Bienvenue à Sott.net
sam., 06 juin 2020
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Enfant de la Société
Carte

Colosseum

Covid-19 et confinement : le « modèle italien » est un échec

C'était le soir du 11 mars, il y a plus d'un mois : le Premier ministre Giuseppe Conte signait le décret qui transformait toute l'Italie en zone rouge, une mesure annoncée deux jours plus tôt face à l'avancée de la contagion et de la mort, qui avait été jusqu'alors dramatiquement sous-estimée. Tout était fermé, à l'exception des activités essentielles, jusqu'au 25 mars : « L'Italie est fermée pendant deux semaines », titrait le Corriere della Sera. L'effet de ce grand effort, déclarait Conte à l'époque, nous ne le verrons que dans quelques semaines. Calcul logique : si l'incubation du virus peut durer jusqu'à 14 jours, ce n'est qu'après cette période que nous aurons une diminution des contagions. Jusqu'au 11 mars, on enregistrait 12 462 cas et 827 morts au total.
Confinement Covid-19
© Inconnu
Arrivons au 25 mars et voyons les effets de ce grand effort : le total des cas enregistrés est passé à 74 386, mais les morts à 7 503. L'augmentation des cas était prévisible mais la multiplication par dix des décès n'était pas exactement dans les plans. Depuis lors, vingt jours supplémentaires de ségrégation dans les maisons et d'inactivité économique se sont écoulés et nous avons atteint un total de 162 488 cas vérifiés (mais le chiffre, comme nous le savons, est fortement sous-estimé), tandis que les morts ont dépassé 21 000, avec une croissance qui continue à être d'environ 600 par jour (c'est-à-dire bien au-delà des 463 au total comptés jusqu'au 9 mars, jour où le gouvernement a décidé le confinement).

Donc, nous n'avons pas vu les résultats annoncés le 11 mars, deux semaines plus tard, et même pas maintenant que plus d'un mois s'est écoulé, bien qu'avec un effort d'optimisme nous continuions à dire que nous sommes sur le pic. Par ailleurs, ces derniers jours, beaucoup de gens disent que même les morts sont beaucoup plus nombreux que ce qui est officiellement comptabilisé.

Eye 1

Marat Safin, légende du tennis : « Ils préparent les gens à recevoir des implants de micropuces »

Marat Safin
© Getty Images / Paul Kane
Marat Safin
La légende du tennis russe Marat Safin a suggéré que la pandémie de coronavirus pourrait être un prétexte pour l'implantation massive de micropuces chez l'homme, l'ancien numéro un mondial ayant donné une vision inattendue de la crise.
"Je pense qu'ils préparent les gens à l'implantation de puces", a déclaré Marat Safin, 40 ans, lors d'une discussion sur Instagram avec le site russe Sports.ru.

"En 2015, Bill Gates a dit que nous aurons une pandémie, que le prochain ennemi est un virus, pas une guerre nucléaire.

"Ils ont fait une simulation au forum [économique] de Davos de ce que ce serait. Je ne pense pas que Bill Gates soit un prédicteur, il le savait, c'est tout.

"Je pense qu'avec ce virus, la situation n'est pas ce qu'on nous raconte, mais les gens croient tout ça, les histoires terrifiantes à la télé.

"Certains croient que la civilisation va s'éteindre, moi je ne le crois pas. C'est juste que nous allons bientôt nous promener avec des puces", a ajouté Safin, poursuivant son point de vue peu orthodoxe sur la crise actuelle.

Corona

Masques de protection : le Conseil d'Etat rejette le recours d'un syndicat de policiers

police, france
© LP/Aurélie Ladet
Un contrôle routier aux abords de l’A15 vers Cergy, le samedi 11 avril 2020. Des policiers arrêtent des automobilistes pour vérifier leur attestation de sortie.
Le syndicat « Vigi Ministère de l'Intérieur » pointait une interdiction faite aux forces de l'ordre de porter des masques de protection dans certaines situations. Mais le Conseil d'Etat a rejeté son recours. Explications.

Le Conseil d'Etat a pris l'habitude ces dernières semaines de rejeter massivement les recours formulés à l'encontre des mesures prises par le gouvernement dans le cadre de la lutte contre l'épidémie du Covid-19. C'est le cas dans près de 90 % des dossiers qui ont fait l'objet d'une instruction puis d'une audience devant la haute juridiction administrative. Mais une majorité de ces référés ne franchit même pas la première l'étape et se retrouve rejetés avant même d'avoir fait l'objet d'une audience.

C'est le cas par exemple de la requête présentée le 2 avril devant le Conseil d'Etat par le syndicat de policiers « Vigi Ministère de l'Intérieur ». Ce syndicat minoritaire de policiers et de membres du personnel administratif entendait contester la destruction des masques FFP2/N 95 après un usage de quelques heures, comme c'est le cas actuellement. « Dans les circonstances présentes, cette règle est absurde : le textile non tissé des masques FFP2/N 95 est rare et précieux, de sorte qu'il faudrait autant que possible le conserver, le temps de trouver un moyen de le décontaminer pour le réutiliser », est-il notamment écrit dans le mémoire déposé le 2 avril.

Bullseye

Dr John Lee : « Il n'existe aucune preuve que le confinement fonctionne »

Le gouvernement britannique a prolongé son confinement de trois semaines supplémentaires. Mais cette mesure ne pourrait-elle pas faire plus de mal que de bien ? En fait, existe-t-il des preuves de son efficacité ? Le Dr John A Lee, professeur de pathologie récemment retraité et pathologiste consultant du NHS, a demandé à plusieurs reprises un examen critique et impartial des preuves relatives au Covid-19, soulevant des questions sur l'interprétation des données par le gouvernement et ses conseillers. spiked a pu s'entretenir avec lui lors d'une interview.
Dr. John Lee
© Inconnu
Dr. John Lee
spiked : Vous représentez une voix relativement isolée dans la remise en question des hypothèses générales sur le Covid-19. Pourquoi avez-vous jugé important de vous exprimer ?

Dr John A Lee : En tant que médecin et scientifique depuis le début de ma carrière, je crois que la médecine et la science ont considérablement amélioré la vie au cours des 200 dernières années, et plus particulièrement au cours des 50 dernières années. Mais dans le cocktail particulier de science, de médecine et de politique que nous observons aujourd'hui, je ne suis pas absolument certain que cela soit encore vrai. Je pense qu'il est plus important que jamais d'essayer d'examiner cette question de manière la plus claire possible afin de s'assurer que nous faisons vraiment ce qu'il faut sur la base des idées les plus appropriées. Et pour l'instant, il me semble que ce n'est pas le cas.

spiked: Quels sont selon vous les problèmes rencontrés dans la manière dont les chiffres sont actuellement enregistrés et communiqués ?

Dr John A Lee : Les chiffres ne sont pas fiables du tout. Quand on regarde les chiffres des différents pays, et ceux du nombre de morts pris de manière isolée, il est très difficile de comprendre ce qu'ils peuvent bien signifier. Et évidemment, si nous ne pouvons pas comprendre ce que les chiffres signifient, il est très difficile de savoir quoi faire.

Ces chiffres sont ensuite intégrés dans des modèles relatifs à la maladie et à l'épidémie, modèles qui sont ensuite utilisés pour influencer et façonner les politiques publiques. Mais la qualité de ces modèles dépend des données entrées sur lesquelles les hypothèses sont établies. Il y a par ailleurs tant d'inconnues que les résultats de ces modèles sont vraiment très discutables. Et étant donné que, pour diverses raisons, nous nous retrouvons maintenant dans cette situation, en sortir en utilisant les mêmes modèles et les mêmes prévisions est encore plus discutable. Nous sommes donc dans une situation très problématique.

Commentaire: Voir aussi du Dr John Lee : Hystérie et confinement élaborés sur la base d'une manipulation des chiffres du Covid-19

Et :


Arrow Down

Canada. Une fusillade fait au moins 16 morts, dont une policière

Une fusillade dans la province canadienne de Nouvelle-Écosse, sur la côte Est, a fait dimanche 19 avril au moins seize morts dont une policière, durant une cavale meurtrière de douze heures, ont déclaré les autorités.
ffff
© Inconnu
Un homme a fait usage de son arme à feu ce dimanche. Plus de dix personnes sont décédées, dont une policière et l’auteur des tirs. Celui-ci avait été arrêté plus tôt dans la journée après une course-poursuite.
L'auteur présumé de la tuerie, Gabriel Wortman âgé de 51 ans et prothésiste dentaire selon les médias, fait aussi partie des morts et aurait été abattu dans une station-service, indique de son côté la chaîne de télévision canadienne CBC. L'homme avait maquillé sa voiture afin qu'elle ressemble à un véhicule de police et a ouvert le feu sur des chalands en différents lieux de la province, a indiqué la Gendarmerie royale nationale (RCMP).

Commentaire: Lire aussi :


Dominoes

COVID-19, s'est-on trompé ? - Professeur Sucharit Bhakdi

Pf Sucharit Bhakdi

Pf Sucharit Bhakdi
Le prof. Dr. Sucharit Bhakdi explique les faits. Directeur de l'Institut de Microbiologie médicale et d'Hygiène à l'Université Johannes Gutenberg de Mayence pendant 22 ans, il est l'un des infectiologues les plus respectés au monde, et l'un des chercheurs les plus cités en Allemagne.

Les dangers du Covid-19 ont été complètement surévalués, en le rendant coupable de décès dont il n'est pas responsable (co-morbidité). Il juge que pour son pays, l'Allemagne, les moyens de subsistance des individus sont menacés pour conjurer un danger inexistant. Et que les mesures imposées s'avèrent un désastre pour la population, faisant d'énormes dégâts, mais n'apportant aucun bénéfice.

Il s'explique dans cette interview réalisée par Sibylle Haberstumpf, et soutenue par Julian Jeschonowski et Christian Kwoczek.

Les Corona Virus sont avec nous depuis des temps immémoriaux et jouent un rôle négligeable en médecine.

L'affirmation selon laquelle le COVID-19 est une variante virale particulièrement dangereuse est née de l'interprétation non critique et incorrecte des données de cas collectées au niveau international. La vérité est que le virus du COVID-19 n'est pas fondamentalement différent de ses frères et sœurs, et qu'il n'est pas le virus dévastateur qu'on voudrait qu'il soit.

Arrow Up

Pour le professeur allemand Gérard Krause, épidémiologiste, le confinement provoque au final une augmentation de la mortalité

Gérard Krause

Gérard Krause
Gerard Krause est professeur en épidémiologie et chef du département au Helmholtz Centre for Infection Research. Il alerte sur le fait que les mesures de confinement pourraient provoquer plus de décès que le virus lui-même: Mehr Tote durch Anti-Corona-Maßnahmen als durch Virus?
(Plus de décès dus aux mesures anticorona qu'aux virus lui-même ?)
« Nous devons maintenir ces mesures aussi courtes et aussi légères que possible, car elles pourraient éventuellement causer plus de maladies et de décès que le coronavirus lui-même. Nous savons que le chômage, par exemple, provoque des maladies et même une augmentation de la mortalité. Cela peut aussi conduire les gens au suicide. La restriction de la liberté de circulation est susceptible d'avoir un impact négatif supplémentaire sur la santé publique. Il n'est pas si facile de calculer directement de telles conséquences, mais elles se produisent quand même et elles peuvent être plus graves que les conséquences des infections elles-mêmes.[...] »

Stormtrooper

Pr Perronne : « La France est en train de dérailler. En Allemagne les médecins sont libres. Ici tout est fliqué, j'ai l'impression de vivre sous une dictature. »

Christian Perronne

Christian Perronne
Christian Perronne est professeur de maladies infectieuses et tropicales et spécialiste de la maladie de Lyme. Le Pr Perronne a été membre de l'OMS et président de la commission des Maladies Transmissibles du Haut Conseil de la santé publique. Le Tweet :

SOTT Logo Media

Maître Carlo Brusa : « Le confinement est illégal et cela aura des conséquences énormes ! »

carlo brusa
Maître Carlo Brusa, invité une nouvelle fois sur la chaine YouTube Putsch Media, explique en quoi le décret qui a fixé le confinement des français est TOTALEMENT ILLÉGAL !! Et qu'il en est de même de la part de toutes les pseudo-démocraties sur la planète. Époustouflant !!

Ici le décret de loi concernant le confinement en date du 23 mars 2020.

Une fois de plus la démonstration par un professionnel de la loi de l'amateurisme de notre gouvernement, mais aussi son autoritarisme et sa violence envers la population. C'est un gouvernement qui ne connaît que le mensonge et la répression sous toutes les formes possibles. Source

« Un peuple qui élit des corrompus, renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice. » - Orwell

Chess

Quelle est l'honnêteté du décompte des décès liés au coronavirus ? Un médecin et sénateur de l'Etat du Minnesota témoigne

Sen. Dr. Scott Jensen
© valleynewslive
Le Dr Scott Jensen est à la fois médecin et sénateur de l'État du Minnesota. Hier, il a été interviewé par une chaîne de télévision locale et a lancé une bombe : lui, et probablement tous les autres médecins du Minnesota, ont reçu une lettre de sept pages du ministère de la santé du Minnesota qui donne des conseils sur la façon de classer les décès par COVID-19. La lettre disait que si un patient mourait, par exemple d'une pneumonie, et qu'on pensait qu'il avait été exposé au COVID-19, le certificat de décès devait indiquer que le COVID-19 était la cause du décès, même si le patient n'avait jamais été testé, ou n'avait jamais été testé positif, pour cette maladie.

Le Dr Jensen a trouvé que cela était irrégulier et contraire à la pratique habituelle pour remplir les certificats de décès. Elle semble destinée à gonfler le nombre de décès dus à la grippe de Wuhan ; il est difficile de voir un autre objectif potentiel. Le plus surprenant dans cet échange est le choc exprimé par l'interviewer. Voici la vidéo :

Commentaire: Ce médecin n'est pas le seul à avoir remarqué qu'il y a un problème avec la façon de compter les cas décédés du Covid. Voir aussi :