Bienvenue à Sott.net
mer., 20 oct. 2021
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Eye 2

La LOPPSI 2, un Patriot Act français

Image
Le Parlement français vient d'adopter une nouvelle loi fourre-tout qui transcrit en droit français diverses mesures du Patriot Act états-unien. Pour le sociologue Jean-Claude Paye, l'inefficacité du vaste système de surveillance progressivement mis en place atteste que sa finalité réelle est autre que le but annoncé. Les sociétés occidentales évoluent vers un modèle infantilisant où seul le fait de se placer sous le regard enveloppant du pouvoir génère un sentiment de sécurité.

La loi française « LOPPSI 2 », Loi d'Orientation et de Programmation pour la Sécurité Intérieure, a été définitivement adoptée ce 8 février 2011 [1]. Ce texte présente de fortes similitudes avec le Patriot Act états-unien, voté immédiatement après les attentats du 11 septembre 2001. Ces deux législations se présentent toutes deux comme un fourre-tout sécuritaire, une collection de mesures disparates, visant à réduire les libertés fondamentales, et contiennent des réformes importantes destinées à assurer un contrôle du Net.

L'USA Patriot Act anticipe les lois françaises. Il installe, dès 2001, tout un ensemble de dispositions qui mettront une décennie pour exister dans l'Hexagone, telle l'installation légale de chevaux de Troie dans les ordinateurs, l'incrimination de cybercriminalité ou l'infiltration policière dans les échanges électroniques.

Pistol

Les USA réservent à Kadhafi le sort de Saddam Hussein

Image
Les Etats-Unis tenteront sans doute d'éliminer Mouammar Kadhafi ou de le capturer, a supposé mardi le colonel Igor Korotchenko, rédacteur en chef de la revue Défense Nationale.

"Les Etats-Unis réservent de toute évidence à Mouammar Kadhafi le sort de Saddam Hussein.

Le guide de la révolution libyenne serait soit liquidé par une frappe aérienne soit capturé pour être condamné à mort par les nouvelles autorités libyennes avec l'accord tacite de Washington", a déclaré l'expert dans une interview à RIA Novosti.

Wall Street

USA : Madoff se confie et pense que les finances publiques sont aussi une escroquerie

NEW YORK - Bernard Madoff, auteur d'une des plus grosses arnaques financières de l'histoire, a déclaré dans une interview que les finances publiques américaines relèvent du même type d'escroquerie que celle de son groupe, les comparant à la pyramide qu'il avait lui même mise en place.

L'ancien financier de 72 ans a eu plusieurs heures d'entretien téléphonique avec un journaliste de l'hebdomadaire New York, qui a sans relâche essayé de le joindre pendant plusieurs semaines et a finalement reçu un soir un appel de la prison Butner (Caroline du nord) lui demandant s'il acceptait "un appel en PCV du détenu Bernard Madoff".

"Je suis désolé, mais je n'ai pas beaucoup d'argent sur mon compte" de détenu, s'est excusé le célèbre prisonnier, qui a grugé pendant plusieurs décennies des milliers d'investisseurs à travers le monde, rétribuant les uns avec l'argent des autres sans rien investir, pour un montant hors intérêts estimé à plus de 20 milliards de dollars.

USA

« Bush en Irak, c'était formidable. Vous en reprendrez bien un peu en Libye ? »

Image
L'Otan se déclare prête à intervenir en Libye. Nous voilà tout émus. Ainsi, ceux qui bombardent les civils en Afghanistan, veulent au contraire les protéger en Libye. Ceux qui n'ont pas levé le petit doigt quand Israël massacrait Gaza, se prennent tout à coup d'un amour immense pour les Arabes !

La larme à l'œil, Bernard-Henri Lévy appelle à nouveau à la guerre, comme il le fit contre l'Irak. Mais la guerre humanitaire n'existe pas. La guerre pour le pétrole, si. Henry Kissinger (chef de la diplomatie US sous Nixon) avoua, un jour de franchise : « Les grandes puissances n'ont pas de principes, seulement des intérêts. »

USA

Les Etats-Unis envoient des forces près de la Libye

Cher Monsieur,

vous n'êtes pas hébergeur mais éditeur, votre site est éditorialisé, je
vous invite donc à faire vous-même une recherche sur vos propres pages.

la publication sans accord ni autorisation d'articles de notre fond
constitue un acte de contrefaçon. Ces activités peuvent faire l'objet de
poursuites pénales sanctionnées par deux ans d'emprisonnement et 150 000
Euros d'amende.

Par ailleurs, l'usage non autorisé de notre marque constitue de la même
manière une contrefaçon de nos droits de propriété intellectuelle.
La publication de nos articles ne vous étant pas autorisée, nous vous
demandons expressément de cesser immédiatement toute utilisation de nos
contenus, et d'enlever toute référence à nos marques sur tous les
documents émanant de vos services.

Il nous semble toutefois préférable, avant d'entamer de quelconques
poursuites judiciaires, que nous tentions de trouver ensemble les base
d'un accord économiquement viable pour les deux parties, dans le strict
cadre des dispositions légales en vigueur et comprenant l'antériorité.
Vous voudrez bien vous mettre en rapport avec moi sans délai afin de
discuter des termes d'un tel accord.

A défaut de réaction de votre part dans un délai de une (1) semaine à
compter de la réception de la présente, nous reprendrons notre entière
liberté d'action de manière à faire cesser cette violation de nos droits
de propriété intellectuelle.

En tant que de besoin, nous vous précisons que la présente vaut mise en
demeure au sens notamment des dispositions de l'article 1153 du Code
civil, et fait donc courir les intérêts légaux sur les sommes que nous
serions amenés à vous réclamer à titre de réparation du préjudice que
nous subissons.

Je vous prie d'agréer, chère Monsieur, l'expression de mes salutations
distinguées.

USA

« Krieg über alles »: le Pentagone a encore besoin de plus de guerres

Traduit par Résistance 71

Image
Le gouvernement des Etats-Unis ne peut avoir assez de guerre. Avec le régime de Khadafi sombrant dans la révolte populaire, CNN reporte qu'un porte-parole du pentagone a dit que les Etats-Unis étudient toutes les options sur le plan militaire. Le pentagone, déjà responsable de la mort de plus d'un million d'Irakiens et d'un nombre confus d'Afghans et de Pakistanais, se sentirait "concerné" par la mort de 1 000 manifestants libyens.

Alors que le pentagone étudie ses options pour être impliqué dans la révolte libyenne le commandant des forces US dans le Pacifique échafaude des plans de batailles pour pouvoir affronter la Chine sur son propre terrain. L'amiral quatre étoiles Robert Willard pense que les Etats-Unis devraient être capables de châtier la Chine dans ses propres eaux côtières. L'amiral pense qu'un des moyens d'y parvenir serait d'ajouter une force du Marine Corps dans sa structure militaire de façon a ce que les Etats-Unis puissent expulser les Chinois des îles disputées en Mer ce Chine du Sud.

Ce ne sont pas les Etats-Unis qui disputent ces îles, mais s'il y a une chance de guerre ou que ce soit, l'amiral veut être certain que nous n'en soyons pas exclus. L'amiral espere également nouer plus de liens militaires avec l'Inde et ainsi ajouter ce pays dans la nébuleuse de l'empire.

Dollar

Dominique Strauss-Kahn mis en cause devant le TGI de Paris pour son implication dans une escroquerie internationale à 22 milliards de dollars

Le 20 septembre 2010, Maître Dominique Kounkou, avocat de Christian Basano, assignait l'Agent Judiciaire du Trésor (AJT) pour faute lourde de l'État devant le TGI de Paris, dans une affaire complexe d'escroquerie internationale, dans laquelle M. Dominique Strauss-Kahn fut un acteur particulièrement impliqué comme Ministre de l'Industrie du gouvernement Cresson en 1991.

L'on trouvera les premières pages de l'assignation, actuellement en instance devant la Première Chambre du TGI de Paris. Une enquête approfondie devra être diligentée par ce Tribunal dans les prochains mois. Les conclusions en réponse de l'AJT dans cette affaire sont attendues à la prochaine audience du 16 mars prochain. Texte complet de l'assignation en téléchargement .

Christian Cotten, Président de Politique de Vie.

politiquedevie@orange.fr - Tél. : 06 89 52 06 41

Christian Basano : 06 13 25 37 66 - basa888@gmail.com

Pistol

Pakistan : l'affaire Raymond Davis. Un agent de la CIA, accusé d'un double-meurtre, révèle d'étranges accointances.

Traduit par Le Grand Soir

Image
Lorsque l'agent de la CIA Raymond Davis a abattu deux civils pakistanais en plein jour dans une rue fréquentée à Lahore, il n'imaginait probablement pas que toute la classe politique à Washington volerait à son secours. C'est pourtant ce qui est arrivé. Barack Obama, Hillary Clinton, Mike Mullen, John Kerry, Leon Panetta et bon nombre de grosses pointures sont tous intervenus en faveur de Davis. Aucun de ces défenseurs acharnés de « l'état de droit » n'a montré le moindre intérêt pour les victimes ni même pour une enquête qui pourrait découvrir ce qui s'est réellement passé. Oh, non. Ce que Clinton et consorts désirent, c'est de voir leur agent Davis embarqué dans le premier avion pour Langley (siège de la CIA - NdT) afin qu'il puisse recommencer à tirer dans le tas dans une autre partie du monde.

Clinton sait-elle que Davis a tiré cinq balles dans le dos de ses victimes, et qu'il s'est ensuite tranquillement rendu à sa voiture pour prendre un appareil photo et photographier les cadavres ? Sait-elle que les deux soi-disant « diplomates » qui se sont portés à son secours en Land Rover (en tuant au passage un passant) ont été discrètement évacués du pays pour ne pas passer devant un tribunal ? Sait-elle que les familles des victimes sont à présent menacées et agressées pour les empêcher de témoigner contre Davis ? Voici un extrait d'un article du magazine The Nation, publié jeudi dernier :

Pharoah

Les dictateurs sont « éjectables » : Montée et déclin des sbires militaires des États-Unis

Traduction : Julie Lévesque pour Mondialisation.ca

L'histoire se répète-t-elle ? Du « roi de Java » au pharaon d'Égypte

Image
De Suharto à Moubarak : l'histoire se répète ?

En mai 1998, le président Suharto d'Indonésie a été renversé à la suite de manifestations de masse.

Les médias occidentaux ont signalé tous en chœur la « démocratisation » : le « roi de Java » avait été renversé par des manifestations de masse, comme ce fut le cas d'Hosni Moubarak, décrit par les médias contemporains comme le « pharaon d'Égypte ».

Mouvement de protestation étudiant en mai 1998 à Jakarta.

Vader

Kadhafi appelle à prendre les armes contre les manifestants

Image
Le leader libyen Mouammar Kadhafi a appelé vendredi ses partisans à prendre les armes contre les manifestants, les Occidentaux adoptant leurs premières mesures pour mettre un terme au bain de sang alors que les violences ont gagné Tripoli.

Le nombre de morts se compte par milliers et non par centaines, a affirmé l'ambassadeur adjoint de la mission libyenne à l'ONU, Ibrahim Dabbashi. D'autres sources évoquent entre 300 et un millier de morts.

Critiqué à l'étranger, attaqué de toutes parts par une opposition armée qui contrôle désormais plusieurs villes, dont tout l'Est, le Guide de la révolution libyenne a pris la parole pour la première fois devant une foule de plusieurs centaines de partisans dans le centre de Tripoli.