La Science de l'EspritS


Book

Meilleur du Web: Système 1/Système 2 : les deux vitesses de la pensée

Comment pensons-nous ? Qu'est-ce qui guide nos préférences, nos jugements, nos décisions ? Quand faut-il ou non faire confiance à notre intuition ? Pourquoi agissons-nous souvent contre notre propre intérêt ?

Esprits l'un dans l'autre - Illustration© Inconnu


Telles sont quelques-unes des questions qui servent de fil rouge à cet ouvrage, dans lequel Daniel Kahneman nous emmène à la rencontre des « deux personnages » qui se partagent notre esprit.

Le « Système 1 » est ultra-rapide, intuitif et émotionnel ; le « Système 2 » est plus lent, plus réfléchi, plus contrôlé et plus logique. Via de multiples expériences auxquelles le lecteur est invité à s'essayer lui-même, sont exposés les facultés extraordinaires de la pensée mais aussi les ravages des partis pris et autres biais cognitifs dont nous sommes les jouets : illusion de familiarité, effet de halo, biais optimiste, illusion de causalité, effet d'ancrage, illusion rétrospective... - autant d'exemples de notre tendance à interpréter les événements en fonction de ce que nous connaissons déjà, du sens que nous souhaitons qu'ils aient, et de notre incapacité, inversement, à raisonner statistiquement, en acceptant l'idée de hasard.

Fruit de toute une vie de recherche aux confins de la psychologie et de l'économie, Système 1/Système 2 dessine une théorie brillante, qui offre des prolongements pratiques immédiats dans la vie quotidienne et professionnelle.

Spécialiste de psychologie cognitive et d'économie comportementale, Daniel Kahneman est professeur émérite à l'université de Princeton. Ses travaux sur le jugement et la prise de décision lui ont valu un prix Nobel en 2002 et connaissent une grande influence dans de nombreux domaines.

Sott.net vous propose de découvrir l'introduction de cet ouvrage d'une grande utilité dans la recherche de la connaissance de Soi.
--------------------------------------

Cult

ABC4 aborde les abus rituels et les cas de personnalités multiples


Reportage sur Jenny Hill souffrant de 22 personnalités suite à des abus durant son enfance. Une histoire tragique racontée par Judy Byington dans son ouvrage Twenty-Two Faces.

2 + 2 = 4

Les mathématiques peuvent réellement faire mal à la tête

Image
© Inconnu
Selon une nouvelle étude, la peur des mathématiques peut être telle qu'elle ferait souffrir presque physiquement. Les scientifiques ont en effet découvert que certaines personnes, par peur d'être confrontées à un exercice, vont activer une zone cérébrale associée à la douleur.

Family

Des parents stricts ont des enfants conservateurs

Qu'est-ce qui en général fait de nous un conservateur ou un progressiste ? On se doute intuitivement que cela doit dépendre en grande partie de l'orientation des parents, et une étude vient de le vérifier. Cette nouvelle recherche montre que l'étape de socialisation politique débute avec l'éducation parentale. Une mère et un père qui ont un style plutôt autoritaire et une répartition des rôles traditionnelle ont tendance à former des enfants qui possèdent des idéologies de type conservatrice à 18 ans.

Les enfants qui ont tendance à être craintifs sont plus susceptibles de grandir en développant des valeurs conservatrices également. Les parents autoritaires sont plus susceptibles d'utiliser des punitions, à souhaiter l'obéissance et avoir des règles strictes pour la discipline et le comportement. Des parents progressistes sont moins rigides et plus souples sur les règles et écoutent l'opinion de l'enfant.

Gear

Des campagnes électorales qui misent sur une illusion de compréhension chez les électeurs

Image
© Inconnu
Des chercheurs estiment, dans le New York Times, que les affirmations et les attaques de Mitt Romney et de Barack Obama dans les publicités télévisuelles de la campagne électorale fonctionnent en grande partie parce que les électeurs ne les comprennent pas.

Magnify

Et si la physique quantique expliquait les expériences de mort imminente ?

Image
© ReutersLes expériences de mort imminente surviendraient lorsque l'âme s'échapperait du système nerveux pour entrer dans l'univers selon des experts en physique quantique.
Des scientifiques estiment que les expériences de mort imminente surviennent lorsque l'âme, formée par des substances quantiques, s'échappe du système nerveux pour entrer dans l'univers.

Les expériences de mort imminente passionnent les scientifiques comme le reste de la population. Il y a encore trois semaines, l'histoire d'Eben Alexander, ce grand neurochirurgien qui racontait son expérience de vie après la mort dans le livre Proof of Heaven ("Preuve du paradis") faisait la Une de nombreux journaux. Mais une question demeure : comment et quand est-ce qu'arrive ces expériences de mort imminente ? Selon deux scientifiques éminents, le Dr Stuart Hameroff et le physicien Roger Penrose, une expérience de mort imminente arrive lorsque les substances quantiques qui forment l'âme quittent le système nerveux pour se rendre dans l'univers. Cette théorie se rapproche donc de l'hypothèse de l'esprit quantique, qui suggère notamment que des phénomènes quantiques, comme l'intrication et la superposition d'états, sont impliquées dans le fonctionnement du cerveau, et surtout dans l'émergence de la conscience. L'essence de nos âmes seraient donc contenus dans une structure appelée microtubules.

Einstein

Votre cerveau ne meurt jamais

Image
Les neurones du cerveau se fabriquent tout au long de la vie. (Reuters)
Contrairement à l'idée communément admise, nous pouvons fabriquer des neurones à tout âge. Mais à plusieurs conditions, dont celles-ci : ne pas s'ennuyer et continuer à s'émerveiller


Bonne nouvelle : contrairement à une idéee reçue, notre cerveau ne cesse pas de produire des neurones à l'âge adulte! C'est l'équipe du neurobiologiste Pierre-Marie Lledo, à la tête de l'unité Perception et mémoire à l'Institut Pasteur et de l'unité GèneS, synapseS et cognition au CNRS*, qui a contribué à mettre en évidence l'existence d'une "pouponnière" dans laquelle de nouveaux neurones se fabriquent en continu. Pour cela, un traceur (une sub-stance fluorescente issue d'une méduse) a été introduit dans un virus désactivé, qui n'infecte que les cellules occupées à se diviser. En injectant ce virus dans le cerveau de rongeurs, les chercheurs ont "illuminé" ces néo-neurones. "Ils se forment dans une zone située sous les ventricules puis migrent comme sur un tapis roulant", explique le scientifique. Soit vers l'avant du cerveau, dans la structure qui gère l'odorat et la mémoire olfactive ; soit dans l'hippocampe, qui régit la mémoire spatiale.

Magic Wand

Rêvasser stimule la créativité

Image
Vous culpabilisez parce que vous avez passé l'après-midi à rêvasser? Pas de panique. Sans le savoir, vous étiez peut-être en train de résoudre un problème. D'ailleurs, cela vous est peut-être déjà arrivé. Au volant, en voiture, en train de faire les courses, vous êtes concentré sur quelque chose qui n'a rien à voir avec votre travail lorsque soudain, Eurêka!, une idée ou la solution à un problème vient à vous. Ce qu'il se passe dans ces moments, des chercheurs en psychologie ont cherché à le comprendre un peu plus précisément, grâce à plusieurs études parues dans le dernier numéro de la revue Psychological Science.

L'une d'elles, entreprise par des chercheurs de l'Université de Californie à Santa Barbara a même pu prouver que rêvasser aidait à résoudre des problèmes et dépasser certains blocages. Pour le comprendre, les chercheurs se sont livrés à un exercice très simple. Ils ont demandé aux participants à l'expérience de se livrer à des tâches inhabituelles. En clair, les participants devaient apprendre à utiliser plusieurs objets de différentes manières toutes plus contre-intuitives les unes que les autres. Sur ces tâches, les participants bloquaient ou mettaient du temps à trouver la solution. Cela constituait la première étape de cette expérience.

Family

Les parents surestiment l'optimisme et minimisent l'anxiété de leurs enfants

Image
© Inconnu
Les parents surestiment l'optimisme des enfants et minimisent leurs anxiétés, selon une étude publiée dans le Journal of Experimental Child Psychology.

Magnify

Le danger affecte notre perception du temps

La peur modifie notre perception de base du monde qui nous entoure, ce qui a des implications claires pour comprendre et expliquer les phobies cliniques, explique ce chercheur psychologue de l'Emory University. Ces conclusions sont présentées dans l'édition du de la revue Current Biology.

Un exemple, donné par le chercheur : un serpent qui menace, peut, en réalité, être bien plus loin qu'il n'y paraît. Alors que la peur fausse notre perception des dangers qui s'approchent, elle nous oblige parfois aussi à sous-estimer la distance d'un être menaçant, expliquent Stella Lourenco de l'Emory et Matthew Longo, psychologue de Université de Londres.

Ces chercheurs ont réalisé une expérience pour tester l'effet de la peur sur l'exactitude de la réaction humaine pour esquisser ou pour bloquer, si nécessaire, un objet, menaçant, qui s'avance. Les participants devaient estimer le délai de collision à partir d'images sur un écran d'ordinateur. Les images s'élargissaient avant de disparaître, pour simuler un contact imminent et les participants devaient indiquer le moment éventuel de la collision en appuyant sur un bouton. Les participants ont tendance à sous-estimer le temps de collision pour des images d'objets menaçants, comme un serpent ou une araignée, par rapport images non menaçantes, comme un lapin ou un papillon.