Bienvenue à Sott.net
dim., 05 déc. 2021
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Dollar

Les députés européens se votent une augmentation de 1500 euros

Les députés européens ont ignoré les appels à l'austérité imposée par la crise et se sont alloués hier une augmentation de 1 500 euros par mois de leurs budgets de frais d'assistants. Les députés européens ont une rémunération mensuelle de 7 956,87 euros avant impôts et bénéficient d'une enveloppe mensuelle de 19 709 euros pour rémunérer leurs assistants. C'est cette enveloppe qu'ils viennent d'augmenter à 21 209 euros.

Avec ce vote, les dépenses du Parlement européen augmenteront de 13,2 millions par an. Ce vote, dénoncé par les Verts qui le jugent « irresponsable » va à l'encontre de l'appel lancé par la Commission européenne, invitant les institutions à réduire leurs dépenses de fonctionnement. « Voter une augmentation du budget pour les assistants des députés européens en période d'austérité et de coupes budgétaires partout en Europe est tout simplement insensé », a déploré l'eurodéputée verte allemande Helga Trüpel, membre de la commission des Budgets. L'augmentation a été votée par les élus conservateurs, avec le soutien des socialistes, a-t-elle souligné. Pour elle, « Le vote des socialistes en faveur de cette augmentation montre clairement une déconnexion avec les réalités ».

Eye 1

Antirerrorisme : un décret signe la fin de l'anonymat sur le Net

Image

La LCEN a déjà fait couler beaucoup d’encre en 2004, des débats passionnés recensés par exemple par le site pc-boost.com
La France vient-elle, en quasi-catimini, de décréter la fin de l'anonymat sur Internet ? Un décret publié le 25 février au journal officiel oblige les hébergeurs et éditeurs de services internet à stocker pendant un an toutes les données et chaque trace laissées par les internautes français : mots de passe, pseudonymes, montants des achats sur internet... Ces données devront être transmises sur demande aux services de police et de gendarmerie chargés de la lutte antiterroriste. Le texte, très contesté par les acteurs institutionnels du net, ne semble pourtant pas mobiliser outre-mesure les internautes.

Vous achetez un billet de train sur le site de la SNCF ou une chanson sur iTunes ? Vous laissez des commentaires sur arretsurimages.net et vous publiez des vidéos privées sur Youtube ? Plus simplement, vous entrez votre pseudo et votre mot de passe pour envoyer un e-mail à un ami ? Désormais, antiterrorisme oblige, chacun de vos pas, comme ceux de tous les internautes français, devra être enregistré, et conservé pendant un an.

Le décret "relatif à la communication des données permettant d'identifier toute personne ayant contribué à la création d'un contenu mis en ligne", publié le 25 février, met à jour la loi pour la confiance dans l'économie numérique (LCEN), adoptée par le parlement il y a... 7 ans.

Et les règles désormais applicables ne sont pas anodines. Depuis mercredi 1er mars, les sites de e-commerce, les plateformes de vidéo et musique en ligne et les gestionnaires de boites e-mails, mais aussi tous les hébergeurs de contenu, ont l'obligation de conserver pendant un an une liste conséquente de données sur chaque utilisateur : nom et prénom, adresse postale associée, adresse de courrier électronique ou compte associé, numéro de téléphone, mais aussi le pseudonyme utilisé et les mots de passe, ainsi que les données permettant de le vérifier et de le modifier !

Eye 2

Enquêter sur BP peut nuire à la santé

Morts ou incarcérations de scientifiques liés à la catastrophe de BP

Beaucoup trop d'événements tragiques pour une simple coïncidence... ?

Image
© Inconnu
17 février 2011 – Gregory Stone, scientifique à l’Université de Louisiane, 54 ans – maladie inconnue
Image
© Inconnu
26 janvier 2011 – Anthony Nicholas Tremonte, 31 ans – fonctionnaire au Département des ressources marines du Mississipi, originaire d’Ocean Springs, arrêté pour possession de pédopornographie
Image
© Inconnu
19 janvier 2011 - le Dr. Thomas B. Manton, ancien président et PDG de International Oil Spill Control Corporation - incarcéré puis assassiné en prison
BP John P. Wheeler III
© Inconnu
31 décembre 2010 - John P. Wheeler III, ex-fonctionnaire du Pentagone, aide présidentiel, conseiller à la défense et expert en armes chimiques et biologiques - battu à mort lors d'une agression, son corps a été découvert dans une décharge à Wilmington

Cult

Assassin, narcotrafiquant et ... professeur d'université à Metz !

Image
L'école d'ingénieurs de Metz (Lorraine) s'enorgueillit de compter parmi ses professeurs, l'ex président colombien (2002-2010). Le 3 février dernier, Alvaro Uribe était reçu sous les applaudissements des étudiants pour qui il était venu faire un cours sur le développement économique en Amérique latine. Mais les étudiants admiratifs devant l'ex-chef de l'État savent-ils vraiment qui est cet homme ?

Sur le site de l'ENIM, avec son visage bien en évidence sur la page d'accueil, l'ancien mandataire est présenté comme le héros qui a sauvé Ingrid Betancourt. Il est aussi celui qui a lutté fortement contre le trafic de drogue au côté des USA et qui « a fait reculer l'insécurité de manière remarquable. » D'ailleurs, il est précisé que « ses succès contre les FARC et la réduction de la criminalité ont assis la popularité du président, qui était de 78% à la fin de son dernier mandat. »

Très bien, mais il faut savoir que les sondages se font par téléphone et que les 50% de Colombiens situés sous le seuil de pauvreté n'ont pas le téléphone. Parmi ceux qui sont au-dessus, 50% ne l'ont pas non plus. Donc 78% de 25% de la population nous parait être un critère insuffisant pour que l'ENIM soit fier de cet enseignant, surtout pour parler de développement économique.

Star of David

« Israël » met à la disposition de Kadhafi des mercenaires

Après avoir obtenu le feu vert de Tel-Aviv, la société israélienne de fabrication d'armes, "Global CST", a mis, à la disposition du dirigeant libyen, Mouammar Kadhafi, des mercenaires africains, pour réprimer les manifestants anti-gouvernementaux.

Citant des sources égyptiennes, l'agence IRIB a rapporté que la compagnie israélienne a, jusqu'ici, mis 50.000 mercenaires africains à la disposition du régime de Kadhafi.

Le directeur de la "Global CST" a rencontré le chef des services de renseignements israéliens et le ministre de la Guerre, Ehud Barak, et a obtenu l'autorisation de recruter ces mercenaires, selon la même source.

Les représentants de cette société avaient, également, rencontré, au Tchad, Abdullah Sanusi, le chef de la sécurité libyenne, (avant d'être limogé par Kadhafi), pour discuter des détails d'un accord dans ce sens.

Evil Rays

Un général accusé d'avoir manipulé des élus américains

Image

Le général Stanley McChrystal a démissionné l'an dernier suite à l'article publié par le magazine Rolling Stone. Crédits photo : © Kevin Lamarque / Reuters/REUTERS
Un général est soupçonné d'avoir manipulé psychologiquement des élus du Congrès pour obtenir plus de fonds dans la guerre en Afghanistan. Le Pentagone va ouvrir une enquête.

La manipulation psychologique employée en temps de guerre par l'Armée américaine contre l'ennemi a-t-elle été utilisée contre des élus du Congrès pour obtenir des centaines de millions de dollars supplémentaires en Afghanistan?

C'est ce que suggère le magazine Rolling Stone qui se fonde sur les révélations du colonel Michael Holmes, chef de l'une des cellules dites «PSYOPS» ou «Pyschological operation» déployées en Afghanistan. Le général David Petraeus, commandant des forces américaines sur place a pris suffisamment au sérieux cette affaire digne d'un roman de science-fiction pour ordonner une enquête. Il faut dire que le journaliste à l'origine du scoop est Michael Hastings, auteur du portrait du général Stanley McChrystal qui a conduit ce dernier à la démission l'an dernier.

Cult

Une guerre civile provoquée en Libye afin de justifier une intervention militaire des États-Unis et de l'OTAN ?

Traduction par Madelaine Chevassus pour Mondialisation.ca

Image
Est-ce que Tripoli est poussée à la guerre civile pour justifier une intervention militaire des Etats-Unis et de l'OTAN dans la Libye qui regorge de pétrole?

Est-ce que les pourparlers relatifs aux sanctions sont le prélude à une intervention de type Irak?

Il y a quelque chose de pourri dans la "Jamahiriya" de Libye

Il est certain que le Colonel Mouammar Kadhafi (Al-Gaddafi) est un dictateur. Il a été le dictateur et "caïd" de la Libye pendant à peu près 42 ans. Il apparaît aujourd'hui qu'on a fait monter les tensions et qu'on a attisé les flammes de la révolte sur place en Libye. Ceci inclut les déclarations du Secrétaire des Affaires Etrangères britannique William Hague comme quoi le Colonel Kadhafi avait quitté la Libye pour le Vénézuela. [1] Cette déclaration à servi à amplifier la révolte contre Kadhafi et son régime en Libye.

Bien qu'ils soient tous les trois dictateurs, le Libyen Kadhafi est assez différent du tunisien Ben Ali et de l'égyptien Moubarak. Le pouvoir en Libye n'est pas tellement subordonné aux Etats-Unis et à l'Union Européenne. Contrairement aux cas de la Tunisie et de l'Egypte, la relation qui existe entre Kadhafi et les ETats-Unis et l'Union européenne est un modus vivendi. En clair, Kadhafi est un dictateur arabe indépendant et non pas un "dictateur supervisé" comme Ben Ali et Moubarak.

Eye 2

La LOPPSI 2, un Patriot Act français

Image
Le Parlement français vient d'adopter une nouvelle loi fourre-tout qui transcrit en droit français diverses mesures du Patriot Act états-unien. Pour le sociologue Jean-Claude Paye, l'inefficacité du vaste système de surveillance progressivement mis en place atteste que sa finalité réelle est autre que le but annoncé. Les sociétés occidentales évoluent vers un modèle infantilisant où seul le fait de se placer sous le regard enveloppant du pouvoir génère un sentiment de sécurité.

La loi française « LOPPSI 2 », Loi d'Orientation et de Programmation pour la Sécurité Intérieure, a été définitivement adoptée ce 8 février 2011 [1]. Ce texte présente de fortes similitudes avec le Patriot Act états-unien, voté immédiatement après les attentats du 11 septembre 2001. Ces deux législations se présentent toutes deux comme un fourre-tout sécuritaire, une collection de mesures disparates, visant à réduire les libertés fondamentales, et contiennent des réformes importantes destinées à assurer un contrôle du Net.

L'USA Patriot Act anticipe les lois françaises. Il installe, dès 2001, tout un ensemble de dispositions qui mettront une décennie pour exister dans l'Hexagone, telle l'installation légale de chevaux de Troie dans les ordinateurs, l'incrimination de cybercriminalité ou l'infiltration policière dans les échanges électroniques.

Pistol

Les USA réservent à Kadhafi le sort de Saddam Hussein

Image
Les Etats-Unis tenteront sans doute d'éliminer Mouammar Kadhafi ou de le capturer, a supposé mardi le colonel Igor Korotchenko, rédacteur en chef de la revue Défense Nationale.

"Les Etats-Unis réservent de toute évidence à Mouammar Kadhafi le sort de Saddam Hussein.

Le guide de la révolution libyenne serait soit liquidé par une frappe aérienne soit capturé pour être condamné à mort par les nouvelles autorités libyennes avec l'accord tacite de Washington", a déclaré l'expert dans une interview à RIA Novosti.

Wall Street

USA : Madoff se confie et pense que les finances publiques sont aussi une escroquerie

NEW YORK - Bernard Madoff, auteur d'une des plus grosses arnaques financières de l'histoire, a déclaré dans une interview que les finances publiques américaines relèvent du même type d'escroquerie que celle de son groupe, les comparant à la pyramide qu'il avait lui même mise en place.

L'ancien financier de 72 ans a eu plusieurs heures d'entretien téléphonique avec un journaliste de l'hebdomadaire New York, qui a sans relâche essayé de le joindre pendant plusieurs semaines et a finalement reçu un soir un appel de la prison Butner (Caroline du nord) lui demandant s'il acceptait "un appel en PCV du détenu Bernard Madoff".

"Je suis désolé, mais je n'ai pas beaucoup d'argent sur mon compte" de détenu, s'est excusé le célèbre prisonnier, qui a grugé pendant plusieurs décennies des milliers d'investisseurs à travers le monde, rétribuant les uns avec l'argent des autres sans rien investir, pour un montant hors intérêts estimé à plus de 20 milliards de dollars.