Bienvenue à Sott.net
jeu., 08 déc. 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Enfant de la Société
Carte

Che Guevara

L'Islande donne l'exemple au reste du monde : en taule les banquiers !


Commentaire : Il est sûr que la nouvelle ne va pas faire la Une de nos merdias traditionnels. On n'ira pas jusqu'à leur souhaiter la pendaison, à ces criminels en col blanc : nous avons un minimum de conscience, celle qui leur fait défaut sans aucun doute, et savons que la justice ne se rend pas par la violence. Mais par des juges, islandais, qui ne semble pas intimidés (!), qui ne semblent pas corrompus (!!) et qui semblent comprendre (!!!) ce que le peuple doit endurer à cause d'une mafia banquière institutionnalisée.

A propos des banquiers :
Le Monde Économie vient de publier les résultats d'une analyse scientifique, des plus sérieuses, menée par Michel Maréchal, Professeur d'économie expérimentale à l'université de Zurich. Le titre confirme nos craintes à propos d'une profession qui suscite méfiance et rejet un peu partout en Europe "Les banquiers, tricheurs par culture". (...) Les conclusions de Michel Maréchal et de son équipe sont sans appel "le calcul de probabilité estime à 26 % le taux de tricheurs dans le groupe étudié". (...) Sur 100 banquiers, 26 seraient "naturellement" ou "instinctivement" tricheurs ! Culturellement tricheurs en tout cas. L'enquête a été reproduite dans d'autres secteurs d'activité pour lesquels "aucune différence statistique n'a été observée entre les joueurs placés en situation professionnelle et le groupe de contrôle". Reproduite ensuite auprès d'un échantillon d'étudiants : là non plus, "aucune différence".

Ce type de comportement fonctionne comme un réflexe acquis après une longue pratique de bonus, de primes et d'incentive, c'est comme cela qu'on arrive à fabriquer cette culture de la triche qui relègue le client en dernière position en termes d'intérêts, intérêts au sens premier du terme, cette fois. La prise de risque devient prioritaire et son nécessaire corollaire, la mesure du risque, devient superfétatoire. CQFD ! Le journaliste va plus loin et interroge Marie-Claire Villeval, professeur d'économie (CNRS, université de Lyon) : elle explique que la notion de prise de risques pour le banquier est comparable à la problématique des "gains électoraux" pour les politiques. Les promesses dont on sait qu'elles ne pourront pas être respectées, cette surenchère démagogique systématique fonctionnerait exactement selon le même schémas culturel que Michel Maréchal a identifié et dénonce au sein des banques.

Pris la main dans le sac, banquiers, politiques et criminels ont tous la même défense : ils mentent. J'ai été visiteur de prison pendant un an environ, à Fleury-Mérogis : sur une centaine de prisonniers un seul reconnaissait sa culpabilité...le coupable vit sa sanction comme une injustice.

Traduction : Pierrick Tillet


Pas lu, pas vu, pas entendu dans la presse de propagande franchouillarde
L'Islande a agi différemment du reste de l'Europe et des États-Unis en permettant que les banquiers soient poursuivis comme des criminels plutôt que de les traiter comme une espèce protégée.

L'Islande a reconnu neuf grands banquiers coupables et les a condamnés à des décennies de prison pour des crimes liés à la crise économique de 2008. Jeudi 6 octobre, la Cour suprême d'Islande a rendu un verdict de culpabilité pour les neuf accusés dans l'affaire de manipulation du marché Kaupthing, après un procès de longue haleine qui débuta en avril de l'année dernière. Kaupthing est une grande banque internationale basée à Reykjavik en Islande. Elle s'est développée au niveau international pendant des années, mais s'est effondrée en 2008 sous le poids de dettes énormes, paralysant l'économie de la petite nation.

En exigeant que les banquiers soient soumis aux mêmes lois que le reste de la société, l'Islande a opté pour une stratégie très différente de celle de l'Europe et des États-Unis, où les banques reçurent des amendes symboliques, mais où les directeurs et patrons échappèrent à toute peine.

Bad Guys

Le tribunal Monsanto


Commentaire : Même si le tribunal est avant tout symbolique, il médiatise les agissements de Monsanto, et c'est une bonne chose. Rappelons que la firme a été racheté par Bayer, grand groupe de la chimie et de la pharmacie allemande... C'est qu'il faut savoir diversifier ses armes de destruction massive, les vraies, celles qui rapportent tant d'argent et qui sont vraiment efficaces, celles que l'on retrouve dans nos assiettes, celles que l'on nous injecte, celle qui détruisent l'environnement.

Le Tribunal Monsanto qui s'est déroulé à La Haye les 15 et 16 octobre 2016 a permis à 24 victimes de la multinationale américaine de faire entendre leur voix devant cinq juges internationaux.
« Au Burkina Faso, le coton transgénique, c'était un choix politique, imposé. La qualité de notre coton s'est beaucoup dégradée, les paysans ont tout perdu. Mais nous sommes en train de chasser Monsanto ».
Ousmane Tiendrébéogo est venu du Burkina Faso pour témoigner, avec beaucoup d'émotion et de dignité, devant le Tribunal Monsanto. A l'instar de paysans sri-lankais, canadiens, mexicains, étatsuniens, argentins et français qui ont raconté l'empoisonnement de leurs terres, de leur corps, de leur eau par le glyphosate de Monsanto. Et leur quête désespérée de justice face aux dommages subis.
« Monsanto a asséché le marché des semences de coton conventionnel ; aujourd'hui, 95% du marché est occupé par les semences de coton Bt de Monsanto, et c'est un désastre pour les paysans. Monsanto nous a menti », a lancé Krishan Bir Chaudhary, un leader paysan indien.
Des chercheurs sont également venus à la barre pour témoigner des pressions hallucinantes dont ils ont fait l'objet de la part de la multinationale, après avoir publié des études critiques à l'égard de leurs produits.

Propaganda

Réchauffement climatique : un des plus grands scandales de notre époque


Commentaire : L'art du magicien consiste à détourner l'attention de son public en vue de cacher une action ou un évènement suspect. Il se trouve que la science, bien utile quand elle n'est pas trafiquée par des scientifiques corrompus, nous montre que nous nous acheminons assurément vers un (petit ?) âge glaciaire. A voir la virulence du battage médiatique organisé autour de ce pseudo réchauffement anthropique, on se dit que les conséquences d'un refroidissement probable promettent d'être... intenses. Au lieu de préparer la population à sa propre survie, les opportunistes, pantins médiatiques, y voient là l'occasion de s'enrichir et d'étendre leur pouvoir : taxes et réglementations contraignantes, toutes plus grotesques les unes que les autres. Les magiciens, eux, noirs n'en doutons pas, s'accommoderont sans doute bien volontiers d'une réduction drastique de la populace, pour toutes les raisons que l'on peut imaginer : contrôle toujours plus exclusif des esprits, des espaces, des ressources. Plan de carrière, argent, pouvoir, manipulation, planification : toujours cela ne pèse pas grand-chose quand les comètes se mettent de la partie. Ce qui semble être aussi le cas.


© Inconnu
Depuis plusieurs dizaines d'années, le GIEC, émanation de l'ONU (le Grand Machin selon le Général de Gaulle...) publie des rapports sur le réchauffement climatique. Dans ses statuts, rédigés par l'UNEP (United Nations Environment Program), autre émanation de l'ONU, il est demandé au GIEC de travailler sur le « Réchauffement Climatique Anthropique » (RCA) : « Évaluer sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d'ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d'origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d'éventuelles stratégies d'adaptation et d'atténuation ». Donc, avant même que le GIEC n'ait commencé ses travaux, on lui impose LA SOLUTION : il y a réchauffement ET il est anthropique, ceci à l'opposé de toute démarche scientifique rationnelle.

Donc, par construction et sauf à prendre le risque de se saborder, les dirigeants du GIEC vont tout faire pour justifier cette proposition, et il n'est pas étonnant qu'ils aient toujours soigneusement écarté ou minimisé les observations gênantes, ou se soient s'appuyés sur des théories scientifiques douteuses comme, par exemple :

TV

La guerre des ondes ? les comptes bancaires de la chaîne RT bloqués au Royaume-Uni

Margarita Simonyan, rédactrice en chef de RT, a annoncé que tous les comptes bancaires de la chaîne RT avaient été bloqués au Royaume-Uni. La porte-parole de la diplomatie russe a qualifié cette démarche d'abandon de la liberté d'expression. «Tous nos comptes bancaires ont été bloqués au Royaume-Uni. Tous. "La décision est unilatérale". Vive la liberté d'expression !», a twitté la rédactrice en chef de RT, Margarita Simonyan.

© Flickr/ fliegender
Une guerre ça commence par les ondes
«Nous avons réexaminé notre arrangement avec vous et avons pris la décision de ne plus vous fournir ces services», a fait savoir à RT UK la banque NatWest dans le courrier officiel qu'elle lui a adressé. Il est également précisé que toutes les entités de Royal Bank of Scotland, dont NatWest fait partie, refuseraient à l'avenir de coopérer avec RT. Selon le document, cette décision est « définitive » et « n'est pas sujette à discussion ».

Commentaire: Lire aussi :


Hearts

Cette autre Syrie dont personne ne parle : témoignages d'une Syrie au jour le jour

Cinq ans et 300.000 morts, tel est le bilan très provisoire de la guerre en Syrie. Une guerre qui a connu un tournant voici juste un an avec l'intervention russe et les succès engrangés par l'armée syrienne face aux différents opposants, plus ou moins modérés. Un engagement russe sur le front militaire, mais aussi humanitaire et social. Convois de vivres et médicaments, couloirs humanitaires pour permettre aux civils des zones assiégées par l'armée syrienne d'évacuer, déminage, notamment à Palmyre, autant d'actions concrètes, mais dont l'impact se perd dans l'océan de drames qui submerge la Syrie.

Alors que toutes les objectifs se sont braqués sur la ville d'Alep, une ville martyre, comparée à Stalingrad, Sarajevo ou encore Guernica le 25 septembre par le représentant de la France à l'ONU, nous avons souhaité avoir le témoignage d'hommes de terrain, d'humanitaires, de Syriens, afin qu'ils nous fassent part de leurs observations et de leur expérience sur les changements qui se sont opérés en Syrie cette année.

Commentaire: Lire aussi :


Boat

La Royal Navy est en alerte rouge : un porte-avion russe va traverser la Manche ... et la propagande bat son plein

La Royal Navy est en alerte rouge après qu'il a été révélé que la Russie prévoit d'envoyer une flotte de navires de guerre en Méditerranée qui passeront le long des côtes britanniques. Les amiraux britanniques élaborent des plans pour escorter l'approche d'un porte-avions russe ainsi que sept autres navires, qui passeront près des côtes du Royaume-Uni pour se rendre en Méditerranée, selon des informations parues dans la presse britannique.

© Google
Le porte-avions russe Amiral Kuznetsov, a quitté le port de Severomorsk à 15h (extrême-nord russe) heure de Moscou (minuit GMT) le 15 octobre en direction de la Méditerranée orientale. Le transporteur sera escorté par le croiseur de bataille Pierre le Grand, le navire anti-sous-marin Severomorsk, ainsi que cinq autres navires de la flotte du Nord de la Russie.

Megaphone

Bougez-vous ! Un danger nommé CETA est à nos portes

Pendant qu'on nous enfume avec la guignolade des « primaires de la droite » et que l'on mobilise notre potentiel d'indignation sur le sort des rebelles islamistes d'Alep, une sombre saloperie est en train de s'officialiser, horreur économique qui risque de sceller le sort de millions de citoyens européens ad vitam aeternam. Il s'agit du CETA.

© Google
Le CETA (acronyme globish pour Accord Economique et Commercial Global Union européenne-Canada) est le frère jumeau du très exécré TAFTA. Mais signé avec le Canada tandis que TAFTA concerne les États-Unis. Rappelons que le TAFTA est un projet de partenariat de libre-échange transatlantique, négocié depuis juin 2013 - dans la plus grande opacité - par l'Union européenne et les États-Unis.

Commentaire: Lire aussi :


Bomb

La dette française ? Une bombe à retardement

L'INSEE a publié le 30 septembre les chiffres de la dette publique française à la fin du second trimestre 2016 : 2 170,6 milliards d'euros, en hausse de 31,7 milliards en un trimestre, à 98,4% du PIB. Nous empruntons à des taux très bas, en raison de la politique de la BCE, mais un jour les taux progresseront et ce jour-là, la bombe de la dette explosera. Et les dégâts seront d'autant plus forts que les réformes n'auront pas été faites.

En 20 ans, la dette est passée de 55% à 98,4% du PIB

Tous les discours sur la « maitrise des finances publiques » ou la « disparition du trou de la Sécu » ne résistent pas un instant face à la réalité que les chiffres de l'INSEE ne peuvent dissimuler : la dette publique française, au sens de Maastricht, continue sa course folle. Les graphiques ci-dessous en disent plus qu'un long discours. En pourcentage du PIB, on est passé en 20 ans de 55% à 98,4% du PIB. Depuis près de 15 ans, nous sommes au-dessus des 60% prévus par les traités européens. La course folle ne s'est en rien ralentie depuis l'élection de François Hollande (300 milliards de plus).

© Source : INSEE
Dette au sens de Maastricht des administrations publiques

Snakes in Suits

Parasitocratie à la française : nos élus coupés de la réalité


Commentaire : A la lecture de ce qui suit, on comprend mieux à quel point le système politique est irréformable. Allons-nous demander à ceux qui cumulent des mandats, des fonctions, des indemnités et des pensions de voter des lois allant à l'encontre de leurs intérêts financiers ? Ces politiciens parasites qui s'accrochent à leurs privilèges sentent confusément la colère du peuple. Pourquoi donc ne pas voter des lois qui restreignent toujours plus la liberté de ces citoyens qui leur font si peur ?

La "noblesse d'État" française vit dans un tunnel coupé des réalités. Bénéficiant du statut protecteur de fonctionnaire, elle peuple l'Assemblée et l'exécutif. Notre Parasitocratie finit toujours par imposer ses solutions étatiques étouffant la concurrence.

En parallèle à la "noblesse d'Etat" française s'est développé jusqu'à nos jours un système politique de plus en plus fermé.

Michèle Delaunay, cancérologue, députée socialiste de Gironde en 2007, et ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de l'Autonomie dans le gouvernement Ayrault de mai 2012 à mars 2014, a dénoncé ce système dans son blog "Le tunnel, ou comment faire carrière sans mettre un pied dans la vraie vie".

La démonstration est magistrale.

Commentaire: Inutile de s'extasier sur Macron ; attendre du Système qu'il nous propose une solution hors-système juste et équitable, c'est sans doute perdre son temps.

Réflexion tirée de l'article Le postimpérialisme : esquisse d'un nouvel ordre social :
Le postimpérialisme est véritablement une société méritocratique. Mais ici, le mérite n'est pas basé sur des valeurs pathologiques/impérialistes comme le pouvoir, l'inconsistance, la richesse ou la domination. Au contraire, nonobstant les compétences de l'individu, ce qui importe véritablement, c'est sa contribution à la communauté. L'empathie, la générosité, la solidarité et la considération pour autrui sont les valeurs positives du postimpérialisme, et la hiérarchie sociale est fondée sur ces valeurs.

Ainsi les « points communauté » sont-ils attribués aux individus qui contribuent de façon positive à la communauté. Plusieurs droits, comme l'accès à des positions d'élus au sein de la communauté ou de l'État et autres professions critiques, la possession d'armes à feu, la liberté de léguer ses biens, etc. ne peuvent être accordés qu'aux individus qui possèdent un nombre suffisant de « points communauté ».

Tandis que les idéologies passées vénéraient un « dieu » unique (l'État, la race, l'individu) et y sacrifiaient tout le reste, le postimpérialisme offre une approche équilibrée entre individualisme et collectivisme. Ni l'un ni l'autre ne sont niés. Les points communauté sont l'un des mécanismes qui permettent de réconcilier intérêts individuels et intérêts collectifs. Par exemple, à chaque foi qu'un individu contribue positivement à la communauté, il gagne des points communauté qui augmentent ses droits individuels. Ainsi, en aidant les autres, ils s'aide lui-même.



Heart - Black

N'êtes-vous pas indignés ? Les enfants tués à Alep, grands oubliés des médias occidentaux

Sept écoliers ont trouvé la mort et dix autres ont été blessés jeudi dans une nouvelle attaque terroriste contre des quartiers de la ville syrienne d'Alep. Or, la plupart des médias occidentaux n'ont pas jugé nécessaire d'y prêter l'attention. Serait-ce dû au fait que cette attaque s'inscrit mal dans la théorie défendue par cette presse ? C'est à 8 heures du matin, l'heure où les gamins se rendent à l'école, que les terroristes ont pilonné au mortier le quartier de Souleymanieh. Plusieurs obus sont tombés à l'entrée de l'école. Sept écoliers sont morts sur place et dix autres ont été blessés.

© Google
Les enfants de Syrie ignorés par les médias occidentaux
Les combattants extrémistes assiégés dans les quartiers orientaux de la ville pilonnent quasi-quotidiennement les quartiers du reste de la ville et les tirs augmentent lorsque l'armée intensifie son offensive contre leurs positions.

Suite à cette attaque, certaines familles ont perdu plusieurs enfants — les gamins se rendaient ensemble à l'école. Ainsi, une fillette est morte sur place, tandis que son frère a été grièvement blessé. Actuellement, les médecins tentent de le sauver.