Bienvenue à Sott.net
sam., 19 oct. 2019
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Enfant de la Société
Carte

People 2

Bébés sans bras : des médecins lancent un ultimatum à Agnès Buzyn

Au nom de trois associations de professionnels de santé, l'avocate Corinne Lepage somme Agnès Buzyn de créer un registre national recensant les malformations congénitales et les cancers. Elle envisage un recours en justice.

child
© LP/Patrick Gherdoussi
Les médecins souhaitent connaître le nombre exact de malformations congénitales et de cancers dans l’Hexagone et en Outre-mer.
On ne trouve que ce qu'on cherche. C'est précisément parce qu'ils estiment que l'Etat ne s'est pas donné la peine de chercher ce qui a pu causer la naissance de bébés avec des malformations aux bras dans plusieurs départements français que des médecins menacent de saisir la justice. Via leur avocate et ancienne ministre de l'Ecologie Corinne Lepage, trois associations de généralistes et de professionnels de santé ont écrit à la ministre de la Santé.

Ce « recours gracieux », que nous avons pu consulter, réclame à Agnès Buzyn la mise en place sur tout le territoire national de registres « permettant de connaître le nombre exact de malformations congénitales et de cancers » dans l'Hexagone et en Outre-mer. Si l'Etat ne répond pas à cette demande d'ici deux mois, les plaignants saisiront le tribunal administratif.

Eye 1

La reconnaissance faciale débarque en France et vous n'y échapperez pas

face
© Inconnu
Fiches anthropométriques inventées par Alphonse Bertillon, le père de l'identité judiciaire, à la fin du XIXe siècle
Alors que l'ombre de l'exemple chinois et de son "crédit social" plane sur les libertés publiques, la France s'apprête à déployer ALICEM, un système de reconnaissance faciale pour accéder aux services publics en ligne. Malgré de nombreuses réticences...

HRC Red

En Grande-Bretagne, des écolières sèchent les cours à cause de toilettes unisexes

man, woman
  • Les filles qui ont leurs règles restent à la maison de peur de se « sentir honteuses »
  • Certaines filles risquent des infections en refusant d'uriner toute la journée ou en ne buvant pas
  • Des médecins et des politiciens ont appelé les écoles à mettre un terme au mouvement vers les toilettes unisexes
Les toilettes unisexes dans les écoles ont mis les filles dans une grande gêne et dans un sentiment d'insécurité, et ont même menacé leur santé, ont averti parents et enseignants.

Les filles qui ont leurs règles ont tellement peur à l'idée de partager les mêmes installations que les garçons, que certaines restent à la maison, de peur de se « sentir honteuses ».

Avec un nombre croissant d'écoles primaires et secondaires installant des toilettes unisexes, certaines filles risquent des infections en refusant d'uriner toute la journée.

D'autres ont tellement peur qu'elles ont cessé de boire des liquides à l'école.

Arrow Up

Les coupures d'électricité pour impayés explosent

Electicity
© Jan Schmidt-Whitley/Le Pictorium
Entre janvier et septembre, les fournisseurs d’électricité ont effectué plus de 572 440 interventions pour impayés, coupures ou réductions de puissance.
Mauvaise nouvelle pour les abonnés à l'électricité. Jean Gaubert, le Médiateur national de l'énergie, observe depuis plusieurs semaines une « hausse inquiétante des sollicitations de consommateurs en situation d'impayés ». Au 1er semestre de cette année, les fournisseurs avaient déjà admis une hausse de 18 % des coupures en électricité. Et de 10 % en gaz naturel par rapport au 1er semestre 2018. Les hausses des tarifs de l'électricité de 5,9 % en juin, puis encore de 1,3 % en août, plus celles à venir début 2020, n'arrangent pas les choses.

Dès le mois de septembre de cette année, le nombre d'interventions effectuées par les 22 fournisseurs d'électricité du marché auprès de leurs clients, pour impayés, coupures ou réductions de puissance, dépassait déjà les 572 440 réalisées sur le total de l'année 2018. « Les fournisseurs ont durci leur politique de gestion des impayés, observe le médiateur de l'énergie. Mais ils anticipent également l'arrivée de la trêve hivernale, qui commencera le 1er novembre prochain, jusqu'à mars. »

Fire

Certaines personnes ne saisissent pas la nature du désastre de Lubrizol

André Cicolella

André Cicolella
Certaines personnes ne saisissent pas la nature du problème, cette vidéo a pour but de faire comprendre à la population que le désastre de Lubrizol n'est pas ordinaire et que le pronostic vital de ces personnes est engagé chroniquement sur le long terme !
Leurs enfants, leur famille, leur environnements sont en danger.

André Cicolella, chimiste et toxicologue, sur les conséquences de l'incendie à Rouen. La vidéo :

Eye 1

Ce n'est qu'un début : la France sera le premier pays en Europe à généraliser la reconnaissance faciale

La France sera le premier pays européen à proposer à ses citoyens de s'authentifier sur différents services en ligne grâce à la reconnaissance faciale, annonce l'agence américaine Bloomberg.
visage
L'application Alicem, actuellement en phase de test et qui sera disponible sur Android dès novembre, permettra aux Français de prouver leur identité sur Internet à l'aide de la lecture de la puce du passeport électronique.

Cross

Royaume-Uni: Le médecin chrétien, licencié pour avoir refusé d'utiliser des pronoms transgenres perd sa bataille judiciaire

David Mackereth
David Mackereth, un médecin chrétien britannique, licencié pour avoir refusé d'identifier les patients selon leur sexe choisi plutôt que selon leur sexe biologique a perdu sa bataille juridique devant tribunal du travail le 2 octobre.

Le tribunal a en effet jugé que son point de vue biblique était «incompatible avec la dignité humaine». «Notre conviction est que la croyance en Genèse 1:27, le manque de croyance dans le transgenre et l'objection de conscience au transgenre sont incompatibles avec la dignité humaine et en conflit avec les droits fondamentaux d'autrui, en particulier des transgenres», a indiqué le tribunal dans son verdict, rapporte Premier.

Attention

Violence entre les jeunes : Un lycéen poignardé à mort sous les yeux d'autres élèves près d'un collège en Seine-Saint-Denis

Police
Un adolescent de 15 ans a été tué à coups de couteau vendredi matin aux Lilas, près de Paris. Selon les premières informations, il se serait interposé pour protéger un ami d'une agression, a indiqué le parquet de Bobigny.

Aux Lilas, un jeune de 15 ans a été poignardé vendredi matin, un an après la mort d'un autre adolescent dans le même département de Seine-Saint-Denis. L'agression s'est déroulée vers 11h00, sous les yeux d'autres élèves, à l'entrée du stade municipal où avaient lieu des cours de sport pour les élèves du collège Marie-Curie et ceux du lycée voisin de Paul-Robert, précise l'AFP.
Le jeune a été «victime de plusieurs coups de couteau, et ce alors qu'il se trouvait sur la voie publique, aux abords du collège Marie-Curie aux Lilas», indique le parquet de Bobigny dans un communiqué.

Footprints

Attentat à la préfecture : « Avions-nous une taupe recrutée par les services de renseignement de Daesh ? »

attentat préfecture

Alain Rodier - Directeur du centre de recherche sur le renseignement.
"Avions-nous une taupe qui avait été recrutée par les services de renseignement de Daesh ? Il pouvait piocher des informations et les donner. On va devoir se demander si Mickaël Harpon n'était pas une source arrivée en bout de course."

L'extrait vidéo :

Fire

La colère des riverains explose après l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen

Rouen, France
Dans la nuit du 25 au 26 septembre, un incendie a ravagé une usine chimique de la compagnie américaine Lubrizol à Rouen, libérant un panache de fumée long de 22 km. Une semaine après les faits, les autorités prétendent toujours que les conséquences sanitaires seront négligeables, mais la mobilisation monte parmi les habitants pour faire toute la lumière sur l'événement.

5.253 tonnes de produits chimiques, divers acides, des lubrifiants, des solvants, des produits anti-corrosion, dont des dérivés du pétrole, sont parties en fumée dans l'incendie. L'usine était classée «Seveso seuil haut», le plus haut niveau de risque pour ce type d'installations. La toiture du bâtiment détruit lors de l'explosion contenait de l'amiante.

De nombreux habitants ont signalé des gênes diverses allant de simples irritations de la peau et des yeux à des diarrhées et vomissements en passant par des maux de tête. Cinq patients qui souffraient déjà de problèmes respiratoires ont été hospitalisés.

Mais ce sont surtout les effets à long terme qui inquiètent. Les risques de cancers et de perturbations endocriniennes, particulièrement pour les jeunes enfants et les femmes enceintes, ont été relevés: selon plusieurs experts, la combustion aurait pu produire des dioxines.