Bienvenue à Sott.net
dim., 19 nov. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Enfant de la Société
Carte

Yoda

Relaxe de Sandra Bertin : « C'est un immense soulagement »

Relaxe de Sandra Bertin : "C'est un immense soulagement (...) le tribunal a reconnu qu'elle était de bonne foi".

La policière municipale de Nice Sandra Bertin a été relaxée par le tribunal correctionnel de Paris. L'ancien ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, avait porté plainte contre la policière pour diffamation. Son avocat a confié son "soulagement" à France Bleu Azur.

© VALERY HACHE / AFP
Sandra Bertin, le 24 juillet 2017
Le tribunal correctionnel de Paris a relaxé la policière municipale de Nice Sandra Bertin, jeudi 21 septembre, sur le fondement de l'excuse de bonne foi, selon le service police-justice de franceinfo. Sandra Bertin était poursuivie pour diffamation après la plainte de l'ancien ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. La procureure de la République avait requis lors de l'audience en juillet la relaxe de la policière municipale, tout en demandant au tribunal correctionnel de "rétablir la vérité", à savoir, selon elle, que le ministère de l'Intérieur n'avait "jamais demandé à Sandra Bertin de produire un faux".

Sandra Bertin avait affirmé, dans Le Journal du Dimanche du 24 juillet 2016 avoir subi des pressions de la part du ministère de l'Intérieur quelques heures après l'attentat à Nice, le 14 juillet, alors qu'elle rédigeait un rapport fondé sur des images de vidéosurveillances de la promenade des Anglais. Le ministère, via des appels téléphoniques et des représentants sur place, lui aurait, selon ses dires, demandé de rectifier son texte. Bernard Cazeneuve avait porté plainte pour diffamation publique.

Commentaire: Affaire clairement éminemment politique.


Heart

Rixe au collège Liberté, à Drancy : « Il fallait intervenir » explique la mère agressée

La mère de famille agressée, vendredi, à coup de poing américain en voulant protéger un jeune collégien attaqué à la hachette, est sortie de l'hôpital. Témoignage.

© DR
Une mère de famille a été agressée devant le collège Liberté, alors qu'elle tentait de porter secours à un collégien attaqué à la hachette.
Vendredi après-midi, Marcella, une mère de famille de 44 ans, allait chercher sa fille à la sortie du collège Liberté, à Drancy, lorsqu'elle a assisté à l'agression d'un élève par deux jeunes. Elle s'est interposée mais a été violemment agressée en retour.

« C'est allé très vite. Je discutais devant la grille quand j'ai vu un grand sauter sur un plus petit alors qu'il traversait, puis un autre est arrivé pour le frapper. Ce devait être un élève de 6e ou de 5e, se souvient-elle. Le gamin était à terre, ils étaient deux sur lui, il fallait réagir. Il aurait pu être mon fils. Personne ne bougeait...J'ai dit « arrêtez ! » puis j'ai attrapé le grand ».

« Il m'a frappée cinq fois »

Dans son souvenir, l'adolescent qui portait les coups mesure un bon mètre 80. Bien plus que son propre 1 m 63 pour 49 kilos. Et c'est elle qui s'est faite frapper à son tour : « Il m'a demandé de quoi je me mêlais, m'a insultée, m'a dit de dégager et m'a frappée cinq fois », se rappelle-t-elle. Marcella se souvient avoir perdu connaissance. « J'ai senti la chaleur du sang couler sur moi, mes jambes n'ont plus tenu. Je crois que des gens m'ont soutenue. »

Cell Phone

Attentats de Bruxelles: un policier suspecté de contacter les terroristes arrêté

Un agent de police de la zone Bruxelles-Nord a été placé sous mandat d'arrêt pour avoir contacté l'un des principaux suspects des attaques du 22 mars de Bruxelles via WhatsApp, rapporte jeudi La Dernière Heure.
© REUTERS/ CCTV
Un attentat qui a fait 32 victime et plus de 300 blessés
Selon les médias belges, l'intéressé était en contact avec Yassine Atar, frère d'Oussama Atar, qui est suspecté d'être le commanditaire des attentats du 22 mars à Bruxelles. Les frères Atar sont également les cousins des frères El Bakraoui, qui se sont fait exploser à Zaventem et Maelbeek.

Pirates

Élections en Allemagne : de la poudre et des menaces dans un arabe approximatif, par courrier

La police allemande enquête sur l'envoi par la poste de lettres de menaces contenant de la poudre et, pour certaines, des lames de rasoir, envoyées au domicile de plusieurs personnalités politiques de premier plan, à quelques jours des élections fédérales. Les courriers auraient été envoyés entre le 20 et le 21 septembre.
© www.globallookpress.com
Le ministre de l'Intérieur allemand a dores et déjà assuré que la poudre contenue dans les enveloppe n'était pas dangereuse pour santé.

Gingerbread

Violences scolaires : 442 incidents recensés chaque jour

© AFP/Mychele Daniau
La grande majorité des « incidents graves » signalés concernent des violences verbales ou physiques.
Près de la moitié des élèves sont témoins de violences au collège, selon une enquête qui paraît ce mercredi. Un fléau caché.

Se faire enlever sa casquette d'une chiquenaude. Etre bousculé dans les escaliers, tous les jours. « Nous, adultes, nous ne supporterions pas cela. Pourtant, c'est ce que vivent beaucoup d'ados. Ne négligeons pas leurs maux », alerte Liliana Moyano, la présidente de la FCPE, la première fédération de parents d'élèves. Même disparue en tant que grande cause des campagnes du ministère de l'Education, la violence existe bel et bien dans la vie des collégiens et lycéens. C'est ce que pointe une étude de l'Association de la Fondation étudiante pour la ville, dévoilée ce mercredi. Près de la moitié (46%) des 447 ados interrogés, tous scolarisés dans des collèges ZEP, déclarent avoir été témoins au moins une fois «d'actes de cruauté ou d'humiliation» entre élèves dans la cour, et plus de la moitié n'en parlent jamais. Un sur cinq a déjà subi des violences physiques, et 40% se plaignent de moqueries et d'insultes.

442. C'est le nombre d'incidents graves chaque jour de classe dans les collèges et lycées de France. Ce chiffre, issu de nos propres calculs, a été établi à partir des données de la Direction de l'évaluation de la prospective et de la performance (DEPP). Cet organisme, qui dépend du ministère de l'Education, recense 12,8 incidents pour 1 000 élèves par an. Sachant qu'il y a 5,6 millions d'élèves dans le secondaire et 162 jours de classe par an, cela donne le chiffre de 442.

Bell

Des Catalans outrés dans les rues après l'arrestation du bras droit du vice-président

La garde civile espagnole a arrêté le bras droit du vice-président du gouvernement de Catalogne et perquisitionné au siège de l'exécutif régional, des enquêtes tous azimuts étant menées pour empêcher la tenue d'un référendum d'autodétermination.
© Inconnu
Catalogne
« La police militaire espagnole [sic] est entrée dans les bureaux du gouvernement de Catalogne », a annoncé un porte-parole du gouvernement catalan, évoquant les départements des Affaires économiques, des Affaires extérieures et la présidence de la région.

Commentaire:

Il devrait être permis en toute bonne démocratie, au peuple de décider de son futur. Mais ceux qui se croient supérieurs au peuple ne comprennent pas ça. Ils ne comprennent pas parce qu'au fond ils ne croient pas en la démocratie même s'ils bafouillent ce mot à bout portant quand ça les intéresse. Cependant leur façon d'agir fait que ce peuple qu'ils méprisent au plus au degré, ce peuple qui, lui, croit en la démocratie, s'unit et devient alors une grande force qui permet de montrer et de signaler au monde entier et à tous ceux qui ne sont pas aveugles, le vrai visage de la réalité. Le vrai visage de la fausse et hypocrite démocratie dans laquelle tous nous vivons.

Lire aussi :


Wolf

En Allemagne, des réfugiés afghans commettent un viol collectif sur une écolière

La police bavaroise a appréhendé trois réfugiés d'origine afghane qui ont guetté et violé une écolière de 16 ans dans l'arrondissement de Munich.

© FP 2017/ Daniel Karmann / dpa
L'incident a eu lieu à Höhenkirchen-Siegertsbrunn, une commune de Bavière, dans l'arrondissement de Munich, en Allemagne. Trois Afghans ont attaqué une jeune fille, âgée de 16 ans. Deux d'entre eux l'ont violée, tandis que le troisième a eu peur d'un passant et s'est enfui, a informé Süddeutsche Zeitung.

La police a réussi à les traquer à partir d'un hélicoptère et les a arrêtés. Il s'agit de trois jeunes hommes, âgés de 17, de 18 et de 27 ans. Les policiers ont plus tard découvert qu'ils étaient ivres.

Le 16 septembre, la police de Dessau, en Allemagne, a arrêté quatre demandeurs d'asile érythréens, soupçonnés d'avoir commis une agression sexuelle atroce contre une Allemande âgée de 56 ans.

Des faits similaires ont auparavant eu lieu dans d'autres villes allemandes. En juillet, plusieurs centaines de migrants et de réfugiés armés de couteaux ont provoqué des échauffourées et commis des agressions sexuelles lors d'une fête à Schorndorf.

Megaphone

Des généraux en retraite accusent l'Etat de vouloir les faire taire

© AFP
Image d'illustration
Dans une tribune publiée sur Boulevard Voltaire, onze généraux de 2e section alertent sur le droit de l'expression des militaires menacé par l'exécutif.

Après la démission du chef d'état-major des armées (CEMA), le général Pierre de Villiers et la polémique qui s'en est suivie, les militaires ne sont pas prêts à se taire. Dans une tribune publiée sur Boulevard Voltaire, onze généraux de 2e section fustigent l'exécutif et déclarent que leur liberté d'expression est remise en cause. Pour eux, le cas du général Pierre de Villiers "a mis en évidence le fossé qui s'est progressivement installé entre le politique et le militaire" et a surtout "révélé et confirmé avec force la menace qui pèse dorénavant sur l'expression des militaires". Pourtant l'ancien chef d'état-major des armées n'était pas le premier à se faire traiter de la sorte par les autorités. En effet, les auteurs de la missive citent d'autres exemples.

Des généraux mutés, sanctionnés et arrêtés

La "mutation dans un placard" du numéro trois de la gendarmerie, le général Bertrand Soubelet, après son audition en 2014 par la commission de l'Assemblée nationale. Il avait alors déclaré "que la politique pénale était en décalage avec les infractions relevées et il soulignait, en conséquence, les difficultés rencontrées au quotidien par les unités de la gendarmerie dans la lutte contre la délinquance".

Bullseye

Catalogne : la campagne interdite du « oui » à l'indépendance est lancée

Les indépendantistes catalans se préparaient ce jeudi 14 septembre à lancer la campagne du "oui" à leur référendum d'autodétermination avec un grand meeting, alors que la pression judiciaire s'intensifie sur tous les fronts pour empêcher l'organisation du scrutin.
© AFP / LLUIS GENE
Dans le métro de Barcelone
La campagne officielle pour l'indépendance de cette région de 7,5 millions d'habitants du nord-est de l'Espagne doit commencer à Tarragone, ville de 130 000 habitants peu indépendantiste, à quelque 100 kilomètres au sud-ouest de Barcelone. Objectif : remplir les arènes de quelque 10 000 places.

Commentaire: Lire aussi :


Eye 1

Visage, empreintes digitales, commandes vocales, photos, allées et venues : tout ce que votre smartphone enregistre à propos de vous

La reconnaissance faciale en 3D de la technologie Face ID d'Apple remplacera bientôt le capteur d'empreinte digitale pour sécuriser l'accès à votre iPhone et vos transactions. Selon Apple, les données relatives à votre visage ne seront stockées que sur votre appareil, et pas sur un serveur. Espérons pour les utilisateurs qu'Apple fera mieux que HTC. En 2015, ce fabricant taïwanais de Smartphones a dû essuyer le feu des critiques pour avoir stocké les images d'empreintes digitales de ses utilisateurs sous forme non chiffrée, ce qui pouvait potentiellement permettre à des pirates informatiques d'y avoir accès et de les utiliser pour des vols d'identité et des transactions frauduleuses. Outre notre visage en 3D (sur les futurs appareils) et/ou l'image de nos empreintes digitales, notre Smartphone est amené à conserver, sous prétexte d'améliorer notre « expérience utilisateur », les mots que nous prononçons, les photos que nous prenons, même si nous les avons effacées, ainsi que nos allées et venues et le temps que nous passons à chaque endroit.