Bienvenue à Sott.net
mer., 27 oct. 2021
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Pistol

Des civils massacrés en Côte d'Ivoire par les forces soutenues par l'Occident

Jusqu'à un millier de civils auraient été massacrés dans la ville de Duékoué en Côte d'Ivoire, pays d'Afrique de l'Ouest. C'est la plus forte perte en vies humaines dans l'ancienne colonie française depuis les élections présidentielles contestées de novembre 2010.

Il y a un face à face entre les deux candidats présidentiels rivaux depuis les élections. L'impasse s'est à présent transformée en guerre civile, alors qu'Alassane Ouattara, qui est soutenu par la France, les Etats-Unis et des organisations internationales, tente d'évincer le président sortant, Laurent Gbagbo.

Les forces de Ouattara se sont emparées de la plus grande partie du pays, dont la capitale politique Yamassoukro et le port principal de San Pedro. Elles luttent pour prendre le contrôle de la capitale commerciale, Abidjan. Gbagbo conserve le soutien de sa garde présidentielle, forte de 2.500 hommes, d'un nombre inconnu de mercenaires et du Mouvement Jeunesse patriotique. Après la résolution du 30 mars du Conseil de sécurité des Nations unies, de nombreux éléments au sein de l'armée sont allés faire allégeance à Ouattara.

La France et le Nigeria ont soutenu la résolution qui appelle l'ensemble des responsables d'Etats à reconnaître Ouattara. Ceci a été le signal pour le début d'un assaut militaire contre les forces de Gbagbo.

Cult

Que se passe-t-il en Côte d'Ivoire ?

Traduit par Michèle Mialane, édité par Fausto Giudice

Après les dernières élections présidentielles, le président sortant, Laurent Gbagbo, et Ouattara, chef de file de l'opposition, avaient tous deux revendiqué la victoire et déjà prêté serment.

Les pays industrialisés occidentaux tiennent au retrait de Gbagbo; celui-ci peut s'appuyer sur des humeurs anticoloniales dans la population et donc l'UE et les USA estiment qu'il n'est pas fiable.

Ouattara, en revanche - un ancien vice-président du FMI- est bien sûr LE candidat de l'Occident ! Il a travaillé de 1961 à 1990 et de 1994 à 1999 au Fonds monétaire international (FMI). Dans les années 80, il en a dirigé la section Afrique et s'est donc trouvé aux premières loges pour l'application des mesures d'ajustement structurel qui ont eu pour effet d'anéantir l'infrastructure sociale des pays concernés, en ouvrant leurs marchés intérieurs aux denrées européennes (en général des produits agricoles excédentaires chez eux) et donc (comme du reste au Rwanda en son temps !!) de détruire l'agriculture autochtone. De 1994 à 1999 Ouattara a même été vice-Président du FMI. Ce curriculum vitae fait apparaître Ouattara presque comme le candidat idéal pour garantir aux entreprises occidentales la protection des intérêts des multinationales du capital monopoliste.

Star of David

Le reniement honteux de Goldstone

Traduit par Le Grand Soir

Image

le juge Richard Goldstone dans la bande de Gaza, juin 2009. (Photo ONU)
"Si j'avais su ce que je sais aujourd'hui, le rapport Goldstone aurait été différent". C'est ainsi que commence le papier que Goldstone a fait paraître dans le Washington Post et qui soulève tant de commentaires. J'ai vraiment l'impression que l'éditeur a probablement modifié le texte et que la phrase originelle devait être quelque chose comme : "Si j'avais su que cela ferait de moi un Juif qui a la haine de soi (self-hating Jew dans le texte) aux yeux d'Israël ma bien aimée, et aux yeux de ma propre communauté juive d'Afrique du Sud, le rapport Goldstone n'aurait jamais existé." Si ce n'est pas ce qu'il avait écrit initialement, c'est certainement ce qu'il faut lire entre les lignes.

Ce vil retournement de veste n'a pas eu lieu cette semaine. Il s'est produit après une année et demi de campagne incessante d'intimidation et de diffamation contre le juge, une campagne semblable à celles qui ont détruit des personnalités importantes comme le sénateur étasunien William Fulbright qui a été politiquement assassiné à cause de sa tentative courageuse de révéler les affaires illégales de l'AIPAC avec l'état d'Israël.

Déjà en octobre 2009, Goldstone avait dit sur CNN : "Je porte un grand amour à Israël" et "J'ai travaillé à la promotion de beaucoup de causes israéliennes et je continuerai à le faire" (Video : "Fareed Zakaria GPS," 4 October 2009).

Roses

Lobby contre lobby : manipulation de l'agro-alimentaire contre le pharmaceutique !

Vous avez reçu ou vous allez recevoir une demande de signatures concernant une pétition sur les plantes médicinales sous diverses formes :

Bomb

Côte d'Ivoire/bombardements : Au moins 2307 civils tués

ABIDJAN - Au moins 2307 civils tués et des milliers autres blessés, lundi, par les bombardements aériens des forces françaises et de l'Onuci selon un bilan provisoire communiqué par une source militaire à Directscoop.

Selon cette source, de nombreux objectifs non militaires ont été pris pour cibles par « les feux des hélicoptères français ». « L'hôpital de Koumassi (à proximité du camp commando, ndlr), le CHU de Yopougon, précisement la résidence des internes, l'hôpital militaire d'Abidjan (HMA), la résidence du Chef de l'Etat et la présidence, où s'étaient massées des miliers de personnes ainsi que la Rti », a précisé la source militaire avant d'indiquer que le bilan pourrait s'alourdir.

La France est entrée en guerre contre la Côte d'Ivoire après que le président français Nicolas Sarkozy eut autorisé, lundi, le bombardement de plusieurs cibles, prétextant de stopper les actions du Président ivoirien Laurent Gbagbo contre les civils.

Megaphone

(update : sous-titres français) Farrakhan à Obama : « Tu te prends pour qui ? »

Lors d'une interview radio à Chicago, Farrakhan a pesté contre Obama après que ce dernier a demandé à Kadhafi de se retirer.

Vidéo sous-titrée français


FARRAKHAN : « Je te mets en garde mon frère : vas-tu laisser ces démons te pousser dans une voie qui détruira totalement ton avenir avec ton peuple en Afrique et dans le monde entier ?... Pourquoi ne rassembles-tu pas un groupe d'Américains respectés pour qu'ils rencontrent Kadhafi ? Tu ne peux pas lui ordonner de se retirer et de partir comme ça, tu te prends pour qui ? »

Commentaire: L'histoire se répète continuellement et si l'on remplace la Libye par la Syrie et Kadhafi par Bachar el-Assad, ce discours est encore d'actualité.


Dollar

Une banque américaine a blanchi 380 milliards de dollars des cartels mexicains

.
Image
Un géant bancaire américain, Wachovia, est au coeur d'un des plus gros scandales de blanchiment d'argent sale de tous les temps. 380 milliards de dollars issus du trafic de drogue seraient passés par ses succursales, en toute impunité. Une bombe à fragmentation balancée hier par le Guardian

La banque a fait l'objet de poursuites judiciaires acharnées. Et comment ! En Mars 2010, en vertu de la loi américaine sur le secret bancaire, Wachovia et l'administration américaine ont signé un accord amiable, resté secret jusqu'ici : 110 millions de dollars d'amende pour avoir autorisé des transactions relatives à des trafics de drogue et 50 millions pour avoir échoué à surveiller les mouvements de capitaux utilisés pour le transport de 22 tonnes de cocaïne. Et... c'est tout ! Aucun dirigeant n'a jamais été inquiété à titre personnel.

USA

La Syrie, prochaine cible de l'OTAN ?

Comme les autres pays arabes, la Syrie est secouée par des manifestations d'opposants. A la différence de ce qui s'est passé en Tunisie et en Egypte, dont les révolutions ont renversé des despotes pro-occidentaux, on ne peut parler dans son cas de soulèvement spontané, mais d'une opération de déstabilisation conçue aux Etats-Unis et en Israël.

Le 30 mars, dans son discours devant les parlementaires syriens, le Président Bachar al-Assad a dénoncé une « conspiration qui vient de l'étranger, mais aussi de l'intérieur du pays. Les personnes derrière cette tentative de déstabilisation mélangent trois éléments : les conflits religieux, les réformes et les besoins quotidiens du peuple », et il a accusé une « minorité » de semer le chaos.

Selon l'agence de presse indépendante Champress (1), les techniques d'agitation employées pour soulever la population à Deraa, près de la frontière jordanienne, ont pour origine un plan ourdi en 2008 par le prince Bandar bin Sultan, ancien ambassadeur saoudien aux Etats-Unis, et Jeffrey Feltman, ancien ambassadeur américain au Liban (2004-2008). Objectif avoué : renverser le Président Bachar al-Assad et diviser la Syrie. Coût de l'opération : 2 milliards de dollars.

Gear

Orwell, l'OTAN et la guerre contre la Libye

Les mots ont-ils encore un sens ? En lisant des articles sur la guerre de Libye dans la presse anglo-saxonne et italienne, Domenico Losurdo a été frappé par l'inversion des signifiés. La propagande de l'OTAN, comme celle imaginée par George Orwell dans son célèbre roman d'anticipation, passe d'abord par un grossier trucage sémantique.
Image

Image extraite du film « 1984 » de Michael Radford, d’après l’œuvre de George Orwell.
.

En 1949, tandis que fait rage une guerre froide qui risque de se transformer d'un moment à l'autre en holocauste nucléaire,George Orwell publie son dernier livre et plus célèbre roman : 1984. Si le titre donne dans l'anticipation, la cible est clairement constituée par l'Union Soviétique, représentée comme le « Grand frère » totalitaire, qui rend vaine toute possibilité de communication, en subvertissant le langage et en créant une « novlangue » (newspeak), dans le cadre de laquelle tout concept se renverse en son contraire. En publiant son roman l'année même de la fondation de l'OTAN (l'organisation militaire qui prétendait défendre même la cause de la morale et de la vérité), Orwell apportait ainsi sa brave contribution à la campagne de l'Occident. Il ne pouvait certes pas imaginer que sa dénonciation allait se révéler beaucoup plus pertinente pour décrire la situation advenue, quelques années seulement après 1984, avec la fin de la Guerre froide et le triomphe des USA. De même que sa surpuissance militaire, la superpuissance multimédiatique de l'Occident ne semble pas non plus rencontrer d'obstacle : le renversement de la vérité vient s'imposer par un bombardement multimédiatique incessant et omniprésent, de caractère absolument totalitaire. C'est ce qui émerge clairement de la guerre en cours en Libye.

Wall Street

Goldman Sachs: retour des bonus pour les dirigeants, salaire multiplié par 14 Lloyd Blankfein

La banque d'affaires américaine Goldman Sachs a annoncé vendredi le retour, pour la première fois depuis trois ans, des bonus en numéraire pour ses cinq plus grands dirigeants.

Dans l'invitation adressée à ses actionnaires en vue de son assemblée générale en mai, Goldman Sachs indique avoir directement versé à chacun des primes de 5,4 millions de dollars au titre des performances individuelles lors de l'exercice 2010, contre zéro pour les deux exercices précédents.

Elle s'ajoute à un salaire de 600.000 dollars, à des actions pour 7,65 millions de dollars, et à d'"autres rémunérations" (contribution à l'épargne retraite, paiement de l'assurance maladie et de l'assurance vie, etc.) entre 158.000 et 464.000 dollars.