Bienvenue à Sott.net
mer., 18 sept. 2019
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Histoire Secrète
Carte

Magnify

Il y a 100.000 ans, l'homme moderne d'Afrique émigrait

Image
L'homme moderne a émigré d'Afrique il y a 100.000 ans au moins. C'est ce que viennent de découvrir des chercheurs d'une équipe internationale. C'est 40.000 ans plus tôt que ce que les précédents vestiges découverts le laissaient jusqu'alors supposer.

Une équipe de recherche internationale vient de découvrir dans la Péninsule arabique des traces d'Homo sapiens. Les outils de pierre qui ont été retrouvés révèlent que son émigration depuis l'Afrique remonterait à au moins 100.000 ans, soit beaucoup plus tôt que prévu.

La revue Science rapporte les travaux qui ont été réalisés. Grâce à une technique de luminescence par stimulation optique, les archéologues ont pu déterminer depuis combien de temps les objets retrouvés n'avaient pas été exposés à la lumière. Les résultats indiquent une période allant de 100.000 à 125.000 ans.

Magnify

Des dinosaures ont survécu à la grande extinction d'il y a 65 millions d'années

Image
Publiés mercredi dans Geology, les résultats obtenus par des universitaires canadiens grâce à une nouvelle méthode de radio-datation prouvent que certains hadrosaures ont survécu 700.000 ans après l'épisode d'extinction des dinosaures communément admis par les paléontologues.

L'extinction de masse des dinosaures, il y a 65,5 à 66 millions d'années, a épargné certains de ces grands reptiles : un fémur fossilisé d'hadrosaure - un grand herbivore du secondaire - vient d'être daté à 64,8 millions d'années, soit 700.000 ans après ce fameux tournant Crétacé-tertiaire, que la plupart des paléontologues considéraient comme fatal aux dinosaures non aviens.

Family

« Une amputation vieille de 7 000 ans »

Image
En France, la pratique de l'amputation remonte au moins à 7 000 ans ! C'est ce que nous révèle la découverte d'une sépulture néolithique sur la commune de Buthiers-Boulancourt, en Seine-et-Marne.

Sépulture néolithique de Buthiers-BoulancourtLa fouille, réalisée par l'INR AP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives), a mis au jour, entre autres vestiges, deux ensembles sépulcraux comprenant deux à trois tombes chacun.

L'une de ces tombes - celle d'un homme âgé - comportait des offrandes exceptionnelles, mais le fait le plus marquant auquel nous confronte l'étude archéologique est que cet individu a été amputé de son bras gauche, à l'aide d'un outil en silex, et qu'il y a survécu longtemps.

Magnify

Un dinosaure « mono-griffe » découvert en Chine

Image
En Chine, une nouvelle espèce de dinosaure, qui avait la taille d'un gros perroquet et était doté d'une seule griffe à l'extrémité de ses pattes avant très courtes, a été mise au jour. Il a été baptisé "Linhenykus monodactylus".

Pour votre culture personnelle, Linhenykus vient du nom de Linhe, la localité près de laquelle la découverte a été faite. Ce dinosaure appartient à la famille des Alvarezsauridae, une branche des théropodes, groupe de dinosaures carnivores dont faisaient partie le fameux Tyrannosaure (T-rex) et le Vélociraptor. Les théropodes sont aussi les ancêtres des oiseaux modernes.

Les paléontologues ont découvert ce fossile dans la formation géologique de Wulansuhai datant de 84 à 75 millions d'années, dans la région autonome de Mongolie intérieure, dans le nord de la Chine. Cette formation est riche en fossiles de vertébrés puisque le Linheraptor exquisitus, un dinosaure de moins de deux mètres de long, y avait été découvert en 2010. C'est le seul squelette presque complet de cette espèce découverte à ce jour.

Sherlock

Nouvelle espèce d'écrevisse : un géant de la famille découvert aux USA

Image
Publiée dans Proceedings of the Biological Society of Washington, la description, par des chercheurs américains, d'une nouvelle espèce d'écrevisse géante, trouvée dans le Tennessee, prouve que des découvertes zoologiques peuvent encore être faites dans des endroits que l'on pensait bien explorés.

Avec ses 12,5 centimètres - une taille énorme pour ce type d'animaux - et ses antennes couvertes de soies minuscules et sensitives ressemblant à des cheveux, Barbicambarus simmonsi, la nouvelle espèce d'écrevisse découverte par des chercheurs dans un ruisseau cependant bien connu et fréquenté du Tennessee, ne passe pourtant pas inaperçue.

Magnify

Un calamar de 85 millions d'années découvert en Amazonie

Image
Un fossile de calamar, jusqu'à présent inconnu et remontant au Crétacé (à environ 85 millions d'années), a été découvert par des paléontologues en Amazonie.

"C'est une espèce de calamar totalement nouvelle, rencontrée nulle part ailleurs", a indiqué hier à l'AFP le paléontologue Klaus Honninger du musée paléontologique de Chiclayo (nord), qui fait partie de l'équipe scientifique.

Le fossile du calamar, strié d'anneaux diagonaux, est rectiligne et mesure 32 centimètres pour 5 centimètres de diamètre. Le céphalopode appartient à la famille éteinte des Baculites, ont précisé les paléontologues.

Magnify

Un fossile de ptérosaure avec son œuf : une découverte importante

Image
Publiée dans la revue Science, la découverte, par des chercheurs sino-britanniques, d'un fossile de ptérosaure portant un œuf, dans la province chinoise du Liaoning, fournit aux paléontologues des informations sur les différences morphologiques entre sexes chez ces reptiles volants.

Remarquablement conservés, les restes fossiles d'une femelle de ptérosaure du genre Darwinopterus, vieux de 160 millions d'années et comprenant un œuf, également fossilisé, ont été mis au jour par l'équipe de David Unwin, paléo-biologiste à l'Université de Leicester, dans une région de Chine fertile en découvertes.

Surnommé "Mrs T" ("Madame T") par les chercheurs, le reptile a vraisemblablement été surpris en plein vol par une tempête ou une éruption volcanique, avant de s'abîmer dans le fond d'un lac, où les sédiments l'auraient préservé, comme le suggère une brisure de l'avant-bras. L'état de l'œuf semble indiquer qu'il était bien développé et prêt à être pondu.

Magnify

Archéologie : le chien domestique au menu des premiers Américains

Image

Fragments d'os (illustration)
A paraître dans l'American Journal of Physical Anthropology, une étude réalisée par des chercheurs américains apporte, pour la première fois, une preuve de la consommation de viande de chien chez les indiens du Texas il y a près de 10.000 ans.

C'est en cherchant à reconstituer le régime alimentaire des premiers américains que Samuel Belknap, étudiant à l'Université du Maine aux Etats-Unis, a trouvé, parmi des restes séchés d'excréments humains - découverts en 1975 dans un site archéologique du sud-ouest du Texas et conservés depuis dans une université texane - , un fragment d'os appartenant à un chien. Daté au radiocarbone, le morceau d'os d'à peine quelques centimètres est âgé de 9.400 ans, et présente une couleur caractéristique d'un passage par le circuit digestif.

Magnify

Le faciès de Néandertal : ce n'était pas une adaptation au froid

Image
Une étude publiée dans le Journal of Human Evolution, faite par des chercheurs britanniques et allemands, montre que les sinus de l'homme de Néandertal n'étaient pas plus adaptés au froid de la période glaciaire que les nôtres. En découle une nouvelle hypothèse sur les raisons de sa disparition.

En comparant, à l'aide de scans en 3D et de rayons X, les crânes fossilisés de Néandertaliens à ceux d'Homo sapiens, le Dr Todd Rae, anthropologue à l'Université Roehampton de Londres, aidé de collègues allemands, a constaté que les sinus des deux espèces étaient très similaires, et réfute donc la théorie selon laquelle le faciès "bestial" de Néandertal était dû à une conformation nasale lui permettant de réchauffer l'air glacial inhalé.

Info

Découverte d'anciennes peintures rupestres en Chine

En Chine, dans la province du Gansu et plus précisément dans le désert de Gobi, des archéologues ont découvert plus de 300 peintures rupestres très anciennes datant de l'époque des Printemps et des Automnes,il y a 2 500 ans.

La zone où ont été découvertes ces peintures est très reculée, c'est la raison pour laquelle elles avaient été oubliées au cours des siècles. D'après les archéologues, ces motifs, répartis sur sept sites différents, n'ont pas été gravés mais sculptés.

Ces peintures abordent des thèmes populaires de l'époque tels que le tir à l'arc, les arts martiaux ou l'équitation. Des daims,des ovins, des boeufs, des chameaux, des éléphants, des tigres et d'autres animaux sont également représentés.