La Science de l'EspritS


Heart

Nos sentiments gouvernés par la chimie

Image
Les émotions sont un sujet de recherche très actif. C'est le cas de l'empathie, qui existe chez des nouveaux nés âgés de quelques heures.

« Docteur, j'ai des trous de mémoire. Est-ce grave ? » «Ce n'est rien. Ce sont vos récepteurs du glutamate qui n'ont pas été réactivés à temps. » Il va falloir s'habituer à ce jargon en vogue chez les neurologues. Tout le monde connaît désormais l'action des « hormones du bonheur » : ocytocine, vasopressine, sérotonine, adrénaline, dopamine. L'étude de ces mécanismes de régulation est d'ailleurs devenue une discipline très en vue baptisée d'un nom plein de promesses : les « sciences affectives ».

En fait, on commence à peine à connaître la biochimie des états amoureux, le rôle majeur de l'amygdale dans le stockage des souvenirs émotionnels ou les effets désastreux et durables du stress post-traumatique. Les émotions ne sont donc plus seulement le piment de la vie qui nous font rougir, rire ou pleurer. Elles semblent interagir en permanence avec les processus cognitifs et donc influer sur notre vie quotidienne.

Info

Dire la vérité pour améliorer votre santé

On ne l'attendait pas celle-là ! Dire la vérité permet de préserver sa santé. Une étude sur le thème de la « Science de l'honnêteté » a permis de montrer que l'Américain moyen ment environ 11 fois par semaine (en moyenne). L'étude a voulu savoir si vivre plus honnêtement permettait d'obtenir en retour une meilleure santé.

On ne va pas se mentir : les participants de l'étude pouvaient réduire drastiquement leurs mensonges quotidiens et cela permet effectivement de mieux se porter. L'étude a concerné 110 personnes durant 10 semaines (34 % d'adultes et le reste, des étudiants). Précisons que cette étude n'a pas été encore publiée.

Heart

La méditation en pleine conscience contre la solitude... et l'inflammation biologique ?

Selon une étude américaine, la méditation en pleine conscience, ou "mindfulness", déjà connue pour réguler le stress, aiderait les seniors à lutter contre le sentiment de solitude. Autre résultat surprenant : cette méditation ancestrale diminuerait aussi les paramètres génétiques et biologiques de l'inflammation ! Des résultats intéressants qui demandent cependant confirmation par une étude à plus grande échelle.
Image
Méditer pour se sentir moins seul ?

La méditation en pleine conscience, qui joue un rôle primordial dans le bouddhisme, consiste à être centré sur l'instant présent, sans jugement, et en accueillant tout ce qui vient aussi bien de l'extérieur de soi que de l'intérieur. Cette attitude focalisée sur l'observation des sensations, de leur temporalité, leur durée, leur profondeur, permettrait ensuite d'apprendre à se détacher de toutes ces sensations, à "se nettoyer, se purifier".

L'étude publiée dans la revue Brain, Behavior & Immunity a été réalisée auprès de 40 personnes âgées de 55 à 85 ans. Elles ont participé à un programme de huit semaines appelé "Mindfulness-Based Stress Reduction" (réduction du stress basée sur la pleine conscience), qui a été mis en place par Jon Kabat-Zinn, de l'école de médecine de l'Université du Massachusetts.

Cette étude montre qu'après huit semaines de méditation en pleine conscience (à raison de deux heures et demi par semaine), les sujets se sentaient significativement moins seuls.

People

Solitude: bénéfice de la méditation de pleine conscience

Image
© Inconnu
La méditation de pleine conscience ("mindfulness") aiderait à lutter contre le sentiment de solitude tout en améliorant la santé, selon une étude américaine publiée dans la revue Brain, Behavior & Immunity.

Commentaire: Lire également:

La méditation a un effet positif sur la santé mentale

La méditation modifie notre structure cérébrale

La méditation peut aider à soulager la douleur

La méditation influence la mémoire et l'empathie


Newspaper

Le bilinguisme pour un cerveau plus agile

Les parents des enfants bilingues sont souvent inquiets. Si le fait d'être un adulte bilingue est un avantage évident, est-ce que l'apprentissage de deux langues simultanées ne va perturber les autres apprentissages des enfants concernés ? Différentes études ont déjà abordé cette question apportant souvent des réponses plutôt optimistes.

L'Université de Strathclyde, Glasgow, associée à l'Université de Cagliari ont étudié des enfants bilingues. Une partie d'entre eux pratiquait l'anglais et le gaélique, une autre partie pratiquait l'italien et le sarde et enfin une troisième partie n'était pas bilingue. Les enfants suivaient des cours en école primaire. Dans les deux cas de bilinguisme, on présente une langue normative et majoritaire (anglais ou italien) associée à une langue plus régionale. Le gaélique est une langue parlée en Écosse.

Le gaélique écossais était parlé par 200.000 personnes au début du XXe siècle et par environ 60.000 personnes au tout début du XXIe. Le sarde de son côté est une des langues locales de la Sardaigne, elle est de type roman et est proche du latin. La majorité des habitants de l'île sont bilingues.

Einstein

Le bonheur n'est pas dans l'intelligence

En réalité, ce qui ferait la différence n'est pas dans la taille (du cerveau), mais dans la précocité (des relations). Il s'agit de la conclusion préliminaire d'une recherche de l'université Deika et d'un institut australien. Cette recherche a regardé comment le bonheur à l'état d'adulte trouvait ses origines dans l'enfance et dans le parcours académique. Le suivi a duré 32 ans. On a mesuré par exemple le lien entre les relations sociales précoces et les soucis familiaux, les réussites scolaires, etc. avec le bonheur adulte.

La relation sociale globale durant l'enfance est définie par ce que disent les parents et les enseignants sur l'isolement ou pas de l'enfant, s'il est aimé, ainsi que sur la confiance en soi de ce dernier. Lorsqu'il est adolescent, on a mesuré aussi son esprit d'équipe et son tissu social. On a alors remarqué que tous ces paramètres avaient un grand impact sur le bien-être à l'âge adulte. L'étude a démontré également que le parcours académique n'a pas d'influence notable en la matière. La morale de l'histoire est qu'il faut bien suivre le développement personnel de l'enfant et pas seulement ses résultats scolaires.

Family

La maltraitance marquerait la substance blanche du cerveau

Image
© Inconnu
Une étude de la University of Texas Southwestern Medical School de Dallas vient de montrer un lien entre les violences vécues enfant et des changements dans la matière blanche du cerveau. Ceci serait également lié à la tendance à développer des troubles psychiatriques.

Commentaire: Lire également:

La maltraitance dans l'enfance laisse des traces génétiques

La maltraitance dans le cerveau

Enfance: des conditions de vie qui marquent l'ADN

Des parents présents: Des effets positifs sur le cerveau des enfants


Cheeseburger

La publicité d'aliments malsains renforcée par le slogan "5 fruits et légumes"

Image
© Unknown
Le message ""Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour"" accompagnant les publicités de produits alimentaires, lesquels sont des produits qui favorisent l'obésité dans la grande majorité des cas, se prêterait à une interprétation trompeuse, selon une étude de l'École de Management de Grenoble publiée dans la revue Marketing Letters.

Family

Se forcer à sourire permettrait de déstresser

Image
© Unknown
Selon une récente étude américaine, se forcer à sourire pourrait dans certaines circonstances réduire le stress et aider à se sentir mieux tout comme peut le faire un véritable sourire.

Commentaire: Lire aussi Les sourires forcés mauvais pour la santé


2 + 2 = 4

Calcul mental: Faut-il arrêter d'enseigner les maths à l'école ?

Image
© Unknown
Les courbes exponentielles vous donnent des boutons ? Vous n'avez jamais saisi la subtilité du dilemme de Fermat ? La simple évocation de la théorie des ensembles vous fait flancher ? Alors vous vous êtes forcément posé la même question qu'Andrew Hacker, professeur de sciences politiques, qui a publié samedi sur le site du New York Times une longue tribune intitulée "L'algèbre est-il nécessaire ?". L'Américain y expose son questionnement : faut-il arrêter d'enseigner les mathématiques à l'école ?