Bienvenue à Sott.net
dim., 22 jan. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Histoire Secrète
Carte


Eye 1

Documentaire : « Les cobayes de la CIA »


Commentaire : Programmation mentale, destruction de la personnalité, torture physique, inoculation de syphilis, injection de plutonium, céréales radioactives données à des enfants, irradiation volontaire, diffusions par aérosol de maladies nosocomiales sur des villes entières, diffusion de virus dans le métro, recrutement forcé dans les prisons civiles, expérimentations sur les militaires, implantation d'électrodes dans le cerveau.

Délires paranoïaques conspirationnistes ? Pas du tout. Horreurs perpétrées par les nazis ? Seulement en partie. Par les Japonais ? Les Russes ? Les Chinois ? Non, non et non. Par les extra-terrestres alors ? Peut-être, mais ça on n'en sait rien. Ce qu'on sait de façon certaine, c'est que ce sont bien les Étasuniens qui se sont rendus responsables du chapelet d'abominations égrenées plus haut, pendant des décennies., Jusqu'à nos jours. Ceux-là même que l'Histoire retient comme les sauveurs de l'Europe (à tort - ce sont les Russes qui ont mis les nazis à genoux) au siècle dernier, ceux qui ont dirigé les procès de Nuremberg, ceux qui clament que leur pays est une terre de liberté. On le constate, la réalité est tout autre. Pour creuser le sujet et comprendre que, jusque dans nos envies, nos désirs, nos objectifs, nos distractions mêmes, nous subissons l'influence psychopathique d'une minorité, politique, scientifique, militaire, qui a su ponériser, contaminer de sa folie, non pas un pays, mais la planète entière :


Nos voisins belges de la rtbf (radio télévision belge francophone) viennent de diffuser un documentaire exposant les programmes occultes de contrôle mental de la CIA ; aujourd'hui connus sous le nom de Bluebird, Artichoke, MK-Delta ou MK-Ultra. Merci à Olivier Pighetti, réalisateur de l'excellent "Un Village empoisonné par la CIA ? Pont Saint-Esprit 1951", dont voici en introduction un entretien radiophonique concernant son nouveau documentaire :


Commentaire: Voir aussi el lecture de fond pour se familiariser avec la ponérologie :


Magnify

L'homme est arrivé en Amérique du Nord 10 000 ans plus tôt qu'on ne le pensait


Une mandibule de cheval découverte dans le Yukon sur laquelle on peut voir des traces de découpes réalisées avec un outil de pierre taillé / Crédits :LAURIANE BOURGEON
Grâce à un nouvel examen de fragments osseux découverts dans les années 1970 et 1980 dans des grottes situées au Canada, des chercheurs sont en mesure d'affirmer que l'homme a atteint l'Amérique du Nord 10 000 ans plus tôt qu'on ne le pensait, il y a 24 000 ans.

C'est entre 1977 et 1987 que l'archéologue canadien Jacques Cinq-Mars a mis au jour des milliers de fragments d'ossements de plusieurs espèces animales tels que des mammouths, bisons, caribous ou encore chevaux sur le site de Blue Fish Cave, dans le nord-ouest du Yukon, au Canada. Plus de trente ans après, ces ossements viennent chambouler les estimations de l'arrivée des premiers hommes en Amérique du Nord il y a 14 000 ans puisque cela remonterait en réalité à 24 000 ans.

C'est une conclusion apportée par Ariane Burke et Lauriane Bourgeon du département d'Anthropologie de l'Université de Montréal, au Canada, qui ont réexaminé ces ossements avec un stéréomicroscope. D'après ce qu'on peut lire dans leur étude publiée dans la revue PLOS One, ce nouvel examen a permis d'identifier d'incontestables traces d'interventions humaines. Ces ossements présentent en effet des entailles en forme de V réalisées avec des outils en pierre également retrouvés sur le site qui auraient servi à couper et trancher les chairs et cartilages lors du dépeçage des carcasses.

Map

Découverte d'un « Stonehenge » vieux de 5 000 ans en Sicile

Une équipe d'archéologues italiens a découvert, sur l'île de Sicile en Italie, une formation rocheuse faite par la main de l'homme, un rocher-calendrier préhistorique marquant le début du solstice d'hiver, vieux de 5 000 ans environ. Un « Stonehenge » à la sicilienne.
© Capture YouTube
La structure se compose d'un rocher grand d'environ sept mètres, lequel est percé par un trou d'environ un mètre de diamètre. Il a été découvert le 30 novembre dernier sur une colline proche d'une nécropole préhistorique, à environ 10 kilomètres de la ville de Gela, sur la côte sud de la Sicile, par des archéologues italiens qui étudiaient des bunkers de la Seconde Guerre Mondiale.

« Il me paraît clair que nous avons affaire à un trou délibéré, fait par la main de l'homme », déclare Giuseppe La Spina, archéologue, à Seeker. « Cependant, nous avions besoin de preuves empiriques nécessaires pour prouver que la pierre a été utilisée comme un calendrier préhistorique pour mesurer les saisons », ajoute-t-il. Alors, à l'aide de boussoles, caméras et drones, l'archéologue et ses collègues ont réalisé un essai en décembre, pour le solstice d'hiver. L'idée était de vérifier si le soleil levant du solstice d'hiver allait s'aligner avec le trou dans la roche. « Un succès total » selon Giuseppe La Spina. « À 07h32 le soleil brillait à travers le trou avec une précision folle. C'était incroyable ».

Star of David

L'aide aux Nazis apportée par George Soros durant la Shoah

Quand les nazis ont occupé Budapest en 1944, le père de George Soros était un avocat qui avait réussi. Il vivait sur une île sur le Danube et aimait se rendre au travail en bateau à rames. Mais sachant que les juifs étaient en péril, il a décidé de diviser sa famille. Il a acheté des faux papiers et a soudoyé un fonctionnaire du gouvernement pour laisser entrer George Soros qui avait 14 ans, ayant juré qu'il était son filleul chrétien. Mais la survie portait un lourd prix. Alors que des centaines de milliers de Juifs hongrois étaient transportés dans les camps de la mort, George Soros a accompagné son parrain supposé pendant les confiscations des biens des Juifs.
© Now The End Begins

Commentaire : Voir ci-dessous pour plus d'informations révélées par George Soros lui-même :
En 1998, George Soros répondait aux questions de Steve Kroft dans l'émission « 60 minutes » aux USA, où il réagissait à certaines accusations le concernant vis-à-vis de la crise financière asiatique tout en laissant les images de ses « œuvres philanthropes » être diffusées.

Tout en reconnaissant sa responsabilité par rapport à la crise financière asiatique qu'il avait déclenchée en attaquant la monnaie thaïlandaise sur les marchés puis qui avait dégénéré, il se pose en « acteur des rouages du marché » qui agit selon les opportunités du moment. Sans égards pour les conséquences sociales de ses actes à portée pourtant immense, il se défausse de toute culpabilité car « ce sont les règles du marché » - c'est-à-dire, c'est « la loi de la jungle ».

George Soros est né en Hongrie. Revenant sur son passé durant la Deuxième Guerre mondiale à Budapest, où son père l'avait caché auprès d'un fonctionnaire Nazi dont le travail consistait à confisquer les biens personnels des Hongrois juifs persécutés et emmenés en camps de concentration, George Soros explique ne ressentir « aucune culpabilité » par rapport au sort réservé à ces gens ou au fait qu'ils partaient vers une mort probable. En dépit du fait d'y avoir participé, et d'en avoir échappé par la duperie.

Comme pour les victimes de ses attaques financières - et ces dernières années, de ses « révolutions de couleur » à travers le monde - George Soros plaide que « s'il n'avait pas été là, un autre s'en serait chargé »... Bien qu'il affirme n'avoir été que spectateur il n'en était pas moins complice, et il a appliqué les mêmes méthodes depuis, mais dans d'autres registres.



Fragment de l'interview avec Georges Soros réalisé par Steve Kroft pour le programme 60 minutes :

Commentaire: George Soros assure le financement et le déploiement médiatique des Femen et admet avoir financé la crise ukrainienne. George Soros est aussi à la manœuvre dans sa volonté de dissoudre de l'Europe en l'inondant de réfugiés. Le ministre Hongrois l'a d'ailleurs accusé d'alimenter la crise des migrants en Europe. Ou encore, Soros derrière les Panama Papers et les Pussy Riot. La liste n'en fini pas car on le trouve également - et avec 100 millions de dollars investis depuis 2010 - derrière Human Rights Watch.

Derrière le paravent de philanthropie des fondations de Soros se cache les machinations d'un psychopathe qui a joué un rôle clef dans le coup néo-nazi en Ukraine ainsi que dans le revirement néolibéral des anciennes républiques de l'URSS.


Voir aussi :


Take 2

CIA, opération Laos

Retour sur la plus importante opération secrète menée par la CIA : la guerre clandestine au Laos entre 1962 et 1973. La guerre du Viêt-Nam fut le premier conflit retransmis à la télévision. Pourtant, c'est le Laos voisin qui constitua la cible d'une guerre aérienne interminable et démesurée, devenant le pays le plus bombardé de l'histoire (plus que l'Allemagne et Japon réunis lors de la 2nd guerre mondiale). Cette « guerre secrète », l'opération la plus importante menée par la CIA, reste aujourd'hui encore largement ignorée.

© Google
Extrait du film : Opération Laos, made in CIA
Les spécialistes parlent de crimes de guerre et la comparent aux conflits actuels en Irak et en Afghanistan. Dans CIA - Opération Laos, les principaux protagonistes de cette opération (anciens agents de la CIA, pilotes américains, combattants laotiens, reporters de guerre) nous conduisent jusqu'à l'emplacement stratégique du conflit : la base secrète de Long Cheng, QG de la CIA où tout était organisé et décidé. Alors que la guerre s'éternisait, Long Cheng était devenue la base aérienne la plus active du monde et un centre névralgique du commerce de l'opium et de l'héroïne...

Commentaire: Vous pouvez lire aussi :


Archaeology

Une cité vieille de 7 000 ans et un cimetière antique découverts en Égypte

L'Égypte ancienne nous réserve encore bien des surprises et la récente découverte de vestiges datant de plus de 7 000 ans pourrait bien nous éclairer sur l'histoire de l'une des plus importantes et plus vieilles villes de cette région : Abydos.
Annoncée par le ministère des Antiquités, la récente découverte de vestiges datant de plus de 7 000 ans dans la Haute-Égypte pourrait nous en révéler plus sur la célèbre cité d'Abydos et sur son histoire. En plus de maisons, de morceaux de poterie et d'outils en fer, le précieux trésor comprend également une nécropole datant de la période prédynastique, soit des années de transition entre le néolithique et la création d'un État au pouvoir centralisé et appartenant aux pharaons.
Egyptian archaeologists discovered a 7000+ years' old settlement in Upper #Egypt https://t.co/ZT3eGKPlrE #Egyptology #Archaeology pic.twitter.com/uYi52Br2qR

— Luxor Times (@luxortimes) 23 novembre 2016

Eye 1

L'opération « Condor » contre Cuba

LORS du championnat du monde de foot de 1978, l'Argentine étrillait le Pérou sur le score de six buts à zéro ; elle se défaisait ainsi d'un rival de taille. Cette victoire a permis aux Argentins de se rapprocher de leur rêve d'accéder au titre mondial. Quelques jours plus tard, ils dominaient les Néerlandais et ils étaient sacrés champions du monde pour la première fois de leur histoire.Le résultat de la rencontre entre les deux équipes a fait l'objet d'une grande polémique dans l'histoire du foot. Personne n'a pu croire à la raclée encaissée par les Péruviens. La vie a donné raison aux septiques.

© Google
On sait aujourd'hui que le dictateur péruvien Francisco Morales Bermudez (1975-1980) avait ordonné aux joueurs de son pays de perdre le match, en échange d'une faveur qu'il avait demandée à son homologue dictateur argentin, Jorge Rafael Videla, président de 1976 à 1981. Cet arrangement fut conclu dans le cadre d'un pacte ténébreux qui porta le nom du plus grand rapace d'Amérique latine : le Condor.

Commentaire: Lire aussi :


USA

Petit retour sur le MacCarthysme

Les origines du maccarthysme remontent à 1946. Le 25 novembre de cette année-là, le président Truman met en place une commission temporaire, chargée d''enquêter sur la loyauté des fonctionnaires fédéraux. Sont considérés comme déloyaux les partisans du totalitarisme, du fascisme, du communisme et tous ceux qui prêchent la subversion du régime.

© etsy.com
La bureaucratie du maccarthysme
A partir de 1947, les administrations reçoivent la consigne d'interroger leurs employés et de renvoyer éventuellement les security risks, ceux qui, par leurs opinions sinon par leurs activités, menacent la sécurité des États-Unis. L'attorney général établit la liste des organisations subversives, dont les membres et les amis sont les suspects. Le FBI recueille des renseignements et les transmet, si nécessaire, à la commission de contrôle de chaque administration".

Vader

Evidence of Revision : un documentaire explosif sur les meurtres de JFK, MLK et RFK

Image
Evidence of Revision [Preuves de Falsification] est un documentaire en six parties qui dévoile des archives originales et historiques dont le contenu prouve que les événements les plus déterminants de l'Histoire moderne de l'Amérique ont été délibérément présentés au public sous un faux jour.

Les images d'archives et les interviews dévoilées dans cette série de DVDs vous feront plonger au cœur d'événements qui ont marqué l'Histoire américaine et qui ont eu des répercussions mondiales - des assassinats du président Kennedy et de son frère Robert Kennedy au meurtre de Martin Luther King, en passant par le massacre de JonestownCes documents d'archives portent l'empreinte de mains occultes qui, dans un effort coordonné, ont contribué à façonner l'Amérique que nous connaissons aujourd'hui. Evidence of Revision démontre sans l'ombre d'un doute que l'Histoire a été revue et corrigée alors même qu'elle s'écrivait !

Sous-titres : option « Sous-titres », sélectionner « Français »

Blue Planet

Falsification de l'histoire - l'« Ukraine » n'est pas un pays indépendant

Traduction : SOTT

L'Ukraine a dégénéré d'une région russe / soviétique en une colonie étasunienne. Le territoire actuellement appelé l'Ukraine n'a jamais été un État ou un pays, et ne le sera jamais. Elle a toujours été une partie d'un autre pays réel ou, encore plus souvent, divisée entre d'autres états réels tels que la Pologne, l'Autriche, la Hongrie, la Turquie et surtout la Russie.
© Katehon
Bien sûr, selon la junte nazie de Kiev, la guerre de Troie a été combattue entre « tribus ukrainiennes », Alexandre le Grand était secrètement « proto-ukrainien » et l'Empire byzantin était une « colonie ukrainienne », mais pour le reste du monde le fait est qu'il n'existe pas un seul document historique ou référence qui se réfère à « l'Ukraine » comme un État ou un pays indépendant. Bien que les nationalistes « ukrop » aimeraient cela, ils ne peuvent pas changer la « vieille » histoire comme ils essaient de le faire avec l'histoire moderne, comme ils le font, par exemple, en blanchissant les criminels de guerre, les collaborateurs nazi et Bandera auteur de meurtres collectifs. La junte nazie de Kiev essaye même de falsifier l'histoire « ancienne », mais les sources et auteurs anciens et médiévaux sont trop bien connus et trop bien documentés pour être falsifiés si facilement.

C'est un fait prouvé et bien connu que le premier état russe était Kievan Rus - prenez note : « Rus », pas l'Ukraine ! Il est également bien connu que le mot même « Ukraine » vient de l'ancien monde russe qui ne se réfère jamais à un pays, mais à la simple région frontalière entre les pays et les empires mentionnés ci-dessus. Plus tard, le mot « Ukraine » a été utilisé pour les parties occidentales de l'Empire russe. Lorsque l'Empire russe s'est développé vers le sud, les nouveaux territoires qui ont été libérés de l'occupation principalement turque ont été appelés Novorossiya, ou la Nouvelle Russie. Encore une fois, aucune mention de l'« Ukraine » ! Ce sont également des faits historiques indéniables. Les parties nord-est du territoire étaient appelées Malorossiya, ou Petite Russie. Malheureusement, les dirigeants communistes de l'URSS ont choisi de regrouper toutes ces parties dans une nouvelle république soviétique et ont appelé la combinaison « Ukraine ». Ils ont également ajouté la seule partie historiquement non-russe, la Galice, à cette nouvelle république et plus tard ajouté la Crimée en « don », et tout cela sans appeler le territoire (moins la Galice) par ses noms réels et historiques : Novorossiya et Malorossiya. Cela a été en partie fait par coïncidence et en partie pour des raisons de commodité, parce que la plus grande partie de ce vaste territoire était auparavant les « frontières » de la Russie.