Bienvenue à Sott.net
sam., 21 jan. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Enfant de la Société
Carte

Yoda

Alors nous nous battrons dans l'ombre...

La bataille en cours entre les médias indépendants et alternatifs, et les médias de propagande parrainés par le gouvernement d'entreprise, est en pleine effervescence après la victoire de Donald Trump aux élections de 2016. Bien que je ne sois pas un grand fan de Trump, sa victoire a tellement endommagé émotionnellement le statu quo des États-Unis qu'ils ont commencé à attaquer, d'une manière hystérique et imprudente, tous ceux qu'ils accusent d'avoir empêché son Altesse Hillary Clinton de monter sur le trône.

L'escalade de ce combat, que j'ai qualifié de « Guerre des médias » depuis l'été, était facile à prévoir. Comme je l'ai noté dans l'article intitulé Questionner la santé de Hillary n'est pas de la conspiration :
«En contemplant aujourd'hui le paysage de 2016, je constate des signes émergents que les médias alternatifs ont enfin commencé à prendre le relais des médias de l'héritage traditionnel, quand il s'agit de l'impact et de l'influence. Les médias traditionnels - contrairement à John McCain en 2008 - , avaient décidé que la santé de Hillary Clinton n'était pas un problème et ont choisi de ne pas l'évoquer. Beaucoup dans le monde des médias alternatifs ont pris une position différente et, en raison de l'incapacité des médias traditionnels à informer le public américain depuis des décennies, les médias alternatifs ont conduit cette question en tête des nouvelles. Ça, c'est le pouvoir.

C'est une affaire extrêmement importante, et les médias dominants savent intuitivement ce que cela signifie. Cela signifie une perte totale de légitimité, de prestige et de pouvoir. Tout cela est évidemment bien mérité.

Voici donc la conclusion. 2016 représente le véritable début de ce que j'appellerais la Guerre des Médias. Les médias alternatifs sont maintenant capables de régler le rythme des nouvelles. Les médias traditionnels n'ont maintenant plus d'autre choix que de se battre, et ils le feront. Il vont se défendre, et salement. Cela va devenir très laid, mais au moment où la poussière retombera, je pense qu'une grande partie des médias traditionnels seront abandonnés comme les fossiles de ce qu'ils furent.»
2016 a été l'année où les médias alternatifs indépendants sont passés d'un rôle simplement influent à la possibilité d'affecter le résultat d'une élection présidentielle. Comme cela a été largement commenté, pratiquement tous les journaux de la nation ont soutenu Hillary Clinton pour la présidence. Le fait qu'elle a, malgré tout, perdu a été le plus grand bras d'honneur signifié aux médias - et au statu quo en général - par le public américain depuis au moins une génération.


Commentaire : Oui, enfin il faut raison garder, s'il n'y avait pas eu un candidat sachant parler au cœur des gens, Clinton aurait gagné sans l'ombre d'un doute.


Binoculars

Fentanyl fait des ravages au Canada

Neufs personnes ont perdu la vie dans la nuit du 15 au 16 décembre à Vancouver suite à des overdoses de Fentanyl. Le puissant sédatif fait des ravages au Canada. Les parents d'une victime tirent la sonnette d'alarme. C'est une opiacé encore plus puissant que la morphine. Et au Canada, elle est responsable d'un nombre de décès qui inquiète sérieusement autorités et parents. Le 16 décembre, Gregor Robertson, maire de Vancouver, n'a eu d'autre choix que d'informer la population que neuf personnes avaient trouvé la mort la nuit précédente à la suite de surdoses de fentanyl.

© Google
On s'inquiète et on inquiète : Fentanyl
«Pouvez-vous imaginer la mort de neuf personnes par n'importe quelle autre cause ?», s'est interrogé Adam Palmer, chef de la police de Vancouver.

Commentaire: Les ravages et le danger de ces drogues mortelles sont aussi une manière subtile de contrôle sur la population par la peur et l'insécurité puisque les forces de sécurité, qui contrôlent tout, ne peuvent, on le voit bien, contrôler le trafic de drogues ni les trafiquants ...

Lire aussi :


Eye 1

France : bref aperçu de ses petits cadeaux de fin d'année


Commentaire : Avec le chapon nourri aux OGM de notre repas de fin d'année, les bijoux hightech qu'on nous offre en cadeau, rouges du sang africain et humides de la sueur des esclaves travailleurs asiatiques, déposés au pied d'un sapin agonisant qu'on cultive et arrache pour notre plus grande joie, sommes-nous à une pilule amère près, celle que nous faisons avaler à autrui pour notre plus grand plaisir ? Il ne semble pas. La nôtre, de pilule, puisqu'il faut aussi savoir recevoir, ce sont nos amis politiciens, médias, industriels et autres qui nous la font ingurgiter. Elle a un effet subtil et possède une action prolongée : elle modifie notre perception de la réalité et parvient à nous faire croire que notre liberté s'accroit lorsqu'on la diminue. Avec toujours plus de lois, de restrictions, de contrôles, d'encadrement, d'incitation à la délation, à la consommation, à l'obsession.


© Inconnu
Tandis que François Hollande, comme un despote qui craint le peuple, se barricade au palais de l'Élysée en interdisant la rue Saint Honoré aux voitures, son gouvernement aux abois s'emploie à multiplier les mesures tendant à museler l'expression des Français et jusqu'à leur conscience avant que ne sonne l'hallali. Il faut s'opposer à toutes ces attaques !

Le gouvernement veut limiter la liberté d'éducation avec les attaques violentes et répétées de Mme Najat Vallaud-Belkacem pour empêcher l'ouverture des écoles indépendantes en les soumettant à un régime d'autorisation liberticide et contrôler leurs programmes pour les obliger à s'aligner sur ceux de l'Éducation nationale, au mépris de la loi.

Il veut supprimer l'indépendance de la justice en soumettant la Cour de cassation, la plus haute juridiction française, au contrôle direct du gouvernement par un décret du 05/12/2016. Prise à l'insu de la Cour et de son Président, cette mesure bafoue le principe de séparation des pouvoirs qui est un des piliers de la République française et garantit aux Français le respect de leur liberté et l'égalité de tous devant la loi. D'ores et déjà d'ailleurs, vous pouvez réagir en signant la pétition qui s'élève à l'encontre de cette disposition scélérate.

People 2

Syriennes - Le reportage choc sur la vie à Damas aujourd'hui


Dima, professeur de musique à Damas et étudiante en médecine.
Reportage réalisé en Syrie par Julien Rochedy pour TV Libertés. On y découvre le point de vue de femmes et filles syriennes, libres de faire leurs études, de pratiquer leurs passions ou d'exercer leur profession, dans la peur qu'elles ressentent tous les jours depuis le début du conflit Syrien de voir les rebelles islamistes triompher. Ce reportage permet d'offrir un autre angle sur le conflit le plus sanglant de ce début de XXIe siècle, afin de comprendre une réalité bien plus complexe que celle qui nous est montrée par les grands médias traditionnels.


Des jeunes gens dans un bar à Damas

Bullseye

Eva Bartlett : en deux minutes elle démolit la rhétorique des médias traditionnels sur la Syrie (vidéo)

Nous savons déjà, mais apparemment certains journalistes l'ignorent. Les médias occidentaux se basent-ils toujours sur des sources crédibles dans leur reportages sur la Syrie ? La réponse de cette journaliste canadienne a laissé sans voix son interlocuteur. Christopher Rothenberg, du journal norvégien Aftenposten pose 2 questions à Eva Bartlelt et commence par dire ceci : « En tant que journaliste je ne suis pas sûr de pouvoir apprécier d'autres considérations, que les considérations empiriques du terrain. »

© Google
Eva Bartlett
Sauf que nous mon Chris, on n'est pas sûrs de pouvoir apprécier vos prétendues considérations empiriques du terrain, à cause de vos nombreux bidonnages les plus innovants de l'année 2016.

Commentaire: Écouter aussi : En Anglais et plus long :




Eye 1

État d'urgence re-re-re-renouvelé : élections présidentielles et population sous contrôle


Commentaire : Avec ce Brexit au résultat énervant, ce TAFTA maintenant trop voyant, ces islandais un peu trop indépendants, ce Poutine trop virevoltant, ce Trump trop trumpisant, ces Syriens trop vaillants, ça transpire de plus en plus en haut-lieu. Et ça devient de plus en plus difficile de tyranniser, de mentir et de magouiller en toute quiétude, avec toute cette populace de moins en moins consentante, un peu partout dans le monde. Ici, en France, la classe politique assaisonne ses discours de ses bobards habituels, maladivement sûre d'elle-même, de ses raisonnements, de sa légitimité : le terrorisme est partout et il n'a jamais de fin ; le terroriste, c'est dorénavant le frère, l'ami, le fils ou la grand-mère, c'est le voisin. Merveilleuse occasion pour nos dirigeants que de pouvoir distiller ainsi la peur, nourrir la méfiance, distordre la réalité. Dans le but de pouvoir garder toujours plus longtemps ses iniques privilèges.


Par un nouveau texte de loi, le gouvernement vient de prolonger l'état d'urgence jusqu'au 15 juillet prochain. Ce dispositif d'exception mis en place après les attentats du 13 novembre 2015 vise à réduire les libertés publiques fondamentales, notamment celles de réunion et de manifestation.
© Inconnu
L'exécutif a justifié son choix en invoquant l'instabilité politique propre aux périodes électorales : les « débats politiques pouvant être emprunts d'une certaine tension », la commission d'attentats « aurait un impact accru et porterait une atteinte grave et directe à la vie démocratique et institutionnelle française ». Il est vrai que l'exercice du pouvoir serait nettement plus simple s'il n'était pas troublé par ces échéances électorales à répétition...
Face au chaos ambiant, la quasi-pérennisation de ce régime d'exception répond à un double objectif pour l'exécutif : durcir sa main-mise sur la vie politique et institutionnelle en limitant les possibilités de contestation sociale, s'affranchir des règles propres à l'état de droit qui encadrent l'exercice de son pouvoir. Ou dit autrement : réduire l'incertitude de la société civile en serrant le verrou administratif tout en augmentant l'arbitraire de son pouvoir discrétionnaire.

Attention

La victoire de Trump dans le Wisconsin est confirmée : 162 voix de plus


Gagnant : Donald TRUMP
C'est officiel ... encore une fois ! Donald Trump reste le gagnant du Wisconsin après le décompte à l'échelle nationale exigé par Jill Stein et payé par de tristes sires. Après avoir compté plus de 3 millions de bulletins (pou un coût de 3,5 millions de dollars), Trump a un gain net de 162 votes...

Comme l'agence AP le rapporte :
La victoire du républicain Donald Trump dans le Wisconsin a été réaffirmée à la suite d'un recomptage présidentiel qui a montré qu'il a défait la démocrate Hillary Clinton par plus de 22 000 voix.

Trump a gagné un net de 162 voix à la suite du dépouillement que la Commission électorale du Wisconsin a certifié lundi. La candidate du Parti Vert, Jill Stein, a demandé et payé le nouveau comptage qui a commencé le 1er décembre.

Mais après avoir recompté près de 3 millions de bulletins, il y a eu peu de changement. Les résultats finaux ont été modifiés par moins de 1 800 voix.

Stein a également essayé d'obtenir des relevés à l'échelle de l'État dans le Michigan et la Pennsylvanie, mais les tribunaux les ont arrêtés. La date limite fédérale pour certifier le vote est mardi.

Le dépouillement du Wisconsin n'a pas révélé de problèmes généralisés ou de piratage comme Stein l'avait suggéré, il n'y a pas de preuve, qu'il puisse en avoir.

Megaphone

On célèbre : Alep est libérée

L'armée gouvernementale syrienne a chassé les terroristes de la ville d'Alep. La ville syrienne d'Alep a été libérée des terroristes le 12 décembre au soir au bout d'une bataille de quatre ans, a appris Sputnik d'une source militaire. « Les rebelles n'avaient pas le choix: se rendre ou mourir », a déclaré le général Zaid al-Saleh, chef du comité syrien pour la sécurité, aux journalistes réunis dans le quartier de Sheik Saeed.

© Google
Alep est sauvée
Selon la source, l'armée a procédé à l'opération de nettoyage dans le quartier de Salah el-Din, à Alep-Est. « Les terroristes essaient de riposter par des mortiers. Mais la libération totale d'Alep est proche », a indiqué l'interlocuteur de Sputnik.

.

Bell

Entrevue avec John Pilger sur son dernier film et le danger d'une guerre nucléaire

John Pilger a couvert la guerre du Vietnam pendant dix ans lorsqu'il était encore un jeune journaliste. Depuis lors, il a mis en lumière ce que cachaient les nombreux conflits et s'est avéré être l'un des analystes les plus fiables en termes de politique internationale ainsi qu'un cinéaste talentueux. En tant qu'ennemi juré de la guerre de propagande, il a salué l'action des lanceurs d'alerte qui ont exposé les terribles abus des gouvernements occidentaux commis avec le silence complice et parfois même l'appui des grands médias.

© Inconnu
Dans cette entrevue exclusive qu'il a accordée à Investig'Action, John Pilger nous parle de son nouveau film "La guerre à venir contre la Chine". Il nous interpelle également sur les dangers actuels d'un déploiement de la guerre nucléaire qui menacerait l'humanité toute entière.

Commentaire: Lire aussi :


Holly

Les vraies informations éclipsent* les fausses ! Collecte de fonds annuelle de SOTT : recevez votre calendrier SOTT !

Chers lecteurs,

La fin de 2016 approche, et si vous avez suivi SOTT de près, vous savez qu'elle fut une année pleine de surprises ! Le monde continue de changer, et nous avec lui. La planète a parlé haut et fort, comme vous pouvez le voir dans nos vidéos météorologiques mensuelles, et la scène sociopolitique avait quelques surprises en réserve.
Cette année pourrait être décrite comme une année de division et de polarisation. Depuis les élections étasuniennes, jusqu'au débat sur les « idéologies libérales progressistes », les gens semblent faire un choix, pour le meilleur ou pour le pire. Certains s'alignent sur les mensonges de plus en plus flagrants véhiculés par les médias traditionnels et les gouvernements pathologiques de notre monde, et d'autres ont pris position contre ces mensonges atteignant un point où ils réalisent enfin qu'il y a quelque chose de terriblement mauvais avec la version de la réalité qui leur est présentée. Plus que les minorités contre les majorités de toutes sortes, il s'agit peut-être là de la plus grande division : le choix entre s'aligner avec le mensonge ou s'aligner avec la vérité. Nous pensons que beaucoup de nos lecteurs ont naturellement choisi ce dernier, et nous espérons que ce savoir vous protégera toujours.

Le récent frauduleux « scandale des fausses informations » met l'accent sur ce facteur Vérité contre Mensonges ; en effet, SOTT.NET a été diffamé par The Washington Post dans une liste contenant de nombreux autres respectables sites d'informations alternatives [Alt News], d'autres moins louables, et certains ayant des origines douteuses. Comme notre avocat l'a écrit dans une lettre de demande de retrait :
... SOTT est l'une des organisations accusées dans le rapport PropOrNot référencé par le Post, qui, contrairement à l'affirmation de Fake News stipulant que le rapport n'avait pas été publié, était disponible sur Internet bien avant que Fake News n'entre en lice. En tant que organisation 501(c)(3) à but non lucratif, les déclarations fiscales de SOTT sont transparentes et accessibles au public, de sorte que les allégations de soutien du gouvernement russe aurait été reconnues comme fausses même par une éventuelle enquête de votre publication...

Le fait que vous assimiliez SOTT à un « site de fausses informations » et le dénonciez comme étant un agent de la propagande russe visant à miner la démocratie étasunienne est diffamatoire en soi. Vous accusez SOTT de diffuser des « fausses informations soutenues par les Russes pour concurrencer les organisations d'informations traditionnelles destinées au public ». Ces graves allégations ont causé et continueront de causer de graves préjudices à SOTT, y compris, mais sans s'y limiter, des dommages à l'impact et à la réputation de la politique du site, le détournement des rares moyens de communication et de gestion pour répondre aux enquêtes concernées et se débarrasser de cette souillure, perte de lecteurs, et des dommages à la viabilité financière du site. De plus, les rédacteurs et les éditeurs associés à SOTT font face au ridicule, à la détresse émotionnelle, à la perte de réputation et au risque de promotion professionnelle future, y compris par exemple la difficulté à passer des contrôles de sécurité et de vérification de leurs antécédents...

Votre article n'a même pas fourni un seul exemple de « fausse information » prétendument distribuée ou promue par SOTT, ni d'ailleurs pour aucun des 200 autres sites mentionnés sur la liste noire de PropOrNot...
Comme nos lecteurs le savent, et comme souligné par notre avocat ci-dessus, SOTT.NET est ENTIÈREMENT financé par les dons du lectorat et n'importe qui peut consulter nos déclarations de revenus à but non lucratif afin de vérifier cette affirmation. Nous n'acceptons AUCUNE publicité payante et nous ne sommes redevables à personne, sauf à VOUS, le lecteur, et à notre conscience (ce qui semble sérieusement manquer aux sites d'information des médias traditionnels). De toute évidence, nous pourrions avoir à faire face à une bataille juridique dans le futur et cela signifie que nous avons plus que jamais besoin de votre appui alors que nous naviguons dans ces eaux turbulentes de tentatives d'étouffer totalement la liberté d'expression. Avec votre aide, nous ne nous laisserons pas abattre sans combat !

Nous devons également vous dire que ceux d'entre nous ici à SOTT qui surveillent quotidiennement les informations afin de rassembler le tableau le plus complet de l'« État de la Planète » ont souvent du mal à continuer à faire face à l'apparente absence d'espoir, en dépit de la confiance que certains ont dans les capacités de Donald Trump à remettre les États-Unis sur les rails. Nous sommes douloureusement conscients de la lutte qui doit avoir lieu pour corriger les torts et remettre les choses sur une base positive ; nous sommes également conscients que ce devra être une décision des masses, et pas seulement 10 %, 20 % ou 48 % de la population. Et c'est pourquoi il est si important de poursuivre le partage de la connaissance. Alors que les conditions continuent à se dégrader dans toutes les sphères de la vie, il y aura inévitablement plus de douleur et de souffrance. Ajoutons à cela qu'il y aura de plus en plus de personnes qui, ayant cru que le chaos n'entrerait jamais dans leur vie, constateront que ce n'est pas le cas : le chaos n'a pas de frontière ; et cela rend d'autant plus important le fait de continuer à garder le phare allumé aussi longtemps que nous le pouvons.

En disant au revoir à l'année 2016, nous aimerions vous parler un peu de nos réalisations, car vous pourriez ne pas tout savoir. Nous avons raison d'être fiers de notre endurance et de notre persévérance et beaucoup plus de raisons d'être reconnaissants envers vous, nos lecteurs et nos supporters, qui rendez tout cela possible parce que, franchement, si nous ne recevions pas autant de messages de remerciement et de soutien, nous n'aurions plus d'espoir non plus ! Nous pouvons toujours faire beaucoup plus, mais cette année, alors que nous pensions que la coupe était déjà trop pleine, grâce au soutien de nos lecteurs et à l'impulsion de nombreux nouveaux bénévoles à travers le monde, nous avons fait encore plus !

Commentaire: * Note du traducteur : Le titre original était « Real News Trumps Fake News! SOTT's Annual Fundraiser: Get your SOTT Calendar! »

Trump, indépendamment d'être le nom du nouveau président étasunien élu, peut selon le contexte se traduire par « atout, éclipser, trompette, carte maîtresse, couper avec un atout » (pour les connaisseurs du jeu de Tarot). Dans ce contexte, Trump se traduit par « éclipser ».