Bienvenue à Sott.net
mar., 25 avr. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Enfant de la Société
Carte

Handcuffs

Prison ferme pour Soral


Commentaire : Qu'on aime ou pas le personnage, réalisons que l'on envoie quelqu'un en prison... pour un dessin. En France, donc, pays moderne, démocratique, éclairé, représenté par sa Marianne au bonnet phrygien, symbole de la Liberté, de l'affranchissement des esclaves. On comprend, bien sûr, que pour gérer la populace, le pouvoir en place doit lui faire croire qu'elle peut beaucoup, alors qu'il n'en n'est rien. Nous en avons donc la preuve. Nul doute que bientôt, on condamnera aussi ceux qui contestent et trouvent à redire à propos d'une condamnation qui incite soi-disant à la haine, au révisionnisme, à l'anti-sémitisme. A notre époque, donc :
Les atteintes à la liberté d'expression sont extrêmement nombreuses en France, davantage que dans les autres pays développés. Philippe Nemo[1] souligne que les lois Pleven, Gayssot, Taubira, etc. établissent une législation de censure comparable à l'Inquisition :

Ce que les nouvelles lois françaises de censure demandent aux juges, c'est de sanctionner des pensées en tant que telles (...) On leur demande donc quelque chose de très proche de ce que l'Église demandait jadis aux Inquisiteurs (...) On est fondé à dire que cet usage de la force d'État contre la liberté d'expression et le pluralisme relève du fascisme : la détestation du libre débat, la haine de la pensée qui suintent des nouvelles lois de censure s'apparentent à l'obscurantisme et à la misologie des sociétés fascistes historiques qui ont toujours brûlé les livres, persécuté les intellectuels et prétendu fonder le consensus social sur l'élimination violente de toute critique.

La première atteinte à la liberté d'expression fut portée par la loi Pleven (1er juillet 1972), législation antiraciste qui réprime « la provocation à la discrimination, à la haine, ou à la violence ». Condamnant les intentions et non les faits, elle donne au juge le droit de sonder les esprits. Dans les décennies suivantes, son domaine ne cessera de s'étendre pour donner satisfaction à toutes les minorités qui s'estimeront discriminées.

En comparaison avec les décennies passées, on assiste à une forte régression de la liberté d'expression en France. Ainsi, Jean Raspail publie en 1973 Le Camp des Saints, une uchronie qui joue autour du fantasme d'une invasion apocalyptique de l'Occident par les pauvres du Tiers-Monde. Dans sa réédition de 2011, l'auteur ajoute en fin de volume une liste des passages de son roman qui tomberaient aujourd'hui sous le coup des « lois Pleven, Gayssot, Lellouche et Perben »...

© Geluck
C'est une publication sur le site Égalité et Réconcilation qui a entraîné cette condamnation pour contestation de crime contre l'humanité et injure raciale.

C'est la première fois qu'Alain Soral est condamné à une peine de prison ferme, selon l'UEJF (Union des étudiants juifs de France), l'une des associations parties civiles. L'essayiste d'extrême droite a été condamné mardi à trois mois de prison ferme pour contestation de crime contre l'humanité et injure raciale pour avoir publié sur son site internet (Égalité et Réconciliation) un dessin jugé négationniste. « Cette condamnation marque une nouvelle étape dans la détermination de la justice et des associations à empêcher cet idéologue de la haine de propager l'antisémitisme et le négationnisme sur Internet et les réseaux sociaux », a souligné dans un communiqué le président de l'UEJF, Sacha Ghozlan.

Nuke

Mais d'où vient la pollution radioactive détectée au-dessus de l'Europe ?

L'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) vient de révéler que la France et une grande partie de l'Europe connaissent une contamination radioactive artificielle mais d'origine inconnue depuis le milieu du mois de janvier 2017. Heureusement, les proportions restent limitées mais questionnent sur la source de cette contamination radioactive.

Courant janvier 2017, de l'iode 131, un radionucléide d'origine artificielle, a été détecté, "à l'état de traces dans l'air au niveau du sol en Europe. Le premier signalement fait référence à un prélèvement réalisé au cours de la deuxième semaine de janvier dans l'extrême nord de la Norvège. D'autres détections d'iode 131 ont été observées depuis en Finlande, Pologne, République Tchèque, Allemagne, France et Espagne jusqu'à la fin du mois de janvier", indique l'IRSN.

Or, l'iode 131 est un radionucléide dont la période[1] radioactive est courte (8,04 jours). Ce qui en fait un élément extrêmement radioactif qui se concentre notamment dans la thyroïde. Heureusement, il disparaît totalement au bout de 80 jours et n'a été détecté qu'à l'état de traces, principalement à cause de conditions météorologiques favorables à sa non-dispersion.

En outre, cela indique que ce la présence de ce radionucléide provient d'une source d'émission récente, liée à une activité nucléaire, mais encore indéterminée selon l'IRSN. En effet, "l'iode 131 est un isotope radioactif créé lors des réactions de fission (cassure des noyaux d'uranium ou de plutonium) dans un réacteur nucléaire ou lors de l'explosion d'une arme nucléaire"

Clipboard

Année de tous les dangers pour l'UE : pour commencer, législatives aux Pays-Bas

Les yeux des dirigeants européens sont rivés sur Amsterdam. Après le Brexit en 2016 et avant la présidentielle en France, l'accession au pouvoir de souverainistes eurosceptiques et anti-immigration aux Pays-Bas pourrait bien avoir un effet domino. Ce 15 mars 2017, les Néerlandais sont invités à renouveler la chambre basse de leur Parlement, soit 150 députés. Alors que la coalition entre libéraux et démocrates-chrétiens emmenée depuis 2012 par Mark Rutte semble à bout de souffle, le Parti de la liberté (PVV) souverainiste, eurosceptique et anti-immigration de Geert Wilders a de grandes chances de l'emporter.

© Inconnu
Législatives aux Pays-Bas
Jusque là infréquentable, adversaire farouche de l'islam, auteur en 2008 de Fitna, court documentaire à charge contre l'islam et l'immigration qui avait suscité un tollé, il se retrouve en position de diriger la première formation politique des Pays-Bas, une configuration inimaginable en 2015 encore, alors que Geert Wilders mettait à profit son temps d'antenne politique à la télévision publique néerlandaise pour diffuser des images de caricature du prophète Mahomet.

Commentaire: Souhaitons que les citoyens des Pays-Bas votent avec leur tête et non avec la peur ... dans leur tête.

Lire aussi :


Alarm Clock

Économie : le monde va-t-il basculer cette semaine ? Le journal Die Welt l'affirme. En voici les trois raisons

Brexit voté par la Grande-Bretagne, élections aux Pays-Bas et hausse des taux d'intérêt aux USA, tels sont les trois ingrédients d'un cocktail explosif qui pourrait bien changer la face du monde en 48 heures. 48 heures plus tard, « le monde ne sera pas tel qu'il est maintenant: les événements des deux prochains jours auront un impact sur les marchés mondiaux, la devise européenne, ils changeront le visage de l'Europe et mèneront probablement à la faillite de toute une puissance mondiale », lit-on dans le journal allemand Die Welt.
© Inconnu
On entend le mot « Brexit » de toutes parts depuis juin 2016, mais en réalité, la sortie de la Grande-Bretagne de l'UE n'a pas encore vu le jour, car la demande officielle de la sortie de l'Union européenne en conformité avec l'article 50 du Traité de Lisbonne n'a pas été déposée, soulignent des experts économiques du journal allemand Die Welt.

Eye 1

CRISPR : le jouet qui édite le génome est laissé aux mains des fous


Commentaire: Quelles réticences pourraient donc freiner l'utilisation d'un outil comme CRISPR ? Si, dans l'esprit de certains scientifiques conscients, ces réserves existent bel et bien, elles ne pèsent pas grand-chose face aux intérêts suscités par un éditeur d'ADN au potentiel financier aussi énorme. Associé à la fibre démiurgique que vient fatalement titiller ce type de technologie, ni bonne, ni mauvaise, nous voilà donc avec le cocktail explosif habituel ; celui qui promet tant et tant à l'humanité, celui qui finit par nous exploser immanquablement à la figure. Par malchance ? Pas du tout. Par le fait d'un Système, encore et toujours le même, qui régit tous les domaines de notre existence et qui ne peut pas, par nature, proposer à l'humanité une marche authentique vers la liberté. CRISP et ses promesses d'exemption nous ferait presque croire que les coups de baguette magique existent, qu'ils sont gratuits et sans conséquences. Avec l'état d'esprit pathologique qui caractérise le monde scientifique et politique, rien n'est plus faux :


© Inconnu
Depuis avril 2015, CRISPR agite le milieu scientifique. Ce nouvel outil qui permet d' « éditer le génome » ouvre la voie à de nouveaux traitements de thérapie génique, mais aussi au transhumanisme. Réunis à l'occasion de plusieurs sommets depuis 2015, des experts internationaux ont publié le 14 février dernier un rapport bien plus laxiste que prévu. Jacques Suaudeau décrypte ce rapport pour Gènéthique.

*A cette occasion, Gènéthique publie une infographie expliquant les enjeux de cette technique appliquée au génome humain. (voir plus bas)

Le document préparé par les National Academies Press sur le « genome editing », intitulé « Human genome editing : Science, Ethics and Governance » et rendu public le 14 février 2017, est bien plus ouvert aux promesses du CRISPR-Cas9 chez l'homme que ne l'avait été la déclaration produite par le sommet international de Washington en décembre 2015. Le comité organisateur du sommet en 2015 avait en effet déclaré « qu'il serait irresponsable de procéder dans quelque usage clinique que ce soit à des modifications ciblées du génome portant sur la lignée germinale sauf si et jusqu'à :
  • ce que les questions relevant de sécurité et d'efficacité aient été résolues, basées sur une compréhension appropriée et une balance des risques, des bénéfices potentiels et des méthodes alternatives, et
  • ce qu'il y ait un large consensus dans la société sur le caractère approprié de l'application proposée. De plus toute utilisation clinique devrait procéder seulement sous un contrôle régulateur approprié. [...] Cependant, avec les progrès dans les connaissances scientifiques et l'évolution des vues de la société, l'utilisation clinique des modifications ciblées de génome portant sur la lignée germinale devrait être reconsidérée de façon régulière ».
Ainsi, sans condamner formellement l'application du genome editing à la lignée germinale humaine pour l'éradication des maladies génétiques héréditaires ou pour améliorer les capacités humaines (« enhancing ») la déclaration finale du sommet la déconseillait fortement dans l'état actuel des choses, à cause des risques inhérents à la technique.

Gear

Certains compteurs intelligents surestimeraient la consommation éléctrique

Voilà une étude qui pourrait servir les opposants à Linky, ce compteur dit « intelligent » censé faire baisser la facture d'électricité. D'après une étude universitaire* publiée début mars dans une revue scientifique néerlandaise et repérée par La Tribune , dans certains cas, ces compteurs donneraient des résultats près de six fois supérieurs à la consommation réelle d'électricité d'un foyer.

© Inconnu
Pas intelligents du tout, ces compteurs
Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs néerlandais ont testé neuf compteurs, fabriqués entre 2004 et 2014 qui ont été reliés, par l'intermédiaire d'un tableau électrique, à différents appareils. Ils ont ensuite comparé la consommation réelle du système avec les lectures du compteur d'énergie électronique. Résultat: cinq des neuf compteurs ont affiché des données supérieures à la quantité d'électricité réelle consommée. Un écart de 582% a été relevé. À l'inverse, deux compteurs ont affiché des relevés 30% inférieurs à la consommation réelle.

Commentaire: Lire aussi :


V

Pierre Le Corf dénonce les casques blancs, le Quai D'Orsay lui demande de cesser de publier des vidéos et de quitter la Syrie

Depuis Alep, je partage juste quelques mots et je vous lis cette lettre que j'ai écrite à Mr le Président François Hollande qu'il a reçue et lue, pour ceux qui n'aiment pas lire. Egalement un message que j'avais reçu du Quai D'Orsay m'invitant à quitter le pays et à cesser de transmettre des contenus sur internet, sur les médias. Je n'aime pas jouer les activistes qui enfoncent des portes ouvertes mais le mensonge est trop gros et j'avoue avoir du mal à le digérer, pas après tout ce que j'ai et chacun ici a vu et vécu.

On continue de s'accrocher ici et de faire au mieux, jour après jour pour améliorer la vie et l'espoir. J'ai en ce moment même 150 gamins et familles avec moi, quand je les regarde vivre, rigoler, ça efface tout le reste, mais ce combat est pour eux et je ne veux pas que nous détruisions tout ce en quoi ils croient, et même si ce n'est pas moi qui vais changer le monde ni ne suis là pour vous convaincre, j'espère au moins vous pousser à réfléchir avec vos coeurs, à vous poser les bonnes questions et être ceux qui de par le nombre pourront changer les choses

Bomb

11 mars 2004 à Madrid : repenser les attentats

À l'instar des attaques du 11 septembre 2001 contre le WTC et le Pentagone, les attentats du 11 mars 2004 à Madrid ont donné lieu à l'apparition de nombreuses remises en cause de la « version officielle » de ces faits, des critiques que leurs adversaires ont qualifiées, en Espagne comme aux États-Unis, de « théories de la conspiration ». Ce sont ces critiques, très peu connues en France, que nous nous proposons d'examiner dans le présent essai.
© LUIS MAGÁN
Que s'est-il passé ?
Cependant, il nous faudra commencer par exposer succinctement les principaux faits relatifs au 11-M1, un événement majeur dans l'histoire récente de l'Espagne mais dont il ne reste sans doute plus grand-chose dans la mémoire commune des Français.

Commentaire: Voir aussi :






People

« Sur Internet, nous travaillons tous, et la pénibilité de ce travail est invisible »

Le chercheur Antonio Casilli explique comment, derrière des services en apparence gratuits, Facebook, Amazon, Google... ont créé une « économie du clic ».

Quel est le point commun entre le moment ou vous remontez votre fil Facebook, celui où vous regardez des vidéos sur YouTube et lorsque vous cherchez des photos de chatons sur Google ? Dans les trois cas, vous l'ignorez sans doute, vous êtes en train de travailler. Sur Internet, les grandes plates-formes numériques américaines font tout pour capter notre attention et notre temps, nous offrant des services toujours plus sophistiqués pour communiquer, voyager, nous informer, ou tout simplement consommer.

Des outils gratuits, du moins en apparence. Car derrière nos loisirs numériques se cache un bouleversement majeur, mondial, de la façon dont nous produisons de la valeur. De manière plus ou moins invisible, plus ou moins insidieuse, la Silicon Valley nous a tous mis au travail.

Antonio Casilli est enseignant-chercheur à Télécom ParisTech et à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), auteur, avec le sociologue Dominique Cardon, de Qu'est-ce que le Digital Labor ? (INA éditions, 2015).

Dans votre ouvrage, vous expliquez que dès l'instant où quelqu'un se connecte à Facebook, voire à Internet en général, il est mis au travail. De quelle manière ?

Antonio Casilli : C'est un concept que la communauté scientifique appelle le digital labor, c'est-à-dire un travail du clic, composé de plusieurs petites tâches, réalisé sur des plates-formes, qui ne demande pas de qualification et dont le principal intérêt est de produire des données. C'est un travail éminemment social. Sur les réseaux sociaux, par exemple, vous êtes toujours en train de coopérer avec quelqu'un - vous partagez son contenu, likez sa photo, et ainsi de suite - , mais également de travailler pour quelqu'un - le réseau social, qui exploite vos données. C'est ainsi que les grandes plates-formes numériques auxquelles nous avons accès produisent de la valeur.

Quelles sont ces plates-formes, et comment nous font-elles travailler ?

Il en existe quatre types. Le premier type, ce sont les plates-formes à la demande, comme Uber ou Airbnb, qui sous couvert d'une autre activité (transport, location, etc.) font de la production de données, enregistrent nos destinations, notre localisation, nos commentaires, notre réputation, nos évaluations, et qui revendent ensuite ces données.

Ambulance

Deux explosions frappent un cimetière de Damas, 40 morts, 120 blessés

Deux explosions ont secoué ce samedi le cimetière de Bab al-Saghir qui se trouve à Damas, faisant des morts et des blessés. Deux engins explosifs, qui visaient un rassemblement de pèlerins chiites, ont été actionnés ce samedi près du cimetière de Bab al-Saghir, dans le district de Bab Moussalla, faisant des morts et des blessés, a rapporté la police sans faire état d'un bilan précis.

© البحّارة
Damas
Pourtant, la chaîne locale Al Mayadine évoque pour sa part un bilan de 30 à 40 morts. Selon l'agence iranienne Al-Alam News Network, les explosions ont fait 40 morte et 120 blessés.
La police a déjà qualifié ces explosions d'attaques terroristes.