Bienvenue à Sott.net
sam., 25 mar. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Enfant de la Société
Carte

Gold Coins

Guerre au cash : « Un monde sans espèces arrive et ce sera un monde totalement différent de celui dans lequel nous vivons »


Commentaire: La suppression du cash représente une menace quelque peu abstraite pour la population. Nous mettons tous les jours la main au porte-monnaie : pièces et billets s'y trouvent encore. L'exemple indien, inattendu (précipité ?), nous montre que politiciens et banquiers imaginent, décrètent, et, du jour au lendemain, appliquent les mesures les plus insensées sans qu'ils soient freinés, empêchés, stoppés. Voici bien notre réalité. Celle qui nous fait prendre conscience que, par delà les États et les régimes politiques, seul un pouvoir tentaculaire tout à fait réel peut exercer une influence aussi manifestement nuisible sur l'ensemble de l'humanité. Amenant celle-ci sur la voie, criante d'évidence, de la servitude, par le biais de la finance, des guerres, des distractions médiatiques.

Ce n'est qu'une question de temps, bien sûr, avant que notre pays, qui souffre depuis quelques temps de macronite aiguë et de terroristite permanente, ne suive l'exemple indien.


© MacFormat Magazine / Getty Images
Alors que Bruxelles envisage de limiter les payements en espèce pour lutter contre le terrorisme, un célèbre investisseur américain estime que les gouvernements tenteront de contrôler la population en faisant disparaître l'argent liquide.

« Les gouvernements se soucient toujours d'eux-mêmes en premier et c'est la même chose qui se passe depuis des centaines d'années. Les Indiens ont récemment fait la même chose. Ils ont retiré 86 pourcent de la monnaie en circulation et ils ont rendu illégal de dépenser plus de, je pense que c'est autour de 4 000 dollars, pour toute transaction en espèce. En France vous ne pouvez pas utiliser plus de, je pense que c'est 1 000 euros », a déclaré Jim Rogers dans une interview sur le podcast d'économie MacroVoices.

« De nombreux pays font déjà cela. Dans certains Etats aux Etats-Unis, vous ne pouvez pas faire de transactions en espèce au-dessus d'un certain montant. Les gouvernements aiment ça. Ainsi, ils peuvent vous contrôler. Si vous voulez aller vous acheter une tasse de café, ils savent combien vous en buvez, où vous les achetez », a déclaré l'investisseur, précisant que les dirigeants assureraient toujours agir pour le bien public et non pour eux-mêmes.

Commentaire: Petit tour des articles sur le cash :


Alarm Clock

La Russie prévient les États-Unis qu'elle ne livrera pas la Crimée à l'Ukraine

En réaction aux déclarations de Washington qui espère que Moscou rendra la Crimée à l'Ukraine pour régler le conflit ukrainien, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères russe a fait savoir que la Russie « ne donnait pas ses terres ». « Nous ne livrons pas nos terres. La Crimée est le territoire de la Fédération de Russie », a déclaré Maria Zakharova, porte-parole du ministère des Affaires étrangères russes, aux journalistes.
© Sputnik. Vasily Batanov
Dans la soirée du 14 février, le porte-parole de la Maison Blanche Sean Spicer a fait savoir que le président américain « espérait » normaliser ses relations avec la Russie quand le gouvernement russe aurait rendu la Crimée à l'Ukraine.

Commentaire: Lire aussi :


Nuke

Vous croyiez que c'était terminé ? Oh que non: voici ce qui se passe à Fukushima Daiichi

Personne ne sait où sont les noyaux fondus de la centrale nucléaire japonaise, alors que les fuites radioactives sont quotidiennes, affirme Kevin Kamps, contrôleur des déchets radioactifs de l'ONG Beyond Nuclear. La radioactivité à la centrale nucléaire de Fukushima est à son plus haut niveau depuis la catastrophe de 2011, quand le tremblement de terre et le tsunami qui l'a suivi ont entraîné la fusion des cœurs des réacteurs de la centrale, provoquant d'importants rejets radioactifs.

© Michel Jarre
Tokyo Electric Power Company (TEPCO), la société gérant la Daiichi, signale que les relevés atmosphériques à l'intérieur du réacteur numéro 2 de la centrale donnent 530 sieverts par heure. A titre de comparaison, un être humain exposé à une dose unique de 10 sieverts meurt en l'espace de quelques semaines.

Commentaire: Pourtant ... lorsqu'il s'agit de dépenser des milliards de dollars pour la guerre personne ne rechigne. Est-ce que cela voudrait dire que la guerre est plus importante que la survie de l'espèce humaine et des flore et faune, tous habitants de la planète Terre ? Encore une fois nous sommes témoins de la folie des personnages complètement déséquilibrés qui gouvernent le monde.

Lire aussi :


People

Les méthodes utilisées par l'Islande pour détourner sa jeunesse des drogues, alcool et tabac

Instaurer un couvre-feu, faciliter la pratique artistique ou sportive, comprendre la chimie du cerveau des enfants : c'est le triple engagement qui a contribué à faire considérablement reculer la toxicomanie en Islande. Quelques explications vont vous éclairer sur cette méthode islandaise, que certains qualifieront de peu orthodoxe. Quoi qu'il en soit, il faut lui reconnaître une efficacité remarquable, jamais vue à l'échelle d'un pays !

Comment l'Islande a détourné sa jeunesse des drogues, alcool et tabac ?

Peu avant 15 heures, par un vendredi après-midi ensoleillé, le Laugardalur Park près du centre de Reykjavik, semble pratiquement désert. On y croise de temps à autre un adulte avec une poussette, le parc est entouré d'habitations. L'école est finie, mais alors... où sont tous les enfants ?

Nous marchons un peu, avec Gudberg Jónsson, un psychologue local, et Harvey Milkman, un professeur de psychologie américain qui enseigne pour une partie de l'année à l'Université de Reykjavik.
Gudberg nous dit : « il y a vingt ans, les adolescents islandais étaient parmi les plus le gros buveur d'alcool d'Europe. » Milkman ajoute : « on ne pouvait pas marcher dans les rues du centre-ville de Reykjavik le vendredi soir sans se sentir en danger (...) Il y avait des hordes d'adolescents ivres qui vous interpellaient. »... mais ça c'était avant.

A quoi est occupée la jeunesse islandaise aujourd'hui ?

Nous arrivons devant un grand bâtiment. « Et ici, nous avons le patinage sur glace couvert », dit Gudberg. Quelques minutes auparavant, nous avons passé deux salles dédiées au badminton et au ping-pong. Ici, dans le parc, il y a aussi une piste d'athlétisme, une piscine chauffée par géothermie. Enfin, on aperçoit quelques enfants jouant avec enthousiasme au football sur un terrain synthétique.

Les jeunes ne sont pas dans le parc à traîner en ce moment, explique Gudberg, parce qu'ils sont en activité périscolaire dans ces différents lieux dédiés au sport, ou dans des clubs pour pratiquer la musique, la danse... ou bien ils peuvent être en sortie avec leurs parents.

Des résultats impressionnants

X

Sous le regard impassible de l'occident : Moscou dit « preuve certaine » de l'utilisation par Kiev d'armes interdites dans le Donbass

Le Comité d'enquête russe a déclaré avoir reçu des preuves «solides» et «irréfutables» que les militaires ukrainiens avaient utilisé des armes interdites contre les civils dans l'est de l'Ukraine. «L'office du Comité d'enquête russe qui s'occupe des crimes liés à l'utilisation de moyens et de méthodes de conduite de la guerre interdits, a découvert et enregistré des preuves irréfutables que les Forces armées d'Ukraine avaient utilisé des armes destructurices, notamment des systèmes de missile tactique Totchka-U, contre les civils lors du conflit dans l'est de l'Ukraine», lit-on dans un communiqué publié sur le site du Comité d'enquête russe le 13 février.

© Inconnu
Missiles Totchka-U
Le communiqué précise notamment que ce système peut lancer un large éventail de missiles, qu'ils soient conventionnels, non conventionnels, nucléaires et chimiques. «D'après les données de l'enquête, les militaires ukrainiens ont utilisé des missiles qui contenaient des engins explosifs à fragmentation et des armes à sous-munitions contre la population civile du Donbass», poursuit le communiqué, précisant qu'un missile balistique tactique d'une masse de deux tonnes pouvait produire 14 500 projectiles.

Commentaire: Lire aussi :


Propaganda

#FaussesNouvelles : Décodex, Le Monde, Google ou la Nouvelle Inquisition vue par O. Berruyer


Commentaire : Internet est un outil formidable pour la liberté d'expression : il est normal que les dinosaures de l'information traditionnelle nous sortent l'artillerie lourde pour tenter de contrer l'influence d'un média permettant au citoyen de cultiver une indépendance certaine d'esprit et d'opinion. La cohésion de la réalité commune, réalité que nous savons être fausse puisque basée sur des mensonges médiatiques maintes fois éventés, mais qui est vraie, puisqu'elle influe en permanence, concrètement, sur le quotidien d'une nation endormie, est donc menacée. C'est bien sûr intolérable pour qui détient le pouvoir. Celui-ci est accordé, maintenu, profitable, tant que la population le permet, tant qu'elle consent à adhérer à cette vraie-fausse réalité fabriquée par les hommes politiques, les hommes d'affaires et les journalistes. Ceux-là donc qui nous proposent du Décodex à la petite cuillère et du Google préformaté pour un prêt-à-penser-et-à-comprendre obligatoire.

Être mis à l'index n'a sans doute pas d'importance : doit-on attendre une quelconque forme de reconnaissance et de légitimité de la part d'un Système dont on sait qu'il est, par essence, perverti ? Pointer du doigt le mensonge, l'exposer et tenter d'en analyser les mécanismes à l'aune de nos connaissances objectives, si modestes soient-elles, n'est-ce pas là le seul et unique moyen de le faire disparaître ? N'est-ce pas ce qui compte réellement ?

© Inconnu
Indigné et inquiet de l'évolution de la liberté d'expression en France, Olivier Berruyer revient pour RT sur l'outil de classement (ou « de censure ») du Monde, Décodex, et sur la chasse aux « fake news » qui laisse Google choisir le vrai du faux.

RT : Le Monde a déclaré via son outil Décodex que votre blog Les-Crises.fr n'était pas fiable, l'accusant de diffuser des « fausses informations ». Pourriez-vous nous expliquer quelles sont les raisons de ces accusations ?

O. B. : J'anime l'un des plus grands blogs français sur lequel j'essaie de livrer une information critique des médias tout à fait sérieuse, la plus factuelle possible et évidemment non complotiste. Le journal Le Monde vient de lancer une opération à mi-chemin entre le maccarthysme et le ministère de la Vérité d'Orwell, qui vise à poser un label, non plus à l'information dans la chasse actuelle aux fake news, mais à l'ensemble des sites et sources en ligne. Ils ont expliqué que RT était une source moyennement fiable et que mon site ne l'était pas du tout. Pour justifier cela, il ont expliqué que je partagerais des théories complotistes sur l'affaire ukrainienne. J'ai effectivement beaucoup suivi cette crise mais pour étayer leurs accusations, les journalistes du Monde se sont appuyés sur un lien internet qui est une énorme fake news se basant sur un énorme mensonge, comme je l'ai démontré sur mon blog. C'est clairement une opération de calomnie visant à censurer mon blog. Je vais devoir arrêter mon blog, car je ne peux pas continuer dans ces conditions-là, face au journal Le Monde qui s'est lancé dans une énorme opération de diffamation.

RT : Pourquoi vos posts ont-ils attiré une telle attention et de telles réactions ?

Au début, mon blog était consacré à l'économie. J'ai beaucoup travaillé par exemple avec un ancien Premier ministre sur la réforme des banques. Tant que j'en restais là, il n'y avait pas de problème. Je me suis mis à traiter de géopolitique car je préside l'association française des amis de Noam Chomsky. J'essaie de faire un travail très chomskiste - évidemment avec pas tout à fait le même talent que lui. Je critique beaucoup les médias et je me suis intéressé à l'affaire ukrainienne. Depuis, Le Monde et un certain nombre de réseaux néo-conservateurs qui soutiennent le régime ukrainien, s'attaquent à moi.

Il figure toujours aujourd'hui sur leur site, trois ans après, une interview de l'envoyé spécial du Monde à Kiev, Piotr Smolar. Dans cette vidéo, qui a été réalisée une dizaine de jours après Maïdan, il explique très calmement que les manifestants à Maïdan n'étaient pas armés. Alors qu'évidemment, il y a eu des dizaines de policiers tués et des centaines blessés par balles. J'ai débattu plusieurs mois après avec lui là-dessus. Il maintenait sa position. Aujourd'hui, la vidéo est toujours en ligne sans aucun commentaire. Le Monde estime donc que cette information est de qualité, labellisée en vert, alors même que j'ai démonté tout cela sur mon blog, preuves à l'appui.

Handcuffs

La France et son état policier : chaque jour plus vrai


Commentaire: Le système démocratique nous donne une illusion de conscience, de pouvoir et d'action. Il nous fait croire que la vie du pays nous est connu, les évènements s'y déroulant, compris. Il nous donne l'impression que nous pouvons agir et que, en connaissance de cause, toute action entreprise en tant que citoyen sera suivie d'un effet allant dans le sens d'un progrès social à peu près constant, à peu près juste, et ceci, pour le bien de tous. Rien n'est plus faux. Le Système et son Administration sont en réalité opaques et incompréhensibles, quasi-inintelligibles pour le commun des mortels. Qu'il suffise de prêter attention aux textes amphigouriques, illisibles, des milliers de lois remplissant nos codes juridiques pour s'en convaincre. Bien concrètement, cela ne se traduit-il pas par le fait que nous venons de voter... sans le savoir ? Une loi pour se faire matraquer, voire tuer, plus facilement, plus légalement.

La nocivité et l'inanité d'un Système capable de rendre cela possible sont manifestes, évidentes. Si les alternatives sont difficiles à mettre en place et nécessitent de modifier notre façon de concevoir la vie en société, il y a malgré tout de l'espoir :


En pleine affaire de bavure à Aulnay-sous-Bois, le gouvernement socialiste s'apprête à faire voter une loi dont l'objectif est d'augmenter les pouvoirs de la police.
© Julien Tetart/Twitter
Anticipant sans doute les désordres que sa politique (et celle de l'exécutif suivant) ne manquera pas de provoquer, il vise officiellement à « renforcer l'efficacité de la mobilisation des forces de l'ordre pour la sécurité, [pour lesquelles] il apparaît nécessaire de prévoir des dispositions leur permettant d'être juridiquement plus assurées lorsqu'elles ont à faire usage de leurs armes ». En clair : à donner aux policiers un véritable permis de tuer tout en diminuant les droits des citoyens victimes des violences policières (qui ont d'ailleurs explosé sous la présidence Hollande). Le dernier fait d'armes du trio infernal Valls-Cazeneuve-Urvoas, totalement à rebours des engagements du candidat socialiste qui promettait de soumettre les contrôles d'identité à la délivrance d'un récépissé, ouvre un peu plus grande la porte à l'État policier.

Clipboard

Notes d'un voyage au bout de l'enfer : Alep, la douleur et la honte

Alep, capitale économique d'un pays en guerre. Alep, berceau de la civilisation, inscrite au patrimoine de l'humanité depuis 1986, se dispute avec Jéricho le titre de plus ancienne ville du monde. Alep, dès l'arrivée : des ruines. Pour s'y rendre depuis Beyrouth, il a fallu emprunter une route ouverte par l'armée contournant les zones toujours en conflit, traverser un désert peuplé de postes militaires et de villages abandonnés aux maisons éventrées, comme un avant-goût du spectacle de désolation à venir.

© Inconnu
Alep
Alep, sans eau ni électricité puisque les djihadistes ont coupé l'approvisionnement à partir de l'Euphrate et plastiqué la centrale électrique. Vingt-cinq jours après sa libération, le bruit des roquettes et des missiles s'est tu et la vie tente difficilement de reprendre le dessus. Désormais, pour des décennies et pour des générations d'Alépins, il y aura un avant et un après la guerre, un avant et un après juillet 2012. C'est à cette date que des groupes armés divers et variés [1] venus des quatre coins de la planète, ont envahi puis occupé les quartiers Est et Sud et assiégé la totalité de la ville.

Life Preserver

Une vie brisée : « le gouvernement de Kiev a massacré ma famille »

Anna Tuv vient du Donbass. Lors de bombardements, elle a perdu son mari, sa fille et son bras. Soutenue par l'Ambassade de Russie et une association italienne, elle a été opérée en Italie pour avoir une prothèse. Aujourd'hui, Mme Tuv vit en Russie dans l'espoir que la guerre prenne fin. Elle révèle à Sputnik des détails de sa vie dans le Donbass.

© Inconnu
Anna Tuv
Anna Tuv a toujours vécu dans le village de Gorlovka dans le sud-est de l'Ukraine, aujourd'hui en République populaire de Donetsk (DNR). Elle avait tout pour être heureuse: une famille avec un mari et ses enfants, une maison et du travail. La guerre est venue bouleverser sa vie en la transformant en un cauchemar.

Commentaire: Vous pouvez lire aussi :


Calendar

La révolution russe à travers l'art : comment certaines villes se préparent pour commémorer le centenaire

En novembre 2016 la plus grande galerie d'art contemporain de la capitale allemande, CFA Berlin, a organisé l'exposition "Café Pittoresque" en hommage au célèbre café artistique du quartier Kouznetski Most à Moscou, fondé par Vladimir Tatline et Alexandre Rodtchenko en 1917. Peintres, photographes et poètes futuristes favorables à la révolution se réunissaient dans cette "gare mondiale des arts".

© OTO. MOMA / ALEXANDER RODCHENKO
L'exposition du CFA comprend les Fenêtres Rosta (affiches de propagande) de Vladimir Maïakovski et de Mikhaïl Tcheremnykh, les travaux d'El Lissitsji, d'Amsheï Nurenberg, d'Alexandre Rodtchenko, d'Abram Chterenberg et des diplômés de l'école Vkhoutemas. Des peintres allemands contemporains dialoguent dans la galerie avec les avant-gardistes russes.