politique menant à des élections».
  • 13h01 CET Le Premier ministre britannique, Theresa May, a estimé ce 24 janvier «inacceptable» que le Venezuela cherche à couper ses liens diplomatiques avec les Etats-Unis». Downing Street a précisé soutenir Juan Guaido comme président de l'Assemblée nationale «démocratiquement élu», tout en remettant en cause l'élection présidentielle de 2018, remportée par Nicolas Maduro : une élection «ni libre ni juste»
  • 11h50 CET Le gouvernement espagnol a réagi à son tour, estimant que l'unique solution envisageable était la convocation de nouvelles élections. Le chef de l'exécutif espagnol, Pedro Sanchez, a également fait savoir qu'il s'entretiendrait avec Juan Guaido par téléphone après avoir rencontré des dirigeants latino-américains dans le cadre du forum de Davos.
  • 11h16 CET Le Kremlin a fait savoir qu'il n'avait pour l'instant pas reçu de demande d'aide militaire de la part de Caracas. Commentant les déclarations américaines au sujet d'une éventuelle intervention armée, la Russie a dénoncé une «tentative d'usurper le pouvoir» en s'inquiétant des «paroles dangereuses» de Washington.
  • 10h56 CET Emmanuel Macron a salué le «courage» des Vénézuéliens qui «marchent pour leur liberté». «Après l'élection illégitime de Nicolas Maduro en mai 2018, l'Europe soutient la restauration de la démocratie», a écrit le chef de l'Etat dans un tweet en français, également publié en espagnol.
  • 10h45 CET Pour Sergueï Lavrov, le «comportement de Etats-Unis au Venezuela est une nouvelle démonstration de leur mépris total des normes et principes du droit international». Il a appelé les leaders de l'opposition à ne pas «devenir des pions dans le jeu d'échec de quelqu'un d'autre.» Moscou redoute que l'ingérence étrangère conduise à un «bain de sang».
  • 10h29 CET Le porte-parole des Nations-Unis, Stéphane Dujarric, a appelé de ses vœux ce 24 janvier à une «enquête transparente et indépendante» concernant le décompte des victimes dans les manifestations au Venezuela. Il a également exhorté «tous les acteurs» à «abaisser les tensions et à s'engager dans le dialogue politique» afin de «lutter contre la crise».
  • 10h11 CET Le chef de la diplomatie russe a mis en garde les Etats-Unis ce 24 janvier contre une intervention miliaire au Venezuela, qui serait «catastrophique». Estimant que Washington, en compagnie d'autres pays, avait «augmenté» la pression sur Caracas avec «divers prétextes», Sergueï Lavrov a expliqué que le Venezuela était le «partenaire stratégique» de Moscou. La Russie «soutient et soutiendra» le Venezuela, a-t-il poursuivi.

Le ministre russe des Affaires étrangères a également fait savoir que la Russie continuerait de «protéger la souveraineté du Venezuela» et le «principe de non-ingérence dans ses affaires intérieures». La coopération économique «dans divers domaines» se poursuivra, a-t-il encore précisé.
  • 09h59 CET Après que le président de l'Assemblée nationale vénézuélienne a annoncé s'être autoproclamé «président par intérim du Venezuela», des manifestants pro-Maduro sont descendus dans les rues de Caracas pour protester contre le chef de l'opposition.

09h53 CET Nicolas Maduro a reçu le soutien de la star argentine Diego Maradona. Dans un message publié sur Instagram, l'ancien footballeur, coiffé d'une casquette aux couleurs du Venezuela, a expliqué : «Je ne vais pas changer. Aujourd'hui plus que jamais avec le président Nicolas Maduro. Au Venezuela, le peuple règne. Je les aime !»

Voir la suite ici