Changements TerrestresS


Bizarro Earth

Flashback SOTT Focus: Le danger des météorites et des comètes pour la civilisation

Ayant récemment écrit une revue de « Nouvelle lumière sur la Mort Noire : La connexion cosmique » du dendrochronologue Mike Baillie de la Queen's University à Belfast en Irlande, j'ai décidé d'approfondir le sujet. Au cours des quelques semaines passées, tout un colis de livres que j'avais commandés est arrivé et s'est empilé sur mon bureau après un feuilletage rapide... tant à faire et si peu de temps.
Comètes
© SVM Clube
Entre temps, un ami à moi (qui est climatologue dans un centre de recherche étatsunien majeur) m'a aiguillée sur une découverte intéressante, un article adressé au Bureau Européen de la Recherche et du Développement Aérospatial1, daté du 4 juin 1996, intitulé : The Hazard to Civilization from Fireballs and Comets (« Le danger des météorites et des comètes pour la civilisation » - NdT) par S.V.M. Clube. (Pour le non-initié, Clube est un astrophysicien de l'Université d'Oxford).

Better Earth

Flashback SOTT Focus: Nouvelle lumière sur la Peste Noire : la connexion cosmique

Nouvelle lumière sur la Peste Noire - La connexion cosmique par le dendrochronologue1 Mike Baillie de la Queen's University de Belfast en Irlande.

Je viens de finir de lire ce livre et tout ce que je peux dire est : Wow ! C'est un livre intense ! Pas un livre long, d'ailleurs - juste 208 pages y compris les annexes. Il est concentré et économique sans mots inutiles ou vains radotages. Chaque exemple et diversion temporaire sont cruciaux pour l'argument central qui est - accrochez-vous - Mike Baillie (oui, un vrai scientifique et pas un charlatan), dit que la Peste Noire, une des pandémies les plus mortelles dans l'histoire humaine, qui est supposée avoir tué peut-être deux tiers de toute la population de l'Europe, sans parler des millions de personnes sur toute la planète, n'était probablement pas une peste bubonique mais plutôt une mort due à une(des) comète(s) !

Oh oui ! C'est étonnant, n'est-ce pas ?
Peinture, Le triomphe de la mort, Pieter Bruegel l'Ancien, 1562
Le triomphe de la mort, Pieter Bruegel l'Ancien, 1562
Peut-être pas. Baillie a des preuves scientifiques pour soutenir sa théorie et ses preuves soutiennent réellement - et est supportée par - ce que les gens de l'époque disaient : tremblements de terre, comètes, pluies de mort et de feu, atmosphère polluée, et mort à une échelle qui est presque inimaginable. La plupart des gens aujourd'hui ne sont pas réellement conscients de ce qui est arrivé il y a juste 660 ans. (Hummm... l'esprit curieux se demande immédiatement ce qui pourrait arriver quand nous ajoutons 666 ?! Ce pourrait être 2012...)

La Chine, où la Peste Noire est prétendue avoir pris son origine, a perdu la moitié de sa population (passant d'environ 123 millions à environ 65 millions).

Une recherche récente sur les nombreuses traces de morts européennes suggère également un chiffre de 45 à 50% de la population européenne totale qui est morte au cours d'une période de quatre années, bien que les chiffres fluctuent selon les endroits (ce qui est un problème comme nous le verrons).

Dans l'Europe méditerranéenne et en Italie, le Sud de la France et l'Espagne, où la peste dura environ quatre années consécutives, ce fut probablement plus proche de 70 à 75% de la population totale. (Aux États-Unis aujourd'hui, cela serait équivalent à réduire la population des 300 millions actuels à 75 millions en moins de quatre années. Cela se résumerait aussi à devoir enterrer ou se débarrasser d'environ 225 millions de cadavres !)

En Allemagne et en Angleterre, cela fut probablement plus proche de 20%. On croit que l'Allemagne du Nord-Est, la Bohème, la Pologne et la Hongrie ont dû moins souffrir pour quelque raison (et il y a quelques théories qui ne sont pas entièrement satisfaisantes).

Il n'y a pas d'estimations disponibles pour la Russie ou les Balkans, il semble donc qu'ils ont dû peu souffrir, s'ils ont souffert. L'Afrique a perdu approximativement 1/8e de sa population (d'environ 80 millions à 70 millions). (Ces chiffres soulignent réellement un des problèmes que Baillie soulève : la variabilité des taux de décès selon les endroits.)

Quel que soit le taux de décès à un endroit donné, la conclusion est que la Peste Noire a produit le plus grand nombre de morts que toute autre pandémie connue dans l'histoire enregistrée et, comme Baillie le fait remarquer, personne ne sait réellement ce que c'était ! Oh, bien sûr, pendant très longtemps tout le monde « savait » que c'était la peste bubonique, donc pourquoi Baillie remet en question ce fait bien établi ? Il n'est pas le seul.

Meteor

Meilleur du Web: Un conseiller de la Maison Blanche : Les États-Unis doivent se préparer à la menace d'astéroïdes

Traduit par Conscience du peuple

Image
Si un astéroïde était sur le point de rentrer en collision avec la Terre, serions-nous prêts à nous protéger de son impact destructeur ou serions-nous impuissants et sans défense?

La NASA, l'Agence Nationale de l'espace, a été chargée de s'occuper de la façon de protéger non seulement les États-Unis, mais le monde entier au cas où ce scénario aussi horrifiant soit-il venait à se produire. Le haut conseiller de la Maison Blanche dit que nous devons nous préparer.

C'est en dix lettres séparées, la Maison du Comité des Sciences et Technologies et le Sénat du Comité du Commerce, de la Science et de Transport, John Holdren, directeur de la politique du Bureau des sciences et technologies de la Maison Blanche ou OSTP, que les grandes lignes du plan sont élaborées : « (A) Protéger les États-Unis d'un objet proche de la Terre qui pourrait rentrer en collision avec elle; Et (B) mettre en œuvre une campagne de déviation, en consultation avec les organes internationaux, devrait être nécessaire. »

While Holdren indique qu'aucun gros astéroïde ou comète ne présente actuellement un danger pour notre planète, mais le fait qu'il y a longtemps qu'un impact destructeur eu lieu sur Terre est suffisant pour justifier les précautions à prendre pour le futur.

Igloo

Chine : une vague de froid entraîne des milliers d'évacuations

Image
Chine - Cinq provinces chinoises sont touchées par une intense vague de froid accompagnée de pluies verglaçantes et de neige. Alors que des milliers de personnes sont sinistrées, 58.000 habitants de ces régions ont dû être évacués.

Cette vague de froid s'est abattue sur les provinces centrales et méridionales du Jiangxi, Hunan, Chongqing, Guizhou et Sichuan, a annoncé ce mardi le ministère chinois des Affaires civiles. Alors qu'une victime est à déplorer, des dizaines de milliers d'habitants ont dû être évacués. Des milliers de maisons sont déjà endommagées ou détruites, et un grand nombre de cultures dévastées. 142.000 hectares de surfaces cultivées seraient touchés par d'importants dégâts, et la perte économique est à ce jour estimée à quelque 1,35 milliard de yuans (154 millions d'euros). La circulation routière est elle aussi touchée par les intempéries qui ont bloqué de nombreux axes.

Bizarro Earth

Après les oiseaux, des millions de poissons périssent mystérieusement

Image
Des millions de poissons morts ont été découverts mardi sur les côtes de Nouvelle-Zélande, du Brésil et dans la baie de Chesapeake, le plus grand estuaire des Etats-Unis, dans l'Etat du Maryland.

Une découverte qui interpelle après la mort énigmatique de milliers d'oiseaux dans les Etats américains d'Arkansas et de la Louisiane ainsi qu'à Falkoping, une petite ville du sud-ouest de la Suède. D'après le quotidien Baltimore Sun, deux millions de poissons morts ont été dénombrés dans la baie de Chesapeake. Un décès imputé, selon Dawn Stoltzfus, porte-parole du département de l'Environnement de l'Etat du Maryland, à une crise d'hypothermie ("cold-water stress", dans le texte) consécutive à un brutal bouleversement thermique. D'après D. Stoltzfus, des cas similaires furent relevés en 1976 et 1980.
Image

Bizarro Earth

40 000 crabes morts en Angleterre

Image
Après les milliers de poissons et d'oiseaux morts mystérieusement en Amérique du Nord et en Europe, voilà maintenant que 40 000 crabes ont été retrouvés sans vie sur les plages d'Angleterre.

Cette fois, il semble que le froid pourrait être en cause. On sait que les dernières semaines ont été particulièrement froides dans cette région du globe alors que la Grande-Bretagne a connu son mois de décembre le plus frisquet depuis une centaine d'années.

Selon les autorités locales, des événements semblables se sont produits au même endroit il y a deux ans et il y a cinq ans également.

Une expertise a tout de même été demandée pour tenter de tirer au clair toute cette affaire.

Better Earth

Tremblement de terre à Barbacha ressenti au nord de Sétif

Image
© Inconnu
Un tremblement de terre d'une magnitude de 3 sur l'échelle de Richter a eu lieu hier, à 14 h 27 dans la wilaya de Bejaia, indique le Centre de recherche en astronomie astrophysique et géophysique (CRAAG) dans un communiqué.

Ambulance

Inondations aux Philippines : le bilan s'alourdit encore

Image
© Maxisciences
Hier, le bilan des terribles inondations qui touchent depuis plusieurs jours les Philippines faisait état de treize morts. Mais ce sont aujourd'hui vingt-cinq décès engendrés par les intempéries qui sont recensés.

Cloud Lightning

Inondations en Australie : les serpents pullulent, le ravitaillement est coupé

Image
La municipalité d'une ville australienne dévastée par les inondations, a indiqué jeudi qu'elle refusait d'aider "des habitants totalement irresponsables", qui exposent les secouristes aux attaques de serpents en refusant de quitter leur maison.

"Nous avons pris une décision et elle est très claire. On ne peut pas mettre nos agents en danger, en amenant des vivres (dans ces maisons)", a déclaré Brad Carter, maire de Rockhampton, une ville rurale et minière du nord-est de l'Australie, submergée par les inondations.

Heart - Black

Pétrole : la gigantesque et silencieuse pollution du delta du Niger

Image
Le delta du Niger est au cœur d'une gigantesque marée noire quotidienne et silencieuse qui dépasserait largement les dégâts de la récente marée noire du Golfe du Mexique. Rien que selon les chiffres des autorités nigérianes, cette région aurait déjà enregistré environ 3 700 fuites de pétrole, polluant en profondeur le littoral, et détruisant la pêche locale.

Depuis une cinquantaine d'année, le pétrole brut exploité dans le delta du Niger par des multinationales comme Shell se déverse librement et massivement dans cette région. Conséquence d'une surexploitation pétrolière incontrôlée, cette pollution a été estimée à 1,5 million de tonnes de brut sur cette période, issue de fuites de plateformes offshore en service ou abandonnées.

Suite à la rupture d'un oléoduc d'ExxonMobil le 1er mai 2010, 4 millions de litres de brut ont été déversés dans le delta du Niger pendant une semaine avant que la fuite soit colmatée. Cette pollution a déversé d'épaisses galettes de pétrole le long des côtes, générant des dégâts majeurs pour des habitants de côtes touchées, déjà sans ressource. Un accident parmi des dizaines d'autres qui enfoncent chaque jour encore un peu plus une population qui ne profite pas de cette faramineuse richesse, mais qui doit la subir quotidiennement.