Bienvenue à Sott.net
lun., 23 juil. 2018
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte


Alarm Clock

L'establishment USA derrière le Sommet d'Helsinki

" Nous avons à discuter sur tout, du commerce au militaire, aux missiles, au nucléaire, à la Chine" : ainsi a commencé le président Trump au Sommet d'Helsinki. L'heure est venue de parler de façon détaillée de nos rapports bilatéraux et des points névralgiques internationaux", a souligné Poutine.
trump
Mais ce ne sont pas seulement les deux présidents qui vont décider des rapports entre États-Unis et Russie dans l'avenir.

Commentaire: Lire aussi :


Eye 1

Révélation : Alexandre Benalla, un agent des services secrets marocains ?

Benalla
© Philippe Wojazer/Reuters
C'est le titre d'un article publié par le site algérien «algérie patriotique» en date du 20 juillet 2018 qui fait bondir. Les collègues algériens n'y vont pas de main morte sur le sujet. Le site dénonce l'infiltration de services secrets étrangers d'un pays musulman au sommet de l'Etat français. Avec Alexandre Benalla, qui ne serait, en outre, pas son vrai nom (écrit dans les commentaires sous l'article), les services secrets marocains auraient directement leur assise au sein du pouvoir politique français (à la tête de l'Etat) ce qui expliquerait de nombreuses choses dans les orientations politiques en France depuis quelques années... notamment en faveur de l'islam en France et de l'introduction de la langue arabe sur le sol français au profit (sic - NDE) de langues autochtones comme le breton par exemple. «Que le sommet de l'iceberg» explique le site algérien en dénonçant le fait que les média français se taisent sur cette information pourtant intéressante, grave, chaude, excitante. En outre, BFM TV a rélévé en direct la volonté d'Alexandre Benalla, un jeune de 26 ans, de mettre sur pied une cellule de services secrets à la française.... des choses qui se réalisent dans les dictatures.

Commentaire: Lire aussi : Affaire Benalla - Que cache ce scandale propulsé par les médias ?


Cult

Affaire Benalla - Que cache ce scandale propulsé par les médias ?

Benalla, Macron
C'est par l'intermédiaire du journal Le Monde que la charge est arrivée. La journaliste Ariane Chemin fait sortir l'affaire via le journal qui publie de nombreux articles et les autres médias embrayent. BFM, Le Parisien, LeHuffPost, Médiapart... Une crise de « journalistique » aussi aiguë que soudaine ? Pourquoi la présidence est-elle subitement attaquée par ces médias qui sont habituellement muets sur les infos publiées par la presse alternative et qui pourraient déranger le pouvoir ? Et pourquoi ce timing ? Les faits se sont passés le 1er mai, il y a presque trois mois maintenant.

Car l'affaire révèle plus que celle d'un excès de zèle d'une personne qui aurait été chargée du maintien de l'ordre. Elle montre que la présidence fait plus confiance à un barbouze pour sa propre sécurité qu'aux fonctionnaires dûment issues des forces de l'ordre (le GSPR). Le problème c'est que le président n'a en aucun cas le droit de placer qui bon lui semble à ce poste. Elle montre aussi que cette personne profitait de sa couverture élyséenne pour commettre des actes illégaux, se faire passer pour la police, et carrément essayer de lui donner des ordres.

On s'est également rendu compte que l'Elysée tenait à protéger ce personnage en ne s'en séparant pas immédiatement et en annonçant dans un premier temps une simple sanction de mise à pied pendant 15 jours avec suspension de salaire. Et puis on s'aperçoit que l'Elysée ment carrément, c'est à dire génère des « Fake News », en niant la présence de Benalla aux côtés du président le 13 juillet alors qu'une photo prouve le contraire. Pareil pour le 14 juillet, cette fois c'est Libération qui monte au créneau. Ce qui veut dire que l'Elysée pensait que la presse ne dirait rien puisque l'on sait très bien que tous les déplacements présidentiels sont évidemment suivis et des photos prises en permanence.

Qu'en penser ?

Bad Guys

Qui sont les véritables traîtres présents aux États-Unis aujourd'hui ?

cia emblem
© Brooks Kraft / Getty Images
Après le Sommet d'Helsinki, et aux côtés de Vladimir Poutine, Donald Trump a dit haut et fort pour le monde entier : « Je préfère prendre un risque politique dans la poursuite de la paix plutôt que de risquer la paix dans la poursuite de la politique. » Et c'est ce qu'il a fait. Les retombées ont été énormes au sein de la "classe des élites" - des appels au coup d'État militaire et des dénonciations à la trahison.

En fait, voici ce qu'a dit l'ancien directeur de la CIA John Brennan à propos du sommet d'Helsinki : « La prestation de la conférence de presse de Donald Trump à Helsinki atteint et dépasse le seuil des "crimes et délits élevés". Ce n'était rien de moins qu'une trahison. » Et la plupart des démocrates se sont montrés d'accord.

Un récent sondage auprès de 1 011 électeurs inscrits a révélé que 71 % des républicains n'en ont rien à faire de l'hystérie entourant le "sommet d'Helsinki" et continuent de soutenir les relations de Trump avec la Russie, et près de 70 % approuvent en fait la façon dont Trump a géré ce sommet. En fait, le nombre de républicains qui pensent que la Russie est un allié est passé de 22 % en 2014 à 40 % en juillet 2018, juste avant le sommet. Plus intéressant encore, un récent sondage bipartisan a montré qu'une majorité d'Américains, quelle que soit leur allégeance politique, ne classent même pas l'absurde "collusion avec la Russie" parmi les principaux problèmes auxquels les États-Unis soient confrontés !

US poll top problems

Le point de vue des Américains sur le principal problème auquel les États-Unis sont confrontés.
Problèmes mentionnés par au moins 3 % des répondants en juillet.

Calendar

Trump invite Poutine à la Maison-Blanche pour un deuxième sommet

Trump, Poutine, handshake
Trump déclare qu'il veut commencer à mettre en œuvre les idées de la réunion d'Helsinki.

Heureux de ce qui a été accompli lors de son premier sommet avec le président russe Vladimir Poutine, le président Trump a invité Poutine à venir à la Maison-Blanche à l'avenir pour un deuxième sommet.

Les responsables de la Maison-Blanche disent que le président Trump a déjà déclaré à John Bolton d'inviter Poutine au sommet, et que les discussions entre les responsables étatsuniens et russes sur la possibilité d'une deuxième réunion sont "déjà en cours".

Trump s'est dit convaincu que toutes les difficultés entre les États-Unis et la Russie peuvent être résolues, et a déclaré qu'il se réjouit de commencer à mettre en œuvre certaines des idées dont lui et Poutine ont discuté lors de la réunion d'Helsinki.

Trump et certains responsables russes ont fait référence aux accords verbaux conclus lors du sommet. Les détails de beaucoup d'entre eux ne sont pas clairs, et même les plus hauts responsables du renseignement étatsunien ont déclaré à la presse qu'ils ne savent pas exactement ce qui a été discuté.

Traduction Sam La Touch de source.

---

Star of David

Villes juives en Israël : l'Egypte et l'Arabie saoudite dénoncent une loi de « ségrégation raciale »

Plusieurs pays arabes avec à leur tête l'Egypte et l'Arabie saoudite ont dénoncé la loi adoptée le 19 juillet par la Knesset définissant Israël comme « l'Etat-nation du peuple juif ». Par ailleurs, un article qui prévoyait de réserver de nouvelles localités à des juifs avait toutefois été amendé.
juifs
© Ahmad GHARABLI Source: AFP
Cette loi déclare que l'établissement de « localités juives [sur le territoire israélien] relève de l'intérêt national » et fait de l'hébreu la seule langue officielle du pays, alors que l'arabe avait auparavant un statut identique et que les Arabes représentent 17,5% de la population israélienne très majoritairement juive. Les Arabes israéliens sont les descendants des Palestiniens restés sur leurs terres à la création d'Israël en 1948 et son déjà victimes de nombreuses discriminations.

Commentaire: De plus en plus difficile pour les Palestiniens.

Lire aussi :


Oscar

Affaire Benalla - Leçon N°1 : esquiver les questions par E. Macron

Emmanuel Macron
L'important, c'est d'écouter uniquement qui l'on veut et sourire. Les gens finiront bien par oublier. Il faut juste laisser passer l'orage. Démonstration :

Comment peut-on incarner l'État, l'autorité, donner des leçons à tout le monde, en expliquant ce qu'ils devraient être, ce qu'ils n'ont pas fait, ce qu'ils auraient mieux fait quand même, parfois même dans le mépris de nos concitoyens et envisager qu'en s'étant rendu coupable de telles fautes, on peut accepter dans nos pratiques, de continuer d'aller devant les Français, de leur dire qu'on sera le garant de nos règles, qu'on représentera le pays. Ce n'est plus possible !

Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle.
---


Star of David

C'est fait malgré " son caractère discriminatoire " : Israël déclasse la langue arabe

La langue arabe n'est plus reconnue comme étant identique à l'hébreu en Israël, en conformité avec une nouvelle loi adoptée jeudi. Ce nouveau texte porte également sur les implantations juives et le statut de Jérusalem.
Israel
© REUTERS / Amir Cohen
L'arabe a perdu le statut de langue officielle d'Israël suite à l'adoption par la Knesset (le parlement israélien) de la loi qui définit le pays comme « l'État-nation du peuple juif ». Cette loi a été votée jeudi par 62 voix contre 55. Elle stipule, notamment, que l'hébreu devient la seule langue officielle d'Israël et proclame que Jérusalem est la capitale d'Israël, y compris sa partie orientale.

Commentaire: Mais la loi est passée tout de même. Bizarre, n'est-ce pas ? Jusqu'où vont-ils arriver pour irradier tous les Palestiniens ?


Wine n Glass

Pour l'establishment occidental, la détente est mauvaise et la guerre froide est bonne

trump putin
L'ensemble des médias "libéraux" et de l'establishment politique du monde occidental révèle aujourd'hui son âme militariste et autoritaire avec les attaques virulentes et hystériques sur la perspective même d'une détente avec la Russie. La paix est apparemment une chose terrible ; une nouvelle course aux armements, avec des milliards de dollars littéralement injectés dans le complexe militaro-industriel et des centaines de milliers de morts dans des guerres par procuration, est apparemment la position "libérale".

La mémoire politique est courte, mais 15 ans seulement après que l'Irak a été détruit et que la réaction en chaîne a renvoyé la plus grande partie du monde arabe à l'âge des ténèbres, c'est maintenant une "trahison" de remettre en question la parole des agences de renseignement occidentales, qui ont délibérément et sciemment produit un tissu de mensonges sur les ADM irakiennes pour justifier cette destruction.

Il serait plus rationnel que ce soit une trahison de la part des dirigeants d'accepter aveuglément la parole des services de renseignement.

Attention

Mondial, 14 juillet: face à une « menace terroriste avérée », Paris déploie son dispositif de sécurité

Pour la fête nationale du 14 juillet et la finale de la Coupe du monde de football, le lendemain, 12 000 membres des forces de l'ordre sont mobilisés au cours d'un weekend sous haute tension à Paris. Le déploiement du dispositif policier à Paris commencera dans la soirée de ce 13 juillet.
paris
© Inconnu
Le contexte de coupe du monde créé une situation exceptionnelle pour les forces de l'ordre : elles devront assurer la sécurisation de la capitale pour la fête nationale, puis pour la finale qui verra la France s'opposer à la Croatie. Le contexte de ces événements a été qualifié par le préfet de police de Paris Michel Delpuech de « menace terroriste avérée ». A cet effectif seront ajoutés 4 000 autres membres des forces de l'ordre spécialement pour la Coupe du monde.

Commentaire: La définition du mot avéré veut dire établi, certain, incontestable, vrai, reconnu, authentique, prouvé. Étrange mot que le préfet de Police a choisi.