Bienvenue à Sott.net
dim., 27 sept. 2020
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Enfant de la Société
Carte

Megaphone

Des médecins parlent : mensonges Covid, assassinats de vieux, masques inutiles...

Enfin de bonnes nouvelles du monde entier : les médecins parlent en Allemagne, en Espagne, aux États-Unis !

masque mensonge
Enfin ! on n'y croyait plus ! Certes des voix - y compris médicales - s'étaient élevées avec courage comme celle du Pr Perronne, de l'équipe de Marseille et certains généralistes comme le Dr Violaine Guérin, le Dr Martine Wonner et quelques autres, mais un large groupe comme ceux qui viennent d'émerger en cette fin juillet aura plus de mal à passer pour « complotiste » comme est désignée toute personne opposée ou au moins critique de la pensée unique officielle mondialiste sous les ordres de l'OMS, elle-même aux ordres et financée par le milliardaire Bill Gates dont la légitimité sanitaire ne tient qu'aux dollars qu'il fait ruisseler.

Whistle

Notre espèce serait-elle en train de muter ?

La censure bat son plein. La guerre de l'information fait rage. Certains amis sceptiques voient leurs publications bloquées, d'autres leur compte facebook ou youtube supprimé.
Obey Movie
Lorsqu'en famille en station balnéaire j'émets moi-même un doute sur la réalité de la pandémie, j'entends en retour des histoires de reptiliens et de terre plate, qui achèvent de clore tout débat.

Lorsque je traverse la plage pieds nus pour aller me baigner, je me brûle les pieds au point de devoir courir malgré ma sciatique. Et comme je ne vois personne d'autre courir, je me pose des questions.

Comment font-ils pour aller se baigner pieds nus ou encore pour supporter un masque pendant des heures ?
Est-ce que notre espèce serait en train de muter, ou de subir une invasion discrète ?
C'est impossible. Il faudrait pour cela que nous acceptions que tout débat sur la transformation en cours soit supprimé, sinon ça se saurait et on ne parlerait que de cette invasion.

Or il me vient un doute, car il n'y a effectivement plus qu'une seule vérité officielle, c'est qu'il n'existe aucun traitement contre le coronavirus et que la vaccination est la seule issue.

Clipboard

Allemagne - Comité d'enquête extraparlementaire sur le coronavirus

Allemagne - Le comité d'enquête extraparlementaire sur le coronavirus - Conférence de lancement 03 juillet 2020
eueueue
© Capture d'écran
« Nous ne serons pas retardés plus longtemps. Nous, les citoyens, avons le pouvoir. Nous le faisons », c'est par ces mots que Heiko Schöning a annoncé la commission d'enquête extra-parlementaire sur le coronavirus (ACU) le 31 mai 2020 à Stuttgart devant 5000 manifestants. Le 3 juillet 2020, l'ACU a commencé par une conférence d'information en plusieurs langues.

Bulb

La vérité sur les masques

De nombreuses études scientifiques et médicales prouvent l'inefficacité des masques, voici une sélection de ressources à ce sujet.

mjhuyt
© Prise d'écran

Health

USA : Des docteurs font campagne pour expliquer que l'hydroxychloroquine fonctionne

traitement Covid
Des docteurs américains ont tenu une conférence à Capitol Hill, un quartier de Washington, lundi 27 juillet, pour expliquer ce qu'ils considèrent comme « campagne de désinformation massive » autour du coronavirus.

La vidéo sous-titrée en VF :

Bell

Finistère : licencié pour défaut de port de masque, l'avis d'un avocat spécialiste de droit du travail

A Briec dans le Finistère, un salarié vient d'être licencié pour avoir ôté son masque sur son lieu de travail. Un licenciement que le syndicat Force ouvrière ira contester devant les prud'hommes.
mnbvc
© Inconnu
Cette sanction est-elle légale ? L'avis d'un avocat spécialiste de droit du travail.

Health

COVID-19 : au plus près de la vérité. Confinement

La maladie COVID-19 est réelle. Aux soins intensifs, j'ai soigné des personnes atteintes de pneumonie virale sévère avec une présentation inhabituelle.
ccccc
© Inconnu
Mon propos n'est pas de minimiser cette réalité. Mon propos est de relativiser son importance, de la replacer dans son vrai contexte.

Beaucoup d'autres pathologies aussi sévères, voire plus sévères que le COVID-19 continuent de se présenter. Tout le reste ne doit pas être négligé sous prétexte de COVID-19, à un moment où tout le monde n'a plus que ça à la bouche.

Bad Guys

EELV : Nous allons vous faire haïr l'écologisme

Les nouveaux maires verts appliquent déjà une écologie punitive sur fond d'idéologie progressiste, communautariste et antiraciste. Rien de plus efficace pour faire de l'écologie un repoussoir, regrette l'essayiste Grégory Roose.
ecece
L'écologisme est le nouveau cheval de Troie du progressisme. À peine élus à la tête de plusieurs grandes villes françaises (Marseille, Lyon, Strasbourg, Bordeaux, Grenoble, Tours, Poitiers... ), les représentants de l'écologie « vert pastèque » ont enchaîné les déclarations d'intentions, parfois ridiculement théâtrales, comme l'annonce de l'état d'urgence écologique à l'échelle de la mairie de Bordeaux, et les mesurettes écologiques.

Ce qui marque cependant le début de leur mandat, ce sont les mesures privatives de liberté fondées sur les principes de l'écologie punitive, ainsi que les délires progressistes qui s'imposeront bientôt au quotidien des électeurs.

Écologie punitive et idéologie progressiste, les deux mamelles d'EELV

Les nouveaux édiles verts ont naturellement commencé à appliquer leur programme d'écologie punitive, à la surprise générale de ceux qui les ont portés au pouvoir, souvent sans l'avoir lu, et de ceux qui ne se sont pas donné la peine de voter contre celui-ci.

Attention

La police déclare que l'émeute de Seattle est proche de la guérilla

L'information est rapporté par RIA Novosti en référence à la déclaration de la police sur Twitter. Les forces de l'ordre ont déclaré que les manifestants avaient mis le feu à une remorque de chantier et à des structures sur le territoire d'un centre de détention pour mineurs en construction, et avaient également tenté de faire sauter un poste de police.
ddddd
Ils jettent des pierres, des bouteilles et des explosifs sur les policiers, brisent les fenêtres des immeubles. Au moins trois agents des forces de l'ordre ont été blessés, dont deux sont déjà revenus au service. Selon les dernières données, 25 personnes ont été arrêtées lors des émeutes.

Fire

Une autre Cathédrale en feu : celle de Nantes - MISES À JOUR

uel


Commentaire : Retrouvez la dernière mise à jour en date du 26 juillet 2020 (et les autres) dans notre commentaire ci-dessous.


La cathédrale de Nantes était en proie à un incendie "important" ce samedi matin. Le feu a été circonscrit vers 10h.
nbgtr
La piste criminelle est pour le moment privilégiée, il y aurait eu en effet trois départs de feu.


Commentaire : Un témoin oculaire qui vit près de la cathédrale a déclaré à la rédaction de LCI qu'il avait été réveillé par « un très étrange bruit de cloches » et qu'il pouvait voir le feu depuis sa maison.

Cette semaine également, une attaque au couteau s'est produite dans une église de Virginie (États-Unis) et, quelques jours plus tôt, une autre église des États-Unis a été vandalisée avec des symboles sataniques et anarchistes.

Mise à jour du 18 juillet 2020

D'autres rapports et photos montrent que l'incendie s'est effectivement déclaré à plusieurs endroits :
Les images montrant l'intérieur calciné de la cathédrale du XVe siècle à Nantes semblent indiquer que trois foyers distincts ont endommagé le joyau gothique. L'incendie criminel fait l'objet d'une enquête.

Le diocèse de Nantes a publié des images sur Facebook à la suite de l'incendie. Il a complètement détruit le grand orgue de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, soufflé les vitraux de la façade et consumé un précieux tableau du XIXe siècle qui avait été envoyé de Rome.

Les habitants ont rapidement constaté, à en juger par les photos, qu'il y avait eu deux incendies distincts au rez-de-chaussée, situés à quelques mètres l'un de l'autre. Le troisième a apparemment éclaté au niveau supérieur.

Nantes Cathedral1
© Facebook - Diocèse de Nantes
Nantes Cathedral2
© Facebook - Diocèse de Nantes
Nantes Cathedral
© Facebook - Diocèse de Nantes
Nantes Cathedral4
© Facebook - Diocèse de Nantes
Le procureur de Nantes, Pierre Sennes, a confirmé qu'il y avait eu trois points chauds dans le bâtiment et a annoncé qu'« une enquête pour incendie criminel a été ouverte ».
Mise à jour du 19 juillet 2020

Selon Europe 1, un homme d'origine rwandaise a été placé en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur l'incendie dans la cathédrale de Nantes. Il s'agit d'un homme de 39 ans qui travaillait pour le diocèse comme bénévole.

Breitbart ajoute :
Selon des rapports français, le migrant de 39 ans détenu à la suite de l'incendie travaillait pour le diocèse et était en colère à cause des difficultés qu'il avait eues avec son visa arrivé à expiration - bien que les autorités aient mis en garde contre toute conclusion hâtive sur son implication dans l'incendie.

Les procureurs ont déclaré qu'il serait « prématuré et hâtif » de qualifier le migrant, qui était apparemment responsable de la fermeture de la cathédrale la veille de l'incendie, de pyromane.

Il semble qu'il ait été placé en détention parce qu'il y a des incohérences dans son emploi du temps - mais le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès, a souligné qu'il s'agit d'une « procédure normale » et que, jusqu'à présent, les autorités ne travaillent pas en supposant qu'il a déclenché l'incendie.

Jean-Charles Nowak, greffier à la cathédrale, a défendu le migrant anonyme, disant qu'il « adore » le bâtiment.

« Je ne crois pas une seule seconde qu'il aurait pu mettre le feu à la cathédrale », a-t-déclaré.
Cet homme est apparemment, pour l'instant, présenté comme bouc émissaire afin que la population pense en première intention « Je savais que ça devait être un étranger/migrant », alors que, ça n'était probablement pas lui - même s'il a peut-être laissé les véritables coupables se faufiler et faire leur sale boulot.

Mise à jour du 20 juillet 2020

Selon Euronews, le bénévole qui avait été placé en garde à vue a finalement été relâché et ne fait l'objet d'aucune poursuite. « C'est donc un retour à la case départ pour les enquêteurs ». Le mystère reste entier, au lendemain de l'incendie de la cathédrale de Nantes, et la police scientifique est désormais à l'œuvre pour tenter de déterminer l'origine du/des sinistres.

Mise à jour du 26 juillet 2020

Selon Le Point, le bénévole a été de nouveau interrogé hier samedi 25 juillet, puis a avoué avoir allumé les trois feux :
Une semaine après l'incendie dans la cathédrale de Nantes (ouest de la France), un bénévole rwandais du diocèse est passé aux aveux et a été placé en détention provisoire dans la nuit de samedi à dimanche pour « destructions et dégradations par incendie ».

« Mon client a coopéré », a affirmé au quotidien Presse-Océan l'avocat du mis en examen, Me Quentin Chabert. « Il regrette amèrement les faits et évoquer cela a été pour lui une libération. Mon client est aujourd'hui rongé par le remords et dépassé par l'ampleur qu'ont pris les événements », assure-t-il.

L'homme « a reconnu, lors de l'interrogatoire de première comparution devant le juge d'instruction, avoir allumé les trois feux dans la cathédrale: sur le grand orgue, le petit orgue et dans un panneau électrique », a précisé le procureur de la République de Nantes Pierre Sennès au quotidien.

Cet homme de 39 ans, qui était chargé de fermer la cathédrale la veille de l'incendie, a été mis en examen « des chefs de destructions et dégradations par incendie et placé en détention provisoire par le juge des libertés et de la détention », a indiqué dans un communiqué le procureur.
Quant au pourquoi et quelles étaient ses motivations, à ce stade, mystère et boule de gomme...


Le grand orgue entièrement détruit

En ouvrant ses volets ce samedi matin, Maxime Henri Rousseau, qui habite juste à côté de la cathédrale, explique avoir vu "une épaisse fumée et des flammes sortir de la grande verrière de la façade de la cathédrale, c'était très impressionnant".

104 pompiers et 45 engins ont été mobilisés. Deux nacelles ont arrosé la façade. Le périmètre autour de la cathédrale a rapidement été bouclé. Un peu avant 9h, le Codis expliquait à l'AFP que "le feu était en cours d'attaque". Le feu était alors "important" selon les pompiers.