Bienvenue à Sott.net
mar., 25 juil. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Enfant de la Société
Carte

Ambulance

Attentat suicide à Damas, au moins 18 morts et 15 blessés

Un attentat suicide a fait plusieurs morts et blessés le 2 juillet sur la place Tahrir, dans le centre de Damas, a annoncé la télévision d'Etat syrienne. Selon les témoignages, au moins 18 personnes auraient été tuées et 15 autres blessées. Au moins sept membres des forces de sécurité syriennes ainsi que deux civils figurent parmi les morts.
© Inconnu
Un autre attentat suicide en Syrie
« Les autorités compétentes ont poursuivi trois voitures piégées et réussi à faire exploser deux d'entre elles à l'entrée de Damas. Elles ont encerclé la troisième voiture place Tahrir où le terroriste s'est fait exploser causant un nombre de morts et de blessés », a fait savoir la télévision syrienne.

Camcorder

Natacha Polony leur cloue le bec avec ses arguments sur « la répartition des richesses »


Attention

Des formations terroristes préparent une attaque chimique à Deraa

Une attaque chimique semblable à celle organisée dans la province syrienne d'Idlib en mai dernier est en préparation dans la province de Deraa, a appris jeudi Sputnik de sources dignes de fois au sein du gouvernement et du commandement militaire syriens.
© Inconnu
Daesh prépare une attaque chimique
« Les terroristes ont l'intention d'actionner plusieurs charges explosives bourrées de substances toxiques dans une région de Deraa. La provocation ressemblera à l'attaque perpétrée dans la province d'Idlib début mai 2017», a indiqué l'interlocuteur de Sputnik.

Commentaire: Il faut donc être attentif à tout ce qui se passe... sous les coulisses de cette tragédie que vit la Syrie. L'hystérie de la coalition est sans retenue et va provoquer encore plus de souffrance.

Lire aussi :


Red Flag

Quand va-t-on en finir avec ce cinéma grotesque des attaques chimiques d'Assad ?


L'acteur de théâtre et joueur de flûte Macron a décidé de jouer un des premiers rôles dans la pantomime bouffonne des attaques chimiques d'Assad.

On a déjà eu droit aux armes de destruction massive de George W. Bush, qui rêvait de prendre possession du pétrole irakien à bon compte et d'installer un gouvernement fantoche contrôlé par l'Amérique ! On a vu ce que cela a donné, le plus étonnant étant que Bush ne soit pas convoqué devant un tribunal international pour crime contre l'humanité.

Treasure Chest

Le bitcoin serait-il sur le point de s'auto-détruire ?


flickr.com / bitdataboom


Le prix du bitcoin a grimpé récemment, en atteignant la somme de 2900 dollars au cours des trois derniers mois, soit plus du double de son prix initial.


Sa flagrante montée cache toutefois un élément qui ne peut échapper a un oeil averti: la communauté bitcoin est en guerre avec elle-même et au plus près que jamais d'un risque de rupture. La situation a déjà eu un impact sur la valeur du bitcoin.

Au-delà de la simple question de savoir comment mettre a jour le réseau afin qu'il supporte plus de transactions, la lutte de pouvoir qui sévit engendre une augmentation des frais a tel point que, pour certains types de transaction, le bitcoin est presque inutilisable. Les transactions qui ne devraient prendre que dix minutes prennent des jours ou ne passent pas du tout, et le coût moyen des frais est de 4,75 dollars - une évolution négative pour un réseau dont les promoteurs se sont un jour vantés du fait qu'il était moins cher que Visa.

Ce qui est encore plus alarmant, c'est le fait qu'alors que la nouvelle monnaie abonde dans des actifs cryptes, les entreprises se détournent du bitcoin en faveur d'autres types de transactions spécialisées. Ce qui signifie qu'un nombre incalculable de transactions qui pourraient être effectuées avec le bitcoin, dont le prix grimpe, vont maintenant être effectuées avec d'autres réseaux similaires. En ce sens, des entreprises qui ne font pas partie du secteur sont a présent en train de créer leur propre crypto-monnaie, mais pas avec le bitcoin. Par exemple Kik, l'application de messagerie instantanée qui prévoit de lancer une nouvelle monnaie nommée Kin, développe cette dernière sur Ethereum (un réseau d'ordinateurs permettant de créer un nouveau type d'applications). Ces facteurs combinés à la frénésie spéculative des tokens qui ne sont pas des bitcoin, et la guerre civile a l'intérieur même de la communauté bitcoin, ont finalement amené sa capitalisation boursière à un pourcentage de moins de 50%, prenant en compte toutes les crypto-monnaies, pourcentage atteint pour la première fois il y a quelques semaines. Pendant des années, il a tourné autour de 80-90 %. Il ne s'est toujours pas remis de sa chute.

Apres avoir noté que la communauté bitcoin avait essayé d'éviter certaines mises a jour techniques qui comportent le risque de provoquer une rupture créant deux versions du bitcoin (l'une d'une valeur plus élevée, l'autre moins élevée) Mike Belshe, directeur général de BitGo, une entreprise de sécurité de la crypto-monnaie qui soutient le bitcoin, affirme que du fait de l'inactivité, "de bien des manières le bitcoin connait déjà une rupture. Beaucoup de personne ne l'utilisent plus. Les gens retirent leur monnaie du bitcoin et la convertissent en une autre crypto-monnaie...Si le bitcoin avait été efficace sur tous les plans il y a deux ans, en répondant au besoin de toutes ses composantes, verrions-nous apparaître ces nouvelles monnaies ? Le Bitcoin avait le marché pour lui seul, ce n'est plus le cas aujourd'hui."

Attention

RIP: les forces spéciales UK vont s'armer des munitions les plus létales

Les forces spéciales britanniques SAS se verront désormais équipées des munitions les plus létales jamais conçues, qui se disloquent en huit fragments une fois la cible atteinte. Dans le contexte de menace terroriste accrue, les autorités britanniques ont décidé d'équiper leur Special Air Service (SAS) de cartouches Radically Invasive Projectile (RIP). Le jeu de mot dans la dénomination, « rest in peace » en anglais, soit « repose en paix », est illustratif: les munitions en question sont considérées comme les plus létales jamais fabriquées.
© Sputnik. Evgeny Biyatov
Blesser le plus possible, c'est ça qui compte. Ou bien tuer.
Les balles, conçues par la société américaine G2 Research, se scindent en huit pétales au contact de l'objectif. En cela, chacun des fragments est aussi mortel qu'une balle dite « normale », selon les concepteurs. Les munitions sont déjà utilisées au sein des forces spéciales américaines.

Cross

Islam et cléricalisme au Moyen-Orient élargi

Il est de bon ton de disserter en Occident sur « la compatibilité de l'islam et de la démocratie » ou sur « l'islam et la laïcité ». Ces problématiques laissent entendre que par nature l'islam serait clérical. Ce ne serait donc pas une religion, mais un courant politique. Ainsi, les musulmans les plus « radicaux » seraient des terroristes et inversement.

Pourtant, depuis un mois, le Moyen-Orient élargi, à population majoritairement musulmane, est en train de se diviser entre fidèles de cette religion et partisans d'une politique qui les manipule.


Un homme politique peut être athée, agnostique ou croyant. Le fait qu’il prétende servir Dieu ne fait pas de son parti politique une Église.

Star of David

L'UE se lave les mains du drame qui se déroule à Gaza


La chef de la politique étrangère de l’UE, Federica Mogherini, à gauche, a gardé le silence sur les coupures d’électricité d’Israël à Gaza. (Service européen pour l’action extérieure)
Au bout de 10 ans de blocus israélien, les conditions de vie des deux millions de Palestiniens piégés dans la bande de Gaza sont, à tous égards, pires que jamais.

Le blocus israélien, selon le groupe des droits de l'homme B'Tselem, oblige les résidents de Gaza « à vivre dans une pauvreté abjecte dans des conditions inhumaines sans égales dans le monde moderne ».

Mais l'Union européenne, qui se targue pourtant d'être le champion de la liberté, de la démocratie et des droits de l'homme, se lave les mains du sort des habitants de Gaza.


Commentaire : Malheureusement, il n'y a pas que l'UE qui se lave les mains du sort des Gazaouis.


Après quatre jours de réduction progressive d'électricité, Israël en est arrivé maintenant à réduire de 60 % l'électricité qu'il fournit à la bande de Gaza.

Comme à cela s'ajoutent les coupures habituelles, la plupart des ménages ne disposent que d'environ quatre heures d'électricité par jour.

Comme de nombreux organismes internationaux le clament, le territoire est en pleine crise humanitaire.

Attention

Infâme guerre : épidémie de choléra au Yémen fait près de 1 000 morts

L'épidémie de choléra au Yémen, pays ravagé par la guerre depuis plus de deux ans, a fait près de 1 000 morts. « Le temps presse pour sauver les gens qui sont tués [par les combats] ou qui meurent de faim, et maintenant le choléra vient encore plus compliquer les choses. Nous nous battons pour faire face en raison du manque de ressources. Il y a besoin d'une action immédiate », a déclaré le coordinateur de l'ONU au Yémen, Jamie McGoldrick.
© Inconnu
Au Yémen
Le plan d'action de l'ONU aurait besoin d'un budget de 1,8 milliard d'euros, mais seulement 29 % des fonds nécessaires ont été collectés auprès des Etats membres, a regretté M. McGoldrick.

Info

Liens Israël/Front al-Nosra : révélations russes

© Réseau International
Les terroristes d’Al Nosra et les soldats israéliens en aparté dans un village du Golan.
Quelques jours après les démentis apportés par Israël sur son soutien financier aux terroristes takfiristes, Russia Today fait d'importantes révélations. Israël n'a jamais cessé de soutenir les terroristes takfiristes actifs dans le Sud syrien et ce, dans l'objectif de « créer une zone tampon » à Deraa.

Russia Today reprend mot par mot les aveux de « six chefs terroristes » ainsi que les déclarations de « trois personnalités » au fait de ce qui se passe dans les coulisses de l'appareil de direction israélienne. Ces personnes qui se confient à Wall Street Journal, font état d'importantes assistances de Tel-Aviv aux « groupes armés opposés à Assad, et à ses alliés russes, iraniens et libanais ».

« En 2016, une unité militaire spéciale a été formée par Israël, unité chargée de distribuer l'aide israélienne aux groupes armés. Cette aide comprenait outre « armements et munitions », « le salaire » à verser aux terroristes takfiristes. Ehud Yaari, journaliste et expert israélien du Moyen-Orient avait même trouvé un nom pour le soutien israélien aux terroristes du Golan : » Bon voisinage »! C'est sous l'auspice de Moshé Yaalon, ancien ministre israélien des Affaires militaires, que cette « assistance financière et militaire » était prodiguée aux terroristes takfiristes.