Bienvenue à Sott.net
sam., 04 juil. 2020
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Enfant de la Société
Carte

2 + 2 = 4

De quoi est mort George Floyd et que présage le vote en faveur de l'abolition du département de police par le Conseil municipal de Minneapolis ? Des milices privées ? Des robots policiers ?

Le medical examiner de Hennepin County a publié ce lundi un communiqué officiel sur la cause de la mort de George Floyd le 25 mai. Il la décrit ainsi : « Cardiopulmonary arrest complicating law enforcement subdual restraint, and neck compression » — arrêt cardio-pulmonaire suite à immobilisation forcée et compression du cou.
Minneapolis Manifestations Floyd
© Fibonacci Blue
Manifestation aux États-Unis le 26 mai 2020
Le médecin légiste fait ainsi un pas en arrière par rapport à ses premières déclarations — reprises dans l'acte d'accusation contre le policier Derek Chauvin. Selon celles-ci, la cause du décès était triple : le geste du policier, l'état de santé de la victime et l'usage d'une substance non déterminée. Le communiqué ne retient finalement que la première. Mais il ouvre une bouteille à l'encre en l'assortissant d'« other significant conditions » — autres problèmes de santé notables : George Floyd souffrait d'artériosclérose et de cardiopathie, il était intoxiqué au fentanyl et venait de consommer de la méthamphétamine. Il est probable que le procès de Derek Chauvin se jouera en partie sur le sens du mot « significant ».

Deux experts mandatés par la famille de la victime, Michael Baden et Allecia Wilson — l'un blanc, l'autre noire — ont de leur côté affirmé lundi que la mort est due à une asphyxie et contesté tout problème de santé préexistant. Les médias qui avaient ignoré les premières conclusions du médecin légiste se sont empressés de répercuter cette opinion divergente...

Cow

Crise alimentaire mondiale : « Nous sommes au bord d'une pandémie de faim »

Un risque de pénurie alimentaire n'est, pour le moment, pas à craindre. Mais des dizaines de millions de personnes sont menacées de ne plus pouvoir manger à leur faim, du fait de l'absence de revenus, de protections sociales et de rupture des chaînes d'approvisionnement.
ffff
© ASHRAF SHAZLY / AFP - AFP
C'est une donnée qui résonne comme un terrible avertissement.

Cult

La révolution culturelle (et l'apocalypse zombie) sont arrivées en Amérique

Toutes les sectes ont le même objectif : la soumission totale de leurs membres. Les adeptes doivent renoncer à tout. Ils renoncent à leur liberté physique - où ils peuvent aller, qui ils peuvent voir, comment ils peuvent s'habiller. Mais par-dessus tout, ils renoncent à leur propre esprit, dont ils abandonnent le contrôle [au gourou].

Les gourous de secte déterminent ce que leurs adeptes ont le droit de croire, même dans leurs pensées les plus intimes. Pour ce faire, les sectes séparent les gens de tout ce qu'ils ont connu auparavant. Elles obligent leurs membres à renoncer à leur ancienne vie, à leur pays et à leurs coutumes.

trudeau

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau se met à genoux en signe d'adhésion au mensonge du prétendu « racisme endémique » aux États-Unis.

Bullseye

La « fausse alerte mondiale » COVID-19, la Campagne contre le racisme et le néolibéralisme

Dans toute l'Amérique, ainsi qu'en Europe occidentale, une campagne contre le racisme est en cours à la suite des événements dramatiques de Minneapolis. Nos pensées vont à George Floyd, à sa famille et à ses amis. Nous sommes solidaires des Afro-Américains qui sont la cible d'assassinats par la police et de discrimination raciale.
riots
L'histoire coloniale et contemporaine a laissé des traces. Aujourd'hui, les Afro-Américains sont également victimes du néolibéralisme qui engendre la pauvreté, l'inégalité sociale et le chômage.

Alarm Clock

Le cauchemar du traçage commence : StopCovid, Health Data Hub et les données de santé des Français aux mains de Microsoft

Le gouvernement a reconnu que Google disposait de l'adresse IP des téléphones sur lesquels l'application StopCovid est utilisée, et hébergera les données de santé des Français sur des serveurs gérés par Microsoft. Un danger pour la vie privée ?
tttt
Le Premier ministre l'avait assuré au moment de présenter le projet : le gouvernement avait selon lui « pris toutes les garanties nécessaires pour que StopCovid respecte les données personnelles et de vie privée de ceux qui l'utilisent ». « Son utilisation sera anonyme », avait-il martelé pour rassurer les opposants de cette application de traçage.

Pourtant, comme le révèle l'association de défense des libertés sur internet la Quadrature du Net, un acteur, et pas des moindres, a accès à certaines informations concernant les utilisateurs de l'application : Google.

La raison est simple : le système de vérification Captcha utilisé par StopCovid - qui permet de s'assurer que l'utilisateur est un humain et non robot -, propriété de Google, enregistre l'adresse IP du téléphone. « Cela signifie que potentiellement, Google connaît l'identité de tous les portables qui utilisent StopCovid », résume dans les colonnes du Canard Enchaîné Arthur Messaud, de la Quadrature du Net.

2 + 2 = 4

Larry Elder pulvérise le mythe du « racisme systémique » aux USA

Le racisme est-il encore un problème majeur aux USA ? Est-il la cause des problèmes dont souffre la communauté noire ? Cette vidéo diffusée en 2018 met les points sur les I, et vaut vraiment d'être regardée en cette période où la propagande médiatique diffusée dernièrement dépasse l'entendement en marge de l'affaire George Floyd.

Larry Elder

L'animateur Larry Elder
Tous les chiffres et statistiques que présentent Larry Elder (animateur de talk-show et auteur à succès américain) proviennent des rapports annuels du FBI.


Whistle

Une courageuse Américaine interpelle les « antiracistes » : « Où sont les militants de #BLACK_LIVES_MATTER quand des Noirs tuent d'autres Noirs ? »

black lives matter

Magic Wand

Et c'est ainsi que le virus meurtrier à la mode, décidé par les libéraux, ne fut plus un problème

Vous vous souvenez de cette chose pour laquelle vous avez passé 3 mois à hurler et à réclamer la fin de l'État policier ?

protesters

"La Distanciation sociale" c'est fini ?
Des personnes incapables de respirer au Colorado pendant une "pandémie" respiratoire :

Combien y a-t-il de suiveurs du COVID hurlants dans cette foule ?

C'est de plus en plus hypocrite :

Robot

Microsoft remplace des journalistes par des programmes d'intelligence artificielle

Depuis l'émergence de la robotique et de l'intelligence artificielle, de plus en plus d'emplois sont en train de disparaître. Aussi étonnant que cela puisse paraître, le journalisme est l'un des secteurs nouvellement affectés par cette automatisation des emplois. Et Microsoft est l'une des premières entreprises qui semblent vouloir remplacer les journalistes par des robots.
Robot journaliste
© Ilya Lukichev - Getty Images/iStockphoto
Ce jeudi 28 mai, 27 journalistes ont été limogés au Royaume-Uni, à la suite de la décision de Microsoft de les remplacer par des programmes d'intelligence artificielle, selon des informations du média britannique The Guardian.

En charge d'actualiser la page d'accueil sur le site d'actualités de MSN et le navigateur Edge, les journalistes ont appris qu'ils n'étaient plus utiles, puisque des robots sont désormais en capacité de réaliser leur travail.

Employés par l'agence de presse britannique PA Media, les journalistes vont perdre leur emploi dans un délai d'un mois. « J'ai passé mon temps à lire des articles sur la façon dont l'automatisation et l'intelligence artificielle allaient prendre nos jobs, et maintenant j'y suis, l'intelligence artificielle m'a piqué mon travail », a commenté l'un des journalistes licenciés, avec sarcasme.

Un risque éditorial ?

Les journalistes étaient chargés de sélectionner des articles parus dans les médias et assurer des missions d'édition et de curation. Ils devaient suivre « une charte de recommandation éditoriale », excluant les articles avec des « contenus violents ou inappropriés » pour les jeunes utilisateurs du navigateur de Microsoft.

Eiffel Tower

3 faux policiers arrêtés à Paris : ils s'apprêtaient à procéder à une interpellation raciste pour un tournage sauvage

Trois faux policiers ont été interpellés et placés en garde à vue ce dimanche à Paris. Habillés avec de vraies tenues d'uniforme, ils participaient à un tournage sauvage pour mettre en scène une attitude et une interpellation à caractère raciste.
police

Trois hommes habillés avec de vraies tenues d'uniforme ont été interpellés à Paris ce dimanche. (DR)
INFO ACTU17. La vidéo devait finir sur les réseaux sociaux et faire le buzz. Les policiers de la Brigade anticriminalité (BAC) ont eu leur attention attirée par un groupe d'individus au 104 rue Saint-Charles à Paris (XVe) ce dimanche après-midi. Parmi ces personnes, les fonctionnaires ont aperçu trois policiers avec de véritables tenues d'uniforme, débraillées, et une attitude suspecte. Ils ont décidé de s'approcher du groupe et ont rapidement compris qu'ils avaient affaire à de faux policiers.

L'ensemble des individus ont fait l'objet d'un contrôle. Après quelques échanges, les policiers de la BAC ont découvert qu'il s'agissait en fait d'un tournage sauvage, réalisé sans aucune autorisation, avec des policiers, des figurants et un homme se présentant comme le réalisateur.