Bienvenue à Sott.net
mer., 08 juil. 2020
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Enfant de la Société
Carte

Chalkboard

Californie : un prof de fac suspendu pour avoir refusé de relever les notes des étudiants noirs

La lutte pour l'égalité raciale s'invite donc maintenant jusqu'à la faculté. Le 6 juin, des étudiants de l'Université de Californie appartenant à un groupe se définissant comme « non Noirs, mais alliés » avaient commencé par demander à leurs professeurs d'annuler ou de reporter les examens de fin d'année pour les élèves issus des « minorités ».
cccc
© Alex Segura/EFE/SIPA
Des manifestations à l'Université de Californie à Los Angeles
Une demande à laquelle Gordon Klein, professeur de comptabilité, a immédiatement répondu par la négative, argumentant dans un mail qu'il ne pouvait pas « identifier » ses élèves en fonction de leur race. Mais le groupe à l'origine de la demande n'a pas souhaité en rester là... Dénonçant le ton « moqueur » du professeur, ses membres ont lancé une pétition demandant purement et simplement l'éviction de celui-ci.

Commentaire: On est a l'ère de la destruction : on détruit des statues qui représentent l'Histoire ( en bien ou en mal ), on détruit la notion d'apprentissage, on détruit la notion de l'éducation, on détruit la connaissance et ceux qui la transmettent. Bientôt il ne restera que des cendres, dans une société idiotisée, ignorante de son passé, de son present et évidemment ignorante des conséquences de ses actes. Un très beau panorama de l'humanité.


Whistle

Le fils de Mohamed Ali affirme que son père aurait détesté les racistes de Black Lives Matter

Muhammad Ali Jr.
© www.thisischriswhite.com
Mohamed Ali Jr.
Au quatrième anniversaire de la mort de Mohamed Ali, son seul fils biologique a déclaré que s'il était encore vivant, son père serait contre Black Lives Matter. Il a qualifié le mouvement de « raciste » et les manifestants de « démons ».

Le légendaire boxeur et activiste a lutté contre le racisme toute sa vie, mais Mohamed Ali Jr. dit que son père aurait été écoeuré de voir les manifestations sombrer dans la violence et les pillages après la mort de George Floyd.

« Ne foutez rien en l'air, ne saccagez pas les lieux », a-t-il déclaré au Post. « Vous pouvez protester pacifiquement. »

« Mon père aurait dit : "Des démons, voilà ce qu'ils sont. Mon père disait : "Toutes les vies comptent." Je ne pense pas qu'il serait d'accord [avec ce qui se passe - NdT].

Au sujet du mouvement BLM, Ali Jr., musulman comme son père, déclare : « Je pense qu'ils sont racistes. »

« Il n'y a pas que les vies noires qui comptent, les vies blanches comptent, les vies chinoises comptent, toutes les vies comptent, la vie de chacun compte. Dieu aime tout le monde - il n'a jamais favorisé personne. Tuer est mal, peu importe qui vous tuez », a déclaré Ali lors d'une interview d'une heure au Post.

En ce qui concerne les brutalités policières, Ali a défendu les forces de l'ordre en général.

Alarm Clock

Maire de Londres : Les masques obligatoires seront la « nouvelle normalité » pour au moins une année supplémentaire

L'une des grandes conséquences désastreuses de la crise du COVID est qu'en dépit du fait que le Coronavirus disparaît rapidement et que son taux de mortalité infectieuse réel se situe exactement dans la même fourchette que celui de la grippe saisonnière, les politiciens et les responsables gouvernementaux de la santé semblent déterminés à mettre en place le régime mondialiste de la « Nouvelle Normalité ».

llll
© Inconnu
Les responsables de la santé et les médias nous disent constamment que la raison principale pour laquelle nous avons besoin de masques faciaux est de protéger les gens contre l'agent pathogène COVID-19.

Commentaire: Lire aussi :


Blackbox

C'est pas grave d'être blanc ?


Comment: Si l'auteur de cet article - publié en anglais en janvier dernier - avait su à quel point il serait particulièrement d'actualité six mois plus tard...


is it ok to be white?
Je suis blanc, et ça ne me pose pas de problème. Je ne suis pas fier d'être blanc, parce que je n'ai rien fait pour. Il se trouve juste que je suis blanc parce que mes parents l'étaient. Je n'ai pas eu mon mot à dire. Je n'y suis pour rien.

En décembre 2019, des affiches portant le slogan "It's OK to be white" (c'est pas grave d'être blanc) ont fait leur apparition à Perth (en Écosse). D'après la BBC, qu'on peut difficilement qualifier de source fiable, cela a donné lieu à des réactions du genre : « C'est révoltant et répugnant que des gens puissent raisonner ainsi ». Le gouvernement écossais était apparemment d'accord, en témoigne cette déclaration du député de Perth, John Swinney : « Nous devons nous unir pour résister à ces affiches inacceptables ».

En quoi sont-elles inacceptables ? Si on disait : « C'est pas grave d'être noir, basané, jaune ou peau-rouge », est-ce que ce serait inacceptable ? Peut-être, mais dans ce cas, pourquoi ? Qu'y a t-il de mal à accepter sa couleur de peau ? Notre propre ethnicité doit-elle nous rendre mal à l'aise ? En quoi la couleur de peau importe-t-elle, de toute façon ?

Pour moi, c'est OK d'être noir, c'est bien d'être basané, c'est super d'être jaune et c'est cool d'être « peau-rouge ». Dans les pays développés modernes, je considère qui quiconque se croit supérieur en vertu de sa couleur de peau s'est soit fait laver le cerveau, soit est un imbécile. Ce sont les cerveaux conditionnés et les imbéciles qui refusent à certains le droit à l'égalité des chances en raison de leur couleur de peau. Ils sont la cause des relents de racisme systémique (quelle que soit leur ethnicité). Heureusement, ce genre de personnes se font rares, mais elles n'ont pas disparu.

Des lois ont été votées pour empêcher les imbéciles de pratiquer la discrimination. Malheureusement, parmi les imbéciles qui la pratiquent encore, certains sont immensément riches, donc puissants. Ils ont les moyens de payer à prix d'or d'autres imbéciles pour qu'ils leur fassent gagner des procès. Ainsi la loi ne s'applique-t-elle pas aux imbéciles qui peuvent se payer le luxe d'ignorer la justice. Nous découvrirons bientôt qui sont ces gens.

Cowboy Hat

« Pourquoi les Blancs d'aujourd'hui ne sont pas ceux d'hier » - Coleman Hughes

Pour cet étudiant à Columbia, il est absurde de faire porter la responsabilité historique de l'oppression des Afro-Américains sur les Blancs d'aujourd'hui.

coleman hughes

Coleman Hugues
À l'automne 2016, j'ai été embauché parmi les musiciens qui allaient accompagner Rihanna lors des MTV Video Music Awards. À mon heureuse surprise, plusieurs de mes amis avaient aussi été recrutés. Pour nous, c'était le concert d'une vie - de la belle musique, de l'audience et, si la chance nous souriait, la possibilité de tailler une bavette avec des stars en coulisse.

Mais, alors que la date approchait, j'ai appris qu'un de mes amis avait été viré et remplacé. Pourquoi ? Parce qu'il était hispanique et que la direction artistique de Rihanna ne voulait voir que des instrumentistes et des choristes noirs - à l'exception du guitariste habituel de Rihanna, il n'y aurait aucun non-Noir sur scène. Si j'étais déçu pour mon ami, son renvoi ne m'a pas paru injuste à l'époque -, ce qu'il n'était peut-être pas. Est-ce contraire à l'éthique qu'un artiste choisisse la composition raciale d'une performance à l'esthétique raciale évidente ? Peut-être que oui, peut-être que non. Mon opinion personnelle penche vers la liberté artistique, mais, en tant que société, c'est un problème qu'il nous reste encore à résoudre.

Une chose, cependant, est claire. Si les races avaient été inversées - si un musicien noir avait été viré pour permettre un tableau entièrement blanc -, la nouvelle aurait fait la une de tous les journaux. L'infraction morale aurait été admise par tous et sans la moindre ambiguïté. Les habituels indignés auraient fait part de leur indignation, on aurait rappelé les heures les plus sombres de notre histoire faite d'esclavage et de lois ségrégationnistes, et une telle réaction aurait été largement considérée comme justifiée. Il y aurait eu ensuite la vindicte publique et des excuses la main sur le coeur. Il est même possible que, pour corriger le tir, MTV aurait mis en place des formations de lutte contre les préjugés racistes à destination de son personnel et de ses collaborateurs.

Bad Guys

Pathologie mentale circonstancielle — La France atteinte du syndrome de Stockholm

L'internationale de la subversion mondialiste et transhumaniste est à l'œuvre... pour ce faire elle s'appuie sur toutes les pègres transgressives. Notre malheureux pays plaqué au sol, à demi asphyxié, le genou de l'État lui écrasant la nuque, s'ébroue et se relève, les yeux bordés de reconnaissance à l'égard de celui qui enfin le soulage...Mister Macron himself ! Et puis, nous voici rassurés, la statue de Colbert ne sera pas déboulonnée avant d'être jetée à la Seine, en tout cas pas cette fois... mais peut-être la prochaine ?
Syndrome de Stockholm
© Inconnu
N'est-ce pas l'ancien et particulièrement terne Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, président de la Fondation pour la mémoire de l'esclavage, qui prétend débaptiser la salle Colbert de l'Assemblée nationale ? Plus indigéniste que ce porte-parole officieux de la classe dirigeante hexagonale, on meurt. Cela surtout en dit long sur les dispositions d'esprit des soi-disant élites à l'égard de notre héritage politique... Alors faut-il vraiment croire le président Macron lorsqu'il nous passe de la pommade et la main sur le bas des reins ? Avec des individus de cet acabit, il faut toujours inverser la proposition, comprendre le contraire de ce qu'ils disent pour nous endormir... Car tel est le syndrome de Stockholm dans toute sa splendeur.

Pathologie mentale circonstancielle suivant laquelle le confiné voue un amour irrépressible à M. Macron, son geôlier d'hier, d'aujourd'hui et peut-être encore de demain dans une France otage de la mondialisation.

Ainsi va le monde tandis que les « Manifestations contre la violence policière, la violence sociale et la violence raciale » se succèdent et se ressemblent sur fond de véhicules incendiés et de vitrine brisées... Avec pour dénominateur commun, la haine des forces de l'ordre (qui ne sont pas toujours blanc-bleu, en témoigne la brutale répression des défilés de Gilets Jaunes, et à travers elles, la haine de l'ordre tout court, de la France et des Français. Cependant, laissons la République de côté puisque les émeutiers en sont les enfants chéris, promus par la grâce de la discrimination positive, à tous les échelons, grands et petits, de l'appareil d'État. Nous en sentons déjà les effets : le céfran n'a qu'à filer doux, écraser, raser les murs... surtout dans les cours de justice où les uns bénéficient de l'indulgence plénière — Traoré, ce saint innocent, traînait comme autant de titres de gloire une quinzaine de chefs d'inculpation — et où les autres — le quidam lambda — s'exposent à une stricte sévérité. Il est vrai que les rigueurs de la loi ne s'appliquent — presque exclusivement — qu'à ceux qui la respectent !


Family

Le racisme anti-blanc est une réalité pour 47 % des Français

Selon le sondage d'opinion d'IFOP-Fiducial, le racisme anti-blanc est une réalité en France pour 47 % des personnes interrogées. 36 % des sondés estiment que ce racisme anti-blanc n'existe pas en France, et 17 % ne se prononcent pas.
La statue de Jean-Baptiste Colbert devant l'Assemblée nationale
© Joël Saget - AFP via Getty Image
La statue de Jean-Baptiste Colbert devant l'Assemblée nationale
Le sondage Ifop-Fiducial pour CNews et Sud Radio s'est intéressé aux réponses des Français sur leurs relations à la police, aux violences et au racisme.

Ce sondage avait pour objectif de mesurer l'impact des différentes expressions apparues récemment dans l'actualité, telles que « racisme anti-blanc », « privilège blanc » ou encore « racisme d'État ».


Burka

Tchétchènes vs Maghrébins : « On peut attaquer un chrétien, mais on peut pas attaquer un frère musulman »

dijon

De fait, entre les communautés tchétchène et maghrébine, l'armistice s'est négocié... à la mosquée de la Fraternité, à Quétigny, près de Dijon.

Et selon la journaliste Anne Nivat, il n'y a pas eu d'arrestation de Tchétchène :


Camcorder

Infirmière interpellée lors de la manifestation du 16 juin à Paris : la séquence en intégralité

Infirmière interpellée lors de la manifestation du 16 juin à Paris : la séquence en intégralité.
iiii
© DR, Breizh-info.com
Des vidéos montrent l'infirmière, interpellée sans ménagement, réclamer sa ventoline. D'autres la montrent en train de jeter des projectiles en direction des forces de l'ordre. Voici la scène dans son intégralité.

X

Juin 2020. Le risque d'un monde déterminé par la Soumission

La crise du Covid-19 devait laisser des traces plus ou moins profondes selon les situations vécues. Chacun saura se raconter, témoigner.
ssss
© Inconnu
Pour disposer d'une compréhension globale des évolutions à venir, un schéma résume le fonctionnement des sociétés contemporaines dont l'organisation est horizontale autant que pyramidale.

Commentaire: Lire aussi :