Bienvenue à Sott.net
mer., 27 juil. 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Histoire Secrète
Carte

USA

Le viol du Timor Oriental : un génocide oublié du XXe siècle

Traduit par Résistance 71

Des documents secrets trouvés aux archives nationales australiennes donnent un aperçu sur le comment un des plus grands crimes du XXème siècle fut accompli et comment il fut maquillé, escamoté. Ils aident aussi à mieux comprendre comment et par qui le monde est dirigé.

Les documents se réfèrent au Timor Oriental, connu maintenant sous le nom de Timor Leste, et furent écrits par des diplomates australiens en fonction à l'ambassade australienne de Jakarta. La date était de Novembre 1976, moins d'un an après que le général dictateur indonésien Suharto ait saisi la colonie portugaise d'alors qu'était l'île de Timor.

La terreur qui s'en suivit n'a que très peu de parallèles, pas même Pol Pot au Cambodge n'a réussi à tuer proportionnellement, autant de Cambodgiens que Suharto et ses potes généraux ne l'ont fait au Timor oriental. Sur une population d'un million de personnes, un tiers furent exterminées.

Ceci représente le second holocauste dont Suharto est responsable. Une décennie plus tôt, en 1965, Suharto arracha le pouvoir en Indonésie (NdT: en renversant le pouvoir de gauche de Sukarno, (cf le film de l'Australien Peter Weir "L'année de tous les dangers", 1982, Mel Gibson et la remarquable Linda Hunt) dans un bain de sang qui coûta la vie à plus d'un million de personnes. La CIA rapporta: "En termes de personnes tuées, les massacres font partie des pires massacres de masse du XXème siècle."

Cult

Assassinat de Robert Kennedy : meurtre « sous contrôle mental » ?


Commentaire : Le contrôle mental est une réalité ; tous les jours nous avons droit à la version « light » du procédé, par la publicité télévisuelle, la propagande journalistique et politicienne, le prosélytisme scientifique ou religieux. Hélas pour ceux qui en sont victimes, il existe aussi une version « hard » du dispositif, où s'opère, entre autres choses, une dissociation de l'esprit, une compartimentation qui fait que bien souvent les personnes qui sont victimes de ces manipulations mentales sont inconscientes de leurs agissements. Pour en savoir plus sur cette réalité cauchemardesque : Concernant l'assassinat des Kennedy :

© Inconnu
Sirhan Sirhan, Palestinien né de parents de confession maronite, condamné en 1972 à la prison à vie pour l'assassinat de Robert F. Kennedy, a déposé ces dernières années plusieurs demandes de liberté conditionnelle qui ont toutes été refusées.

Lors de son procès, Sirhan - soigné pour des troubles psychologiques - avait déclaré avoir décidé de tuer Kennedy, candidat à la présidence des États-Unis, en raison de son soutien au sionisme, notamment suite à son engagement de livrer 50 bombardiers à Israël s'il était élu.

Aujourd'hui, l'avocat de Sirhan affirme que les balles ayant atteint Kennedy, le 5 juin 1968 - premier anniversaire de la guerre dite des 6 jours - ne provenaient pas de l'arme tenue par son client et que ce dernier était « sous contrôle mental » au moment des faits.En effet, Sirhan répète qu'il ne se souvient pas de tout ce qu'il a fait ce jour-là, sinon qu'il était à l'Hôtel Ambassador de Los Angeles, qu'il a bu plusieurs Tom Collins - un cocktail à base de gin - alors qu'il suivait un traitement médical, puis un café avec une femme qui lui plaisait.

La femme l'a ensuite entrainé dans une des chambres de l'hôtel où des individus l'auraient « hypnotisé » pour qu'il assassine Robert Kennedy quelques heures plus tard. Divagations ? Pas tout à fait certain... Car le 10 février dernier, lors de la dernière demande de liberté conditionnelle de Sirhan, Paul Schrade , ancien conseiller de Robert Kennedy - touché à la tête lors de l'attentat - a témoigné en faveur du condamné. Selon lui, Sirhan n'était là que pour détourner l'attention de la protection rapprochée de de Kennedy, de celle du véritable tueur. A l'époque, on avait parlé d'un assassinat organisé par la maffia, le Mossad ou des anti-castristes.

Sirhan Sirhan, 71 ans, pourra déposer une nouvelle demande de liberté conditionnelle... en 2021.

USA

Le Président Kennedy et son frère Robert Kennedy ont été assassinés par le complexe Militaro-Sécurité

Traduit par L'amirauté

© Wikimedia Commons
Les Médias Presstitués, tel que le UK Telegraph, dépensent beaucoup d'énergies pour détruire les analyses sur les complots du gouvernement. Par exemple, les milliers d'architectes de hauts niveaux, les ingénieurs de structure, des physiciens, des nano-chimistes, experts en démolition, premiers secouristes, pilotes - civils et militaires, ainsi que d'anciens responsables du gouvernement qui ont fournis d'énormes preuves que l'histoire officielle du 11 septembre 2001 est une histoire de conte de fée inventée qui est en contradiction avec toutes les preuves établies et les lois de la physique. Ils[les analystes] sont tous rejetées par la presstitué et vus comme «des théoriciens du complot».

De même, sont rejetés et vus comme des théoriciens du complot, ceux qui, comme James W. Douglass, qui a prouvé, au delà de tout soupçons, que le président John F. Kennedy n'a pas été assassiné par Oswald mais par son propre complexe[staff] de parano militaro-sécurité anti-communiste.

Le Rapport de la Commission du 11 Septembre 2001 et le Rapport de la Commission Warren étaient pipés. Le vice président Dick Cheney et les néo-conservateurs qu'il avait parrainés avaient besoin d'un «nouveau Pearl Harbor» afin de commencer leurs attaques militaires sur les pays du Moyen-Orient qui ont des politiques étrangères indépendantes au lieu d'être des vassaux des États-Unis et d'Israël. Le 11 Septembre était leur «nouveau Pearl Harbor» qu'ils avaient planifiés, et ce fait a dû être camouflé lorsque des familles des victimes des attentats du 11 septembre ont persisté dans leurs demandes pour une enquête et ne pouvaient être achetés par de grosses sommes d'argent.

Commentaire: Sur les assassinat du président Kennedy et de son frère, ainsi que sur celui de Martin Luther King, regardez l'excellent documentaire sous-titré en français, Evidence of Revision.


Jupiter

Les Babyloniens calculaient les mouvements de Jupiter 1 400 ans avant les Européens

© NASA
Pojačano zanimanje za Jupiter je možda povezano s Mardukom, vrhovnim bogom Vavilona
L'utilisation de la géométrie par les Babyloniens pour identifier Jupiter bouleverse notre compréhension de cette culture. On pensait que la géométrie pour déterminer la position des astres avait été utilisée la première fois au 14e siècle en Europe.

Une nouvelle analyse de tablettes babyloniennes révèle que les astronomes du 4e et du 5e siècle av. J.-C. utilisaient la géométrie pour calculer les mouvements de Jupiter. Auparavant, on pensait que cette méthode scientifique était apparue au 14e siècle en Europe. La découverte a été faite par l'historien en science Mathieu Ossendrijver de la Humboldt University à Berlin. Il a traduit 5 tablettes en argile qui ont été découvertes au 19e siècle et qui ont été préservées au British Museum.

Au 7e siècle av. J.-C., les astronomes à Babylone, un état de la Mésopotamie, l'actuel Iraq, conduisaient déjà des observations détaillées principalement pour des prévisions astrologiques. Les précédentes traces en cunéiforme suggèrent que les astronomes prédisaient la position des planètes en utilisant des méthodes arithmétiques. En fait selon les travaux d'Ossendrijver, les astronomes utilisaient parfois la géométrie. Les inscriptions sur les tablettes montrent qu'ils mesuraient la vélocité quotidienne de Jupiter depuis la terre à différentes dates dans son orbite. Ensuite, ils utilisaient ces vélocités et ces durées pour déduire la distance parcourue par Jupiter pendant cette période donnée.

Pistol

Les agences du gouvernement étasunien ont conspiré pour assassiner Martin Luther King

Traduit par Daniel pour Mondialisation.ca

Le Jour de Martin Luther King Jr. a été promulgué jour férié fédéral en 1983. Loin de moi l'idée de banaliser cet exploit. Pour y arriver, les groupes de la société civile ont fait preuve de beaucoup de persévérance et ont dû surmonter une forte opposition. Sauf que cela a eu pour effet de créer un paradoxe indigeste dans la liste des saints et de héros du pays.

Car il faut se rappeler que le jury au procès civil de 1999 qui s'est penché sur l'assassinat est parvenu à une conclusion renversante le 8 décembre 1999, à savoir que des agences du gouvernement des USA avaient conspiré à l'assassinat du Dr King.

Les médias de masse, qui ont fait peu de cas de ce procès et de son verdict en 1999, continuent aujourd'hui de s'enfermer dans leur mutisme.

Lorsqu'ils sont sommés de s'expliquer, ils disent que les témoignages étaient nébuleux, confus et facilement réfutables. En réalité, les prétentions des plaignants étaient légitimes et le jury, après avoir entendu les témoignages et la présentation de la preuve du 15 novembre au 8 décembre, est parvenu rapidement à un consensus quant au verdict. Les éléments de preuve variés présentés par maître William Pepper tendaient vers la réfutation de la thèse de l'assassin isolé (James Earl Ray) et l'existence d'une conspiration impliquant plusieurs parties, dont la police locale (le service de police de Memphis), la mafia (le représentant local Frank Liberto) et des éléments de la police fédérale, des services secrets et des forces armées. Autrement dit, les forces combinées qui ont fomenté le meurtre n'étaient pas très différentes de celles qui ont tué le président Kennedy. La planification, la volonté et la détermination des assassins étaient telles qu'il aurait été étonnant que le Dr King survive à ce jour funeste. Perché du haut d'un balcon du motel Lorraine, il était comme un agneau à l'abattoir.

Commentaire: Sur l'assassinat de King, ainsi que sur ceux du président Kennedy et de son frère Robert Kennedy, regardez l'excellent documentaire Evidence of Revision.


Books

Une étude fait remonter l'origine des contes de fées à la préhistoire


Jack et le Haricot géant, créateur inconnu, 1890 (Special Collections Toronto Public Library, CC BY-SA 2.0)
Alors que la plupart des chercheurs soutenaient que les contes de fées ne dataient que du XVIe siècle, les frères Grimm étaient déjà intimement persuadés que ces contes avaient des origines beaucoup plus anciennes. Mais parce qu'ils ont longtemps été transmis oralement avant d'être mis par écrit, l'origine des contes de fées n'était pas évidente à retracer. Des chercheurs viennent de publier une étude qui situe leur origine au néolitique.

Les chercheurs Sara Graça da Silva (université de Lisbonne) et Jamshid J. Tehrani (université de Durham) ont décidé de s'atteler à la question à l'aide d'une méthode inattendue. Ils ont mené une étude de génétique des textes au sens propre du terme, en réutilisant des méthodes utilisées en biologie pour retracer les mutations des gènes...

Tehrani a expliqué la méthode à la BBC : « Nous avons emprunté une trousse à outil à la biologie de l'évolution, ça s'appelle une méthode comparative phylogénétique. Elle permet de reconstruire le passé en l'absence d'indice physique. Nous avons extrait des informations concernant l'histoire des contes, en utilisant des informations qui avaient été préservées par des mécanismes d'héritage, donc en un certain sens, elles contiennent leur propre histoire. En comparant des contes populaires que l'on trouve dans différentes cultures et en connaissant les relations historiques entre ces cultures, on peut en déduire quelles histoires leurs ancêtres communs auraient racontées. »

Pyramid

Découverte d'une ville bâtie par une civilisation inconnue au Honduras

Un groupe d'archéologues a entamé des fouilles sur l'emplacement d'une ville ancienne découverte dans la jungle du Honduras, ont annoncé les autorités du pays.

Découverte dans les profondeurs de la jungle du Honduras oriental, cette ville a immédiatement été placée sous le contrôle de l'armée afin de prévenir toute tentative de pillage avant l'arrivée des archéologues. Selon les autorités honduriennes, la ville ne fut pas bâtie par les Incas, les Aztèques ou les Mayas, mais par les représentants d'une civilisation inconnue, souligne The Guardian.

Le président hondurien Juan Orlando Hernandez a fait savoir aux médias que les archéologues avaient découvert une "ville blanche" auréolée de légendes depuis l'époque des conquistadors, rapporte le journal.

Magnify

Au Kazakhstan découverte de géoglyphes d'au moins 8000 ans

Le court document que vous allez voir provient de la Nasa. Ces images sont vraiment surprenantes et laissent beaucoup de questions derrières elles.

En effet, très récemment la Nasa a publié une vidéo montrant des géoglyphes datant de plus de 8000 ans dans la région du Kazakhstan. Ceux-ci présentent des cercles de différentes tailles en formant plusieurs formes géométriques. Découvert dans un premier temps par un homme par Google Earth en 2007, il a relevé plusieurs de ces étranges dessins au sol. Ce n'est que plus tard que la Nasa s'y est intéressée réellement et aujourd'hui, le scientifique en charge de l'enquête a avoué qu'il n'avait jamais rien vu de pareil. Un des faits les plus étranges nous rappelle les célèbres lignes de Nazca. En effet, ces dessins ne sont visibles que depuis le ciel. Par ailleurs, les monticules qui forment ces derniers sont visibles du sol, mais les formes ne sont pas reconnaissables.

Sherlock

La « Pompéi britannique » sort de la glaise


Les décombres de la maison. Mustfarm.com.
Le site Internet de la BBC a déjà surnommé, sans doute avec exagération, ce site archéologique comme "la Pompéi britannique". Cette emphase traduit assez bien l'enthousiasme des chercheurs qui, depuis septembre 2015, travaillent sur la fouille de Must Farm, non loin de Whittlesey, dans l'est de l'Angleterre. Ainsi que le résume David Gibson (Cambridge Archaeological Unit), qui est responsable de ce "chantier", "il s'agit simplement de la construction en bois de l'Age du bronze la plus complète qu'on ait jamais découverte dans ce pays." Pour Duncan Wilson, qui dirige Historic England, sorte de commission des monuments historiques version anglaise, laquelle co-finance les fouilles de Must Farm, "le site est d'une importance internationale et sa mise au jour va réellement transformer notre compréhension de cette période".

Le rapprochement avec Pompéi est dû à l'excellent état de conservation de ce site datant de près de trois millénaires, ce qui correspond à la fin de l'Age du Bronze dans cette région du monde. Si l'endroit s'est transformé en "une extraordinaire capsule temporelle", pour reprendre l'expression de Duncan Wilson, c'est dû à un concours de circonstances lui aussi extraordinaire. Remontons trente siècles en arrière. A l'époque coule ici une rivière - qui a changé de cours depuis - large d'une cinquantaine de mètres. C'est au milieu de cette rivière que s'est installée une communauté humaine, en construisant une plateforme sur pilotis, sur laquelle s'élevaient quelques maisons. Comme à Pompéi mais dans des proportions nettement moindres, une catastrophe va détruire ce site tout en contribuant à le préserver pour les générations futures : la plateforme prend feu, ce qui précipite les maisons dans la rivière. Leurs décombres coulent au fond du cours d'eau où ils sont rapidement ensevelis sous de la vase, ce qui va les protéger du pourrissement.

Magnify

Une épée romaine a été trouvée sur l'île aux Chênes au Canada

Traduit par Veritas Europe

Certes, Christophe Colomb n'a pas découvert l'Amérique... une épée romaine retrouvée sur L'île aux Chênes (« Oak Island » en anglais), une île du comté de Lunemburg au sud de la province de la Nouvelle-Écosse au Canada, pourrait bel et bien refaire l'histoire.


Cette épée romaine relance le débat autour de la découverte des Etats Unis d’Amérique.
Photo: AllTheContent / Investigating History
Les hommes enquêtant dans la mystérieuse Île aux Chênes, située sur la rive sud de la Nouvelle-Écosse, au Canada, ont fait une annonce inattendue au sujet de la découverte d'une épée de cérémonie romaine et ce que l'on croit être une épave romaine, suggérant radicalement que les anciens navigateurs ont visité l'Amérique du Nord plus de mille ans avant Christophe Colomb.

La preuve de la découverte a été exclusivement révélée à Johnston Press et publiée dans Le standard de Boston. Elle a été découverte par des chercheurs impliqués dans la série de History Channel « La Malédiction de l'île aux Chênes », qui détaille les efforts de deux frères du Michigan qui tentent de résoudre le mystère du trésor de l'île aux Chênes et découvrent des artefacts historiques soupçonnés d'être cachés sur l'île.