Washington méprise Trump parce que c'est un outsider - un tiers casse-pieds - qui a bouleversé le duopole qui a eu la mainmise sur la politique américaine, et ils font tout ce qu'ils peuvent pour l'empêcher de recommencer.
Trump/fans
© Reuters/Jonathan Ernst
Le président américain Donald Trump lors d'un événement de campagne à Lansing, dans le Michigan, le 27 octobre 2020
L'ascension fulgurante de Donald Trump défie la loi de la gravité politique américaine en ce qu'il s'est élevé à l'intérieur d'un système bipartite contrôlé de manière rigide tout en allant à l'encontre des intérêts de l'establishment. C'est une réalisation remarquable, et aucun autre homme politique moderne - à part peut-être John F. Kennedy - n'est allé aussi loin à Washington en promettant de drainer le marécage sur lequel il se trouve. Le magnat de l'immobilier de Manhattan est essentiellement devenu le tour de force d'un parti tiers, l'ultime insecte gênant du pouvoir en place.

Trump n'est pas idiot et a compris très tôt dans le jeu qu'il y a une véritable armée de vigiles à Washington, qui se tient en garde contre la menace de tiers provocateurs. En fait, l'un des plus grands gardiens n'est autre que la Commission des débats présidentiels (CPD), un tiers exterminateur à but non lucratif qui est en fait parrainé par les partis démocrate et républicain. Ainsi, lorsque les gens se plaignent que les Démocrates et les Républicains sont les deux têtes du même serpent venimeux, ils ont raison. Cette organisation est si puissante qu'elle a empêché le très populaire Ross Perot d'apparaître sur la scène des débats lors de la campagne présidentielle de 1996 aux côtés du démocrate sortant Bill Clinton et du républicain Bob Dole.

Une note de bas de page enfouie concernant la carrière politique de Trump précise qu'il a fait sa première incursion sérieuse dans le marais en tant que candidat à la présidence du Parti réformiste de Ross Perot aux élections de 2000. Lorsque ces efforts ont échoué, Trump, conscient que la route vers la Maison-Blanche via une plate-forme tierce était en grande partie inaccessible, a commencé à envisager ses chances de se présenter à la présidence sur la liste des Républicains. Ce n'est pas une mauvaise idée si l'on considère que la dernière fois qu'un président élu aux États-Unis qui ne s'est pas identifié comme Démocrate ou Républicain l'a été en 1848, avec l'élection du candidat whig Zachary Taylor. À l'époque, cependant, une grande partie de Washington a considéré le rêve du magnat comme une mauvaise blague et comme l'aspiration égoïste d'un milliardaire qui pense que la Maison-Blanche n'est qu'une autre entreprise immobilière.

Mais Capitol Hill a sérieusement sous-estimé à la fois l'humeur sombre qui s'était emparée de la nation, ainsi que la capacité de Trump à en tirer profit. Avec un don étrange pour électriser le public partout où il allait, les gens ne riaient plus de ses ambitions politiques. Finalement, Trump a fait ce que les sondages disaient être pratiquement impossible : il a battu la vétérante de Washington, Hillary Clinton, devenant ainsi le 45e président des États-Unis. C'est alors que Trump, l'ultime intrus, a commencé à utiliser le Parti républicain comme son cheval de Troie personnel pour mettre en place des changements radicaux qui n'auraient pas pu être réalisés autrement.

Par exemple, malgré l'histoire d'amour bi-partisane de Washington avec les ingérences à l'étranger, Trump a retenu les chiens de guerre. Il a donné à l'armée américaine sa plus longue pause loin du champ de bataille de mémoire d'homme. Cela ne veut pas dire que sous Trump l'oncle Sam s'est soudainement transformé en un paon fumeur de marijuana, pas du tout. En fait, les historiens du futur pourraient finalement blâmer Trump, l'homme d'affaires accompli, pour avoir vendu des quantités massives de matériel militaire à des États étrangers - comme l'Arabie Saoudite et les anciens pays du Pacte de Varsovie en Europe de l'Est - qui ont conduit à un conflit catastrophique. Et qui pourrait oublier le commentaire grossier de Trump « nous gardons le pétrole » en ce qui concerne le soi-disant retrait de l'Amérique en Syrie, ou les sanctions néfastes qui ont été imposées à l'Iran ?

Pendant ce temps, Trump a mené d'autres initiatives controversées, comme le colmatage du trou béant à la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Les Républicains se sont toujours contentés d'ignorer l'afflux massif d'immigrés clandestins en provenance d'Amérique du Sud, tant que cela signifiait une main-d'œuvre bon marché, tandis que les Démocrates ont trouvé là un excellent moyen de capter les futurs électeurs. Ce n'est qu'avec l'arrivée d'une solution « tierce », proposée par Donald Trump, que les portes ont commencé à se refermer sur « l'invasion ».

Le projet de « parti tiers » le plus ambitieux de Donald Trump à ce jour a peut-être été de faire décoller le secteur industriel américain, en difficulté depuis longtemps, un secteur qui était maintenu sous respiration artificielle. Malheureusement, ce programme, construit autour de la promesse de Donald Trump de « rendre l'Amérique à nouveau grande », a mis à mal les relations avec la Chine. Accusant la République populaire de se livrer à des « pratiques commerciales déloyales », le dirigeant républicain a adopté une position protectionniste en imposant un certain nombre de droits de douane et de barrières commerciales, ce qui a naturellement déclenché une réaction sévère de la part de Pékin. Si les avis sont partagés sur la question, un certain nombre d'analystes s'accordent à dire que les États-Unis ont été gravement désavantagés dans leurs échanges avec la Chine et que le changement pour lequel ils se sont battus est nécessaire.

La question n'est pas vraiment de savoir si les gens sont d'accord ou non avec les actions de M. Trump. Le fait est que les questions qui étaient ignorées par les Démocrates et les Républicains, et rarement discutées par les grands médias, n'ont attiré l'attention qu'après qu'un outsider de Washington se soit frayé un chemin sur la scène politique au nom de millions d'électeurs. Et pour tous ses efforts, Donald Trump a été l'un des présidents américains les plus harcelés. Il a fait l'objet d'une enquête de trois ans sur le « Russiagate », ainsi que d'une procédure de destitution, tout en restant en fonction à quelques jours des nouvelles élections.

D'une certaine manière, l'ascension politique de Trump a été un coup de chance, et il est peu probable qu'elle se reproduise de sitôt. Les grands médias et le Big Tech font absolument tout ce qui est en leur pouvoir pour empêcher un second mandat du « populiste ». Ils ont même pris la mesure sans précédent d'empêcher que des informations explosives sur son concurrent, Joe Biden, ne soient vues ou partagées par le public : « Mordu une fois, timoré deux fois », comme le dit l'expression, et les gardiens de Washington feront tout pour empêcher que les idées de Donald Trump et de son parti tiers ne prennent à l'avenir la scène d'assaut.

C'est une très mauvaise nouvelle pour le système politique américain, qui continuera d'être tenu en otage par les deux mêmes partis, avec peu de chance que le vent du changement atteigne le sanctuaire du pouvoir. Trump pourrait bien être le dernier souffle d'air frais à Washington avant longtemps, et les Américains devraient profiter du changement tant qu'ils le peuvent.
Robert Bridge est un écrivain et journaliste américain. Il est l'auteur de Midnight in the American Empire - How Corporations and Their Political Servants are Destroying the American Dream. @Robert_Bridge
Source : Robert Bridge, RT
Traduction : Sott.net