Bienvenue à Sott.net
ven., 23 août 2019
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Science et Technologie
Carte

Sun

Un filament de plasma géant qui serpentait autour du Soleil est entré en éruption

La sonde STEREO-B stationnée sur l'horizon Est du Soleil a vu arriver ce filament magnétique la semaine dernière.

Cette structure massive qui devenait de plus en plus longue a plané silencieusement au-dessus de la surface stellaire pour montrer ensuite des signes d'instabilité qui ont mené à une éruption [le 6 décembre].

Sur cette photo du NASA Solar Dynamics Observatory on voit la portion visible du filament qui s'étend sur plus de 700 000 Km

Meteor

14 décembre 2010 : maximum de l'essaim météoritique des Géminides, dont l'origine reste un mystère

L'essaim d'étoiles filantes des Géminides (proche de la constellation des Gémeaux, d'où son nom), est actif du 7 au 17 décembre, c'est l'un des plus beaux essaims de l'année.

Les premières observations des Géminides ont été signalées par le Belge Adolphe Quetelet en décembre 1830. Suite à cette découverte, les astronomes se sont mis à la recherche de la comète à l'origine de cet essaim, comète à qui l'on doit les étoiles filantes. En effet, lorsque celle-ci passe à proximité du Soleil, elle laisse sur son passage une traînée de poussière composée de minuscules grains. Lorsque la Terre traverse cette traînée, les particules entrent dans l'atmosphère et s'enflamment. Après plus d'un siècle de recherche, rien n'a été trouvé et l'origine des Géminides reste un mystère.

Binoculars

Ciel de décembre : un beau spectacle en perspective

Image
Nous aurons l'honneur d'assister à un beau spectacle astronomique en décembre et ce n'est pas l'étoile de Bethléem!!

En effet, nous aurons plutôt l'honneur d'assister à une éclipse totale de la Lune, 15 heures après le solstice d'hiver en plus ! La dernière éclipse lunaire date d'octobre 2004 et la prochaine, à part celle-ci, sera le 15 avril 2014.

Penis Pump

Un gène responsable de l'infidélité et des coups d'un soir ?

Image
© Pasukaru76 via Flickr
Vous ne savez pas comment justifier votre infidélité? Pourquoi pas: «C'est pas moi, c'est mes gènes»?

D'après une nouvelle étude menée par les chercheurs de la State University of New York, le responsable de notre tendance à l'infidélité ou aux liaisons éphémères est un gène, lit-on sur Livescience.

Justin Garcia, qui a dirigé l'étude, a découvert qu'une poussée interne de dopamine pourrait expliquer pourquoi certaines personnes semblent incapables de rester fidèles, explique le Daily Mail. D'après lui,«tout dépendrait d'un système de plaisir et récompense, qui explique la libération de la dopamine. Dans les cas de sexe sans engagement, les risques sont élevés, les récompenses importantes, et la motivation variable - tous des éléments qui déclenchent une poussée de dopamine».

Commentaire:
Les résultats d'une étude coordonnée par le National Institute on Drug Abuse (NIDA/NIH), publiés dans la revue Nature Neuroscience, mettent en lumière le rôle de la dopamine dans le « circuit de récompense » du cerveau.La dopamine, libérée en quantité trop importante dans le cerveau, pourrait expliquer certains comportements psychopathes.

Les chercheurs de l'Université Vanderbilt ont en effet démontré, à partir de 2 méthodes d'imagerie cérébrale, qu'une majorité d'individus à trait de caractère fortement impulsif et antisocial, typique de la psychopathie, présentent également une hypersensibilité du circuit de récompense du cerveau.

[...] Dans ces 2 expériences, les individus qui obtiennent les meilleures notes sur une évaluation de personnalité à tendance « psychopathe » possèdent un système de réponse hypersensible à la dopamine. La libération de dopamine, plus importante chez ces individus active un circuit appelé le "circuit de la récompense". "La quantité de dopamine libérée est jusqu'à 4 fois plus élevée chez les personnes ayant des caractères de type psychopathe prononcés en comparaison d'individus présentant des scores plus faibles sur ces traits de personnalité », déclare Joshua Buckholtz, candidat au doctorat en neurosciences et auteur principal de l'étude.

L'image qui se dégage par TEP et IRMf suggère donc que des altérations dans la fonction du circuit de la récompense du cerveau peuvent en effet contribuer à un caractère psychopathe latent.

En raison de ces libérations exagérées de dopamine, les individus présentant un risque latent de psychopathie pourraient se focaliser de manière plus importante sur une chance d'obtenir une récompense et cela jusqu'à ce qu'ils obtiennent ce qu'ils veulent. Un comportement qui pourrait évoluer en trouble grave de la personnalité.
Excès de dopamine et psychopathie - Conseil-psy


Wall Street

La NASA a bien découvert une nouvelle forme de vie

Quelques heures avant la conférence de presse donnée par la NASA où il est prévu d'annoncer en grande pompe une découverte en astrobiologie, le secret n'est plus !

L'agence américaine devrait annoncer la découverte d'une nouvelle forme de vie, jusqu'ici totalement inconnue et qui ne partage sa structure biologique avec aucun autre organisme vivant actuel sur Terre.

Saturn

La galaxie d'Andromède née d'une collision ?

La galaxie serait née d'une fusion achevée il y a seulement 5,5 milliards d'années.

La galaxie d'Andromède M31 résulte de la fusion de deux galaxies voici 5,5 milliards d'années, annonce une équipe menée par François Hammer.

La plus importante collision jamais survenue parmi les galaxies du Groupe local aurait ainsi débuté il y 9 milliards d'années. Elle aurait mis en cause une galaxie un peu plus massive que notre galaxie, la Voie lactée, et une autre environ trois fois plus modeste.

Meteor

Némésis a bombardé la Terre de comètes

naine
Traduction : Véritas pour Nibelung

Un objet sombre pourrait se cacher près de notre système solaire, tirant à l'occasion des comètes dans notre direction.

Surnommé « Némésis » ou « L'Etoile de la Mort », cet objet non détecté pourrait être une étoile naine rouge ou brune, ou une présence plus sombre encore de plusieurs fois la masse de Jupiter.

Pourquoi les scientifiques pensent ils que quelque chose pourrait être caché au-delà du bord de notre système solaire ? À l'origine, Némésis a été proposée comme explication à un cycle d'extinctions de masse sur Terre.

Laptop

Géopolitique numérique : Omnibus viis Americam pervenitur (I)

Les routes numériques sont devenues un enjeu mondial. Les routes terrestres ont contribué à assurer la suprématie de l'Empire romain. Les routes maritimes ont été l'ossature de l'Empire britannique au XVIIIème et aux XIXème siècles. Les routes numériques ont une importance géopolitique croissante, souvent peu relevée par les géopolitologues.

Info

Jupiter retrouve sa bande nuageuse sud

Image
© Crédit : NASA/JPL/UH/NIRI/Gemini/UC Berkeley
La réactivation de la bande SEB de Jupiter, vue par le télescope Gemini Nord.
Des observations réalisées dans l'infrarouge avec le télescope Gemini Nord confirment le retour de la bande subéquatoriale sud de Jupiter. Cette formation est ici totalement visible car l'image a été prise dans des longueurs d'onde permettant de percer les cirrus d'ammoniac qui recouvrent l'habituelle ceinture brune.

Network

Einstein aurait eu raison au sujet de l'accélération de l'expansion de l'univers

Image
© Photo: archives AFP
Le physicien Albert Einstein

Des scientifiques croient être en mesure de démontrer qu'une idée exprimée - puis regrettée - par Albert Einstein permettrait d'expliquer pourquoi l'univers semble prendre de l'expansion de plus en plus rapidement.

La constante cosmologique décrit une force, encore hypothétique, qui accélérerait l'expansion de l'univers. Einstein l'avait rajoutée à sa théorie de la relativité en 1917, avant d'estimer qu'il s'agissait de la plus grosse bêtise de sa vie. Plusieurs scientifiques y accordent toutefois aujourd'hui de plus en plus de crédibilité.

Dans l'édition de jeudi du journal Nature, des chercheurs français expliquent avoir étudié plusieurs galaxies lointaines. Leurs observations concordent avec l'idée voulant que la constante cosmologique soit responsable de l'accélération de l'expansion de l'univers.

Le cosmologiste Michael Turner, de l'université de Chicago, croit toutefois que de nouvelles observations sont nécessaires pour confirmer le tout.