Bienvenue à Sott.net
sam., 28 nov. 2020
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Enfant de la Société
Carte


Stop

Le terrifiant reportage d'un producteur battu par trois policiers pour non-port du masque à Paris

Un reportage de Loopsider, dévoilant les effrayantes images d'un passage à tabac d'un producteur, Michel, et ses artistes, provoque l'indignation sur les réseaux sociaux.

Gérald Darmanin, le Ministre de l'Intérieur a demandé au Préfet de police de suspendre les policiers impliqués.
fffff
En pleine polémique sur la loi sur la sécurité globale qui sanctionne la diffusion « malveillante » de l'image des policiers et qui a été adoptée par l'Assemblée Nationale mardi 24 novembre, une vidéo montre l'importance des images.

X

USA : les banques alimentaires que l'on ne vous montre pas

Voici un reportage aussi édifiant qu'effrayant sur les terriblement longues files d'attente aux États-Unis pour se procurer des colis d'aides alimentaires notamment des dindes pour fêter Thanksgiving, la plus grande fête américaine. Cette année, c'est même des militaires comme vous pourrez le voir sur ces images qui remplissent les coffres de millions de familles avec des cartons de nourriture.
jjjjjjj
© Inconnu
La ligne de la faim
Dans ce reportage, ils parlent de 50 millions de personnes concernées dans tout leur pays et de plus de 7 millions d'enfants dans une extrême pauvreté.

Commentaire: Lire aussi :


Clock

« Lettre du passé » écrite à mon fils en 2020

Voici le cri du cœur sous forme de lettre écrite à son fils par Cyril Roche, auteur, metteur en scène et directeur artistique. Auteur de trente pièces de théâtre, Cyril Roche en a mis en scène quarante, et a interprété cinquante rôles, toujours au théâtre. Sa lettre nous propulse dans l'avenir et porte un regard critique sur la « mascarade », véritable « pagaille organisée », qui compose aujourd'hui les affres d'une nuit noire ou d'un hiver sans fin auxquels nous sommes soumis par une dictature qui ne dit pas son nom. Un témoignage tout en sensibilité pour ne pas oublier ce qu'était encore hier notre monde et pour que les mémoires de ce à quoi nous assistons aujourd'hui ne soient pas complètement perdues. Un cri du cœur pour témoigner des événements successifs présents qui pourraient, à terme, menacer l'humanité transformée dans le futur en « ombre vouée à ne servir que son maître, sans jamais plus avoir la possibilité de s'échapper. »
Horloge et Livre
© Inconnu
Ce texte reflète l'état d'une âme tombée dans un découragement profond, un accablement qui peut sembler s'opposer au texte plein d'espoir que nous avons publié il y a quelques semaines : « Ne perdez pas espoir, nous sommes faits pour affronter le défi de cette époque ». Pourtant, et bien qu'il puisse sembler désespéré quant à ce qui pourrait advenir, il offre aussi, et de façon paradoxale, un sentiment qui incline l'individu à espérer, parce qu'en dépit de tous leurs plans, les élites mondialistes ont tendance dans leur hubris à faire fi du fait que rien ne se passe jamais comme prévu, et qu'il s'agit de la seule chose que nous apprend le futur en devenant le passé.

* * * * * * * * * * * * * * * *

Bullseye

Réponses à l'argument fallacieux classique : « Si les masques ne protègent pas, pourquoi les chirurgiens les portent-ils ? »

Le Dr Jim Meehan a écrit en juillet dernier un article portant sur l'utilisation des masques à la fois pour le personnel médical qui intervient dans les blocs opératoires, mais aussi pour le tout un chacun. Nous allons dans un premier temps lui laisser la parole, puis nous poursuivrons en allant un peu plus loin, avec notamment plusieurs études scientifiques et revues d'études scientifiques, menées et publiées depuis plus de quarante ans, qui sont à même de nous éclairer sur les taux de risque d'infections post-opératoires ou nosocomiale,s selon que le masque chirurgical est utilisé ou pas dans les blocs opératoires. Nous reviendrons également sur l'étude randomisée danoise qui portait sur l'efficacité ou pas du port du masque dans les lieux publics et qui n'avait, jusqu'à la semaine dernière, pas trouvé de « revue scientifique assez brave » pour en publier les données ».
Masque Covid
© Inconnu
* * * * * * * * * * * * * * * *

Je suis chirurgien et j'ai effectué plus de 10 000 interventions chirurgicales avec un masque chirurgical. Cependant, ce seul fait ne me qualifie pas vraiment comme expert en la matière. Plus important encore, j'ai été rédacteur en chef d'une revue médicale. Je sais comment lire la littérature médicale, distinguer la bonne science de la mauvaise, et les faits de la fiction. Croyez-moi, la littérature médicale est remplie de mauvaises fictions qui se font passer pour de la science médicale. Il est très facile d'être trompé par la mauvaise science.
Note : Voir nos articles relatifs à à cette « mauvaise science » :
Depuis le début de la pandémie, j'ai lu des centaines d'études scientifiques consacrées aux masques médicaux. Sur la base d'un examen et d'une analyse approfondis, il ne fait aucun doute dans mon esprit que les personnes en bonne santé ne devraient pas porter de masques chirurgicaux ou en tissu. Nous ne devrions pas non plus recommander le port universel du masque pour l'ensemble de la population. Cette recommandation ne s'appuie sur aucune preuve scientifique digne de ce nom.

Tout d'abord, soyons clairs. L'hypothèse selon laquelle le port du masque chez les chirurgiens serait une preuve que « les masques doivent par conséquent fonctionner pour prévenir la transmission virale » constitue un sophisme que je qualifierais d'argument de fausse équivalence, ou de comparaison entre deux choses qui ne sont pas comparables.

Bien que les chirurgiens portent des masques pour empêcher leurs gouttelettes respiratoires de contaminer le champ opératoire et les tissus internes exposés de nos patients, l'analogie s'arrête là. Il est évident que les chirurgiens ne peuvent pas « s'éloigner socialement » de leurs patients — à moins d'utiliser des dispositifs chirurgicaux robotisés, auquel cas, je ne porterais certainement pas de masque.

Health

L'OMS déconseille le Remdesivir : « Un scandale innommable »

« Un scandale innommable » : Stéphane Gayet et Gilbert Collard reviennent sur l'affaire du remdesivir

L'OMS recommande désormais de ne pas administrer de remdesivir aux malades du Covid-19 hospitalisés, évoquant « la possibilité d'importants effets secondaires ». Pourtant, un mois et demi plus tôt, l'UE signait un accord d'approvisionnement massif avec le laboratoire Gilead.
rem m
Stéphane Gayet, infectiologue au CHRU de Strasbourg et Gilbert Collard, député européen du Rassemblement national, étaient invités pour évoquer ce nouveau problème sanitaire lié à la crise du Covid-19.

Che Guevara

L'Allemagne a compris

Allemagne, manifestations
Devant l'augmentation des restrictions de libertés et l'absurdité des mesures sanitaires prises dans le cadre de la crise sanitaire liée à la Covid-19, la population allemande se mobilise en masse pour protester.

Health

Qui veut la peau de nos généralistes ?

Qui veut la peau de nos généralistes
La population augmente, vieillit, et le nombre de médecins pour la soigner s'effondre. Plutôt que mettre en place les moyens pour lutter contre la désertification médicale, nos "élites" dégradent depuis trente ans la qualité de prise en charge du patient, notamment par des méthodes qui visent à réduire le rôle du médecin, bradent la sécurité des données, et font tout pour décourager les vocations.

La gestion de la Covid-19 illustre bien leur mépris des généralistes pourtant en première ligne. Le Dr Jean-Paul Hamon et le journaliste Daniel Rosenweg dénoncent le torpillage de la médecine libérale et les incroyables dysfonctionnements dont pâtissent patients et contribuables. Alors que les généralistes ont été ignorés lors du Ségur de la santé, ce livre propose un plan choc pour relancer cette médecine de proximité, seule garante du bon soin partout.

Jean-Paul Hamon, médecin généraliste à Clamart (Hauts-de-Seine), président d'honneur et porte-parole de la Fédération des médecins de France, a été la voix des généralistes dans toutes les crises récentes.

Daniel Rosenweg est grand reporter, spécialiste de l'économie de la santé, au Parisien-Aujourd'hui en France.
Extrait :

Syringe

« Vous serez vaccinés pour sauver l'économie ! »

Souvent on entend dire que l'on veut nous vacciner pour assurer les profits des grands laboratoires pharmaceutiques, et c'est une évidence. Tout d'abord tout le monde a bien compris désormais, que les grandes entreprises font appel à des lobbyistes qui passent leurs journées à arpenter les allées des pouvoirs, à arroser députés, commissaires européens et autres mamamouchis pouvant influer sur les décisions.Ils tiennent également les stylos lors de la rédaction des lois.
vacc
© Inconnu
Les grandes entreprises payent en réalité des bataillons de juristes et autres avocats pour écrire des lois à la place des députés qui ne les rédigent même plus ! Il faut dire que tout cela est devenu tellement compliqué que le législateur lui-même n'arrive plus à suivre.

Che Guevara

Premières tensions sur le parvis du Trocadéro lors de la manifestation contre la loi « sécurité globale »

Après des manifestations contre la proposition de loi "sécurité globale" qui ont rassemblé plusieurs milliers de personnes samedi dans plusieurs villes de France, des tensions ont lieu sur le parvis du Trocadéro.
Manifestation, Trocadero, Paris

Paris, le Trocadéro

Stock Down

Le confinement et les couvre-feux n'ont aucun effet sur l'épidémie selon LCI

Dans une chronique consacrée à l'évolution de l'épidémie dans le journal de David Pujadas sur LCI, la journaliste Fanny Weill revient chiffres à l'appui sur le "reflux" de l'épidémie, qui selon sa démonstration ne serait dû ni au confinement, ni aux couvre-feux. Vidéo et retranscription.
LCI couvre-feux
« On observe une baisse fulgurante des contaminations et même des hospitalisations. On est très loin des 9 000 patients en réanimation évoqués par Emmanuel Macron il y a trois semaines. Elle est tellement fulgurante, cette baisse, qu'elle déjoue même les pronostics les plus optimistes. L'institut Pasteur avait par exemple prévu que même dans le meilleur des cas, on atteindrait un pic en réanimation le 12 novembre à 5 500 patients. Aujourd'hui, nous sommes à 4 838 alors que nous sommes au pic. »