Bienvenue à Sott.net
mer., 29 jan. 2020
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Enfant de la Société
Carte

Nuke

Vidéo : reportage au coeur de la zone d'exclusion de Fukushima

Le journaliste japonais Tetsuo Jimbo s'est aventuré dans la zone de sécurité qui entoure la centrale de Fukushima. Il s'est approché à un peu plus d'un kilomètre de Fukushima Daichi. Il a vu les troupeaux errer sur les routes, les maisons abandonnées, le littoral dévasté par le tsunami.

Dollar

Le dollar va mourir

Image
© Michel Perret
Myret Zaki
La journaliste économique - qui, en 2008, nous a révélé les dessous de la débâcle d'UBS - s'en prend, dans un ouvrage à paraître demain, à la monnaie qui gouverne la planète. Elle démontre, pas à pas, «comment le billet vert est devenu la plus grande bulle spéculative de l'histoire». Et pourquoi sa fin est programmée.

Nuke

La catastrophe de Fukushima relevée au même niveau que Tchernobyl

Image
© Photo: AFP/Forces navales japonaises
La centrale Fukushima-Daiichi (archives)
Le Japon a décidé de relever de 5 à 7 le niveau de gravité de l'accident nucléaire de Fukushima. Il s'agit du degré le plus élevé de l'échelle internationale des événements nucléaires, égal à celui de la catastrophe de Tchernobyl.

Ce niveau signifie qu'un « rejet majeur de matières radioactives » s'est produit avec « des effets considérables sur la santé et l'environnement ».

Selon l'agence Kyodo, la Commission gouvernementale sur la sûreté nucléaire estime que la radioactivité émise par les réacteurs de la centrale Fukushima-Daiichi a atteint 10 000 térabecquerels pendant plusieurs heures, ce qui en fait un accident de niveau 7.

La catastrophe de Tchernobyl, survenue en 1986 dans ce qui était alors la République soviétique d'Ukraine, était précédemment la seule à avoir été classée niveau 7.

Arrow Down

Le silence des abeilles

Extrait du film « Le silence des abeilles » de Doug Shultz (2007) diffusé sur "National Geographic" (2008)

Dans une région de Chine ou, conséquence d'un usage intensif de pesticides, les abeilles ont disparu, des centaines d'ouvriers agricoles fécondent eux-mêmes les fleurs des poiriers... hallucinant !


Star of David

Facebook, nouvelle plate-forme de la « Hasbara » israélienne

Israël compte faire de Facebook sa principale plate-forme mondiale de Hasbara, terme utilisé pour désigner la campagne d'information d'Israël à l'étranger. Jérusalem va investir d'importantes ressources pour planifier stratégiquement l'utilisation de ce gigantesque réseau social sur le net, dont 600 millions d'utilisateurs sont membres. Le vice-ministre des Affaires étrangères Danny Ayalon s'est rendu à cet effet vendredi au siège de Facebook en Californie, où il s'est entretenu avec de hauts responsables de la compagnie.

Commentaire:
Bidouilles sionistes et Hasbara sur Wikipédia :


À lire :
Alerte à la propagande Hasbara ! La machine de relations publiques sioniste se met en marche

Israel recrute sur Internet, même et surtout en France


Nuke

Paysage de désolation aux abords de Fukushima

Reportage du journaliste Tetsuo Jimbo le 3 avril 2011 dans la zone d'évacuation.


Pistol

Côte d'Ivoire : des centaines de civils tués par les rebelles, selon les observateurs

Traduit par Le Grand Soir

Image
Des massacres ont été commis par les deux camps en présence dans le conflit en Côte d'Ivoire, selon l'ONG Human Rights Watch (HRW) (étrangement, le titre de l'article mentionne "les rebelles" pour aussitôt préciser "par les deux camps". NdT)

Leur rapport décrit une succession de morts et de destructions commis pas les forces rebelles qui ont balayé le pays et livrent des combats dans les rues d'Abidjan pour instaurer Alassane Ouattara à la présidence.

Alors qu'Ouattara, soutenu par l'ONU et la communauté internationale, se rapproche de la victoire, The Guardian a découvert les preuves d'atrocités commises par ses partisans. Les réfugiés qui ont traversé la forêt pour le Liberia voisin ont décrit des scènes d'enfants brûlés vifs au cours d'attaques de rebelles et des rues jonchées de cadavres.

HRW demande une enquête sur ces massacres effectuées aussi bien par les partisans d'Ouattara que ceux de Laurent Gbagbo qui a refusé de quitter le pouvoir après avoir perdu l'élection présidentielle en novembre.

Red Flag

Une mer de guerre

Image
De nouveaux cadavres d'hommes, de femmes et d'enfants sont venus allonger la longue liste de ceux qui ont fait un immense tombeau de ce Mare Nostrum* qui fut autrefois une mer permettant à des gens, des coutumes et des cultures de fraterniser, et devenu aujourd'hui une frontière blindée qui sépare et extermine, tuant ce qui reste de notre humanité.*

Les dernières 250 victimes du Canal de Sicile, des Érythréens et des Somaliens - que certains médias s'acharnent, malgré la dimension de cette tragédie, à qualifier de "clandestins" et d'"extracommunautaires" -, ne sont pas seulement mortes du fait de la prohibition de l'accès à l'Europe, mais aussi de notre coupable ingérence "humanitaire" en Libye. On a préféré les bombardements aux corridors réellement humanitaires, on a ignoré cyniquement le devoir de sauver avant tout les êtres humains et, en premier lieu, les réfugiés, persécutés et pris au piège dans la guerre civile.

D'ores et déjà nous le savons : même ces victimes par excellence, noyées (à cause de retards ou d'impéritie ?) au cours des opérations de secours des garde-côtes italiens, ne viendront pas solliciter l'empathie qui déclenche le ressort de la solidarité collective et induit la réflexion sur la folie de guerres "humanitaires" qui tuent des humains. Cela fait longtemps que notre malheureux pays n'éprouve plus les sentiments qui, il y a juste 20 ans, poussèrent les habitants de Brindisi, ville de 90 000 habitants, à restaurer, secourir et héberger dans leurs propres maisons 27 000 réfugiés albanais.

Family

Faim et pauvreté extrême s'installent aux États-Unis

Traduction pour El Correo de : Estelle et Carlos Debiasi

Image
Ici des millions gens souffrent de faim. Nous ne parlons pas d'Haïti, ni de pays africains, ou asiatiques, ni des favelas sudaméricaines, mais du fait extraordinaire dont que dans le pays le plus riche du monde, avec le secteur agricole le plus productif, des millions de gens souffrent de ce qui s'appelle l'« insécurité alimentaire », ou ce qui en chrétien se traduit comme ne pas savoir d'où proviendra la prochaine nourriture.

Aux États-Unis il est permis - sans que cela soit un scandale national - que les enfants n'aient pas suffisamment à manger. Le programme national de télévision de CBS News, 60 Minutes, a récemment montré les visages et les histoires de familles sans toit, dont les enfants ont dit ce qu'ils ressentent quand ils ne mangent pas suffisamment. Plus de 16 millions de mineurs vivent dans la pauvreté -2 millions de plus qu'avant la crise économique qui a éclaté en 2007 - et on constate que c'est l'écroulement le plus rapide de la classe moyenne jamais arrivé depuis que le gouvernement a commencé à les mesurer, il y a demi-siècle, explique CBS News.

Qu'est qu'on ressent quand on a faim ? demande le journaliste aux enfants d'une école primaire de Floride. « C' est difficile. Tu ne peux pas dormir. Tu attends seulement, tu t'endors cinq minutes et tu te réveilles à nouveau. Tu as a mal à estomac et pense : ' je ne peux pas dormir, je vais essayer de dormir, je vais essayer de dormir', mais tu ne peux pas parce que tu as trop mal à l'estomac. Et c'est parce que tu n'as pas de nourriture dans toi », répond un enfant.

Arrow Up

Nouveau record de l'or, l'argent à un sommet en 31 ans

LONDRES - Le cours de l'or a franchi vendredi pour la première fois la barre des 1.470 dollars l'once, un nouveau sommet historique, tandis que celui de l'argent atteignait son plus haut niveau en 31 ans, soutenus notamment par les inquiétudes persistantes sur l'inflation.

Vers 15H20 GMT, le prix de l'once d'or s'est élevé à 1.474,90 dollars, un niveau sans précédent.

A la même heure, l'argent grimpait jusqu'à 40,46 dollars l'once, son plus haut niveau depuis février 1980.

"La poussée de l'or est principalement alimentée par la faiblesse persistante du dollar, et un regain d'inquiétude sur les dettes souveraines dans la zone euro" après l'appel du Portugal à une aide financière européenne, soulignait Andrey Kryuchenkov, analyste du courtier VTB Capital.