Bienvenue à Sott.net
ven., 23 juin 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Enfant de la Société
Carte

Briefcase

Gaz russe : la Lettonie maintient son contrat

© RIA Novosti. Igor Zarembo
La Lettonie n'a pas l'intention de rompre son contrat d'importation de gaz russe, a annoncé mercredi à Riga la première ministre lettone Laimdota Straujuma.

"Il est techniquement impossible d'assurer des livraisons de gaz alternatives et de créer des conditions pour mettre fin au monopole gazier russe avant 2017 où le marché gazier deviendra plus ouvert", a indiqué Mme Straujuma à la chaîne de télévision LNT.

Mme Straujuma a antérieurement déclaré que les sociétés américaines souhaitaient livrer du gaz en Europe, y compris en Lettonie, mais il fallait attendre deux ou trois ans pour la réalisation de ces projets.

Selon le ministre letton de l'Economie Vjačeslavs Dombrovskis, la Lettonie sera le membre de l'UE le plus touché par les sanctions européennes contre la Russie. Les sanctions frapperont surtout l'agriculture, l'industrie alimentaire et le secteur du transit lettons.

Star of David

Remise en question de la Shoah - Un questionnaire révisionniste de l'Holocauste soumis à des élèves californiens

« L'Holocauste a-t-il existé ou a-t-il été un instrument de propagande favorable à certains régimes politiques ? ». Tel est l'intitulé d'un exercice au programme d'un réseau scolaire californien.
© Inconnu
La Rialto Unified School District, un réseau scolaire de la Californie du sud, suscite de nombreuses interrogations après les révélations dimanche par un journal local, d'un travail de recherches soumis aux 26.000 élèves de 8e grade (l'équivalent de notre troisième secondaire) du Comté de San Bernardino. L'exercice consistait à réunir suffisamment de matières et de documentations prouvant l'existence et l'invention de l'Holocauste à des fins politiques.

L'objectif était de stimuler le sens critique des élèves face à un événement présenté comme vrai. « La véracité des événements tragiques de l'Histoire est souvent débattue », relatait en préambule l'énoncé de l'exercice. « Certaines personnes affirment que l'Holocauste n'a jamais existé et n'était qu'un outil de propagande utilisé à des fins politiques et monétaires. Sur base de vos recherches sur cette question, vous devrez écrire un texte motivé, démontrant l'existence de la Shoah ou sa création à des fins politiques ».

Star of David

Le film « 24 jours » retiré des salles de cinéma - Les pompiers pyromanes de l'antisémitisme remontent au créneau

© Inconnu

Dans une tribune intitulée « Film juif : scandale, le film 24 jours retiré des salles de cinéma demain, mercredi », les pompiers pyromanes de l'antisémitisme remontent au créneau.

Cet article d'une certaine Claudine Douillet, publiée sur un site communautaire est tendancieux. Pourquoi « film juif » ? Pourquoi plaider pour son maintien en changeant les règles et le demander avec autant de tintamarre ? Ce film, navet c'est sûr, est aussi pédagogique, tout le monde le sait. Hélas, comme nous le mentionnions ce matin, c'est le réalisateur, outrancier à souhait, qui a tué son propre bébé. Faut-il alors changer les règles en maintenant le film dans les salles ? Non, ce serait contre-productif et les antisémites vont alors s'emparer du phénomène pour déblatérer. Du coup, la démarche est maladroite. Ambiance.

Le cinéma est une industrie. Elle fait vivre des millions de personnes à travers le monde. Les gérants des sociétés de salles de cinéma ont donc évoqué, comme partout dans le monde, qu'il n'y avait « pas assez d'entrées » pour que ce film reste dans les salles. Ce qui est vrai et non une « honte » comme ce qu'on lit ici ou là. Business is business ! Dès ce mercredi donc, le film ne sera plus programmé. C'est la règle du jeu malgré l'évocation de cette horreur dont a vécu ce pauvre Ilan Halimi. C'est ainsi, un film a une semaine pour prouver sa « santé ». Alors, les businessmen ne pourront être sensibles à tous ces cris d'orfraie qui montent...

Star of David

Mathieu Kassovitz - « Si on est vraiment le peuple élu on ne peut pas... tirer sur des enfants »

© Inconnu
Une vidéo dans laquelle Mathieu Kassovitz dénonce les exactions des sionistes dans les territoires occupés palestiniens.


Books

Bruxelles : enquête ouverte contre la librairie Xsime qui vendait des places pour le Congrès de la dissidence

Image

La police devant de la zone Marlow devant la librairie Xsime à la demande du bourgmestre d’Uccle.
Dimanche, la police était mobilisée afin d'éviter des débordements des partisans de Laurent Louis à Anderlecht où Dieudonné et Alain Soral étaient attendus. Au même moment, Armand De Decker (MR) avait dépêché des agents de police à la librairie Xsime. Il indique qu'une enquête est ouverte à l'encontre des propriétaires

Le sulfureux député Laurent Louis a réussi son coup ce dimanche : faire parler de lui! Une bonne partie de la journée de dimanche, caméras et autopompes étaient braquées en direction de ses militants qui attendaient l'arrivée de l'humoriste controversé Dieudonné ainsi que du polémiste français Alain Soral. Au milieu de l'après-midi, les manifestants ont finalement été dispersés par les forces de l'ordre.

Parallèlement à ce rassemblement qui avait été interdit par les autorités communales d'Anderlecht, à Uccle la police est également intervenue devant la fameuse librairie Xsime, rue Edith Cavell, où les tickets pour assister à ce Congrès de la dissidence étaient vendus. Un déploiement policier demandé par le bourgmestre d'Uccle, Armand de Decker (MR) qui craignait que Laurent Louis et ses acolytes ne tiennent leur réunion dans ce local. De nombreuses plaintes de riverains avaient par ailleurs attiré son attention sur ce magasin.

Play

Un des avocats de Dieudonné, François Danglehant, menacé de radiation

François Danglehant appelle à un rassemblement mercredi 7 mai devant le Barreau de Paris à partir de 12h, pour contester les procédures visant à lui interdire d'exercer sa profession d'avocat. François Danglehant est l'un des avocats de l'humoriste Dieudonné Mbala Mbala.

François Danglehant : "On essaie illégalement de me chasser de la profession d'avocat !"


Che Guevara

1er congrès européen de la dissidence - Partie 2 : communiqué de presse

Partie 1 : Dispositif policier



Après avoir dispersé la foule à l'aide de deux autopompes, une brigade antiémeute et une brigade canine, quelques dizaines de personnes présentes au moment des faits ont réussi à se réunir dans un café à proximité de la salle où les attendaient quelques uns des invités du congrès.


Kemi Seba, Pierre Hillard, Hervé Ryssen, Laurent Louis, Marion Sigaut, Salim Laïbi, Joe Lecorbeau et Jacob Cohen - après avoir subi le même traitement par les forces de l'ordre - étaient déjà présents dans ce café afin de faire un court communiqué sur les événements de la journée. Seuls Salim Laïbi et Jacob Cohen ont pu parler avant de voir Pierre Hillard se faire couper la parole par la police qui demande aux gens de quitter les lieux. Le café a été totalement vidé (clients et employés) puis fermé, avec tout un dispositif policier devant.

Nous vous laissons donc regarder cette conférence de presse et de juger par vous-même de la teneur des propos, s'ils sont fascistes, racistes et incitent à la haine... ou pas.

Nous nous excusons de la qualité d'image et de son à cause du bruit et du manque de place dans ce petit café.

Nuke

Fukushima, ils mentent au monde entier

La tragédie de la catastrophe nucléaire à la centrale de Fukushima a eu lieu il y a plus de trois ans. Depuis lors, la radioactivité a contraint des milliers de personnes à abandonner leurs maisons et entraîné la mort de nombreuses personnes.

Il a fallu beaucoup d'efforts pour empêcher la destruction complète de l'usine, mais les séquelles ont-elles complètement disparu ? Tokyo dit que oui ; il affirme également que le gouvernement fait tout ce qu'il peut pour ceux qui ont souffert dans la catastrophe.

Cependant, des faits troublants arrivent parfois à la surface. Pour faire un peu de lumière sur le mystère des suites de Fukushima, Sophie Chevardnadze s'entretient avec l'ancien maire de l'une des villes sinistrées.


Yoda

Vladimir Poutine a pris conseil auprès des moines orthodoxes de Valaam

Image
Vladimir Poutine s'est retiré du monde quelques jours entre la fin du mois d'avril et le début du mois de mai pour se rendre dans un haut lieu de la spiritualité orthodoxe : le monastère de Valaam.

Situé sur une île du lac Ladoga (Carélie), coupée du continent par les glaces près de neuf mois par an, le monastère de la Transfiguration du Sauveur, qui a rouvert en 1989, compte aujourd'hui plus de 200 moines et une grande vitalité spirituelle.

C'est dans ce lieu magique proche de la frontière finlandaise que le président russe a choisi de se rendre régulièrement, et ainsi d'écouter les conseils des moines dans ce qu'il considère comme une bataille entre la Russie chrétienne et les forces diaboliques qui se sont emparées de l'Occident.

Vladimir Poutine, pour qui l'action politique ne saurait être guidée que par une grande spiritualité, réfléchirait ainsi aux mesures à prendre quant à une situation géopolitique qui place, de fait, la Russie à un moment charnière de son histoire.

Arrow Down

24 jours : le film sur l'affaire Halimi fait un flop

Image

Zabou Breitman et Pascal Elbé incarnent les parents d'Ilan Halimi dans le film d'Alexandre Arcady.
La polémique Arcady-Caron n'y aura rien changé. Le film "24 jours, la vérité sur l'affaire Halimi", n'a attiré que 54 800 spectateurs, de mercredi à dimanche soir.

Déception pour Alexandre Arcady. Sorti mercredi dernier sur 151 copies, son film 24 jours, consacré à l'affaire Ilan Halimi, n'a attiré que 54 800 spectateurs, à la date de dimanche soir. Le long-métrage, interprété notamment par Zabou Breitman et Pascal Elbé, se classe 16e du box-office, derrière les autres nouveautés de la semaine. Et semble donc ne pas avoir trouvé son public, en dépit d'une forte médiatisation, marquée notamment par polémique déclenchée par le cinéaste suite à son face-à-face, coupé au montage, avec Aymeric Caron dans "On n'est pas couché" sur France 2.

Invité mercredi dernier de l'émission "Les Grandes Gueules", sur RMC, Alexandre Arcady s'était ému des propos du polémiste. "Il a dit qu'on pouvait comprendre (le meurtre d'Ilan Halimi - ndlr) parce que les soldats israéliens tuaient des enfants palestiniens", avait déclaré le réalisateur. "Ce sont des raccourcis qui font mal et qui peuvent perturber beaucoup les esprits", avait-il ajouté, reprochant ensuite à son interlocuteur d'avoir dévié sur l'affaire Merah.