Bienvenue à Sott.net
ven., 28 avr. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Enfant de la Société
Carte

Oscar

Oups ! Quand Laurence Ferrari et Nicolas Dupont-Aignan se retrouvent à faire de la pub pour Asselineau

Personnellement, je ne sais pas quel score va faire Asselineau mais je suis assez stupéfait de voir que les sondages officiels contrastent singulièrement avec la réalité sur le terrain. Autant le sondage citoyen lancé il y a une semaine parait bieeeeenn trop optimiste avec Asselineau élu président dès le premier tour avec 50.2% devant Le Pen à 21,8% (et Macron loin derrière à 2,8%) autant les 0,5% que certains sondages lui prêtent paraissent bien peu probables également.

Depuis des semaines, de nombreux médias s'étant vus obligés d'inviter le candidat Asselineau dans leurs émissions se sont relayés pour lui tailler un costard en direct, on nous annonce des scores microscopiques...et pourtant, dans la rue, le premier commerçant à qui le duo demande son avis compte voter Asselineau. Vous avouerez que, statistiquement, c'est quand même hautement improbable comme situation pour un candidat que les médias annoncent aussi marginal.

Snakes in Suits

Xyloglossie macronistique


Commentaire: Macron ensorcelle, avec sa parole, sa jeunesse, sa conviction, son sourire. Les ficelles sont grosses mais cela fonctionne : la population, toujours plus méfiante à l'encontre des hommes politiques, a envie de nouveauté, de changement, d'honnêteté ; ce que semble pouvoir lui offrir notre ami préféré des banquiers et des sondés, avec son bagout, ses jolis costumes et sa mère au bras. Mais vouloir trouver une solution aux problèmes que nous posent les élites en amenant au pouvoir un de ses plus parfaits représentants, c'est avoir l'assurance de constater que rien ne changera, que tout empirera : Merci à lui, pour la révision des "indispensables" :

© Inconnu
Et si la rhétorique vide du golden boy était entièrement pompée dans le lexique de la pub bancaire ?

Des millions de Français ont regardé le débat télévisé réunissant cinq des onze candidats à la présidentielle. Ils ont tous constaté la vacuité du verbe de l'un d'eux : Emmanuel Macron. Et pourtant, des sondages flatteurs le plaçaient en tête pour sa force de conviction. Comment peut-on absorber la promesse de diriger la France dans un tel néant verbal ? Comment réussit-on à placer des contradicteurs aussi chevronnés dans une orbite sémantique aussi lâche ? Seule Marine Le Pen a osé extraire ce constat de la torpeur ambiante. Est-ce seulement parce qu'il est jeune qu'une majorité de Français avale ses incantations fictives comme des sucreries ? Qu'elle se pâme de ses périphrases comme la poésie d'une nouvelle fonction Smartphone ? Qu'elle adule une pensée absente de sa parole et qui se tapirait dans un faciès enjôleur ? Macron serait-il un thaumaturge 2.0 lorsqu'il lance ses « je vous aime » contrefaisants d'un vieux tube de Julien Clerc ?

Newspaper

Saint-Pétersbourg et médias : l'inégalité face à la terreur

Une fois n'est pas coutume, nos homologues occidentaux nous ont rappelé qu'il existe en ce bas monde de bons et de mauvais complots. Au lendemain de l'explosion qui a entraîné la mort de 14 personnes, et blessé une soixantaine d'autres, dans le métro de Saint-Pétersbourg, plusieurs médias ont fait part de leurs réserves quant à l'origine de l'explosion ou encore de leurs craintes quant aux conséquences qu'un énième tour de vise du « régime » de Vladimir Poutine pourrait avoir pour l'opposition.

© Sputnik / Aleksandre Tarasenko
Depuis hier, si la plupart des médias ont présenté de manière factuelle les faits, relayant les condamnations et messages d'empathie des responsables politiques français en campagne, d'autres ont poussé leur sens critique un peu plus loin, comme Slate, qui se pose la question « Quelles leçons Vladimir Poutine tirera-t-il des explosions dans le métro de Saint-Pétersbourg ? ». Pour le journal en ligne américain — qui ne manque pas de rappeler le prix particulièrement lourd payé par la population russe depuis le milieu des années 90 en termes d'attentats — c'est l'opposition interne en Russie qui risquerait fort d'en faire les frais, qui plus après plusieurs manifestations anticorruptions particulièrement relayées dans les médias occidentaux.

Des médias critiques vis-à-vis de la posture officielle, en cela il n'y a rien à redire, voilà justement une qualité qu'on attend de ceux qui se targuent d'être le quatrième pouvoir et même parfois encore d'être indépendants. Néanmoins, on s'étonne que celle-ci ne s'exprime que dans certains cas de figure, tout comme Ingrid Riocreux, agrégée de lettres modernes et docteur de l'Université Paris-Sorbonne, auteur de La Langue des médias : Destruction du langage et fabrication du consentement (Editions du Toucan, mars 2016):


« Ce qu'on peut constater c'est une forme de présomption de manipulation à géométrie variable qui est tout simplement liée à une grille de lecture préconçue des événements et qui est défavorable — par principe — à Vladimir Poutine. »

Commentaire: Lire aussi :


Propaganda

Pensée dominante des médias, destruction du langage et fabrication du consentement


Commentaire : Le langage pauvre, abêtissant et mensonger du journalisme moderne agit sur nous comme un vrai sortilège : sa force est celle d'une répétition hypnotique et assurée. Et l'on finit par croire que ce que nous entendons dépeint la réalité, que les opinions que nous émettons sont bien les nôtres. Pour se dépolluer de l'intoxication médiatique, celle qui semblerait presque pouvoir remplacer notre conscience par un ersatz de conscience, on pourra prendre connaissance des processus et des techniques de propagande et de désinformation : En conclusion de son ouvrage évoqué dans l'article ci-dessous, Ingrid Riocreux écrit ceci :
La classe dominante considère qu'il est plus facile de garder sous contrôle une société d'idiots que de gouverner un peuple intelligent. Mauvais calcul. Car les masses abêties, illettrées et incultes ne restent pourtant pas amorphes. Quand on les a privées des lots et de la maîtrise du langage, il ne leur reste rien comme moyen d'expression - pire, comme mode de pensée - que la violence. L'erreur de nos oligarques réside dans le fait de croire qu'une société d'abrutis est un troupeau bêlant, docile et calme, alors que c'est une meute d'individus féroces, en guerre perpétuelle les uns contre les autres (...) L'illettrisme entraîne la violence, et l'insécurité appelle la tyrannie. Le système qui, par son œuvre éducatrice (scolaire et médiatique), se targuait d'engendrer des personnes libres et responsables, pétries des idéaux les plus nobles, s'écroulera donc sous les coups de ce qu'il a lui-même produit, en réalité : un gibier de dictature.
On pourra préciser que la classe dirigeante tire aussi profit de la violence, même si celle-ci est difficilement contrôlable : n'est-elle pas le prétexte parfait à une utilisation accrue de cette même violence, et cette fois-ci à l'égard de tous ? L'intelligence du peuple est bien plus dangereuse : elle seule permet de remettre en cause fondamentalement la légitimité du pouvoir acquis et exercé par une minorité, au détriment de la majorité.


© Inconnu
Agrégée de lettres et maître de conférences à l'Université, Ingrid Riocreux a jeté un pavé dans la mare médiatique avec cet essai passionnant. Selon elle, les médias décryptent, analysent et orientent l'actualité selon un canevas idéologique. Le propos est dense, corrosif et brillant. Ingrid Riocreux nous explique plus en détails en quoi les enjeux manichéens voulus par une certaine partie de la presse ouvre un débat profond sur la démocratie et le libre arbitre.

Qu'est-ce qui vous a poussé à écrire ce livre, Ingrid Riocreux ? Y-a-t-il un événement en particulier qui a déclenché l'envie de vous exprimer sur ce sujet ?

J'ai commencé à écrire ce livre quand je donnais des cours de rhétorique à de futurs journalistes, à la Sorbonne.
Comme je voulais rendre mon propos le plus concret possible, j'ai décidé de prendre des exemples dans l'actualité et je me suis aperçue qu'il existait une véritable langue des médias, une manière de parler propre aux journalistes, avec ses formules toutes faites, sa syntaxe, et ses mots porteurs d'un pré-pensé qui conditionne notre compréhension du monde.
Cela dit, bien avant d'entreprendre l'écriture de ce livre, il y a bien un événement qui a représenté pour moi une prise de conscience de la puissance de conditionnement des médias. J'appartiens à ce qu'on a appelé la « génération 21 avril ». En 2002, j'étais en classe de première. A la maison, nous n'avions pas la télévision et je ne m'intéressais pas du tout à l'actualité. Or, quand Jean-Marie Le Pen s'est retrouvé au second tour, j'ai vu mes camarades devenir dingues ! Ils pleuraient, ils accusaient ceux qui ne venaient pas aux manifs d'être des complices du fascisme. Comme ils savaient que je n'avais pas la télé, ils se sentaient investis d'une mission à mon égard et m'expliquaient « Le Pen, il est comme Hitler ! ». Or, déjà au collège, les copines avaient essayé de m'expliquer la guerre du Kosovo comme ça : « Tu dois comprendre que Milosevic, il est comme Hitler ! ». Le caractère systématique, abusif et abêtissant de la nazification médiatique m'est apparu à travers le discours des autres, bien avant que je me mette à suivre l'actualité. Et cela m'a vaccinée à vie !

Bomb

Des bombes explosent dans le métro de St-Pétersbourg, 10 morts

Il y aurait des enfants parmi les victimes de la ou des explosions dans le métro de Saint-Pétersbourg. Le Président russe Vladimir Poutine, en déplacement dans une banlieue de Saint-Pétersbourg, a exprimé ses condoléances aux familles des victimes. « Il y aurait des enfants parmi les victimes, lesquels devaient être en vacances de printemps. Le nombre d'enfants et leurs noms sont pour l'instant inconnus », a indiqué l'interlocuteur de Sputnik.
© Лентач
Attentat dans le métro en Russie
Selon le Comité antiterroriste national (NAK), l'explosion a fait 9 morts et plus de 20 blessés. Le Comité pour la Santé publique fait état de 25 blessés dont un enfant.Selon l'administration municipale de Saint-Pétersbourg, au moins dix personnes ont été tuées et cinquante autres blessées.

Attention

Alerte à la propagande : menaces terroristes en UK, les aéroports et les centrales nucléaires se préparent

Les services secrets du Royaume-Uni sonnent l'alarme. Selon les renseignements, Daech aurait trouvé un moyen d'introduire des explosifs dans les appareils électroniques, ce qui permettrait aux terroristes de contourner les dispositifs de sécurité des aéroports et des centrales nucléaires.

© L.E. BASKOW
Les aéroports et centrales nucléaires menacés par Daesh ?
Les services de renseignement britannique ont publié des avertissements concernant les nouvelles capacités des terroristes à déjouer les systèmes de sécurité. De leur côté, les aéroports et les centrales nucléaires du Royaume-Uni se sont engagés à renforcer leurs protections contre la menace terroriste, a indiqué le journal The Telegraph.

Selon les services secrets, Daech et d'autres groupes radicaux auraient développé des moyens permettant d'installer du matériel explosif sur les ordinateurs et les mobiles de telle sorte qu'il échappe à une inspection. Dans ce contexte, ils craignent que les terroristes puissent utiliser cette technologie dans les aéroports en Europe et aux États-Unis.


Commentaire : Allons-nous bientôt voir une nouvelle mesure de « sécurité » pour interdire d'emmener avec soi un ordinateur ou une tablette numérique dans l'avion ?


Les fonctionnaires britanniques ont aussi attiré l'attention sur le fait que des terroristes et des espions essayaient d'exploiter des vulnérabilités dans les systèmes de protection des centrales nucléaires. Le ministre de l'Énergie du Royaume-Uni, Jesse Norman, a déclaré au journal que les centrales devraient garantir la résistance des systèmes devant l'intensification des cybermenaces.

Star of David

France : menaces de mort contre des militants pro-palestiniens

Communiqué d'Amnesty International (21/3/17)* Le 4 mars 2017, un groupe dénommé la Brigade juive a lancé un ultimatum aux membres dirigeants de l'Association France Palestine Solidarité (AFPS) : si l'AFPS ne cessait pas d'appeler au boycott des produits israéliens, les coordonnées personnelles des membres de son conseil national seraient rendues publiques.
© Inconnu
Depuis le 8 mars 2017, des militants français des droits du peuple palestinien font l'objet d'une campagne scandaleuse de menaces, d'intimidations et de harcèlement.

Un appel relayé par certains sites Web

Cette menace a été mise à exécution le 8 mars dernier, et relayée par les sites de la Ligue de Défense Juive, de JSSNews (basé en Israël) et de coolamnews . Depuis, plusieurs membres dirigeants de l'AFPS ont reçu des menaces de mort : les auteurs menaçaient de s'en prendre à leur famille ou à leurs enfants, de brûler leur domicile...

Certains ont répandu des rumeurs malveillantes, allant jusqu'à déclencher l'intervention des pompiers avec l'annonce erronée du suicide du président et du Secrétaire général. Cette vague de harcèlement fait suite à des menaces déjà prononcées contre des dirigeants de l'AFPS ces derniers mois.

En France, la criminalisation de l'appel au boycott doit cesser sans délai

Ces intimidations visant l'AFPS font état du fait que « le boycott est puni par la loi ». En effet, depuis 2010, la France est l'un des rares pays au monde à prévoir des poursuites contre des personnes appelant au boycott de produits israéliens dans le cadre de la campagne internationale Boycott-Désinvestissement-Sanctions (BDS).

Attention

Quand le désespoir tue : un migrant syrien s'immole dans un camp pour réfugiés en Grèce

Pour une raison encore inconnue, un réfugié s'est aspergé d'un liquide inflammable avant de s'immoler, sur l'île de Chios, en Grèce. La scène, particulièrement troublante, a été filmée par plusieurs témoins.

© Inconnu
Comme on le voit dans plusieurs vidéos de la scène diffusées sur internet, l'homme commence par s'asperger d'un liquide inflammable. Un policier tente ensuite de le neutraliser mais le migrant s'immole avant de se mettre à courrir.

Star of David

Israël assassine les enfants palestiniens

Les forces israéliennes ont tué un garçon palestinien et blessé gravement trois autres personnes en Cisjordanie occupée, jeudi soir, ce qui porte à trois le nombre d'enfants tués par des soldats au cours de la semaine dernière. La vidéo et les photos semblent contredire les affirmations d'Israël concernant le meurtre de Muhammad al-Hattab, âgé de 17 ans, qui a été touché à la poitrine et à l'épaule.
© Inconnu
Les jeunes assassinés par les soldats israeliens
Des forces israéliennes postées dans une tour militaire ont ouvert un feu suivi sur la voiture dans laquelle al-Hattab et les autres jeunes voyageaient, selon les médias palestiniens. Un porte-parole de l'armée israélienne a indiqué aux médias que les jeunes avaient lancé des bombes incendiaires en direction d'un kiosk restaurant situé à proximité de la colonie de Beit El qui jouxte le camp de réfugiés de Jalazone.

Snakes in Suits

Au Macronistan, En marche !... vers la répression et la surveillance


Commentaire: Un type, encore inconnu du grand public il n'y a pas si longtemps que cela, qui arrive comme un cheveu sur la soupe en disant qu'il veut être président, qui est adoubé par les Rothschild, qui prône une déréglementation tout azimut de l'économie et des conditions de travail, au moment où, en France, il n'y a jamais eu autant de pauvres et de chômeurs... Voilà de quoi nous rendre soupçonneux, pour le moins. Voilà de quoi nous faire comprendre que si le Macron débarque à l'Elysée, on va le sentir passer. Et comme les pauvres, ça fait peur à ceux qui ne le sont pas, on ne sera pas du tout surpris de constater, en homme politique qu'il est, c'est à dire vivant dans un monde hors de la réalité, qu'il concocte tout un tas de lois répressives qui protégeront et favoriseront les gens de son espèces, diminuant d'autant les libertés du citoyen ordinaire.

© Inconnu
Moins d'État signifie en réalité moins d'État social et plus d'État répressif, le programme (très) libéral d'Emmanuel Macron se charge de nous le rappeler. Partisan d'une dérégulation accrue de l'économie avec une nouvelle loi travail encore plus destructrice que la précédente pour les droits des salariés, il prévoit de nombreuses mesures destinées à renforcer l'arsenal répressif et la surveillance des citoyens : nouveaux pouvoirs donnés à la police (dont les effectifs seront fortement augmentés dans un contexte de suppression massive de fonctionnaires), agrandissement du parc pénitentiaire, durcissement de la cybersurveillance, alourdissement des sanctions contre les fraudes, effort accru en faveur de la défense nationale, priorité donnée à la lutte antiterroriste avec la mise sur pied d'une task-force de renseignement... Le projet sécuritaire d'Emmanuel Macron se borne en réalité à confirmer la politique menée pendant cinq ans par Manuel Valls.