Bienvenue à Sott.net
sam., 04 juil. 2020
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Enfant de la Société
Carte

Attention

Des migrants sans-papiers défilent illégalement à Paris - 92 interpellations

Une manifestation de solidarité en faveur des migrants clandestins, pourtant interdite par la préfecture de police de Paris en vertu des règles sanitaires, s'est élancée dans la capitale, rassemblant plusieurs milliers de personnes. Des heurts ont fini par éclater.

manif migrants
© Twitter : @CharlesBaudry
Manifestation interdite en faveur de la régularisation des sans-papiers, le 30 mai 2020, place de la République à Paris
Les règles sanitaires en vigueur ne concernent-elles que les Français ? Alors que le pays se déconfine progressivement et que l'Île-de-France demeure l'un des foyers les plus actifs de l'épidémie dans l'Hexagone, une manifestation de solidarité aux migrants sans-papiers a été lancée, samedi 30 mai, dans les rues de la capitale, au mépris des précautions sanitaires. La préfecture de police de Paris l'avait pourtant interdite, en vertu de l'interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes.

Light Sabers

Tucker Carlson sur les émeutes de Minneapolis : « Les médias attisent les tensions raciales. Ils ne font rien pour apaiser la situation »

minneapolis
© Julio Cortez, AP
Fox News, 28 mai 2020 :


Transcription :

Tucker Carlson [sur un ton ironique] : Si vous avez regardé les reportages en provenance de Minneapolis sur ce qui s'est passé mercredi soir, vous savez parfaitement que ce que à quoi nous assistons là-bas - malgré les apparences - est en fait une quête de justice.

C'est une quête de réponses qui se font attendre depuis longtemps de la part de manifestants légitimement frustrés qui, si nous voulons être honnêtes, sont opprimés depuis si longtemps qu'ils ne peuvent plus rester passifs. Ce que vous voyez à Minneapolis, c'est la démocratie dans sa forme la plus pure. Dans les faits, c'est un rassemblement politique. Comme l'illustre cette scène hier soir :

Cross

Ariège : quatre tombes, dont celle d'un prêtre, vandalisées à Saint-Pierre-de-Rivière

cimetière
Après un long sacerdoce accompli dans le diocèse de Créteil, le Père Émile Genès est revenu dans son Ariège d'origine en 2007. Il y est décédé, à l'âge de 80, et a été inhumé dans son village natal de Saint-Pierre-de-Rivière en octobre de l'année dernière. Un lecteur, que je remercie, me signale que sa tombe a été profanée dans la nuit du 26 au 27 mai. Trois autres tombes ont également été vandalisées. Le maire a déposé plainte et la gendarmerie enquête.

Cheesecake

Faites ce que je dis, pas ce que je fais ? Les huîtres de Castaner passent mal

Faites ce que je dis, pas ce que je fais ? Une nouvelle photographie montre Christophe Castaner ne respectant pas les gestes barrières et la distanciation physique. Un cliché où il déguste des huîtres n'a pas manqué de faire réagir sur internet.

cccc
© Inconnu
Une photographie du ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, prise le 26 mai 2020 au bord de la plage de la station balnéaire de Veules-les-Roses (Seine-Maritime), a été partagée et commentée plusieurs dizaines de milliers de fois, notamment sur Facebook, et a suscité l'ire de bon nombre d'internautes.

Sur cette photographie, Christophe Castaner, venu inspecter la réouverture de la plage de Veules-les-Roses dans le cadre du début du déconfinement en France, se trouve devant un étal d'huîtres et de vin blanc, entouré d'une dizaine de personnes, debout devant une plage.

Toutefois, contrairement aux photographies officielles prises lors de la visite du ministre de l'Intérieur sur ce site, le locataire de l'hôtel de Beauvau ne respecte pas, sur cette photographie, les mesures de distanciation physique et ne porte pas de masque. Autant de manquements aux règles strictes de déconfinement en France qui ont irrité des milliers d'internautes.

Commentaire: Combien de temps les gens vont supporter ce rire malicieux des tout-puissants ?


Fire

Minneapolis à feu et à sang - Du Covid-19 à l'émeute

minneapolis

27 mai 2020, Minneapolis : après deux mois de confinement, retour à la « normale » aux États-Unis
Il semble que l'on puisse avancer l'hypothèse qu'aux États-Unis, où la situation est si spécifique, y compris la crise du Covid-19, on soit peut-être en train de basculer de la crise du Covid-19 à la crise tout court (socio-économique, troubles sociaux, politique, etc.), et cela avec la pression énorme des présidentielles de novembre prochain. Il s'agit des événements de Minneapolis, depuis lundi et la mort d'un Africain-Américain, George Floyd, lors d'un contrôle de police passant par une immobilisation ventrale et une violent prise du cou de la victime, morte d'asphyxie. Le policier qui est intervenu de la sorte, Derek Chauvin, est connu pour sa brutalité et a déjà été impliqué dans plusieurs incidents ayant abouti à la mort de personnes interpellées.


Comment: Coïncidence ? George Floyd et Derek Chauvin ont travaillé dans le même club de Minneapolis.

« L'ancienne propriétaire d'un club dans le sud de Minneapolis affirme que l'officier de police et l'homme noir dont il a causé la mort ont tous deux travaillé dans son club, y assurant la sécurité jusqu'à la fin de l'année dernière.

George Floyd et l'ancien officier de police Derek Chauvin ont tous deux travaillé comme agents de sécurité au club El Nuevo Rodeo sur Lake Street, selon Maya Santamaria. Maya Santamaria a été propriétaire de l'établissement pendant près de vingt ans, avant de le vendre il y a quelques mois.

"Chauvin a été notre agent de police en dehors de ses heures de service pendant la quasi-totalité des 17 ans où nous avons été ouverts", a déclaré Santamaria. "Ils travaillaient ensemble en même temps, c'est juste que Chauvin travaillait à l'extérieur et que les agents de sécurité étaient à l'intérieur."

(...) Santamaria ne peut pas dire avec certitude qu'ils se connaissaient, car il y avait souvent une vingtaine d'agents de sécurité qui travaillaient au club, y compris des agents de police assurant la sécurité en-dehors de leurs heures de service. »

Il y a eu dès lundi soir des réactions populaires, d'abord dans le calme et portant sur le seul cas de cet Africain-Américain tué par la police, avec les connotations sociétales (racisme/antiracisme) qu'on devine mais sans que la forme de la manifestation ait cette connotation raciale puisque de nombreux Blancs (c-à-d, Caucasiens-Américains) y participaient. Les manifestations se sont poursuivies les jours suivants et, surtout hier, ont pris une toute autre allure, tournant à l'émeute et surtout au pillage de certains magasins. Cela tend, dans les conditions économiques très difficiles actuelles où de très nombreux citoyens sont brusquement au chômage et sans revenus, et où l'on a déjà constaté que nombre d'entre eux peinent à seulement se procurer de la nourriture, à justifier de les assimiler à des « émeutes de la faim ».


Comment: Notons également que, d'après de nombreux témoignages et vidéos qui circulent sur Internet, des antifas et des agents provocateurs seraient également impliqués dans ces émeutes :


Le 29 mai 2020, le Procureur général du Minnesota Keith Ellison - membre du parti démocrate, ancien membre de la Chambre des représentants du Minnesota et ex vice-président du Comité national démocrate - a supprimé un selfie tweeté en 2018 où, le sourire narquois, il tient à la main un exemplaire d' "Antifa: The Anti-Fascist Handbook" [Antifa : le manuel anti-fasciste - NdE]. Avec en légende : « Je viens de trouver le livre qui fera trembler de peur @realdonaldtrump. »


Réponse du berger à la bergère :

trump antifa

Les États-Unis vont désigner les ANTIFA comme organisation terroriste.

C'est donc un cocktail explosif, - argument sociétal et argument économique, - qui risque de faire tache d'huile dans les conditions crisiques, sociales et politiques que l'on connaît aujourd'hui. Hier, alors que les incidents se poursuivaient à Minneapolis, une foule d'un millier de personnes bloquaient des voitures de police sur une voie express à Los Angeles, directement en référence aux événements de Minneapolis. Bien entendu, tout le monde songe à l'élection présidentielle et à l'atmosphère crisique extrêmement tendue entre l'administration [Trump] et les gouverneurs de certains États, et diverses organisations progressistes, etc., et à l'explosion qui couve par conséquent. ZeroHedge.com note, à la fin de son article du jour (« Minneapolis Is Burning »), toujours sur la suite en continu des événements :

USA

Rien n'a changé dans les plans de l'armée USA qui reprend ses grandes manoeuvres en Europe

L'US Army Europe ( Armée USA en Europe ), "après une attentive évaluation et planification", a décidé qu'elle effectuera en Pologne, du 5 au 19 juin, l'exercice Allied Spririt dans le cadre de la grande manoeuvre Defender-Europe 20 ( Défenseur de l'Europe 2020 ).

Y participeront 4.000 soldats étasuniens d'unités blindées et d'infanterie, avec 2.000 soldats polonais à leurs côtés. L'exercice, qui aurait dû se dérouler en mai, a été renvoyé car, à cause du Covid-19, la Defender-Europe a été partiellement modifiée.
eeeee
© ilmanifesto.it
Mais, précise l'US Army Europe, quand en mars a été suspendu l'envoi de forces depuis les États-Unis, "plus de 90% des équipements destinés à la Defender-Europe 20 étaient déjà à bord d'avions et navires se dirigeant vers l'Europe".

Au total sont arrivés plus de 3.000 pièces d'équipement, en commençant par des chars d'assaut, auxquels se sont ajoutés plus de 9.000 véhicules blindés et autres véhicules provenant des dépôts "pré-positionnés" que l'Armée USA maintient en Allemagne.

Attention

Nuit de rage à Minneapolis : émeutes et incendies pour réclamer justice

La rage et la désolation causées par la mort de George Floyd aux mains de la police ont viré aux émeutes mercredi soir dans la ville américaine de Minneapolis, dans l'Etat du Minnesota.
eeee
© kerem yucel / AFP
C'était la deuxième nuit d'affrontements entre manifestants et policiers dans cette ville.

A l'origine, la mort violente de l'Afro-Américain George Floyd lundi, en pleine rue, entre les mains des éléments de police. Dans une vidéo largement diffusée, on voit M. Floyd haleter alors qu'un policier blanc s'appuie de tout son poids sur son cou. Trois autres policiers observent, impassibles malgré les supplications des passants.

Syringe

À quoi ressemble le « plan vaccination » du Covid-19 ?

« Malgré le joyeux communiqué de presse de Moderna cette semaine, les résultats des essais cliniques pour son vaccin révolutionnaire contre le Covid-19 ne pourraient être pires. »

« Le vaccin, développé et défendu par Anthony Fauci et financé par Bill Gates, utilise une technologie expérimentale d'ARNm... »

« Trois des quinze cobayes humains du groupe ayant reçu une forte dose (250 mcg) ont subi un grave effet indésirable dans les 43 jours suivant l'injection effectuée par Moderna. Moderna... qui a reconnu que trois volontaires ont développé des événements systémiques de grade 3 définis par la FDA comme empêchant l'activité quotidienne et nécessitant une intervention médicale. »

« Moderna n'a permis qu'à des volontaires exceptionnellement en bonne santé de participer à l'étude. Un vaccin présentant ces taux de réaction pourrait causer des blessures graves à 1,5 milliard d'êtres humains s'il était administré à chaque personne sur Terre. »

~ Robert F Kennedy, Jr., Children's Health Defense, 22 mai 2020, « La catastrophe des essais vaccinaux : le vaccin Moderna a un taux de 20 % de graves lésions dans le groupe qui a reçu des doses élevées ».
Mais qui s'en soucie, n'est-ce pas ? Ce qui compte c'est d'y aller à toute vapeur.
Vaccination
© Inconnu
J'ai démontré dans de nombreux articles au fil des années l'inutilité des vaccins qui sont destructeurs et inefficaces. Cet article porte sur un autre sujet : la manière dont est élaborée par ses planificateurs le « plan d'injection » dans le corps de la population mondiale d'un vaccin contre le Covid-19. Ces concepteurs ne sont pas complètement stupides, vous savez. Ils sont conscients des difficultés auxquelles ils vont devoir faire face. Ils savent que beaucoup de gens diront NON.

Considérez leur plan comme une opération des services de renseignement. Leurs architectes engagent de nombreuses discussions ; ils établissent des prédictions ; ils envisagent des options.

« Que se passera-t-il si nous rendons le vaccin obligatoire pour tout le monde ? »

En dehors de problèmes logistiques impressionnants, « obligatoire pour tous » signifie que les planificateurs n'ont aucune marge de manœuvre. Il devient difficile de faire des ajustements face à l'opposition du public. Ils ont dès le départ joué leur carte maîtresse.

Il est bien sûr possible d'appliquer des règles strictes. Faites appel à l'armée. Faites du porte à porte. Pendant des années. Essayez de traquer tous ceux qui refusent, plaquez-les au sol et abattez-les. État policier manifeste.

Family

L'âme et les barbelés — Une « liberté « muselée »

L'œuvre magistrale de Soljénitsyne, L'Archipel du Goulag, « cette immense fresque de l'univers concentrationnaire soviétique », constitue un parallèle à ce point édifiant avec l'Histoire conjuguée au présent qu'il était presque impossible de ne pas décider d'en partager avec vous un extrait bien précis : le chapitre 3 intitulé Une « liberté » muselée de la partie 4 titrée L'âme et les barbelés, desquels nous avons construit le titre de cet article. Si vous n'avez pas encore lu cette magistrale chronique dans laquelle « Alexandre Soljénitsyne « redonne une voix aux détenus du Goulag, cet « archipel » où des millions de zeks sont morts. », c'est peut-être bien le moment de le faire.
Soljénitsyne
© Ulf Andersen - Aurimage via AFP
L'écrivain dissident russe Alexandre Soljénitsyne a été nobélisé en 1970. Mais il n'a pu recevoir son prix que quatre ans plus tard, après avoir été expulsé d'URSS.
L'existence de ce parallèle se fait de toute évidence par la tendance qu'ont les populations à suivre les dictas des pouvoirs en place, quel que soit ce pouvoir et quel que soit la période à laquelle il opère, à travers une propagande mensongère normalisée par lequel il nous inculque quoi penser, quoi dire et quoi faire. La peur, le mouchardage, l'ignorance, le mensonge, la traîtrise et la cruauté exercent leurs attributs sur des populations muselée, enfermée dans une pensée manichéenne dont nul n'a le droit de sortir. Tout dissident doit être arrêté, écarté, mis au silence, dénigré sur la place publique, et éventuellement jeté en pâture à la vindicte populaire effrayée par des mots et des idées qui mettent ses zones de confort en danger.

Alors bien sûr, le Goulag de l'Union soviétique peut nous sembler déjà « lointain », et pourtant... Bien que le contexte ne soit pas le même et bien que les moyens dont disposaient à l'époque le pouvoir en URSS n'aie rien à voir avec ceux dont disposent aujourd'hui les Pouvoirs en place « mondialisés » — ressources technologiques, résultats d'expérimentations (Milgram) et autres PsyOps selon la « psychologie des foules », pour ne citer que deux exemples — notez toutefois qu'ils sont majeurs, car à eux deux, ils constituent le fer de lance de la mise sous « bulles » de populations entières — il existe une tendance à l'obéissance mise à profit, depuis des siècles, par ceux que le pouvoir attire, ceux qui ont construit — et continuent de construire — le système que nous connaissons actuellement et qui voit chaque être humain de la planète assujetti aux conventions morales, sociales, médicales et politiques de son pays, et au sein duquel l'autorité de l'État se substitue finalement à l'autorité parentale et lave le cerveau de nos enfants dès leur plus jeune âge grâce au tout technologique.

Voici quelques articles dont le contenu permet de faire le parallèle entre l'extrait qui suit et nos « actualités » : À propos de ce qui a été dit par d'autres auteurs, à savoir que les camps dépravaient tous les individus, Soljénitsyne écrit quelques paragraphes avant le court chapitre que nous vous présentons :
« Se dépravent dans les camps ceux qui, avant les camps, n'étaient nantis d'aucune morale, d'aucune éducation religieuse, [...] ceux qui étaient mûrs pour la dépravation. [...] Si un homme ne tarde pas à s'encanailler dans les camps, cela veut dire sans doute que sa nature canaille se révèle à ce moment-là, alors qu'auparavant rien ne l'y forçait. [...] Oui, les camps avaient pour finalité et terme la dépravation. Cela ne signifie pas qu'ils arrivaient à écraser chacun. »
Voici donc cet extrait dans lequel toute mise en gras est le fait des éditeurs ; les italiques ont été conservées à l'identique de celles de l'auteur...

— — — — — — — — — — — — — — — — — — — — —

Yellow Vest

« Laissons les médecins prescrire » : la résistance des médecins libéraux s'organise

GRANDE INTERVIEW de Violaine Guérin, co-fondatrice du mouvement « Laissons les médecins prescrire ».
Violaine Guérin

Violaine Guérin
Guy Courtois pour FranceSoir : Pouvez-vous vous présenter ?

Violaine Guérin : Je m'appelle Violaine Guérin j'ai 60 ans, future retraitée, et je dois dire que la crise me fait dire qu'il va falloir penser à s'arrêter. Il y a une dégradation du système de santé qui est insupportable pour les gens comme moi qui ont connu d'autres temps. Je suis endocrinologue et gynécologue médicale, mon domaine de recherche est l'immunologie. Je suis une chercheuse à la fois en science fondamentale et en science clinique. Je suis pour quelques semaines encore également présidente de l'association : « Stop aux Violences Sexuelles », (note 2) qui porte une stratégie de santé publique.

FS : Quelles sont vos valeurs ? Vos engagements dans la vie ?

VG : Mes valeurs tournent beaucoup autour de l'humanité. Je suis convaincue que les personnes, les êtres humains, sont des belles personnes dès lors qu'elles n'ont pas été fracassées par la violence. Nous vivons dans une société extrêmement violente. J'essaie de travailler pour que les gens comprennent ça. C'est un peu central dans ma vie. J'ai eu la chance de passer un peu de temps de ma vie dans les déserts, avec les Touaregs, et cela m'a beaucoup recentrée sur ce qui est essentiel dans la vie.
Donc je suis assez « dépouillée » de beaucoup de superflus.
FS : Pouvez-vous nous présenter le mouvement « Laissons les médecins prescrire » ? (note 3)

VG : C'est un mouvement qui s'est créé de façon extrêmement spontanée, suite aux décrets successifs qui ont été publiés et qui ont fini par restreindre totalement la liberté de prescription des médecins libéraux; ces décrets n'ont pas touché les médecins hospitaliers. Ça a été un choc, je pense que cela a créé beaucoup d'émotion parce que c'est la première fois, dans l'histoire de la médecine en France, que l'on s'attaque à cela. Les médecins se sont agrégés les uns les autres en un noyau dur.
Et cette période de confinement a favorisé les choses parce que tout le monde était sur les réseaux sociaux, les gens essayaient de comprendre.
FS : Pourquoi ce nom « Laissons les médecins prescrire » ?