Bienvenue à Sott.net
lun., 06 fév. 2023
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Cult

Les talibans capturés seraient soumis à une torture systématique

Après le scandale de la torture des prisonniers irakiens lors de l'invasion américaine de l'Irak en 2003, un autre du même genre risque d'ébranler les soldats de l'Otan avec leurs collègues afghans qui seraient derrière de nombreux actes de torture des rebelles talibans capturés.

C'est en fait ce qu'ont révélé des témoignages de soldats engagés dans la guerre afghane, a rapporté l'AFP. D'après les multiples témoignages de ces soldats, l'usage de la torture est largement répandu dans l'armée et la police afghanes, mais leurs formateurs de l'Otan, bien qu'informés, ferment souvent les yeux quand ils ne sont pas accusés d'y recourir eux-mêmes, a ajouté l'AFP.

Syringe

USA: la Cour suprême protège les labos

La Cour suprême américaine a rejeté le recours de parents dont la fille avait eu des problèmes de santé après un vaccin du laboratoire Wyeth, renforçant la position de l'industrie pharmaceutique face aux poursuites basées sur les effets secondaires. L'affaire concernait Hannah Bruesewitz qui avait reçu, bébé, trois injections d'un des vaccins contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche (DTP) fabriqués par Wyeth, détenu par le numéro un mondial de la pharmacie, l'Américain Pfizer.

Après la troisième injection, elle avait commencé à enchaîner les pertes de connaissance et cessé de se développer normalement. La plus haute juridiction des Etats-Unis a confirmé une décision de justice précédente qui avait déjà rejeté la plainte des Bruesewitz.

Pistol

Bahrein : « Ils n'ont pas fui. Ils ont fait face aux balles »

Traduit par le Grand Soir

Image
« C'est un massacre - un massacre, » criaient les médecins. Trois morts. Quatre morts. Un homme a été transporté sur une civière dans la salle des urgences, du sang giclant sur le plancher d'une grosse blessure par balle dans la cuisse.

A quelques pas de là, six infirmières tentaient de sauver la vie d'un homme au visage pâle et barbu avec du sang suintant de sa poitrine. « Je dois l'emmener au bloc maintenant, » a crié un docteur. « Il n'y a pas de temps à perdre - il est en train de mourir ! »

D'autres étaient plus proches de la mort. Un pauvre gamin - 18, 19 ans, peut-être - avait une blessure terrible, un trou par balle dans la jambe et une plaie sanglante sur la poitrine. Le docteur près de lui s'est tourné vers moi en pleurant, ses larmes éclaboussant sa blouse tachée de sang. « Une balle a éclaté dans sa tête et je ne peux pas sortir les fragments, et les os du côté gauche de son crâne sont complètement écrasés. Toutes ses artères sont broyées. Je ne peux rien faire. » Le sang coulait en cascades sur le plancher. C'était pitoyable, indigne, scandaleux. Ce n'étaient pas des hommes armés mais des personnes en deuil qui revenaient d'un enterrement, des musulmans chiites naturellement, abattus par leur propre armée hier après-midi.

Cult

Déboulonnage du mythe malthusien

Traduction copyleft de Pétrus Lombard pour Alter Info

Bonjour. C'est James Corbett de corbettreport.com avec la dernière info concernant la surpopulation.


En tant qu'êtres humains, nous sommes câblés pour être en permanence à l'affût des dangers potentiels : Ceci est à prévoir. Il y a des milliers d'années, nos ancêtres devaient rester vigilants, quitte à en subir les conséquences, face à la menace des prédateurs naturels, des maladies contagieuses et des intempéries. Aujourd'hui, nous surmontons en grande partie de nombreux dangers naturels qui tourmentaient nos ancêtres, mais les mêmes instincts nous obligent à nous protéger de menaces tant réelles qu'imaginaires, et à écouter les cris des annonceurs de nouvelles menaces possibles.

Cette idée est bien comprise depuis des milliers d'années par ceux qui cherchent à contrôler les populations.

Handcuffs

Encore un mensonge de Mam : ce sont bien « nos » Crs qui ont formé la police de Bahreïn

N'en pouvant plus de mentir sur sa compromission avec les dictateurs des régimes arabes, Michèle Alliot-Marie a tenté, en vain, de camoufler son soutien à celui de Bahreïn, où la police a tué cette semaine au moins quatre manifestants désarmés.

L'hebdomadaire Le Point rappelle d'abord, sur son site internet, que MAM, lorsqu'elle était ministre français de l'Intérieur en 2007, a conclu un accord de coopération avec la police de cette pétro-monarchie du Golfe arabo-persique, qui réprime sauvagement la contestation dans les rues de Manama, la capitale.

In extremis, la France a annoncé ces derniers jours la suspension des livraisons de matériels anti-émeutes (gaz lacrymogènes, matraques, etc.) à Bahreïn et à la Libye. Ce dont ces dictatures se moquent éperdument : qu'ils aient ou pas épuisé leurs stocks d'armes non mortelles, le roi de Bahreïn et le colonel Kadhafi font tirer sur leurs foules à balles réelles, quand ce n'est pas au missile anti-char (made in France ?) comme l'ont rapporté dimanche des médias italiens et israéliens.

Arrow Up

Hausse des ventes d'armes en dépit de la crise

Malgré la crise économique, les ventes d'armes mondiales ont progressé de 8 % en 2009 par rapport à l'année précédente.

L'Institut de recherche international sur la paix de Stockholm (SIPRI) a comptabilisé les chiffres d'affaires des 100 plus importants fabricants d'armes du monde. En 2009, leurs ventes ont atteint 401 milliards de dollars, soit le nombre le plus élevé depuis 2002, l'année lors de laquelle le SIPRI a commencé ses recherches sur le sujet.

De 2002 à 2009, les ventes mondiales d'armes ont bondi de 59 %.

« Nous ne pensions pas que l'industrie de l'armement subirait immédiatement l'impact de la crise financière », précise la spécialiste des ventes d'armes pour le SIPRI, Susan Jackson. Elle invoque de longs délais de livraison et les contrats de long terme. « Les plus grands groupes ne subiront pas nécessairement de conséquences l'année prochaine ni celle d'après », a-t-elle ajouté.

Les données compilées par le SIPRI révèlent que l'entreprise américaine Lockheed Martin a retrouvé sa première place en matière de ventes mondiales d'armes, délogeant la britannique BAE Systems, qui se retrouve en deuxième place, devant Boeing, Northrop Grumman et General Dynamics.

MIB

Georges Soros et la nouvelle constitution égyptienne

Traduction : Infoguerilla.fr

Pour les égyptiens, le cauchemar commence à peine.

Les USA et ses alliés feignent toujours la surprise face à l'incendie révolutionnaire qui dévore le Moyen-Orient. Toutefois, ceux qui sont conscients des vieux réseaux d'ONG de l'Ouest qui opèrent depuis des décénnies, et de leur but de réorganiser le monde pour qu'il s'aligne sur les intérêts impériaux occidentaux, peuvent clairement voir leurs mains emmêlées, impliquées dans les soulèvements actuels qui balayent l'Afrique du nord, l'Arabie, et l'Iran.

George Soros
© Inconnu
George Soros

Bien que Mouvement.org coordonne son armée de jeune chair à canon dans les rues de nations étrangères de Barhein à la Libye, leurs parrainages et leurs partenaires dans le département d'état américain organisent l'acte convaincant de confusion soigneusement peinte dans les médias grand public.

Zbignew Brzezinski est bien-sûr le père de Mika Brzezinski de MSNBC, qui feint quotidiennement l'ignorance sur la vraie nature des protestations et sur l'implication ouverte de son père dans les orchestrations. MSNBC qui est un des sponsor de Mouvement.org.

En outre, il conviendrait de noter que les membres du GIC tels que Richard Armitage et Kennet Adelman sont signataires du projet d'extrême droite « Projet pour un Nouveau Siècle Américain », les architectes littéraires de l'extrêmement fausse « guerre contre le terrorisme », et maintenant certains des alarmistes les plus virulents en ce qui concerne les troubles qu'ils ont, non seulement, eux mêmes planifié en les ayant ainsi financé et organisé via le « National Endowment for Dmocraty » (NED) et « Freedom House ».

MSNBC a récemment publié un article du New York Times intitulé « les États-Unis se démènent pour jauger El Baradei » suggérant que d'une façon ou d'une autre, l'Égypte de Mohamed ElBaradei peut constituer un obstacle aux intérêts américains et israéliens dans a région. Le mépris absolu pour l'intelligence de leurs lecteurs est révélé en considérant que ElBaradei est un administrateur d'un éminent groupe de réflexion américain, l'international group crisis (ICG), aux côtés de Georges Soros, Zbignew Brzezinski, Richard Armitage et Kennet Aldelman.

Commentaire: Nous ne sommes pas certains que le mouvement révolutionnaire égyptien a été prévu par les "USA et leurs alliés [et Israël...] " comme le suggère cet article. Rappelons que faire croire que l'on est pas pris au dépourvu constitue une tactique de guerre en vue de décourager l'ennemi. Toutefois, il semble probable que les pathocrates du consortium sioniste conservateur cherchent à tirer profit de la situation pour avancer leurs pions... Comme toujours... Lire à ce propos La Stratégie du choc, la montée d'un capitalisme du désastre de Naomi Klein.


Wall Street

Pour Madoff, les banques savaient

Le fraudeur américain accuse les établissements financiers d'avoir fait preuve d'un aveuglement volontaire.

L'escroc américain ne veut pas couler tout seul. Condamné à une peine de 150 ans de prison pour la plus grosse fraude financière jamais réalisée aux Etats-Unis, Bernard Madoff sort aujourd'hui de son silence et affirme qu'un certain nombre de banques et de fonds d'investissement étaient d'une façon ou d'une autre au courant de ses malversations.

"Ils ne pouvaient pas ne pas savoir", déclare l'auteur de la fraude dans un long entretien inédit publié mardi soir par le New York Times . L'escroc en conclut que cela rend ces établissements "complices" de son montage financier, un mécanisme pyramidal dans lequel seuls les apports de fonds des nouveaux investisseurs payent les intérêts versés aux clients antérieurs. Arrêté fin 2008, Bernard Madoff a été reconnu coupable en juin 2009 de cette vaste escroquerie où quelque 16.000 victimes, ses anciens "clients", ont perdu les dizaines de milliards de dollars qu'elles lui avaient confiées.

Display

La sécurité intérieure américaine ferme 84 000 sites web « par erreur »

L'opération "Protégeons nos enfants" du département américain de la sécurité intérieure (Department of Homeland security, DHS), lancée cette semaine pour lutter contre les sites pédopornographiques, a mal tourné : les autorités ont bloqué "par erreur" 84 000 sites Internet qui ne contenaient pas de contenus illégaux.

Le DHS ne prévoyait pourtant d'agir que contre dix sites, pour lesquels ils avaient un mandat de saisie. L'Icann, l'organisme qui gère les noms de domaine, étant sous juridiction américaine, les services de police américaine peuvent demander directement la saisie du nom de domaine ; dans les autres pays, les services de police doivent se retourner contre les hébergeurs des sites.

USA

Brutale expulsion d'un pacifiste lors d'un discours d'Hillary Clinton sur la liberté d'expression

Un paradoxe flagrant pour l'image des Etats-Unis : mardi, à l'occasion d'une plaidoirie de la secrétaire d'Etat américaine en faveur de la liberté d'expression -notamment dans le monde musulman, un manifestant anti-guerre, debout dans la salle et se contentant pacifiquement de lui tourner le dos, a été vigoureusement évacué.


Image
.