Bienvenue à Sott.net
sam., 27 août 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Bomb

Gaza : le génocide continue

Traduction : Info-Palestine.eu - Dominique Muselet

Image

Cinq militants du mouvement Hamas ont été assassinés dans cette frappe israélienne - Photo : AA
La bande de Gaza se remet d'une nuit de frappes aériennes et navales par les forces israéliennes et craint de voir s'intensifier les opérations.


Les Palestiniens de la bande de Gaza se préparent à des frappes ininterrompues pendant « Opération bordures protectrices », l'agression militaire israélienne contre l'enclave qui a commencé mardi aux aurores.

Tout de suite après son annonce vers 1H du matin, heure locale (22:00 GMT), l'armée israélienne a procédé à 65 frappes aériennes et 3 frappes navales contre 50 objectifs dans la bande de Gaza pendant la nuit, détruisant 5 maisons et blessant 16 Palestiniens dont 7 enfants.

Le Cabinet de Sécurité israélien s'est mis d'accord, à 18H lundi soir, pour intensifier les frappes sur Gaza en réponse aux tirs de roquettes en provenance des territoires occupés sans toutefois envoyer des troupes sur le terrain.

Dimanche soir et lundi matin, 3 frappes israéliennes ont tué 9 Palestiniens dans le camp de réfugiés de al-Bureij et à Rafah. Selon les brigades al-Qassam du Hamas, 7 des hommes tués à Rafah - Ibrahim 'Abdeen par des bombes et Ibrahim al-Bal'aawy, Abdul-Rahman az-Zamely, Mustafa Abu Morr, son jumeau Khaled Abu Morr, Yousef Sharaf Ghannam, et Jom'a Abu Shallouf dans une frappe ultérieure sur un tunnel - faisaient partie de leurs combattants.

Chess

La Chine rejoint l'axe Syrie-Iran-Russie pour aider l'Irak

L'envoyé de Chine au Moyen-Orient a déclaré lundi que la Chine se tiendrait résolument aux côtés des Irakiens dans leurs efforts afin de préserver leurs souveraineté et indépendance et combattre le terrorisme.

L'envoyé spécial chinois Wu Sike a rencontré le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki lundi afin d'échanger leurs points de vue sur les liens bilatéraux et la situation actuelle en Irak, où le gouvernement s'efforce de repousser l'offensive sunnite ainsi qu'un éventuel éclatement.

M. Maliki a apprécié le fait que la Chine ait envoyé M. Wu dans son pays se trouvant dans des circonstances exceptionnellement difficiles, ajoutant que cela témoignait du fort soutien de la Chine à l'Irak.

L'Irak et la Chine jouissent d'une confiance mutuelle et d'une amitié sincère, a dit le Premier ministre. Ce dernier a remercié le gouvernement chinois pour sa contribution à aider à préserver la souveraineté et l'indépendance de l'Irak, s'engageant à ce que Bagdad continue de favoriser la coopération avec Beijing dans tous les secteurs afin de promouvoir encore davantage les relations bilatérales.

Map

Visites prochaines du président chinois dans quatre pays d'Amérique latine

Image
Hormis pour le Venezuela Xi Jinping et Vladimir Poutine vont visiter les mêmes pays d'Amérique latine l'un à la suite de l'autre. Auraient-ils quelque chose en tête, ces deux-là ?

Le président chinois Xi Jinping participera à un sommet des BRICS au Brésil et effectuera des visites dans trois pays d'Amérique latine, a annoncé lundi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Qin Gang.

M. Xi participera les 15 et 16 juillet à la 6e réunion des chefs d'Etat des BRICS sur invitation de la présidente brésilienne Dilma Rousseff, selon le porte-parole.

BRICS est l'acronyme de cinq économies émergentes, à savoir le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud.

Qin a indiqué que Xi Jinping effectuerait des visites d'Etat au Brésil, en Argentine, au Venezuela et à Cuba du 17 au 23 juillet.

Au Brésil, M. Xi rencontrera également des chefs d'Etat de pays d'Amérique latine et des Caraïbes.

Il s'agira de la deuxième visite présidentielle de M. Xi en Amérique latine. Il s'était en effet rendu aux îles Trinité-et-Tobago, au Costa Rica et au Mexique du 31 mai au 6 juin 2013 et s'était entretenu avec les chefs d'Etat de huit pays caraïbes.

Eye 1

Big Brother : la NSA cible avant tout la vie privée de gens ordinaires

Image
Les filets de surveillance de l'agence américaine sont tellement larges que n'importe qui peut se retrouver fiché dans leurs bases de données, avec des détails de vie privée parfois très intimes.

Ce n'est pas parce que vous êtes une personne sans histoire et que vous n'avez rien à vous reprocher que vous ne pouvez pas vous retrouver fichés dans les bases de données de la NSA. La preuve - pour ceux qui en doutait encore - vient d'être fournie par The Washington Post qui a mis la main sur un paquet de données interceptées sur la Toile entre 2009 et 2012.

A savoir : 121.134 messages instantanés, 22.111 emails, 7.892 documents, 3.856 messages de réseaux sociaux, 565 chats vocaux ou vidéo et 4.533 autres types d'informations. Le journal a reçu cette copie par l'intermédiaire d'Edward Snowden. Il l'analysé pendant quatre mois.

Conclusion : neuf détenteurs de comptes numériques sur 10 « ne sont pas des cibles désignées au préalable, mais prises dans le filet que l'agence a mis en place pour le compte de quelqu'un d'autre ». En d'autres termes, les bases de données de la NSA sont remplies de « victimes collatérales » de sa surveillance massive.

Cult

BBC : un ancien présentateur condamné pour sévices sexuels

Image


L'ancienne star de la BBC a été condamnée ce vendredi à quatre ans et neuf mois de prison pour sévices sexuelles. | AFP/NIKLAS HALLEN
Un nouveau scandale sexuel éclabousse la réputation de la BBC. Rolf Harris, ancien animateur de la chaîne britannique s'est en effet vu infliger vendredi à Londres une peine de cinq ans et neuf mois de prison pour douze agressions sexuelles commises sur quatre victimes âgées de 8 à 19 ans à l'époque des faits.


La star du petit écran jusqu'en 1993, aujourd'hui âgée de 84 ans plaidait non coupable. Il a toutefois confessé une «part d'ombre» tandis que le procureur a pour sa part dénoncé la double personnalité de l'accusé, le qualifiant de «Docteur Jekyll et Mister Hyde». Ce dernier a également souligné «l'absence totale de remords» de cette ancienne vedette de télévision qui s'est comportée au tribunal comme s'il s'agissait de livrer une ultime performance scénique.

L'ancien champion de natation australien, qui avait été fait commandeur de la l'ordre de l'Empire britannique était connu du grand public pour avoir chanté en solo au palais de Buckingham à l'occasion du jubilé de diamant de la Reine Elizabeth II en 2012. Il a été reconnu coupable de l'ensemble des faits commis entre 1968 et 1986.

Dollar

La fin de l'empire étasunien : offensive mondiale contre la suprématie du dollar

Image
Dans une interview avec le Financial Times, le ministre français des Finances, Michel Sapin, a appelé à un rééquilibrage des monnaies utilisées pour les règlements dans les transactions internationales. Sapin a fait les déclarations en marge des rencontres du Cercle des Economistes à Aix-en-Provence, où se sont réunies des grandes personnalités du monde des affaires français.

Il faisait allusion à l'amende à laquelle la plus grande banque française, BNP Paribas, a été condamnée par les autorités américaines parce qu'elle avait effectué des transactions pour le compte de pays qui faisaient l'objet d'un embargo américain.
Nous autres, Européens, effectuons des transactions en dollars, par exemple lorsque nous vendons des avions. Est ce que cela est nécessaire ? Je ne pense pas »
Sapin pense que ce rééquilibrage devrait se faire non seulement pour l'euro, mais aussi pour les monnaies des économies émergentes, qui sont de plus en plus impliquées dans le commerce mondial. Le PDG de Total, Christophe de Margerie, a abondé dans son sens, notant que « bien que le cours d'un baril de pétrole soit donné en dollars, rien n'interdit aux raffineries de prendre ce cours et en utilisant la parité de l'euro/dollar du jour donné, et de s'entendre pour effectuer le paiement en euro ».

Cult

Grande-Bretagne : gigantesque affaire de pédophilie au sein du milieu politique

Image

Le Premier ministre britannique David Cameron promet de faire la lumière sur les accusations de pédophilie touchant des membres du pouvoir politique. | Luke MacGregor
Toute la vérité, rien que la vérité. Voici en substance ce qu'a promis, ce lundi, le Premier ministre britannique à propos d'accusations de pédophilie impliquant des responsables politiques des décennies 1980 et 1990.

«Je suis absolument déterminé à ce que l'on fasse toute la lumière sur ces accusations et nous allons explorer toutes les pistes pour découvrir la vérité sur ce qui s'est passé, c'est essentiel», a-t-il déclaré alors qu'est attendue l'ouverture d'une enquête par la ministre de l'Intérieur britannique, Theresa May.

L'ouverture de cette procédure intervient alors que des soupçons sur des tentatives de «camouflage» de pratiques pédophiles au coeur du pouvoir politique font depuis quelques jours la une de la presse britannique. Ces révélations font suite à la reconnaissance, par le ministère de l'Intérieur, de la disparition de 114 dossiers relatifs à des accusations d'abus sexuels entre 1979 et 1999. Ceux-ci porterait selon la presse sur l'implication de députés et de figures politiques dans un réseau pédophile.

USA

Un nouveau Maïdan à Kaliningrad ? Les autorités inquiètes face à l'afflux de manifestants antigouvernementaux ukrainiens

Image
Kaliningrad (enclave russe située entre des pays de l'UE) fait face à l'arrivée massive de militants ukrainiens ayant probablement participé aux manifestations antigouvernementales de Kiev, annonce jeudi le service de presse du gouvernement local, se référant au vice-premier ministre de la région Mikhaïl Plioukhine.

"D'après les informations fournies par les organismes compétents, ces derniers mois, on observe un afflux de jeunes gens qui arrivent dans notre région par la frontière avec la Pologne sans pouvoir expliquer le but précis de leur séjour. A ma connaissance, plusieurs ne se cachaient pas d'avoir été membres de l'Euro-Maïdan à Kiev", a indiqué le vice-premier ministre.

Selon lui, à cette occasion, les forces de l'ordre locales doivent être plus vigilantes et les citoyens doivent faire preuve de responsabilité.

"Selon les sondages, les prétendues aspirations séparatistes sont inexistantes dans la région. Mais en développant notre région, nous devons tenir compte de ce qui se passe dans les pays voisins", a souligné le responsable.

USA

L'État Islamique, le Projet Califat et la Guerre Mondiale contre le Terrorisme

Traduit par GRN

Image
La légende d'al-Qaeda et la menace d'un « Ennemi Extérieur » est entretenue par de nombreux médias et par la propagande gouvernementale.

Dans l'ère post-11 septembre 2001, la menace terroriste d'al-Qaeda constitue la pierre angulaire de la doctrine militaire des USA/OTAN. Elle justifie - sous un mandat humanitaire - la conduite « d'opérations anti-terroristes » à travers le monde.

Connues et documentées, des entités affiliées à al-Qaeda ont été utilisées par les USA/OTAN dans de nombreux conflits comme des « membres actifs du renseignement » depuis les grandes heures du conflit entre l'Afghanistan et l'Union Soviétique. En Syrie, les rebelles d'al Nusrah et d'ISIS sont les fantassins de l'alliance militaire occidentale, qui à son tour supervise et contrôle le recrutement et l'entraînement de forces paramilitaires.

Tandis que le Département d'État US accuse plusieurs pays « d'héberger des terroristes », les États-Unis sont, au niveau mondial, le « Sponsor Étatique du Terrorisme » Numéro Un: l'État Islamique de l'Irak et d'al-Sham (ISIS, Islamic State of Iraq and al-Sham, ndlr) - qui sévit à la fois en Syrie et en Irak - est secrètement soutenu et financé par les USA et leurs alliés, dont la Turquie, l'Arabie Saoudite et le Qatar. De plus, le projet de califat sunnite de l'État Islamique de l'Irak et d'al-Sham coïncide avec un vieil agenda US visant à découper l'Irak et la Syrie en territoires distincts: un Califat Islamique Sunnite, une République Arabe Chiite, une République du Kurdistan, entre autres.

Vader

David Cameron avait un plan tout prêt pour intervenir en Syrie

La BBC a révélé, dans son émission Newsnight du 3 juillet 2014, que début 2012 le gouvernement de David Cameron avait hésité à valider un plan contre la Syrie, proposé par Lord David Richards, alors chef d'état-major britannique [1].

Le Royaume-uni aurait entraîné et équipé 100 000 hommes en Turquie et en Jordanie. Ils auraient envahi la Syrie au sol et pris Damas en bénéficiant d'une attaque aérienne britannique d'une ampleur comparable à celle utilisée à Bagdad, en 2003.

Le plan fut soumis au Conseil de sécurité nationale britannique et à Washington (qui était le commanditaire de la guerre franco-britannique), mais pas à Amman, ni à Ankara (qui devaient juste obéir).