Bienvenue à Sott.net
mer., 28 oct. 2020
Le Monde pour les Gens qui Pensent

La Science de l'Esprit
Carte

Butterfly

Ce que nous pouvons apprendre de Etty Hillesum

Il est difficile, voire impossible, d'écrire à propos d'Etty Hillesum, mais elle-même a écrit, jusqu'au bout, jusqu'à cette carte qu'elle a jetée du train qui l'emmenait « à l'Est » le mardi 7 septembre 1943 : « Un au revoir de nous quatre » (Journal et Lettres).
vgty
La tension que recèle l'expression, due à Claude Vigée : « La joie malgré tout, la joie sur le fil du rasoir », atteint son apogée dans les pages qui décrivent cette « vie bouleversée » : « ... j'ai ma force intérieure et cela suffit, le reste est sans importance » Claude Vigée, dans « Secourir Dieu dans la Shoah : l'épreuve d'Etty Hillesum » (Etty Hillesum, « histoire de la fille qui ne savait pas s'agenouiller »), parle de l'« optimisme paradoxal » de cette jeune femme, née le 15 janvier 1914 aux Pays-Bas et qui avait donc vingt-cinq ans quand la guerre éclata et que commença, très vite, la persécution de la communauté juive.

Book 2

Extraits et inspiration ajoutée de 1984 de Georges Orwell

« Quand ils commencèrent officiellement l'instauration d'une dictature mondiale, les peuples surpris et abattus, ne purent faire autrement que de l'accepter. »
ijujuj
« La destruction de leurs nations était déjà irrémédiablement amorcée à leur insu depuis bien longtemps, leurs intérêts n'avaient plus aucun poids ni aucune importance pour les nouvelles puissances dirigeantes à grandes échelles.

Pourtant ils l'ont voulu, sans se rendre compte que cela allait évidemment et inévitablement se retourner contre eux.

Les télécrans ont fait ce pour quoi ils ont été inventés, c'est à dire de l'ingénierie sociale visant avant tout à formater les esprits des masses.

En effet les pays furent définitivement et totalement dissous dans des blocs continentaux en quelques décennies sans qu'il n'y ait de véritable opposition populaire. Pourtant majoritairement les populations étaient contre cette idée avant que Big Brother ne la leur fasse avaler à coup de propagande et de chantage.

Bullseye

Avec le Covid-19 : réflexions sur le mal et la peur

La crise sanitaire de 2020 est aussi une crise de société, pour ne pas dire de civilisation. Cette crise ne se réduit pas aux effets systémiques constatés dans le monde, causés par les décisions des gouvernants appuyées par une expertise scientifique et gérées par les systèmes de la puissance publique.
vgbhn
© David GANNON / AFP
Cette crise est aussi intérieure, affectant les âmes et les consciences. Une peur s'est propagée. Quelle est la nature de cette peur ?

La question du mal comme introduction à la question de la peur

La Shoah a suscité des questionnements avec une controverse autour de la thèse développée par Arendt sur la banalité du mal, à l'occasion d'une enquête sur la personnalité d'Eichmann avant et pendant le procès de ce « bureaucrate des camps » tenu à Jérusalem.

Le mal était-il banal ou radical ? Cette question est importante mais sans doute mérite-t-elle une analyse sémantique précise. Que signifient ces qualificatifs de banal et de radical ?

Heart - Black

Coronavirus : Une mutation anthropologique

La notion d'état d'urgence juridique nous est familière. Elle fait partie de notre vie depuis une vingtaine d'années, que l'état d'urgence ait été déclaré comme en France ou qu'il résulte simplement d'une transformation constante du droit pénal détruisant, au nom de la « lutte contre le terrorisme », l'essentiel des libertés collectives et individuelles.
jfhfhf
Ce processus, ayant pour objet la suppression de l'État de droit, a été nommé « état d'urgence permanent ».

A cette transformation, au niveau du droit, s'ajoute aujourd'hui une notion « d'état d'urgence sanitaire ». Ici, dans l'état d'urgence sanitaire, le droit n'est pas suspendu, ni même supprimé, il n'a plus lieu d'être. Le pouvoir ne s'adresse plus à des citoyens, mais seulement à des malades ou à des porteurs potentiels de virus.
Lorsque le droit est suspendu dans l'état d'urgence ou supprimé dans le cadre de la dictature, sa place demeure, même si elle reste inoccupée. Dans « l'état d'urgence sanitaire », c'est sa place même qui disparaît. Le droit n'est plus simplement suspendu ou refoulé, mais expulsé. Forclos, il est simplement placé hors discours, comme s'il n'avait jamais existé.

Butterfly

Pourquoi la beauté est importante

Le 12 janvier 2020, le monde a perdu un grand philosophe, un intellectuel, et une voix rare qui défendait l'importance de la beauté.
bghyt

Une peinture de Peter Ilsted, peintre Danois (1861-1933)
Roger Scruton s'est consacré à cultiver la beauté et à "réenchanter le monde". Dans son documentaire "Why Beauty Matters", Scruton soutient que la beauté est un besoin humain universel qui nous élève et donne un sens à la vie.

Books

La femme dans la dystopie

La femme occupe depuis toujours une place à part dans le récit dystopique. En effet, le héros - souvent masculin - est généralement ancré au début de l'oeuvre dans le monde et en respecte les règles. Il en est même souvent un des agents chargés de la bonne exécution des principes du régime.
gfgf
© Inconnu
Julie Christie dans le film Fahrenheit 451
Ainsi, dans Nous autres, livre qui est généralement considéré comme la première oeuvre dystopique, le héros travaille sur un vaisseau spatial destiné à convertir les civilisations extraterrestres au bonheur, que l'État unique prétend avoir découvert

Cards

Ce monde n'est pas le mien : les morts vivants

Je suis un mauvais diable, effroyable citoyen, indigne voisin mais je me refuse à la farce du masque dans la rue. Quand je vois s'approcher les morts vivants, calfeutrés derrière lunettes, masque et parfois cagoule, je ne peux m'empêcher de penser que la camarde a gagné la partie plus sûrement que les terroristes d'hier. Notre société s'est brisée, fragmentée, dissoute dans une frayeur irraisonnée : celle de mourir !
mjhgfr
La belle affaire que voilà, mes concitoyens découvrent hébétés et ahuris que la mort est la seule issue de ce magnifique voyage qu'on nomme la vie.

Candle

C'est toute une planète qui est partie : Ennio Morricone n'est plus

Ennio Morricone, l'un des plus grands compositeurs de films de tous les temps, sera sans aucun doute pleuré par des millions de personnes dans le monde entier.
nhuy

Ennio Morricone
Ses thèmes émotionnels, évocateurs et colorés ont donné vie à d'innombrables films au cours d'une carrière musicale prolifique et unique de plus de 70 ans. Le maestro est décédé lundi à Rome, à 91 ans, des suites de blessures subies lors d'une chute.

Bullseye

Le mythe de la loi de l'attraction et les méfaits de la pensée positive

La théorie de la pensée positive repose sur l'idée que notre vie est le simple reflet de nos pensées : en les contrôlant, on pourrait avoir tout ce que l'on désire. Nos difficultés viendraient donc du fait que nous pensons négativement.
olñp
La solution apportée par la pensée positive est donc de contrôler les émotions et pensées négatives, de les supprimer et de ne plus avoir que des pensées positives, afin de diriger notre vie vers la réussite et le bonheur.

Les pensées positives peuvent en effet produire des émotions positives (et encore, pas systématiquement) mais , comme le rappelle justement Matthieu Ricard, « l'univers n'est pas à notre disposition ». Par ailleurs, pouvons-nous véritablement contrôler nos pensées ?

Ilios Kotsou propose dans son livre Éloge de la lucidité de déconstruire la théorie de la pensée positive et le mythe de la loi de l'attraction en s'appuyant sur des études de psychologie et de neurosciences.

Commentaire: Lire aussi :


Die

Le mythe du monde d'après le Covid-19

Dès le 17 mars 2020, le confinement amorcé, les observateurs comprirent la rupture de cet authentique jour d'après, mais anticipèrent un peu trop vite, par la suite, l'avènement d'un monde d'après substantiellement différent.
vvvvv
Pour satisfaire l'esprit, fut convenable de penser que ce monde serait meilleur. En revanche, Michel Houellebecq, pour qui la littérature ne doit pas avoir de vertus dormitives, convint que le monde d'après, pour autant qu'il arrive, risque d'être le même que l'ancien mais en pire. En réalité, cette crise a engendré deux impacts, l'un sur le système (société, Etat, économique) ; l'autre sur les consciences.

Avec des différences. Selon la position dans le système, l'impact sera plus intense et selon le vécu pendant le confinement, la conscience aura subi des facteurs plus ou moins impactant. Les uns ont continué à travailler comme avant, les autres se sont appliqués au télétravail à domicile, ou alors sont restés chez eux en chômage technique. Pour tous, le confinement fut une expérience inédite. Avec quelles conséquences ?

Ce que nous avons vécu s'appelle une crise. Autrement dit, une instabilité dans notre existence, qui au lieu de suivre un cours réglé par notre volonté, a été encadrée et déstabilisée, à l'image d'un cycliste ayant crevé et obligé de poursuivre son chemin à pied.

Le paysage est alors perçu différemment. Le confinement a engendré un vécu inédit mais tous n'ont pas été secoués de la même manière. Trois possibilités se présentent dans ce cas de figure où une instabilité se produit puis s'estompe, ce qui est arrivé après le confinement.