Bienvenue à Sott.net
sam., 27 nov. 2021
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Laptop

USA : une loi pour obliger Google à censurer des sites

Image
La loi américaine « Preventing Real Online Threat to Economic Creativity and Theft of Intellectual Property », ou « PROTECT IP Act », récemment votée, a pour but d'empêcher les résidents américains d'accéder à des sites étrangers considérés comme potentiellement illégaux, à défaut de pouvoir les attaquer directement en justice. Pour y parvenir, l'un des moyens à mettre en place serait de forcer les moteurs de recherche à en bloquer l'accès.

De la censure pour les moteurs de recherche.

Si la liste de ces sites « dédiés aux activités illégales », appelée à évoluer, n'a pas été rendue publique, on imagine facilement, par exemple, que RapidShare (basé en Suisse) ou encore MegaUpload (basé à Hong Kong) en font partie. Concrètement, cette loi permet aux ayants droits de réclamer le blocage d'un site de plusieurs manières : l'arrêt des campagnes publicitaires avec ces sites depuis des régies américaines, l'interdiction, pour des sociétés comme MasterCard ou Visa, de travailler avec ces sites, ainsi que le blocage des DNS du site en question afin d'en compliquer l'accès. Si toutes ces mesures se trouvaient déjà dans une ancienne loi américaine baptisée COICA (Combinating Online Infringement and Counterfeits Act), cette nouvelle loi ajoute également le blocage du site par les moteurs de recherche.

Pistol

Israël réprime dans le sang les commémorations de la «Nakba»

Plateau du Golan
© AFP/JACK GUEZ.
Au moins deux manifestants venus de Syrie ont été tués et quatre grièvement blessés par l'armée israélienne après avoir pénétré sur le plateau du Golan occupé par Israël lors des commémorations de la « Nakba ».
Au moins douze personnes ont été tuées et des centaines blessées par des tirs israéliens dimanche. Ces violences ont eu lieu alors que des milliers de réfugiés palestiniens manifestaient dans les zones frontalières du Liban, de la Syrie, mais aussi à Gaza et en Cisjordanie, pour commémorer la «Nakba», qui désigne l'exode de leur peuple après la création de l'Etat d'Israël en 1948.
«Il est regrettable que des extrémistes prennent prétexte de l'anniversaire de la création de la démocratie israélienne pour répandre la haine», a déclaré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Wolf

Dominique Strauss-Kahn inculpé à New York pour tentative de viol

Image
© LP/Olivier LEJEUNE
SAINT-OUEN, LE 18 FEVRIER 2011. Dominique Strauss-Kahn était venu au siège du Parisien-Aujourd'hui en France pour y rencontrer des lecteurs
Le patron du FMI et favori des sondages pour la présidentielle 2012 en France, Dominique Strauss-Kahn, a été arrêté samedi après-midi à New York, alors qu'il s'apprêtait à décoller pour la France à bord d'un avion d'Air France.

Une femme de chambre de l'hôtel Sofitel de New York l'accuse d'avoir tenté de l'agresser sexuellement. Après avoir eté placé en garde à vue et interrogé par la police de New York, dans un commissariat de Harlem, DSK a été inculpé par le parquet pour agression sexuelle, séquestration et tentative de viol.

Commentaire: En contraste avec la 2e mort grand-guignolesqe de Ben Laden, les médias, une fois n'est pas coutume, considèrent plausible « la théorie du complot » et du « piège » en ce qui concerne cette affaire. Dixit BFM : « C'est une question qu'il faut se poser... DSK a des ennemis. »

On ne peut que se rappeler l'affaire Julian Assange. Cette affaire serait-elle une tentative pour faire passer DSK pour la victime d'un complot visant à l'empêcher de se présenter à la présidentielle, le rendant d'emblée sympathique aux lieux de l'opinion publique ?
Ou le but est-il vraiment de discréditer DSK pour permettre la montée de Marine Le Pen ? Ou la réélection de Sarkozy ?


Star of David

Exit Mitchell, l'homme du gel de la colonisation

Image
© Inconnu
Semaine israélo-palestinienne en vue à Washington. Le 17, le président des Etats-Unis, Barack Obama, s'entretiendra avec le roi de Jordanie (dont les précoces Mémoires sont publiées en France chez Odile Jacob sous le titre La dernière chance). Le 19, M. Obama livrera un nouveau discours sur le monde arabe au département d'Etat. Le 20, il recevra le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou.

USA

Faux assassinat de Ben Laden par les US : Déstabilisation du Pakistan, courcircuitage de ses relations avec la Chine.

Image
Ben Laden mort et enterré fin 2001 a été récemment ressuscité puis médiatiquement assassiné par l'administration Obama pour concrétiser le plan de déstabilisation/balkanisation du Pakistan tout en visant également la Chine ses relations économiques croissantes avec Islamabad, en fait une attaque contre l'économie chinoise en plein essor de la part d'une puissance mondiale en total déclin.

Le Dc Steve R. Pieczenick un ex haut responsable du département d'état US sous 3 administrations différentes a affirmé que le raid contre le bunker de Bin Laden au Pakistan était une fausse opération à visée propagandiste car Ben Laden est mort fin 2001. Il avait déjà affirmé ceci en 2002 rapportant que Ben Laden était atteint du Syndrome de Marfan une maladie dégénérative ne pouvant être soignée et qui écourte largement la vie du patient ce que les renseignements US savaient ajoutant que le gouvernement US attendait le moment opportun pour sortir son cadavre.

Un autre médecin, le Dc Richard Devereux, un clinicien qui traite des patients atteints de ce Syndrome de Marfan au Weill Cornell Medical Center à New York dans une interview accordée au magazine Salon le 9 novembre 2001 avait lui aussi diagnostiqué chez Ben Laden ce Syndrome de Marfan :

« C'est un Marfanoîd. Il semble avoir de longs doigts et de long bras. Sa tête apparaît très allongée et son visage étroit... C'est concevable qu'il soit atteint du Syndrome de Marfan et il pourrait être examiné pour cela. »

Star of David

Le gouvernement israélien finance discrètement des organisations semblables au Ku Klux Klan

Traduit par Info-Palestine

Image
Ainsi, aujourd'hui, nous apprenons que, en cachette, clandestinement, l'État d'Israël coopère avec les racistes les plus extrêmes pour les utiliser dans son combat contre le droit de tout juif à cesser d'être juif.

.Le gouvernement finance une organisation ultra-raciste, qui mène campagne contre le « métissage » et l'assimilation.

L'organisation LHVH (Contre l'assimilation en Terre sainte) a fait beaucoup les gros titres ces derniers mois, et surtout en raison de la très active députée Tzippi Hotovely (Likoud). L'organisation est hyperactive pour s'opposer à tout « mariage mixte » et empêcher les filles pures d'Israël de se salir au contact des non-juifs. Elle est aussi plutôt prompte à soutenir le lynchage des non-juifs, même si ce lynchage n'a rien à voir avec l'assimilation/« métissage ».

Dans le supplément hebdo d'Ha'aretz, Uri Blau et Shay Greenberg montrent que la LHVH, qui est il est vrai une organisation kahaniste, reçoit un financement indirect du gouvernement. Elle est financée par l'association Khemla qui est elle-même financée par le ministère des Affaires sociales.

Bomb

Libye : une intervention terrestre soutenue par des sociétés privées ?


Ce même jour, on nous fait comprendre que les frappes aériennes sur la Libye sont insuffisantes ("des frappes tactiques qui n'ont jamais permis à elles seules de gagner une guerre ", "enlisement" ) et on apprend qu'un français a été abattu sur un point de contrôle à Benghazi.

Il s'agit de Pierre Marziali, ancien sous-officier au 3ème RPIMa de Carcassonne et fondateur d'une société militaire privée, Secopex, en 2003. L'AFP parle d'une "société de sécurité privée employant d'anciens soldats".

Jean Guisnel (Le Point) précise que Pierre Marzali était en Libye pour " consolider l'installation d'une succursale de son entreprise ", ouverte par un " ancien sous-officier du service action de la DGSE ", Pierre Martinet (" Ce dernier avait défrayé la chronique il y a quelques années en révélant, dans un livre, ses activités au service de la DGSE, notamment dans la traque des islamistes radicaux. Par la suite, il avait été membre du service de sécurité interne de Canal+ et avait révélé la surveillance illégale dont l'un des auteurs des Guignols, Bruno Gaccio, avait été l'objet ", indique Jean Guisnel ).

Vader

La Chine est le nouveau Ben Laden

Traduit par Résistance 71

Image
Georges Orwell, le nom de plume de l'écrivain Eric Blair, avait le don de la prophécie, ou il était sacrément chanceux. En 1949, dans son roman "1984", il décrivit l'Amérique d'aujourd'hui et j'en ai bien peur, également sa Grande-Bretagne natale, qui n'est plus grande depuis un moment et suit Washington, lui léchant les bottes et se soumettant a son hégémonie sur l'Angleterre et l'Europe et s'épuisant fnancièrement et moralement afin de supporter l'hégémonie américaine sur le reste du monde.

Dans la prophécie d'Orwell, le gouvernement du Grand Frère gouverne sur des sujets qui ne posent pas de questions, incapables de pensées indépendantes et qu'on espionne en permanence. En 1949, il n'y avait pas d'internet, de facebook, de twitter, de GPS etc. L'espionage de Big Brother se faisait par le moyen de caméras, de microphones dans les endroits publics, comme en Angleterre aujourd'hui, et par le truchement de télévisions qui étaient équipées de matériel de surveillance pour surveiller les gens à la maison. Comme tout le monde pensait ce que le gouvernement voulait qu'il pense, c'était facile d'identifier le peu de gens qui avaient des doutes sur le système.

USA

La Contre-révolution au Proche-Orient

Un clan saoudien, les Sudairi, est au cœur de la vague contre-révolutionnaire lancée au Proche-Orient par les États-Unis et Israël. Dans une vaste synthèse, parue en épisodes dans le plus important quotidien de langue russe, Thierry Meyssan dresse depuis Damas le tableau général des contradictions qui agitent cette région.
Image

L’image a fait scandale aux Etats-Unis : lors du G20, le président Obama s’incline devant le souverain saoudien et lui baise la main.
En quelques mois, trois gouvernements pro-occidentaux ont chuté dans le monde arabe : le parlement a renversé le gouvernement de Saad Hariri au Liban, tandis que des mouvements populaires ont chassé Zine el-Abbidine Ben Ali de Tunisie, puis arrêté Hosni Moubarak en Égypte.

Ces changements de régime s'accompagnent de manifestations contre la domination états-unienne et le sionisme. Ils profitent politiquement à l'Axe de la Résistance, incarné au plan étatique par l'Iran et la Syrie, et au plan infra-étatique par le Hezbollah et le Hamas.

Pour mener la contre-révolution dans cette région, Washington et Tel-Aviv ont fait appel à leur meilleur soutien : le clan des Sudairi, qui incarne plus que nul autre le despotisme au service de l'impérialisme.

Pistol

Côte d'Ivoire : crimes d'Etat, terreur totale et silence complice des médias français

Image
Il sera dit un jour que l'obscur Ouattara fut un homme qui a versé beaucoup de sang ivoirien. Il sera dit un jour que cet homme était en contrat, en alliance, et ce, depuis ses débuts, avec les pires ennemis de l'Afrique, les mitrailleurs et les renifleurs aux griffes de feu, les fauves renifleurs et avaleurs d'or et de diamant, de cuivre et d'uranium, de cacao et de café, de coton et de pétrole... Il sera dit un jour qu'il y avait dans ce Ouattara-là une résonnance de ces hommes qui se battent non pas pour le triomphe d'un quelconque héroïque et majestueux principe, mais pour autre chose ; tout à fait autre chose.

Ouattara. L'homme n'a manifestement ni vision ni charisme, ni épaisseur ; pis, lorsqu'il parle des Ivoiriens, on ne sent, dans sa voix monocorde de bureaucrate de la bourse mondiale, nulle présence de celui qui veut unir le passé, le présent et l'avenir. Impossible unité, impossible liaison donc de cet homme avec cette terre, avec ce peuple de Côte d'Ivoire. On ne l'imagine pas sur le trône ; et pourtant le voilà Président. Mais comment donc ? A coup de bombes larguées par la France sur Abidjan. Paris débarque, brûle Abidjan, se saisit de Gbagbo et de la fumée des buchers, Ouattara s'élève Président. Ere nouvelle : droit de la force et terreur totale sur la Côte d'Ivoire.