Bienvenue à Sott.net
mar., 30 nov. 2021
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Vader

L'hypocrisie et la trahison de l'ONU : le cas de la Libye (Dissident Voice)

Image
Traduction : D. Muselet pour Le Grand Soir "Si vous voulez une image du futur, imaginez une botte écrasant - pour l'éternité- le visage d'un homme."
George Orwell

Le bombardement de la Libye va commencer le jour - ou à un jour près - du huitième anniversaire du début de la destruction de l'Irak, le 19 mars, en Europe. La Libye aussi va être détruite - ses écoles, son système éducatif, son eau, ses infrastructures, ses hôpitaux, ses buildings municipaux. Il y aura de nombreuses "erreurs tragiques" et autres "dommages collatéraux" de mères, pères, enfants, bébés, grands-parents, écoles pour les sourds et muets, etc... etc... Et les merveilleuses ruines Romaines et des ruines encore plus anciennes qui sont révérées depuis si longtemps par tant de gens continueront à l'être à travers tous les remous de l'histoire pendant que l'Irak, son histoire et son humanité, pendant que l'Irak dis-je et l'Afghanistan auront disparu pour toujours.

Commentaire: Alors que des changements terrestres majeurs menacent la planète entière, la seule chose à laquelle pensent nos leaders psychopathiques, c'est : « + de guerre ».


Sheriff

Non à l'agression impérialiste en Libye ! Bureau national du Comité Valmy

Image
A la majorité de 10 voix contre 5 abstentions, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté le 17 mars, une résolution sur la Libye prévoyant notamment la création d'une zone d'exclusion aérienne sur ce pays, afin de mettre fin aux bombardements des sites tenus par les opposants armés, au colonel Kadhafi. Les cinq abstentions à cette résolution belliciste qui ouvre la voie à des frappes aériennes sur le sol libyen, sont celles de la Russie, de la République populaire de Chine, de l'Allemagne, de l'Inde et du Brésil.

Cette résolution a été initiée par la France officielle, les Etats-Unis, la Grande Bretagne et le Liban. Dans notre pays, elle est approuvée par les partis vassalisés dogmatiquement favorables à l'Europe atlantiste de l'UMPS aux verts en passant par le Parti de Gauche du social démocrate formaté par le trotskisme, Jean Luc Mélenchon qui revendique d'être le candidat du Front de Gauche, lors de la prochaine élection présidentielle.

Vader

Libye : plus de 90 morts à Benghazi

Image
© Reuters/Nathanael Miller/U.S. Navy photo
Toute la nuit, les bombardements se sont succédés dans la région de Tripoli, notamment.
La Grande-Bretagne et les Etats-Unis ont pris le relais de la France samedi soir pour pilonner les positions de Mouammar Kadhafi. Suivez cette journée en direct sur LEXPRESS.fr

12h38. Au moins 18 avions de combat américains ont participé à l'opération de la communauté internationale ce dimanche matin.

12h04. Trois bombardiers furtifs B-2 américains ont mené un raid contre une importante base aérienne libyenne, larguant 40 bombes.

Selon la télé américaine CBS, l'opération avait pour objectif de détruire une bonne partie de l'aviation libyenne.

12 heures. L'appareillage du porte-avions Charles-de-Gaulle, est prévu à 13h00 de Toulon.

Commentaire: Alors que des changements terrestres majeurs menacent la planète entière, la seule chose à laquelle pensent nos leaders psychopathiques, c'est : « + de guerre ».


Bad Guys

L'intervention militaire en Libye ouvre la voie à une ingérence « dans chaque pays arabe » affirme Nasrallah

Image
L'opération militaire lancée samedi par la coalition internationale ouvre la voie à une ingérence occidentale "dans chaque pays arabe", a affirmé samedi le chef du puissant mouvement chiite Hezbollah Hassan Nasrallah.

"Le fait que la majorité des dirigeants arabes et musulmans n'aient pas assumé leurs responsabilités ouvre la voie à une intervention occidentale en Libye. Nous ne savons pas sur quoi cela va déboucher", a-t-il dit dans un discours retransmis sur un écran géant lors d'un rassemblement "en solidarité avec les révoltes arabes".

Nuke

EDF aurait falsifié des données sismiques pour économiser sur la sûreté

Image
© Inconnu
Centrale nucléaire de Chinon
Les données semblent accablantes pour 32 des 58 réacteurs français.

L'Observatoire du nucléaire révèle un véritable scandale : en 2003 (la situation est restée la même depuis), EDF aurait falsifié des données sismiques afin de s'éviter des travaux onéreux... et pourtant indispensables pour la sûreté des centrales nucléaires.



Cult

L'invasion du Bahreïn

Traduit par Le Grand Soir


Dans le presse occidentale, l'invasion saoudienne du Bahreïn est poliment qualifiée de « mouvement de troupes » ou « arrivée » - et les réactions de Washington et des autres capitales occidentales brillent par leur absence, alors que le roi sunnite du Bahreïn autorise l'écrasement violent des manifestants pro-démocratie de la majorité chiite.

L'outrage sélectif est de retour - par exemple, (la radio) Democracy Now est à peu près le seul média qui mentionne qu'un autre allié brutal des Etats-Unis, l'Ouzbékistan, vient d'expulser l'organisation Human Rights Watch.

Imaginez l'outrage si l'homme fort de la Libye, Muammar Kadhafi appelait en renfort les armées du Tchad, du Mali et du Burkina Faso pour attaquer les rebelles de Benghazi.

Croyez-vous que les dirigeants occidentaux, qui condamnent à juste tire le recours apparent de Kadhafi à des mercenaires étrangers, condamneront le recours à une force militaire étrangère par les cheikhs pétroliers pour écraser une majorité de manifestants à Bahreïn ? Bien-sûr que non.

Bad Guys

Obama: Washington prêt à intervenir militairement en Libye

WASHINGTON - Le président américain Barack Obama a exhorté Moammar Kadhafi à cesser les attaques militaires contre des civils vendredi et déclaré que les Etats-Unis participeraient à l'intervention militaire en Libye s'il refusait de partir.

Toutefois, Washington "ne déploiera pas de troupes au sol en Libye", a souligné le chef de l'Etat dans une intervention télévisée.

La résolution adoptée par le Conseil de sécurité des Nations unies dans la nuit de jeudi à vendredi autorise l'usage de la force pour protéger les civils, notamment par des frappes aériennes et la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne, mais exclut toute forme d'occupation du territoire libyen par des forces étrangères.

M. Obama a par ailleurs annoncé la participation de la secrétaire d'Etat (cheffe de la diplomatie) Hillary Rodham Clinton à la réunion internationale organisée par la France samedi à Paris pour étudier les mesures à prendre après l'adoption de la résolution de l'ONU.

Commentaire: Pendant que les catastrophes naturelles menacent la planète, nos élites psychopathiques veulent toujours plus de guerres pour étendre leur pouvoir.


USA

Proche-Orient : la contre-révolution d'Obama

Après avoir hésité sur la conduite à tenir face aux révolutions arabes, l'administration Obama a choisi la manière forte pour sauver ceux de ses vassaux qui peuvent l'être encore. Comme par le passé, c'est l'Arabie saoudite qui a été chargée de mener la contre-révolution. Riyad a réussi à faire reconnaître ses pions libyens par la communauté internationale au détriment des insurgés et vient d'envahir le Bahreïn, écrasant dans le sang la révolte populaire.
Image

A la demande du roi Hamad ibn Isa Al-Khalifa et avec le soutien des Etats-Unis, les troupes saoudiennes entrent dans Bahreïn pour y écraser la révolte (14 mars 2011)
.

A l'issue d'une réunion au palais de l'Elysée avec trois émissaires de la rébellion, le président Nicolas Sarkozy a annoncé, le jeudi 10 mars 2011, que la France ne reconnaissait plus le régime du colonel Khadafi comme représentant la Libye, mais le Conseil national libyen de transition (CNLT).

Il s'agit là d'un acte contraire à toute la tradition diplomatique française qui, jusqu'à présent, ne reconnaissait pas des gouvernements, mais des Etats. Cette décision fait suite à une autre par laquelle, le 4 décembre 2010, la France a reconnu Alassane Ouattara comme président de la Côte d'Ivoire en remplacement de Laurent Gbagbo.

Paris, qui a été suivi par la majorité de la Communauté internationale dans le cas ivoirien, espère l'être aussi dans le cas libyen. Il n'échappe cependant à personne que les décisions du président Nicolas Sarkozy n'ont pas été prises dans l'intérêt de la France - dont les entreprises sont chassées de Côte d'Ivoire et ne tarderont pas à l'être de Libye - , mais à la demande expresse des administrations Obama et Netanyahu.

Wall Street

La Fed, déjà en faillite...

Débordée par ses multiples missions, la Réserve fédérale américaine s'est placée sous la protection du Trésor. Ce dernier prendra désormais en charge les pertes de la Fed. Ce qui signifie que la Banque centrale américaine n'est plus capable de faire face à ses engagements. En langage courant, cela s'appelle être en faillite.

La raison de ce changement est toute simple : la Fed a acquis tellement de titres de créances immobilières pourris qu'une modeste baisse de ces derniers lui serait fatale. La seule solution consistait donc à trouver quelqu'un d'autre pour payer les pots cassés. Et qui a été l'heureux élu ? Le contribuable américain, bien sûr, par l'intermédiaire du département du Trésor US.

Cette petite révolution annoncée le 6 janvier dernier, en toute discrétion bien sûr, nous rappelle les pires heures de la crise financière et le plan de sauvetage de Wall Street à 300 milliards de dollars de l'automne 2008. A l'époque, la plupart des banques commerciales avaient été sauvées de la faillite grâce à l'argent public -- à part Lehman Brothers ou Bear Stearns notamment.

Eye 1

Facebook veut votre vrai nom

Image
© Dominic Lipinski / Abaca
Sur Facebook, il est interdit d'utiliser un pseudonyme
Dans le monde de Facebook, il n'y a pas d'exception. Du moins pas avant les sanctions. L'histoire de Michael Anti, célèbre cyberactiviste chinois, le prouve. Cet ancien journaliste, qui a écrit de nombreux articles et essais sous ce pseudonyme depuis une décennie, a vu son compte Facebook fermé car il n'utilisait pas son vrai nom. Il s'appelle en effet Zhao Jing, mais n'a jamais rien publié sous ce nom, même lors de ses passages au sein des universités de Cambridge et de Harvard, ou lors de ses collaborations avec le New York Times et le Washington Post.