Bienvenue à Sott.net
ven., 22 sept. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Gold Coins

Passerelles entre politique et haute finance : quelques exemples

Image
© Inconnu
Le lien étroit entre les gouvernants et le grand Capital n'est plus dissimulé. À la tête de plusieurs gouvernements, placés à des postes ministériels importants ou à la présidence de la BCE, se trouvent des hommes directement issus du monde de la haute finance, à commencer par la banque d'affaires Goldman Sachs. Certains hommes politiques de premier plan sont récompensés par un poste dans le secteur privé une fois qu'ils ont accompli leurs bons offices pour le grand Capital. Ce n'est pas nouveau, mais le phénomène devient plus visible et s'amplifie rapidement. On peut parler de véritables vases communicants et transparents.

DSK

Le socialiste français Dominique Strauss-Kahn (DSK), ministre de l'Économie et des Finances à la fin des années 1990, puis directeur général du FMI (2007-2011), est devenu en 2013 président du conseil d'administration du Groupe Anatevka, rebaptisé « Leyne, Strauss-Kahn and Partners, Compagnie Financière » (LSK), pour y développer une activité de banque d'affaires internationale. Depuis qu'il a dû démissionner de la direction du FMI en 2011 en raison d'accusations d'agression sexuelle, DSK conseille différents gouvernements étrangers, notamment la Serbie et le Soudan du Sud, et plusieurs entreprises, telles que la Banque russe de développement des régions, le Russian Direct Investment Fund, la National Credit Bank et un consortium de banques marocaines. LSK, anciennement Anatevka Compagnie Financière, compte une centaine d'employés répartis dans six pays (Luxembourg, Belgique, Monaco, Israël, Suisse, Roumanie) dont plusieurs sont des paradis fiscaux notoires.

Propaganda

Climat : les marchands d'apocalypse toujours aussi hystériques

Image
© Inconnu
Cette fois, c'est parti. Le rouleau compresseur de la désinformation climatique s'est mis en branle et, dans les jours, les semaines et les mois qui vont suivre, va nous laminer sous le poids de ses annonces climato-cataclysmiques. Un vrai festival de terreur-fiction surréaliste nous attend.

Et pourtant, la période estivale avait été paisible : pas un zélote du brûlot mondial à l'horizon. Il faut dire que le temps, assez peu avenant, n'était guère propice aux élucubrations sur un hypothétique réchauffement climatique. Hélas, comme les hirondelles sont annonciatrices du printemps, la fin de l'été nous a apporté le retour des prédicateurs de l'apocalypse climatique.

Le coup de semonce a été donné fin août à Montréal. Initié par l'Organisation météorologique mondiale qui, contrairement à son nom, n'est pas une organisation scientifique mais bien une branche politique de l'ONU impliquée notamment dans la création du GIEC, s'est tenu un congrès dont les conclusions sont tout simplement cataclysmiques.

Cult

L'avocat de Dieudonné, François Danglehant, interpellé, détenu et interdit d'exercer


François Danglehant et Dieudonné
Les forces de l'ordre sont venues interpeller François Danglehant, l'avocat de Dieudonné, à 6h du matin sur les ordres de deux juges d'instruction. François Danglehant explique dans une vidéo, ce qu'il en est.

Plus d'information : François Danglehant Avocat

Snakes in Suits

Pour le psychopathe Dick Cheney, les tortionnaires de la CIA sont des héros

Image
L'ancien vice-président américain Dick Cheney a défendu dimanche 14 décembre le programme de torture mis en place par la CIA contre des membres présumés d'Al-Qaïda au début des années 2000, louant le travail des membres de la CIA qui ont mené les interrogatoires.

"Je suis parfaitement à l'aise: ils devraient être glorifiés, ils devraient être décorés", a déclaré sur NBC Dick Cheney, en poste de 2001 à 2009 sous le président George W. Bush, à l'époque où ont été perpétrés les interrogatoires musclés de terroristes présumés par l'Agence du renseignement américaine.

Le rapport accablant rendu public mardi par le Sénat affirme que la torture menée par la CIA contre les terroristes présumés n'avait permis de récupérer aucune information valable. La commission du Renseignement du Sénat a aussi mis en lumière les mensonges de l'agence du renseignement vis à vis du Congrès et de la Maison Blanche.

Un rapport "plein de conneries"

Mais pour Dick Cheney, ces interrogatoires menés sous la torture "ont parfaitement fonctionné", a-t-il ajouté. L'ancien vice-président avait déjà fait savoir son désaccord avec les conclusions du rapport sénatorial, affirmant mercredi qu'il était "plein de conneries".

Stock Up

Importants accords de coopération entre la Russie et l'Inde

Image
Narendra Modi et Vladimir Poutine ont profité de la visite d'une journée en Inde du président russe pour conclure jeudi plusieurs accords dans divers domaines dans le but de raviver la relation entre les deux pays.

Un des accords conclus prévoit la livraison sur vingt ans de douze réacteurs nucléaires par la compagnie publique russe Rosatom. Selon des sources indiennes, six de ces réacteurs équiperont la centrale de Kudankulam, dans l'Etat de Tamil Nadu, dans le sud de l'Inde. Un réacteur de conception russe d'une capacité de 1 000 mégawatts y est déjà opérationnel et un second doit entrer en service l'année prochaine. Les six autres seront construits sur un site qui reste à déterminer.

Selon le président du groupe russe Rosneft, plusieurs contrats pétroliers et gaziers ont été conclus avec des entreprises indiennes dont un sur la livraison de 10 millions de tonnes de pétrole sur dix ans au conglomérat indien Essar et qui pourrait prendre effet dès 2015. Le RDIF, le Fonds russe d'investissement et l'indien IDFC ont de leur côté décidé d'investir un milliard de dollars dans des projets d'infrastructures portuaires, de routes à péages et d'hydroélectricité.

Target

Drones américains : pour chaque cible visée, 28 anonymes tués, en moyenne

Traduction : N.N

Image
© Crown
Un rapport du mouvement britannique Reprieve affirme que les drones américains au Yémen et au Pakistan tueraient 28 « anonymes » pour chaque cible réellement visée. De plus, « 41 hommes ont, semble-t-il, réussi l'impossible : mourir une première fois, puis une seconde, puis mourir encore. Ces rapports indiquent que chaque cible assassinée mourrait environ trois fois avant de réellement disparaître. »

On est loin de la précision tant vantée des attaques de drones et de la promesse d'une guerre future épargnant aux civils la ruine et la destruction et évitant les dégâts collatéraux. Le Président Obama disait en 2013 : « En concentrant notre action contre ceux qui veulent nous tuer, et non les gens parmi lesquels ils se cachent, nous choisissons le mode d'action le moins susceptible d'entraîner la perte de vies innocentes. »

Il faut le dire vite. Un extrait du rapport de Reprieve :

Bad Guys

Congo, occident et stratégie du chaos

Image
© Inconnu
La guerre qui sévit en République Démocratique du Congo, et ses horreurs, sont souvent présentées comme l'échec du président Kabila et de la communauté internationale. Il s'agit, en réalité, d'une réussite éclatante d'une stratégie dont le Congo et les Congolais sont la cible. Le dernier ouvrage de l'analyste des questions géopolitiques Patrick Mbeko, « Stratégie du chaos et du mensonge », en donne une remarquable démonstration. L'auteur analyse les enjeux qui se trament derrière les souffrances des Congolais depuis l'acquisition du pays par le Roi des Belges Léopold II, en 1885, jusqu'à sa mise sous tutelle actuelle, par les milieux d'affaires occidentaux derrière le triumvirat Museveni-Kagame-Kabila et la Monusco.

Lorsqu'on jette un coup d'œil sur l'holocauste qui se déroule au Congo, avec ses millions de morts, les clichés des reportages sur l'Afrique sont qu'il s'agit de conflits entre tribus africaines au « Cœur des ténèbres ». Patrick Mbeko, qui coécrit l'ouvrage avec un fin connaisseur des enjeux du Congo, en la personne d'Honoré Ngbanda[1], va droit au cœur des enjeux de la guerre. A l'appui des enquêtes des Nations-Unies il démontre que l'instabilité chronique à laquelle nous assistons est entretenue à dessein. Il s'agit d'une politique de chaos sciemment organisée qui a pour objectif d'affaiblir durablement le pays, d'en faire un non-État, réduit au simple rôle de coffre-fort où les groupes financiers et les élites occidentales puisent d'immenses richesses naturelles sans être importunés. Il s'agit de la mise en pratique de la théorie longuement murie du « chaos constructeur », chère aux stratèges américains.

Attention

La Russie avertit les États-Unis à propos de livraison d'armes létales à l'Ukraine

Image
© Inconnu
La Russie menace de prendre des mesures de rétorsion contre les Etats-Unis en réaction à l'adoption d'une loi autorisant la livraison d'armes létales à l'Ukraine et de nouvelles sanctions contre Moscou.

Cette escalade verbale intervient avant une rencontre à Rome entre le secrétaire d'Etat américain John Kerry et son homologue russe Sergueï Lavrov, dont la date reste encore incertaine, Washington évoquant celle de lundi et Moscou dimanche.

"Sentiments anti-russes"

Le texte, voté à l'unanimité par les parlementaires américains et intitulé "Acte de soutien à la liberté de l'Ukraine", autorise également de nouvelles sanctions contre la Russie dont l'économie est déjà lourdement frappée. "Il n'y a aucun doute que nous ne pourrions pas laisser sans réponse de nouvelles sanctions", a déclaré Sergueï Riabkov, le vice-ministre russe des Affaires étrangères. Et de dénoncer les "décisions inacceptables" et les "sentiments anti-russes" qui, selon lui, ont guidé le vote qualifié d"historique" par des députés ukrainiens.

Les soldats ukrainiens sous-équipés

Le vote au Congrès américain constitue un premier pas très symbolique pour l'Ukraine, qui cherche désespérément depuis des mois à convaincre ses alliés de lui vendre des armes pour ses soldats, largement sous-équipés face à des rebelles pro-russes soutenus militairement, selon Kiev et les Occidentaux, par la Russie. Ce vote ne signifie pas pour autant que Barack Obama se résoudra à livrer de telles armes aux forces ukrainiennes. Jusqu'à présent, le président américain a toujours préféré fournir l'Ukraine en matériel "non létal" (radars, lunettes de vision nocturne, gilets pare-balles...).

Commentaire: Le ministère des affaires étrangères avait déjà adressé un avertissement aux USA concernant ceci...


Gear

Israël : le plébiscite

Traduction : SW pour AFPS

Image
© Inconnu
Les Israé­liens en ont assez de Ben­jamin Neta­nyahou. Ils en ont assez du gou­ver­nement. Ils en ont assez de tous les partis poli­tiques. Ils en ont assez d'eux-mêmes. Ils en ont marre.

C'est la raison de la dés­in­té­gration du gou­ver­nement cette semaine. Il n'est pas tombé pour une raison par­ti­cu­lière. Cer­tai­nement pas à cause de ques­tions hors de propos comme la paix et la guerre, l'occupation, le racisme, la démo­cratie et autres inepties.

Assez curieu­sement, ceci était déjà arrivé une fois à Neta­nyahou. Son premier gou­ver­nement s'est dés­in­tégré en 1999, et le pays tout entier avait poussé un soupir de sou­la­gement audible. Vraiment, le sen­timent général fut un sen­timent de libé­ration, comme si un enva­hisseur étranger avait fina­lement été expulsé. Comme à Paris en 1944.

Handcuffs

CIA : le rapport sur la torture en dessous de la réalité

Traduction : Fausto Giudice

Image
© Common Dreams
Selon la Commission, la CIA a menti au Congrès, au Conseil national de sécurité, au ministère de la Justice et à l'opinion US sur la gravité des tortures commises et sur la pertinence des informations obtenues par des interrogatoires musclés.

La Commission du renseignement du Sénat a publié un résumé de 525 pages du rapport d'enquête de six mille pages sur le "Programme d'arrestations et d'interrogatoires" de la CIA.

La Commission du renseignement du Sénat a publié un rapport cinglant condamnant certains des abus et tortures par le commis par le programme de Remises, arrestations et interrogatoires (RDI) de la CIA, a omis de dénoncer les plus odieuses violations des droits humains par la CIA. Selon le rapport, la CIA a menti à la Commission sur les décès de prisonniers, les antécédents des interrogateurs de la CIA, les menaces contre les membres de famille des prisonniers, et l'efficacité de la torture.