Bienvenue à Sott.net
sam., 27 nov. 2021
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Star of David

Pourquoi il n'y aura pas d'État palestinien

Image
« Nous devons expulser les Arabes et prendre leur place. »
David Ben Gourion

Alors que Fatah et Hamas, les frères ennemis, se réconcilient enfin dans l'intérêt du peuple palestinien, Israël s'indigne et refuse de dialoguer avec les islamistes, saisissant l'occasion de freiner, une fois de plus, les négociations sur la création d'un Etat arabe en Palestine...

Après plus de soixante ans d'annexion progressive de la Palestine par l'Etat d'Israël, d'occupation et d'extension de la colonisation juive, il est indéniable que l'objectif du « Mouvement sioniste », fondé à la fin du XIXème siècle par Théodore Herzl, est pour ainsi dire atteint : le « Grand Israël », l'Etat juif, n'est plus très loin de réaliser son expansion maximale.

En effet, dès les origines du Mouvement sioniste, bien avant l'indépendance même d'Israël, le projet de chasser les Arabes de Palestine et d'étendre un Etat juif sur toute la région a conditionné la politique des premiers colons : si, au début de leur installation, ils avaient acheté des terres disponibles, par la suite, devenus suffisamment nombreux et organisés, les colons implantèrent de force leurs kibboutz, exploitations fortifiées de palissades et miradors et défendues par une armée clandestine, la Haganah, mise sur pied et dirigée par le Mouvement sioniste.

Gear

Oussama Ben Laden déclaré mort... pour la neuvième fois

Traduction copyleft de Pétrus Lombard pour Alter Info

La nuit dernière, quand Obama a annoncé la mort d'Oussama Ben Laden lors d'un discours télévisé entendu dans le monde entier, c'était au moins le neuvième grand chef d'État ou officiel gouvernemental de haut rang qui le faisait.

Compte tenu des problèmes rénaux avérés de Ben Laden et de la nécessité de dialyse qui en découlait, des officiels gouvernementaux, des chefs d'États et des experts du contre-terrorisme ont maintes fois exprimé l'avis qu'Oussama Ben Laden était mort en fait depuis quelque temps. Ces affirmations se fondaient sur sa santé défaillante en fin 2001, des signes visibles de détérioration de son état et des rapports concrets sur sa mort à la même période.

En juillet 2001, Oussama Ben Laden a été transporté à l'hôpital zunien de Dubaï pour traitement rénal. Selon des sources du Renseignement français, il a été visité là-bas par un attaché local de la CIA. Quand plus tard l'agent s'est vanté de sa rencontre auprès d'amis, il a été promptement rappelé à Washington.

À la veille du 11 septembre, Oussama Ben Laden séjournait dans un hôpital militaire pakistanais sous l'œil vigilant de l'ISI, l'homologue pakistanais de la CIA, qui a des liens profonds avec la communauté du Renseignement zunien.


Gear

« Mon voisin Ben Laden »

Les habitants du village de Bilal, au Pakistan, ont vécu à quelques mètres du "bunker" de Ben Laden. Ils parlent volontiers de ce voisin mystérieux dont ils ignoraient l'identité jusqu'à l'attaque des hélicoptères américains.

La petite communauté est sous le choc. Incrédule. "Toute cette histoire a été montée de toutes pièces. Je n'en crois pas un seul mot", repètent en chœur les habitants de Bilal. C'est là, sur la commune d'Abbottadad, dans le nord du Pakistan, qu'Oussama Ben Laden a été abattu dans la nuit de dimanche à lundi dernier.

Les villageois se pressent autour de l'imposante bâtisse qui trône au milieu du village. Et parlent volontiers de leur celèbre voisin. "Comment voulez vous que Ben Laden ait pu vivre ici pendant autant de temps sans que personne ne s'en aperçoive ?" s'interroge Yassin, ébéniste. Sa maison est située à moins de 20 mètres de celle où les commandos américains sont intervenus. "Personne ne sait qui vivait là. On voyait parfois deux hommes d'une trentaine d'années sortir faire leurs courses. Ils étaient très discrets. Leurs femmes ne sortaient qu'en voiture. Mais les vitres étaient teintées."

Star of David

L'armée israélienne : « Nous utilisons les opérations militaires sur Gaza pour tester nos nouvelles armes »

Traduction : Info-Palestine.net

Image

Bombardement au phosphore sur la population civile. Plus de 1600 Palestiniens, et 13 Israéliens, ont été tués durant ou des suites de la guerre de trois semaines.
Le commandant de l'opération Plomb durci dit franchement qu'Israël voit la bande de Gaza comme « une zone d'entraînement idéale » pour ses soldats et son armement.

Israël s'est saisi de la guerre à Gaza en 2008 comme d'une occasion de formation pour ses forces armées à tester de nouvelles armes, a révélé le chef d'état-major israélien.

Dans un discours prononcé au Centre des Affaires stratégiques Begin-Sadate à l'université Bar-Ilan, le général Yoav Galant a déclaré que Gaza était une « zone d'entraînement idéale » car il y manque un ennemi assez puissant pour infliger des pertes sérieuses à Israël.

Galant était le commandant en chef de l'opération Plomb durci lancée par Israël contre Gaza, du 27 décembre 2008 au 18 janvier 2009, et dans laquelle plus de 1600 Palestiniens ont trouvé la mort. La plupart des victimes étant des femmes et des enfants.

Dollar

Portugal : Bruxelles se prépare pour la saignée de Lisbonne

Image

José Socrates
Pierre Lévy revient sur l'épisode de la faillite portugaise : début avril, le Premier ministre Socrates a demandé l'aide de l'Union Européenne, le pays ne parvenant plus à rembourser sa dette publique. Le pays est depuis passé, après la Grèce et l'Irlande, sous la tutelle du FMI et de l'Union Européenne, dans l'attente d'un plan drastique de réduction des dépenses.

« Et de trois... » : le commentaire est revenu en boucle dans la presse européenne, mi-ironique, mi-inquiète. Le 6 avril, le premier ministre portugais, le socialiste José Socrates, s'est en effet résolu à demander l'« aide » de l'Union européenne, après avoir affirmé des mois durant que son pays ferait face par lui-même aux échéances de remboursement de sa dette publique - 16 milliards cette année, dont une échéance critique en juin.

Lisbonne suit ainsi Athènes (avril 2010), puis Dublin (novembre 2010). A chaque fois, le scénario se déroule de manière analogue : les dirigeants nationaux refusent farouchement l'hypothèse d'un renflouement, avant de finalement céder sous la pression conjuguée des marchés financiers, et de « partenaires » européens inquiets de l'incendie qui se propage.

Cult

Les pathocrates racontent que c'est grâce à la torture qu'ils ont pu supprimer Ben Laden...

Image
Non contentes de s'être payé la tête de milliards de gens à travers le monde dans l'affaire de l'assassinat officiel de Ben Laden au Pakistan, les élites pro-NWO profitent de cette fable grottesque pour faire l'apologie de la torture, un crime puni par la loi en France mais qui visiblement faire florès dans les médias alignés !

En effet, les élites néo-mondialistes multiplient les versions les plus loufoques et les plus improbables les unes les autres à propos de la mort officielle d'Oussama Ben Laden :

D'abord, elles nous racontent que l'ennemi public N°1 vivait en toute quiétude depuis 4 ou 6 ans (les versions changent) dans un quartier résidentiel à 80 kms de la capitale pakistanaise, Islamabad.

Puis ils nous racontent que Ben Laden était armé lors de l'assaut, et aurait utilisé sa femme pour en faire un bouclier humain, une femme qui aurait été tuée durant l'assaut, avec Ben Laden, 1 fils de Ben Laden et 1 autre personne...

Mais changement de programme : finalement il n'était pas armé et aurait été abattu parce qu'il ne voulait pas se rendre (???), et que la femme n'a pas été utilisée comme bouclier humain mais a été blessée dans l'assaut.

USA

Les puissances européennes débattent de sanctions contre la Syrie

La Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne et le Portugal ont rédigé une résolution pour le Conseil de sécurité des Nations unies condamnant la répression par le président Bashar el-Assad des protestations d'opposition en Syrie. Cette démarche européenne fait suite à l'annonce du gouvernement Obama des Etats-Unis de poursuivre de possibles sanctions contre le gouvernement syrien.

Un changement vers une approche plus conflictuelle à l'égard du régime d'el-Assad par les puissances impérialistes est manifestement en cours dans le but de promouvoir leurs propres intérêts géopolitiques dans la région. La Syrie manque de réserves significatives de pétrole et de gaz mais elle dispose de frontières communes avec des alliés clé des Etats-Unis - l'Irak, la Jordanie, la Turquie, le Liban et Israël - et elle est l'alliée de l'Iran, du Hezbollah au Liban et du Hamas en Palestine.

Les Etats-Unis infligent déjà des sanctions strictes à la Syrie, en tant qu'« Etat parrainant le terrorisme, » et ce en application d'une loi remontant à 2003. D'autres mesures seraient en grande partie symboliques étant donné que la Syrie n'a que de faibles relations commerciales avec les Etats-Unis. Mais la menace de sanctions de Washington a pour objectif premier de demander aux puissances européennes de les suivre. La Syrie entretient des relations commerciales significatives, quoiqu'en déclin, avec l'Union européenne comptant pour 25 pour cent de son commerce extérieur en 2010.

USA

Obama refuse de publier les photos du corps de Ben Laden

Le président américain a décidé de ne pas diffuser d'images, décrites comme «atroces», de la dépouille du chef d'al-Qaida tué dimanche au Pakistan.

La photo de la dépouille de Ben Laden ne sera pas diffusée

Barack Obama a tranché. Les États-Unis ne diffuseront pas les images de la dépouille du chef d'al-Qaida, tué dimanche lors d'une opération américaine au Pakistan, a affirmé mercredi CBS. Selon la chaîne de télévision américaine, à laquelle le président a accordé un entretien qui doit être diffusée dimanche, Barack Obama «a dit qu'il ne diffuserait pas de photos de Ben Laden après sa mort pour prouver son décès».

USA

La seconde mort d'Oussama Ben Laden

Traduction copyleft de Pétrus Lombard pour Alter Info

Image
Si nous étions aujourd'hui le 1er avril et non pas le 2 mai, nous pourrions rejeter comme une facétie d'andouille les gros titres de ce matin, racontant qu'Oussama Ben Laden est mort dans une fusillade au Pakistan et a été rapidement jeté à la mer. En l'occurrence, nous devons prendre ça comme une preuve supplémentaire que notre gouvernement a une croyance illimitée en la crédulité des Zuniens.

Pensez-y. Quelles sont les chances pour qu'une personne atteinte prétendument d'une maladie rénale nécessitant dialyse et, en outre, souffrant de diabète et d'hypertension artérielle, survive dans des refuges de montagne depuis dix ans ? Si Ben Laden avait été en mesure d'acheter les équipements de dialyse et de soins médicaux que son état nécessitait, se pourrait-il que le lieu d'expédition du matériel n'indique pas où il se trouve ? Pourquoi a-t-il fallu dix ans pour le trouver ?

Réfléchissez aussi à ce que rabâchent les médias triomphalistes qui célèbrent sa mort : « Ben Laden s'est servi de ses millions pour financer des camps d'entraînement terroristes au Soudan, aux Philippines, et en Afghanistan, envoyant ses "saints guerriers" fomenter la révolution et combattre avec les forces du fondamentalisme musulman à travers l'Afrique du Nord, en Tchétchénie, au Tadjikistan et en Bosnie. C'est beaucoup d'activité à financer pour de pauvres millions (la Zunie aurait dû peut-être lui donner la responsabilité du Pentagone), mais la question principale est : Comment Ben Laden a-t-il pu tranférer son argent ? Il a été aidé par quel système bancaire ? Le gouvernement zunien a réussit à saisir les biens de personnes et de pays entiers, la Libye étant le tout dernier. Pourquoi pas Ben Laden ? Trimbalait-il pour 100 millions de roupieus en pièces d'or et envoyait-il des émissaires pour répartir les paiements dans ses opérations lointaines ?

Star of David

L'Iran soupçonne Israël de préparer une attaque sur son territoire

La télévision d'Etat iranienne a affirmé ce lundi que des avions militaires israéliens étaient en cours de regroupement sur une base américaine en Irak afin de lancer un raid sur l'Iran.

Cette information, qui n'a pu être confirmée dans l'immédiat, est diffusée sur le site internet de Press TV. La chaîne cite une source proche du mouvement de l'imam chiite irakien Moktada Sadr, figure de proue de l'opposition à la présence américaine en Irak et qui a noué des liens étroits avec le pouvoir iranien.