Bienvenue à Sott.net
ven., 25 mai 2018
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Histoire Secrète
Carte


Che Guevara

"Sous Kadhafi, la Libye était le pays le plus prospère d'Afrique" - Entretien avec Patrick Mbeko

Rivarol : Le colonel Kadhafi était une personnalité haute en couleurs. Pourtant son régime semble avoir apporté une stabilité et une prospérité à la Libye...

kadafi
© Inconnu
Le colonel Kadhafi
Patrick Mbeko : Évidemment. Sous Mouammar Kadhafi, la Libye était le pays le plus prospère d'Afrique. Avant la démocratisation chaotique de l'OTAN, en 2011, le pays était engagé dans un processus de transformation socio-économique important. Le PIB/hab était de 13 300 dollars, soit le 81e rang mondial, avant l'Argentine, l'Afrique du Sud et le Brésil.

Archaeology

Un nouveau regard sur un ancien poème épique persan pourrait réécrire l'histoire

persia painting Kushnameh
© Hanyang University Museum
Cette peinture persane du XIVe siècle représente une scène du Kushnameh dans ce que les érudits croient être les fiançailles du prince Abtin (à genoux) et de la princesse Silla Frarang (assise).
Plus de mille ans avant que le premier explorateur européen n'atteigne les côtes coréennes, l'Empire perse écrivait des histoires d'amour sur les princesses de ce pays.

C'est une histoire peu connue qui pourrait changer notre façon de voir notre histoire. Récemment, les historiens ont jeté un second regard sur une vieille épopée persane écrite vers 500 après J.-C. et ont réalisé que, au centre du conte, se trouvait l'histoire inhabituelle d'un prince persan épousant une princesse coréenne.

C'est une découverte incroyable. Jusqu'à récemment, nous n'étions même pas sûrs que les Perses de l'époque connaissaient l'existence de la Corée. Cette nouvelle révélation montre que la Perse n'a pas seulement pris contact avec la Corée - mais que ces pays étaient intimement liés. Et cela pourrait exiger une réécriture totale de l'histoire.

Le Kushnameh : Une épopée perse de 1 500 ans à propos de la Corée

L'histoire s'appelle le Kushnameh, et, en soi, ce n'est guère une nouvelle découverte. C'est l'une des histoires les plus populaires de l'Empire persan, une histoire qui a été racontée et racontée un nombre incalculable de fois au cours des 1500 ans qui se sont écoulés depuis sa rédaction.

Dig

L'ancienne cité perdue de Mardaman découverte dans le nord de l'Irak

Mardaman City
© Matthias Lang/ Benjamin Glissmann, University of Tübingen eScience-Center
Les archéologues ont découvert la ville perdue de Mardaman, dont les vestiges sont représentés ici. Elle est située dans le nord de l'Irak, près d'une ville moderne appelée Bassetki. Elle a été habitée pendant des milliers d'années. Les restes laissés par ses anciens habitants forment une colline appelée "Tell".
Des ruines de la ville perdue de Mardaman, qui remonte à quelque 4 800 ans, ont été découvertes dans la région du Kurdistan du nord de l'Irak, viennent d'annoncer les archéologues.

Une équipe de l'Université de Tübingen en Allemagne creuse sur le site depuis des années, mais ce n'est que l'été dernier qu'ils ont découvert 92 tablettes cunéiformes cachées dans un vase de poterie retrouvé dans les vestiges d'un palais.

Plus récemment, Betina Faist, philologue (expert en langues) à l'Université de Heidelberg en Allemagne, a déchiffré le texte sur les tablettes, pour trouver le nom de cette ancienne ville : Mardaman (parfois appelé Mardama).

Les ruines de Mardaman, situées près de la ville moderne de Bassetki, suggèrent que la ville a commencé entre 2800 avant JC et 2650 avant JC, et a atteint son apogée entre 1900 avant JC et 1700 avant JC, a déclaré Peter Pfälzner, professeur d'archéologie proche-orientale à l'Université de Tübingen. La ville a continué à s'épanouir dans la période néo-assyrienne, qui a duré d'environ 911 avant J.-C. à 612 avant J.-C.[En photos : Ancienne ville découverte en Iraq].

Boat

Le mystère des jumeaux : et si ce n'est pas le Titanic qui avait coulé ?

Malgré le temps, le naufrage du Titanic continue à exciter l'imagination et à faire naître des hypothèses concernant son naufrage. Et en voici une autre : ce n'est pas le Titanic qui aurait coulé mais son jumeau l'Olympic, affirme un écrivain britannique. Selon lui, le Titanic aurait pu rien de moins qu'être remplacé juste avant de quitter le port.
titanic
© Inconnu
Robin Gardiner

Eye 1

Mondes secrets, État profond ... et ces politiciens qui en parlent

Ces citations pourraient répondre à certaines questions que beaucoup se posent, sur qui tient les commandes de la politique et autres secteurs importants. Quand on parle de sphères d'influence, c'est flou, anonyme. Pourtant, ce n'est plus un secret pour personne, qu'il y a des « organismes » qui décident de la marche du monde.
etat
© Inconnu
C'est pourquoi l'"État profond" est loin d'être une "théorie du complot". À la fin de la journée, NOUS (l'humanité) prenons les décisions finales quant à la direction que nous voulons prendre pour notre planète. Au moment que nous choisissons, nous pouvons changer l'expérience humaine à tout moment.

Commentaire: Lire aussi :


Folder

Émeutes, camps d'internement, discours politiques : des images rares de l'Irlande il y a 100 ans

Ireland
Ce sont des films et photos rares qui risquaient d'être perdus à jamais : des photos de l'Irlande il y a 100 ans, y compris des émeutes à Belfast et des camps d'internement. Jusqu'à ce que Ciara Chambers, conférencière née à Saintfield, et une équipe de l'Irish Film Institute décident de les sauver.

Des images d'archives où l'on peut voir, entre autres, des centaines de républicains enfermés derrière d'immenses clôtures dans un camp d'internement du comté de Down. Cette collection - en accès libre sur Internet - constitue un véritable trésor qui permet de plonger dans le monde troublé de l'Irlande d'il y a près d'un siècle.

Les images des internés de Ballykinler en 1920, ainsi que des films sur les émeutes de Belfast, la guérilla de Dublin et les visites royales dans le sud de l'Irlande sont ainsi mises en ligne depuis hier.

Microscope 2

Une technologie de la NASA révèle l'existence de manuscrits manquants de la Mer Morte

dead sea, scroll
Cette découverte passionnante ouvre une nouvelle voie dans la recherches autour de ces parchemins inestimables.

La technologie d'imagerie avancée, initialement mise au point par la NASA à des fins scientifiques, a permis de révéler des écritures qui n'avaient jamais été remarquées auparavant sur plusieurs fragments de parchemin retrouvés à la Mer Morte. C'est le département des antiquités israélien qui a dévoilé cette information ce mardi 1er mai.

Mais plus intéressant encore, ces écritures, rédigées dans un hébreux très ancien, ont permis de prouver l'existence d'un rouleau qui n'a pas encore été découvert au site de la Mer Morte, et dont les scientifiques ignoraient l'existence. Un nouveau chapitre s'ouvre donc dans la quête autour de ces parchemins très précieux.

A la recherche du manuscrit perdu

Les manuscrits de la mer morte, qui date du 3ème siècle au 1er siècle après Jésus-Christ, ont été découvert dans une grotte à Qumran, près de la mer morte, au milieu des années 1940. Ce trésor inestimable est composé de près de 1 000 rouleaux manuscrits, ainsi que de dizaines de milliers de fragments. Récemment, le département des antiquités israélien a entrepris de minutieusement photographier ces fragments en très haute résolution, et avec différents éclairages. C'est au cours de ce processus que les chercheurs ont découvert des écritures invisibles à l'œil nu sur l'un d'entre eux.

Commentaire:


Cowboy Hat

450 tablettes sumériennes volées sont en route pour l'Irak, mais ce n'est que la pointe de l'iceberg

Sumerian shelf
450 tablettes sumériennes volées sont rapatriées en Irak lors d'une cérémonie à Washington D.C. le 2 mai. Beaucoup de textes cunéiformes proviennent d'une ville mystérieuse appelée Irisagrig - une terre où les artefacts pillés sont de plus en plus courants sur le marché des antiquités.

La majorité des tablettes sumériennes sont inscrites avec des documents juridiques et administratifs montrant des contrats ou des inventaires, mais quelques-unes sont des incantations. Ainsi, les artefacts fournissent un certain mélange de détails publics et privés. Live Science rapporte que la plupart des tablettes ont été créées entre 2100 et 1600 avant JC.

Commentaire: Une partie des tablettes sumériennes que l'on connait contiennent d'incroyables histoires de « Dieux » ayant régné sur l'humanité. Au point de se demander si la guerre en Irak n'était pas aussi un bon moyen de supprimer ces traces gênantes. Voir les livres de Anton Parks, un français qui a réalisé des traductions de ces tablettes.

Voir aussi :


Dig

Une ancienne grotte d'art rupestre de 6 000 ans trouvée dans le Tennessee

cave drawing
Les images décolorées du plateau de Cumberland au Tennessee sont considérées comme la collection d'art la plus étendue jamais trouvée aux États-Unis.

Récemment, des archéologues ont découvert la plus ancienne grotte d'Amérique ainsi que l'art rupestre qui est resté caché pendant plus de 6000 ans dans le Tennessee. Les images décolorées ont été trouvées sur le plateau de Cumberland au Tennessee et on pense qu'il s'agit de la collection la plus importante de cet art jamais trouvée aux États-Unis. Le plateau de Cumberland contient 280 grottes - dont 21 sont décrites comme étant de grande taille. Les chercheurs affirment qu'il y a 71 sites d'art rupestre préhistorique connus dans le grand sud-est des États-Unis.

Les œuvres d'art conservées ont été trouvées par les chercheurs Jan Simek, Alan Cressler, Nicholas Herrmann et Sarah Sherwood du département d'anthropologie de l'Université du Tennessee et de la Mississippi State University. Les chercheurs affirment que certaines des images trouvées restent extrêmement fragiles parce qu'elles ont été dessinées dans la boue.

Biohazard

L'armée américaine admet qu'elle a secrètement dispersé des germes dans 239 endroits en Amérique, exposant des milliers de citoyens sans méfiance

bioterror
L'armée américaine a admis avoir secrètement effectué au moins 239 essais de guerre bactériologique à travers le pays, ciblant des Américains sans méfiance.

Alors que le gouvernement des États-Unis prétend être horrifié chaque fois qu'il est fait état d'une attaque chimique qui aurait été menée par le gouvernement syrien, l'histoire nous rappelle que les États-Unis sont responsables d'un certain nombre d'attaques chimiques contre des milliers d'Américains sans méfiance, et que certaines des victimes innocentes souffrent encore aujourd'hui des effets de ces attaques.


Commentaire : L'expression exacte utilisée devrait être attaques biologiques puisque ce sont des germes qui ont été disséminés.


En 1977, l'armée américaine a admis avoir secrètement effectué au moins 239 essais de guerre bactériologique en plein air dans les villes du pays entre 1949 et 1969. Les zones où les germes mortels étaient testés sur le public se trouvaient généralement dans les grandes villes comme Washington D.C., San Francisco, New York City, Key West et Panama City, selon un rapport que l'armée a soumis au sous-comité sénatorial de la santé.

Dans le rapport, l'armée a insisté sur le fait que le but des tests était d'étudier comment la guerre biologique affecte le public, au cas où il devrait se défendre contre elle. Qualifiant les tests d'"essentiels", l'armée a affirmé qu'elle devait "étayer les théories et combler les lacunes en matière de connaissances et déterminer la vulnérabilité aux attaques".

Commentaire: Et cela sans parler de ce que les États-Unis ont fait et de ce qu'ils font maintenant dans le monde entier :

Le programme d'armes biologiques du Pentagone n'a jamais pris fin : Bio-laboratoires américains dans le monde entier (article en anglais)